Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264075048
Code sériel : 5508
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

L'empreinte

Héloïse ESQUIE (Traducteur)
Date de parution : 02/01/2020
La révélation choc de l’année 2019. Une œuvre de non fiction littéraire troublante sur la peine de mort mais aussi sur les abus dans le cadre familial.
Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu'au jour où son chemin croise celui d'un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l'épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit... Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu'au jour où son chemin croise celui d'un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l'épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien tout à fait inattendu entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire qui réveille en elle des sentiments enfouis. Elle n'aura alors cesse d'enquêter inlassablement sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable.

Dans la lignée de séries documentaires comme Making a Murderer, ce récit au croisement du thriller, de l'autobiographie et du journalisme d'investigation, montre clairement combien la loi est quelque chose d'éminemment subjectif, la vérité étant toujours plus complexe et dérangeante que ce que l'on imagine. Aussi troublant que déchirant. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264075048
Code sériel : 5508
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • breba Posté le 3 Mars 2020
    J'aime les romans américains sur la justice ; "de sang froid" Truman Capote, "Mille petits rien" Jodi Picoult,...aussi en découvrant ce roman je l'ai acheté sans aucune hésitation intriguée par son résumé " Alex...farouche opposante à la peine de mort.Jusqu'au jour où son chemin croise celui d'un tueur....dont la confession ébranle toutes ses convictions....Alex ne va pas tarder...découvrant un lien entre son passé et cette terrible affaire......". Il s'agit d'un roman brillant , très bien écrit et parfaitement documenté ( nombreux dossiers étudiés pour comprendre et retranscrire de façon passionnante l'affaire Ricky Langley) qui entremêlent 2 histoires dont celle familiale de l'auteur .Son enquête et sa quête du pourquoi furent son exécutoire . Comme de nombreux lecteurs j'ai été happé rapidement par la première partie puis me suis ennuyée en raison des longueurs et des répétitions sur la partie tribunal , sur les interrogations obsessionnelles du pourquoi on commet un acte épouvantable .. Cela reste un livre fort et intelligent sur les blessures de l'enfance (avec un sujet dont on découvre chaque jour l'ampleur, le viol d'enfant).
  • Thael Posté le 3 Mars 2020
    L’empreinte - The fact of a body Alexandria Marzano-Lesnevich L’un.e pourrait penser que ce livre relate le meurtre d’un enfant de 6 ans par un pedophile. L’autre pourrait dire que l’affaire entre en écho chez l’auteure, victime dans son enfance d’abus sexuels par son propre grand-père, versant dans une autobiographie et par extension son histoire familiale Un.e autre encore pourrait y voir un essai sur la peine de mort, subtile interrogation, bien plus nuancée que l’opposition manichéenne du pour et du contre. Doit-on et peut-on vraiment être pour ou contre la peine de mort ? Doit-on pardonner ? Peut-on le faire et au nom de quelle valeur ? Une mère en deuil peut-elle accorder son pardon au meurtrier de son enfant ? Un.e autre pourrait y voir les destins croisés de mères, chacune portant le fardeau d’un enfant soutenu, désiré, aimé, blessé, malade, mort. Un.e autre enfin pourrait y déceler une thérapie personnelle pour l’auteure. Et chacun.e aurait raison car l’empreinte offre une parallelochronie incroyable, une histoire proteiforme, qui pourrait se résumer à « Quand commence une histoire ? ». Celle de Ricky commence-t-elle lors du meurtre, de son arrestation, durant son enfance ou encore lors de l’accident de voiture de ses parents, frères et sœurs avant même... L’empreinte - The fact of a body Alexandria Marzano-Lesnevich L’un.e pourrait penser que ce livre relate le meurtre d’un enfant de 6 ans par un pedophile. L’autre pourrait dire que l’affaire entre en écho chez l’auteure, victime dans son enfance d’abus sexuels par son propre grand-père, versant dans une autobiographie et par extension son histoire familiale Un.e autre encore pourrait y voir un essai sur la peine de mort, subtile interrogation, bien plus nuancée que l’opposition manichéenne du pour et du contre. Doit-on et peut-on vraiment être pour ou contre la peine de mort ? Doit-on pardonner ? Peut-on le faire et au nom de quelle valeur ? Une mère en deuil peut-elle accorder son pardon au meurtrier de son enfant ? Un.e autre pourrait y voir les destins croisés de mères, chacune portant le fardeau d’un