Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221259955
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 240 mm
Les Sept Messagers
Alain Mabanckou (préface de), Michel Breitman (traduit par)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 13/01/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

Les Sept Messagers

Alain Mabanckou (préface de), Michel Breitman (traduit par)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 13/01/2022
À l'occasion des 50 ans de la mort de Dino Buzzati, les Éditions Robert Laffont publient pour la première fois dans la collection « Pavillons Poche » Les Sept Messagers, indisponible depuis des années, avec une préface inédite d'Alain Mabanckou.
Dans la nouvelle éponyme de ce recueil, le premier de Dino Buzzati, l’auteur du K et du Désert des Tartares, le fils d’un roi décide de rejoindre les confins du... Dans la nouvelle éponyme de ce recueil, le premier de Dino Buzzati, l’auteur du K et du Désert des Tartares, le fils d’un roi décide de rejoindre les confins du royaume. Il emmène avec lui sept messagers qui pourront repartir vers sa ville natale et lui en rapporter des nouvelles.... Dans la nouvelle éponyme de ce recueil, le premier de Dino Buzzati, l’auteur du K et du Désert des Tartares, le fils d’un roi décide de rejoindre les confins du royaume. Il emmène avec lui sept messagers qui pourront repartir vers sa ville natale et lui en rapporter des nouvelles. Mais plus il s’éloigne et plus les messagers tardent à revenir. Et quand il constate que leurs récits font état de si profonds changements qu’il n’y reconnaît plus ce qu’il a laissé, il décide d’envoyer ses messagers devant lui. Ils lui disent alors que la frontière est introuvable, que les gens qu’ils rencontrent sont toujours les vassaux de leur roi…

