Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264072047
Code sériel : 5564
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Les Altruistes

Olivier DEPARIS (Traducteur)
Date de parution : 04/02/2021
La famille Alter, drôle, névrosée, irrésistible, ressemble-t-elle à la vôtre? Venez vite le découvrir.
Arthur Alter a des problèmes. Professeur d’université médiocre, il ne peut plus payer son hypothèque et risque de perdre sa belle maison, et par la même occasion sa petite amie plus jeune que lui. La solution ? L’argent… tout cet argent laissé par sa défunte femme, Francine, directement à ses... Arthur Alter a des problèmes. Professeur d’université médiocre, il ne peut plus payer son hypothèque et risque de perdre sa belle maison, et par la même occasion sa petite amie plus jeune que lui. La solution ? L’argent… tout cet argent laissé par sa défunte femme, Francine, directement à ses enfants, Ethan et Maggie, de jeunes adultes névrosés qui refusent aujourd’hui de lui parler. Sous prétexte d’une réconciliation maladroite, Arthur les invite chez lui pour les convaincre de le renflouer. Mais il ouvre ainsi la boîte de Pandore, libérant des années de ressentiments et de souvenirs cuisants enterrés…

Avec un humour acéré, Andrew Ridker brosse le portrait attachant d'un clan qui nous ressemble, au cœur d'une Amérique vacillante mais irrésistible.

« Entre bonheurs et déchirements, remords et pardons, les méandres de la vie de famille sont dépeints avec un mélange de tendresse et d’humour noir dévastateur. » Lire
« Andrew Ridker se penche avec intelligence sur l’individualisme et l’extrême importance accordée à la réussite au cœur de l’Amérique contemporaine pour mieux saisir ses paradoxes. » Transfuge

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Olivier Deparis
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264072047
Code sériel : 5564
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sweetie Posté le 14 Juin 2021
    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les ressorts familiaux et que vous n’avez jamais osé demander. Andrew Ridker, dans son premier roman, décortique pour vous les courants profonds qui parcourent une famille ordinaire américaine : Arthur, le père, Francine, la mère et leurs deux enfants Ethan et Maggie. Sur une vingtaine d’années les vies maritale, professionnelle, scolaire et amoureuse des Alter se déploient dans un récit magnifiquement rendu, sans longueur, aux dialogues savoureux parcourus de touches d’humour, de tendresse et de férocité à l’occasion. Le style littéraire de l’auteur m’a beaucoup plu, une écriture riche et simple à la fois, exposant le propos sans ennuyer une seule seconde. Ce qui se conçoit bien s’exprime aisément : la traduction en a visiblement bénéficié. J’accorde donc cinq étoiles pour ce roman d’une vérité implacable, véritable bijou de concision sur un thème maintes fois traité mais qui dépasse ici tous les autres déjà lus.
  • Christine1973 Posté le 23 Mai 2021
    Très bon roman qui vous plonge dans une histoire de famille américaine: un père endetté, un fils new-yorkais gay et paumé et une fille pertinente, engagée et consciente. La mère les a quittés quelques années plus tôt, emportée par un cancer, quelques années avant des retrouvailles organisées par le père. Les personnages sont très bien décrits et on s’attache à leurs existences et relations familiales complexes et pourtant si communes à beaucoup de familles.
  • leslivresdalexis Posté le 19 Avril 2021
    Arthur ne cherche pas à faire le bien dans sa vie, ce qui le préoccupe c'est lui-même, seulement lui-même. Problème : il manque d'argent pour payer son hypothèque , et risque de perdre sa maison. Sa seule solution : récupérer l'argent que sa femme, aujourd'hui morte, a laissé a ses enfants, des jeunes adultes névrosés avec qui il est en froid. Un très bon livre, que je vous conseille de lire pour passer un formidable moment ! Avec humour et justesse, l'auteur parvient à nous faire entrer dans son monde, et à ne plus nous laisser en sortir.
  • Abornand2 Posté le 19 Avril 2021
    J’ai lu un quart du roman et j’apprécie cette histoire. Les personnages sont tous un peu déjantés. On dirait du Philip Roth. Les personnages sont de religion juive, mais pas ou peu croyants. Le judaïsme est plus une appartenance sociale qu’une religion strictement pratiquée. C’est drôle, c’est parfois caricatural. J’adore ce livre. Maggie, la farfelue qui travaille par ci par là. Ethan qui peine à assumer son homosexualité et surtout qui ne travaille pas. Un père qui n’a jamais été titularisé dans l’université où il donne des cours. Une écriture agréable, naturelle. Vive la suit du roman !
  • Matildany Posté le 3 Avril 2021
    Arthur Alter est un professeur sans grande envergure à l'université de Saint-Louis. Il tente lors d'un week-end de renouer avec ses enfants adultes, Ethan et Maggie, avec derrière la tête l'idée de les convaincre de lui avancer une part de l'héritage de leur mère pour conserver la maison familiale. Leurs relations se sont tendues depuis deux ans, quand ils ont appris qu'il avait une liaison alors que leur mère Francine, se battait contre un cancer. Lors de ce week-end,  Maggie se retrouve confrontée à ses rêves de jeunesse, quand elle souhaitait aider les autres, alors qu'elle vivote et est complètement refermée sur elle-même. Ethan, lui, doit composer avec les attentions de son père,  auxquelles il n'est pas habitué, et recherche un ancien amant pour comprendre leur rupture. J'ai eu un peu de mal au début de ce roman, les sauts dans le temps, pour explorer la genèse de la relation familiale et les failles de chacun, sans linéarité ou fil conducteur,  donnent une construction un peu abrupte, quelquefois confuse, ou bavarde. Mais au fil des pages, cette critique de la société américaine est tour à tour drôle et acerbe. Il y a des passages franchement savoureux,  comme  la cérémonie du mariage de... Arthur Alter est un professeur sans grande envergure à l'université de Saint-Louis. Il tente lors d'un week-end de renouer avec ses enfants adultes, Ethan et Maggie, avec derrière la tête l'idée de les convaincre de lui avancer une part de l'héritage de leur mère pour conserver la maison familiale. Leurs relations se sont tendues depuis deux ans, quand ils ont appris qu'il avait une liaison alors que leur mère Francine, se battait contre un cancer. Lors de ce week-end,  Maggie se retrouve confrontée à ses rêves de jeunesse, quand elle souhaitait aider les autres, alors qu'elle vivote et est complètement refermée sur elle-même. Ethan, lui, doit composer avec les attentions de son père,  auxquelles il n'est pas habitué, et recherche un ancien amant pour comprendre leur rupture. J'ai eu un peu de mal au début de ce roman, les sauts dans le temps, pour explorer la genèse de la relation familiale et les failles de chacun, sans linéarité ou fil conducteur,  donnent une construction un peu abrupte, quelquefois confuse, ou bavarde. Mais au fil des pages, cette critique de la société américaine est tour à tour drôle et acerbe. Il y a des passages franchement savoureux,  comme  la cérémonie du mariage de Albert et Francine, d'autres plus profonds, sur leurs états d'âme, leurs désillusions,  et l'opposition entre leurs rêves d'être généreux et la réalité de leur caractère. Un premier roman plaisant, même si je n'ai pas été enthousiasmée d'un bout à l'autre.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !