Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264070593
Code sériel : 5184
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 552
Format : 108 x 177 mm

Les fils d'Odin

Joël FALCOZ (Traducteur)
Collection : Grands Détectives
Date de parution : 16/03/2017
Allemagne année zéro : dans un Berlin ravagé par la guerre, l'ancien commissaire juif Richard Oppenheimer se lance sur les traces d’un mystérieux culte aryen.
Berlin, début 1945. Au cœur d’une ville dévastée, Richard Oppenheimer, juif et ancien commissaire, vit dans la peur de faire partie des tout derniers déportés. Aidé par son amie Hilde, fervente opposante au régime, il mène une existence dans l’ombre. La situation s’aggrave brusquement lorsque Hilde est accusée d’avoir tué... Berlin, début 1945. Au cœur d’une ville dévastée, Richard Oppenheimer, juif et ancien commissaire, vit dans la peur de faire partie des tout derniers déportés. Aidé par son amie Hilde, fervente opposante au régime, il mène une existence dans l’ombre. La situation s’aggrave brusquement lorsque Hilde est accusée d’avoir tué son ex-mari, membre des SS impliqué dans les atroces expériences humaines menées à Auschwitz. Avec une broche portant un sigle runique comme seul indice, Oppenheimer se lance dans une enquête risquée pour démasquer le vrai coupable. Ses recherches le mènent à un mystérieux culte germanique qui n’a qu’un seul objectif : assurer la suprématie de la race aryenne.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264070593
Code sériel : 5184
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 552
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • 1001histoires Posté le 13 Octobre 2020
    Les fils d'Odin : Richard Oppenheimer a échappé à la mort. Mais il n'est plus le commissaire qui avait aidé la SS à élucider une série de meurtres ( voir le tome ). Difficile de survivre à Berlin en janvier 1945 quand on est juif, Richard est devenu Hermann Meier, gardien de nuit dans une banque. Il ne peut revoir sa femme Lisa que secrètement, elle n'est pas juive et a été affectée à une unité de DCA à Potsdam. Il faut imaginer la majorité des berlinois vivre dans la peur constante des contrôles et des rafles de la Gestapo, comme dans les pays étrangers occupés par la Wehrmacht. A Berlin il existe des réseaux d'opposition, Hitler vient d'échapper à un attentat au grand désespoir de Hilde von Strachwitz ( l'amie de Richard est issue de l'aristocratie allemande et sa famille est liée à certains conjurés ). La défaite est proche et des dirigeants nazis souhaitent déserter alors que les hordes russes foncent sur Berlin. C'est le cas d'Erich Hauser en fuite d'Auschwitz où il était médecin de la SS. C'est l'ancien mari de Hilde mais ils n'ont pas officiellement divorcé. Il reprend contact avec son épouse, il a un plan... Les fils d'Odin : Richard Oppenheimer a échappé à la mort. Mais il n'est plus le commissaire qui avait aidé la SS à élucider une série de meurtres ( voir le tome ). Difficile de survivre à Berlin en janvier 1945 quand on est juif, Richard est devenu Hermann Meier, gardien de nuit dans une banque. Il ne peut revoir sa femme Lisa que secrètement, elle n'est pas juive et a été affectée à une unité de DCA à Potsdam. Il faut imaginer la majorité des berlinois vivre dans la peur constante des contrôles et des rafles de la Gestapo, comme dans les pays étrangers occupés par la Wehrmacht. A Berlin il existe des réseaux d'opposition, Hitler vient d'échapper à un attentat au grand désespoir de Hilde von Strachwitz ( l'amie de Richard est issue de l'aristocratie allemande et sa famille est liée à certains conjurés ). La défaite est proche et des dirigeants nazis souhaitent déserter alors que les hordes russes foncent sur Berlin. C'est le cas d'Erich Hauser en fuite d'Auschwitz où il était médecin de la SS. C'est l'ancien mari de Hilde mais ils n'ont pas officiellement divorcé. Il reprend contact avec son épouse, il a un plan pour fuir et surtout il a beaucoup d'argent pour obtenir un laisser-passer et quitter Berlin. Hauser est assassiné, son argent volé. Hilde est accusée et sa culpabilité ne fait aucun doute pour la Gestapo, la justice expéditive du Volksgerichtshof ne devrait pas hésiter et prononcer la peine de mort et une exécution par la guillotine. C'est donc à Oppenheimer d'agir et il dispose de peu de temps pour innocenter son amie. Il est