« Ce recueil de nouvelles, par la constance de son ton, par la variété et la puissance du monde qu’il dessine, est une des illustrations indubitables de l’autonomie de l’univers de Dino Buzzati qui ne saurait être cloisonné dans un courant. Dans Les Sept Messagers, l’écrivain italien a peint la vie, aussi bien celle qui saute à nos yeux que celle qui échappe à notre sens commun. »
Alain Mabanckou
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221259955
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • oliviersavignat Posté le 20 Mars 2020
    Toutes les obsessions de Buzzati (le temps qui passe, l'absurdité de l'existence, ...) se retrouvent dans ce petit recueil de nouvelles. A lire après Le désert des Tartares, cet immortel chef d'oeuvre.
  • brigittelascombe Posté le 25 Décembre 2012
    "Les brigands morts demeuraient silencieux, manifestement émus,mais remplis d'une commune joie.Ils attendaient que Planetta vienne." Cette absence de frontière perçue au moment de la mort et les êtres bienveillants en attente de l'agonisant est l'un des thèmes majeurs des 20 nouvelles de Dino Buzzati Les sept messagers (titre éponyme de la première). Si l'idée de la mort est omniprésente, elle n'est pas triste mais elle panique parfois, comme dans "On frappe à la porte" (qui est ce on après une coulée de boue catastrophique?) alors que dans L'attaque du grand convoi:le vieux brigand, rejeté par ses compères à sa sortie de prison et qui par défi a attaqué seul "le grand convoi" sera fêté par ses amis morts. L'angoisse de mort présente dans Le désert des Tartares (chef-d'oeuvre existentialiste de Dino Buzzati) et l'absurdité de la vie se retrouvent dans la nouvelle Sept étages, où le malade hospitalisé transféré d'étages se rapproche peu à peu de l'issue fatale. Le rapport au temps est également mis en avant (notions de désert, d'attente,d'éternité comme pour Le désert des Tartares). J'ai beaucoup aimé la nouvelle (très émouvante) où le fils mourant revient voir une dernière fois sa mère et qu'une "mystérieuse silhouette noire" patiente au dehors.... "Les brigands morts demeuraient silencieux, manifestement émus,mais remplis d'une commune joie.Ils attendaient que Planetta vienne." Cette absence de frontière perçue au moment de la mort et les êtres bienveillants en attente de l'agonisant est l'un des thèmes majeurs des 20 nouvelles de Dino Buzzati Les sept messagers (titre éponyme de la première). Si l'idée de la mort est omniprésente, elle n'est pas triste mais elle panique parfois, comme dans "On frappe à la porte" (qui est ce on après une coulée de boue catastrophique?) alors que dans L'attaque du grand convoi:le vieux brigand, rejeté par ses compères à sa sortie de prison et qui par défi a attaqué seul "le grand convoi" sera fêté par ses amis morts. L'angoisse de mort présente dans Le désert des Tartares (chef-d'oeuvre existentialiste de Dino Buzzati) et l'absurdité de la vie se retrouvent dans la nouvelle Sept étages, où le malade hospitalisé transféré d'étages se rapproche peu à peu de l'issue fatale. Le rapport au temps est également mis en avant (notions de désert, d'attente,d'éternité comme pour Le désert des Tartares). J'ai beaucoup aimé la nouvelle (très émouvante) où le fils mourant revient voir une dernière fois sa mère et qu'une "mystérieuse silhouette noire" patiente au dehors. C'est comme si le lien affectif permettait de prolonger un tant soit peu la vie et, alors qu'on comprend que le blessé se meurt sur son champ de bataille, d'engendrer une autre réalité fugace. Le fantastique émerge ici de façon imprévue: un tel s'immisce grâce à des jeux enfantins dans le monde des fables: délire-t-il, transpercé par une flèche d'indien? Meurt-il d'un infarctus qui le transperce lui faisant voir une autre réalité? Existe-t-il des univers parallèles où une goutte d'eau peut monter un escalier?Où une chanson aux "stupides paroles" peut entrainer des soldats vers des champs d'honneur?Peut-on revenir sur terre à la demande pour écouter les critiques à notre sujet? Les fantômes existent-ils? Dieu fait-il partie de la nature (j'ai beaucoup aimé la vision poétique de Dieu : "Les saints vivent dans une petite maison sur le rivage avec un balcon qui regarde l'océan,et cet océan est Dieu")? Les sept messagers est un recueil de nouvelles qui interroge sur l'au delà et en donne en même temps une vision positive. Dino Buzzati, romancier talentueux à présent décédé ,nouvelliste,conteur,poète,scénariste,homme de théâtre italien, à l'écriture limpide lit-il en ce moment mes propos du haut de son nuage ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • mireille.lefustec Posté le 14 Avril 2012
    Première récolte de récits de Dino Buzzati, I sette messaggeri ,paru en 1942, fut accueilli chaleureusement,par le public et la critique. Cet ouvrage se compose de 19 nouvelles et contient pleinement la vision labyrinthique du monde,l'attention aux relations secrètes entre les choses,l'ambiance spatio-temporelle souvent ésotérique et passée.
  • mireille.lefustec Posté le 14 Avril 2012
    Le protagoniste est un jeune prince en route vers les confins de son royaume afin d'en prendre possession. Il demeure en contact avec la capitale par l'intermédiaire de sept messagers qui font incessamment la navette .Plus le prince s'éloigne,plus le trajet de chaque messager s'allonge et plus augmente l'intervalle de temps entre l'arrivée d'un messager et le suivant. Le voyage n'a pas de fin,les frontières semblent se retirer au loin,peut-être le prince s'est-il perdu dans l'inconnu.
  • mireille.lefustec Posté le 14 Avril 2012
    Dans ce volume,le récit central est L'uccisione del drago (la mise à mort du dragon). C'est un récit-clé dans la poétique de Buzzati. Le scénario ,minutieusement décrit est celui d'une chasse dans la montagne; seulement, la proie est singulière: un être mythologique,un dragon,resté depuis des millénaires,qui sait comment, terré dans l'antre d'un amphithéâtre rocheux. Mais le puissant animal a une vitalité presque inépuisable face aux nombreux fusils et autres engins.............
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.