enfant soutenu, désiré, aimé, blessé, malade, mort. Un.e autre enfin pourrait y déceler une thérapie personnelle pour l’auteure. Et chacun.e aurait raison car l’empreinte offre une parallelochronie incroyable, une histoire proteiforme, qui pourrait se résumer à « Quand commence une histoire ? ». Celle de Ricky commence-t-elle lors du meurtre, de son arrestation, durant son enfance ou encore lors de l’accident de voiture de ses parents, frères et sœurs avant même sa naissance ? Celle d’Alexandria puise-t-elle sa source dans l’absence de sa sœur jumelle, dans tous ces non-dits familiaux, dans l’histoire de Ricky, de Lorelei, de sa mère, de son grand-père ? Celle de Jeremie, disparu à 6 ans, se limite-t-elle à sa propre histoire familiale ? A la résonance de son existence avec d’autres petits garçons ? A sa courte vie ? il se pourrait bien que ta propre histoire, lectrice-lecteur, même si elle commence bien avant la lecture de l’empreinte, t’incite à re-visiter ta propre histoire avec la même précision et que tu re-poses les questions restées en suspens dans ton existence en incluant d’autres faits, d’autres histoires, d’autres nuances. Il se pourrait que ce livre en laisse une, d’empreinte, indélébile.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nienna25 Posté le 28 Février 2020
    Fin de cette double enquête : l'une introspective de l'auteur sur ce qu'elle a vécu comme abus, l'autre sur un pédophile attendant le verdict de la justice. Comment vivre sans être happée par son passé douloureux, comment pardonner ? Comment rendre la justice et notamment décider de la vie ou de la mort d'une personne lorsqu'on s'aperçoit que notre vécu interfère dans notre jugement ? Un livre dur et profond, mais très brouillon. Le tapage autour de ce titre et notamment la qualification de chef d'oeuvre me laisse perplexe.
  • Joflypeace Posté le 28 Février 2020
    La peine de mort. C'est le thème qui a amené cette lecture. Un thème passionnant et difficile tant il peut signifier et souligner de problématiques sur ce que nous sommes et notre manière de vivre ensemble. Comment avoir foi en l'être humain quand au plus profond de nos cœurs, de nos chairs il nous a brisé, démoli, condamné à la douleur ? Comment garder son humanité lorsque les sirènes de la vengeance hurlent en nous ? Alex Marzano-Lesnevich tente de répondre à ces questions dans ce livre. C'est une histoire de vie ou de mort, de survie. Elle doit comprendre. L'affaire de Rick Langley, condamné à mort pour le meurtre d'un enfant de 6 ans, puis à la faveur d'autres procès condamné à perpétuité, va entrer dans sa vie d'étudiante en droit , viscéralement opposée à la peine de mort. Alors pourquoi, un instant donné, souhaite-t-elle sa mort ? Elle n'aura alors de cesse d'enquêter sur cet homme et de chercher en elle l'origine de cette sensation. Ce livre est le témoignage de l'impact entre deux histoires de vie, celle d'une enfant abusée sexuellement et celle d'une enquête sur un pédophile meurtrier, qui ne peut laisser insensible. Entre autobiographie et investigation, l'écriture... La peine de mort. C'est le thème qui a amené cette lecture. Un thème passionnant et difficile tant il peut signifier et souligner de problématiques sur ce que nous sommes et notre manière de vivre ensemble. Comment avoir foi en l'être humain quand au plus profond de nos cœurs, de nos chairs il nous a brisé, démoli, condamné à la douleur ? Comment garder son humanité lorsque les sirènes de la vengeance hurlent en nous ? Alex Marzano-Lesnevich tente de répondre à ces questions dans ce livre. C'est une histoire de vie ou de mort, de survie. Elle doit comprendre. L'affaire de Rick Langley, condamné à mort pour le meurtre d'un enfant de 6 ans, puis à la faveur d'autres procès condamné à perpétuité, va entrer dans sa vie d'étudiante en droit , viscéralement opposée à la peine de mort. Alors pourquoi, un instant donné, souhaite-t-elle sa mort ? Elle n'aura alors de cesse d'enquêter sur cet homme et de chercher en elle l'origine de cette sensation. Ce livre est le témoignage de l'impact entre deux histoires de vie, celle d'une enfant abusée sexuellement et celle d'une enquête sur un pédophile meurtrier, qui ne peut laisser insensible. Entre autobiographie et investigation, l'écriture directe, puissante et bouleversante m'a coupé le souffle. Une véritable claque, un coup de poing. Nous ne sommes que des hommes et des histoires et le droit ne pourra jamais en saisir la complexité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SarahBruxelles Posté le 27 Février 2020
    Avec ce récit qui mêle enquête journalistique, autobiographie et polar, Alexandria Marzano-Lesnevich procède à une démonstration assez extraordinaire de ce à quoi renvoie le concept de "justice réparatrice". L'entreprise était de taille, car l'auteure puise dans les éléments les plus intimes de sa vie privée les prémisses de ses réflexions, notamment à propos de la peine de mort. L'écrivaine, alors jeune avocate fermement opposée à la peine de mort, voit ses valeurs vaciller en 2003 - elle a 25 ans - lorsque qu'elle est confrontée aux confessions d'un pédophile condamné pour le meurtre d'un jeune enfant. Elle ressent le souhait viscéral de le voir mourir. Déstabilisée par la violence de sa réaction, elle se lance dans des investigations à la limite de l'acharnement pour reconstituer le parcours du meurtrier. En remontant le fil sur une période de dix ans, une explication se dégage, des liens apparaissent peu à peu entre le passé de la romancière, le chemin du meurtrier et un terrible secret de famille. Ce faisant, Alexandria Marzano-Lesnevich offre au lecteur la possibilité d'occuper différentes places, tantôt celles des victimes, tantôt celles des auteurs de violence et de leurs proches. Et de provoquer un dialogue inattendu entre des positions en apparence... Avec ce récit qui mêle enquête journalistique, autobiographie et polar, Alexandria Marzano-Lesnevich procède à une démonstration assez extraordinaire de ce à quoi renvoie le concept de "justice réparatrice". L'entreprise était de taille, car l'auteure puise dans les éléments les plus intimes de sa vie privée les prémisses de ses réflexions, notamment à propos de la peine de mort. L'écrivaine, alors jeune avocate fermement opposée à la peine de mort, voit ses valeurs vaciller en 2003 - elle a 25 ans - lorsque qu'elle est confrontée aux confessions d'un pédophile condamné pour le meurtre d'un jeune enfant. Elle ressent le souhait viscéral de le voir mourir. Déstabilisée par la violence de sa réaction, elle se lance dans des investigations à la limite de l'acharnement pour reconstituer le parcours du meurtrier. En remontant le fil sur une période de dix ans, une explication se dégage, des liens apparaissent peu à peu entre le passé de la romancière, le chemin du meurtrier et un terrible secret de famille. Ce faisant, Alexandria Marzano-Lesnevich offre au lecteur la possibilité d'occuper différentes places, tantôt celles des victimes, tantôt celles des auteurs de violence et de leurs proches. Et de provoquer un dialogue inattendu entre des positions en apparence inconciliables. S'ouvrent alors des perspectives de raisonnement qui dépassent l'utopie d'une vérité unique et objective. Celles-ci conduiront en outre l'auteure vers une puissante catharsis. Au cours de sa quête, l'écrivaine met en évidence les inévitables zones d'ombre qui subsistent dans toute affaire criminelle et le caractère fondamentalement subjectif de la loi. Elle interroge en outre, sans jamais tenter ni affirmer de réponse, des sujets tels que la responsabilité, le traitement des maladies mentales, la mécanique - puissante - des secrets de famille, mais aussi les processus de résilience. "L'empreinte" n'est pas ce que l'on peut appeler une lecture agréable, elle a même été - pour moi - par moments douloureuse. On y entrevoit la profonde solitude des victimes, la difficulté des travailleurs du secteur judiciaire, leurs zones d'impuissance, les traumatismes que ces métiers peuvent occasionner, y compris les traces que laissent les affaires criminelles sur les jurés, les hommes de loi mais aussi sur la société toute entière. Ce récit est non seulement riche d'un talent d'écriture prometteur (j'ai juste été gênée par moments par certaines longueurs et une tendance à appuyer les explications, dans un souci probable - et fort louable - de bien se faire comprendre) et est aussi un brillant manifeste contre la peine de mort. Et plus généralement, il proclame - pour toutes les parties - le droit à poursuivre sa vie.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire d'hiver 2020 : une nouvelle cuvée de romans à découvrir

    Qui dit nouvelle année, dit nouvelles lectures ! Des romans magnifiques venus d'ici ou d'ailleurs, des confirmations littéraires, des thrillers inquiétants, des histoires essentielles... Laissez la rentrée littéraire d'hiver vous emporter et enchanter votre entrée dans l'année 2020.

    Lire l'article
  • News
    10/18

    "L'Empreinte" : enquête intime sur un condamné à mort

    Lorsqu’une enquête sur la peine de mort – à laquelle elle est farouchement opposée – réveille des traumatismes de l’enfance, Alex Marzano-Lesnevich s’engage dans une lutte avec elle-même. À la lumière de sa propre histoire, la doctorante en droit et auteure américaine s’interroge sur un sujet qui dit si bien le morcellement actuel des États-Unis et questionne la place à donner au passé dans sa vie intime. À la croisée des genres, L’Empreinte est un récit haletant qui mêle thriller et introspection avec un style remarquable.

    Lire l'article