aidé par des résistants allemands clandestins et par le cabinet d'avocats qui souhaite contre toute attente défendre Hilde lors de son procès. Mener une enquête clandestine relève de l'impossible mais c'est ce qui la rend encore plus passionnante. Jusqu'à la dernière page le suspense est total. Alors qu'Oppenheimer assiste à la mise à mort du nazisme, ses recherches le mènent aux origines des théories de la race aryenne supérieure faussement empruntées aux mythologies germaniques et scandinaves fascinant de hauts dignitaires nazis. L'intérêt de ce récit réside également dans la part faite au quotidien berlinois durant les tragiques semaines qui précèdent la fin de la seconde Guerre mondiale. Les services administratifs continuent de fonctionner sous les bombardements de plus en plus intenses. Il y a bien sûr le rationnement et le marché noir mais les transports en commun, la radio, le téléphone, la distribution de l'eau et du gaz fonctionnent par intermittence. Oppenheimer/Meier est forcé d'incorporer la Volkssturm, une unité militaire composée de personnels âgés et sans équipement. La classe 1929 est appelée sous les drapeaux. La propagande ordonne de croire en la victoire. La désertion et parfois le suicide des nazis face à une défaite inévitable sont de plus en plus présents alors que pour la population civile le salut réside dans l'exode avant l'arrivée de l'ogre bolchevik. Il n'y a plus d'honneur en Allemagne et Harald Gilbers laisse Oppenheimer se poser la question "Pourquoi ne pas se rendre ?".
    Lire la suite
    En lire moins
  • Eroblin Posté le 25 Août 2020
    C’est la deuxième enquête de Richard Oppenheimer, ancien commissaire jusqu’en 1933, date à laquelle il a été congédié car juif. Depuis sa dernière enquête, il a basculé dans la clandestinité grâce à son amie Hilde et vit caché avec sa femme dans une ville en proie aux bombardements et à l’avancée des russes. Oppenheimer va risquer sa vie quand il apprend que Hilde a été arrêtée pour le meurtre de son ancien mari, médecin nazi, qui tentait d’ailleurs de quitter Berlin pour fuir son passé. L’enquête va le mener sur le chemin d’un groupe mystérieux et d’un culte vénérant Odin. Je dois dire sincèrement que l’enquête en elle-même ne m’a pas passionnée outre-mesure, elle prend du temps à se développer, évoque trop rapidement l’histoire de ce culte ainsi que ceux qui la pratiquent. Mais j’ai beaucoup aimé ma lecture car l’intrigue se déroule juste avant la dernière offensive soviétique contre Berlin. L’auteur s’est soigneusement documenté sur la vie des Berlinois durant les derniers mois de guerre et rend bien compte des difficultés de ravitaillement, de la propagande grossière et désespérée des nazis, de leur brutalité envers tout traître possible, des bombardements incessants sur la ville, prenant au piège des habitants coincés... C’est la deuxième enquête de Richard Oppenheimer, ancien commissaire jusqu’en 1933, date à laquelle il a été congédié car juif. Depuis sa dernière enquête, il a basculé dans la clandestinité grâce à son amie Hilde et vit caché avec sa femme dans une ville en proie aux bombardements et à l’avancée des russes. Oppenheimer va risquer sa vie quand il apprend que Hilde a été arrêtée pour le meurtre de son ancien mari, médecin nazi, qui tentait d’ailleurs de quitter Berlin pour fuir son passé. L’enquête va le mener sur le chemin d’un groupe mystérieux et d’un culte vénérant Odin. Je dois dire sincèrement que l’enquête en elle-même ne m’a pas passionnée outre-mesure, elle prend du temps à se développer, évoque trop rapidement l’histoire de ce culte ainsi que ceux qui la pratiquent. Mais j’ai beaucoup aimé ma lecture car l’intrigue se déroule juste avant la dernière offensive soviétique contre Berlin. L’auteur s’est soigneusement documenté sur la vie des Berlinois durant les derniers mois de guerre et rend bien compte des difficultés de ravitaillement, de la propagande grossière et désespérée des nazis, de leur brutalité envers tout traître possible, des bombardements incessants sur la ville, prenant au piège des habitants coincés entre la peur de l’Armée rouge et les exactions de ce régime nazi. La preuve, ce tribunal qui doit juger Hilde et la condamne à mort bien que les preuves montrent qu’elle n’a pas assassiné son ex-mari. Ce roman relève plus du roman historique que d’un policier, avis aux amateurs !
    Lire la suite
    En lire moins
  • cmpf Posté le 28 Septembre 2019
    Où l’on retrouve Richard Oppenheimer, ancien commissaire de la Kripo, démis de ses fonctions en 1933 parce que juif. Après sa précédente enquête sur des meurtres de femmes, Richard a dû se faire passer pour mort et changer d’identité. Séparé par obligation de son épouse aryenne Lisa, il se cache sous l’identité de Hermann Meier et est veilleur de nuit dans une banque. Un jour le mari de son amie Hilde, médecin dans un camp de concentration et dont elle est séparée vient frapper à la porte de son épouse. Il lui confie des documents codés. Mais elle aussi est médecin et comprend qu’il s’agit des résultats d'expériences sur les prisonniers. Lorsque Hauser est retrouvé mort, elle est accusée. Oppenheimer, aidé de l’avocat Kuhn qui connait Hilde depuis leur jeunesse va tenter de la disculper. Une enquête sur fond d’occultisme : les fils d’Odin sont une secte ariosophe. J’ai regretté que cet aspect ne soit plus développé. Mais une fois encore l'intérêt est dans la description de la vie à Berlin. Les frappes aériennes, les morts qu’il faut évacuer des rues, les tenants du régimes qui tentent de se faire une virginité, l'avancée des troupes soviétiques, et toujours ... Où l’on retrouve Richard Oppenheimer, ancien commissaire de la Kripo, démis de ses fonctions en 1933 parce que juif. Après sa précédente enquête sur des meurtres de femmes, Richard a dû se faire passer pour mort et changer d’identité. Séparé par obligation de son épouse aryenne Lisa, il se cache sous l’identité de Hermann Meier et est veilleur de nuit dans une banque. Un jour le mari de son amie Hilde, médecin dans un camp de concentration et dont elle est séparée vient frapper à la porte de son épouse. Il lui confie des documents codés. Mais elle aussi est médecin et comprend qu’il s’agit des résultats d'expériences sur les prisonniers. Lorsque Hauser est retrouvé mort, elle est accusée. Oppenheimer, aidé de l’avocat Kuhn qui connait Hilde depuis leur jeunesse va tenter de la disculper. Une enquête sur fond d’occultisme : les fils d’Odin sont une secte ariosophe. J’ai regretté que cet aspect ne soit plus développé. Mais une fois encore l'intérêt est dans la description de la vie à Berlin. Les frappes aériennes, les morts qu’il faut évacuer des rues, les tenants du régimes qui tentent de se faire une virginité, l'avancée des troupes soviétiques, et toujours le ravitaillement en nourriture mais aussi en eau avec des canalisations eventrées... Un tome un peu moins intéressant du point de vue de l’enquête même si elle permet d’entrevoir le système judiciaire, mais seulement de ce point de vue car le contexte historique est toujours passionnant et très instructif.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lolols28 Posté le 19 Août 2019
    Un roman bien écrit, l'intrigue est tenue jusqu'aux dernières pages. Malgré quelques longueurs on se prend au jeu et ne le lâche pas . Les descriptions d'une Allemagne ai bord du gouffre sont une mine d'informations. A lire !
  • fannyvincent Posté le 16 Mai 2019
    Je n'ai pas lu le premier volet des enquêtes de Richard Oppenheimer ("Germania"), mais cela ne m'a vraiment posé aucune difficulté dans ma lecture de ce second opus. Berlin, 1945. Oppenheimer, juif et ex-commissaire, a changé d'identité, et ne voit plus sa femme qu'épisodiquement, en secret. Il accepte pourtant de sortir de l'ombre pour venir en aide à son amie Hilde, accusée d'avoir assassiné son mari, responsable d'atroces expériences humaines dans un camp de concentration. Au-delà de l'intrigue, efficace certes, mais presque secondaire finalement, j'ai particulièrement apprécié ce récit pour sa dimension historique : il permet en effet de mieux saisir la vie à Berlin en ce début d'année 1945, entre rationnement, bombardements incessants et menace grandissante des troupes russes, si proches désormais. Le rendu est saisissant. C'est la chronique de l'effondrement d'une ville, d'un pays. C'est également un témoignage sur la folie et l'absurdité d'un régime totalement au bout du rouleau. Instructif, et passionnant...
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.