Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221203408
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 122 x 182 mm

Mémoires imaginaires de Marilyn

Jean ROSENTHAL (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 15/06/2017

Depuis qu’en août 1962 la nuit s’est refermée sur Marilyn Monroe, son fantôme ne cesse de hanter les plus grands créateurs. Parmi ces derniers, Norman Mailer a été l’un des premiers à prêter sa voix à la star hollywoodienne, ou plutôt à imaginer la sienne. Car c’est elle qui parle...

Depuis qu’en août 1962 la nuit s’est refermée sur Marilyn Monroe, son fantôme ne cesse de hanter les plus grands créateurs. Parmi ces derniers, Norman Mailer a été l’un des premiers à prêter sa voix à la star hollywoodienne, ou plutôt à imaginer la sienne. Car c’est elle qui parle ici, évoquant les temps forts et parfois tragiques d’une vie aux succès incertains, aux amours difficiles, aux lendemains alourdis par un passé sans cesse recommencé.
On trouvera dans ces pages le portrait le plus bouleversant jamais tracé d’une femme pour qui le bonheur fut une oasis reculant sans cesse, comme un mirage à l’horizon. C’est Mailer qui tient la plume, et c’est Marilyn que l’on entend.

« Quand l’auteur d’Un rêve américain et du Chant du bourreau, deux fois prix Pulitzer, s’attaque à la vie de Marilyn, ça donne un petit bijou. » Marie Claire

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221203408
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 122 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AnitaMillot Posté le 5 Février 2020
    La réputation littéraire de Norman Mailer n’est plus à faire. L’auteur du magnifique “chant du bourreau” - que j’ai dévoré dans ma jeunesse - ne m’a pas vraiment convaincue cette fois-ci avec les “mémoires imaginaires” de la mythique Marilyn … Me voilà donc “Monroe-sceptique” - quand bien même nous étions prévenus de la non véracité de ses propos. C’est Marilyn “herself” qui se confie. Elle nous raconte principalement sa relation privilégiée avec un jeune photographe, Milton Green, et son épouse de fraiche date, Amy. Relation qui prendra fin après son mariage avec Arthur Miller. Si l’écriture n’est - bien sûr - pas à remettre en question, l’intention de Norman Mailer est plus obscure et m’échappe quelque peu … En effet, rien de bien passionnant dans ce court récit - du moins me semble-t-il … De prime abord, l’hommage à Marilyn ne crève pas les yeux … Je dirais même que la splendide couverture de la collection Pavillons Poche des Éditions Robert Laffont (une somptueuse photo sur papier glacé, fort probablement une des plus belles de Marilyn !) lui sauve un peu la mise … En un mot : je suis assez déçue, mais peut-être en attendais-je finalement un peu... La réputation littéraire de Norman Mailer n’est plus à faire. L’auteur du magnifique “chant du bourreau” - que j’ai dévoré dans ma jeunesse - ne m’a pas vraiment convaincue cette fois-ci avec les “mémoires imaginaires” de la mythique Marilyn … Me voilà donc “Monroe-sceptique” - quand bien même nous étions prévenus de la non véracité de ses propos. C’est Marilyn “herself” qui se confie. Elle nous raconte principalement sa relation privilégiée avec un jeune photographe, Milton Green, et son épouse de fraiche date, Amy. Relation qui prendra fin après son mariage avec Arthur Miller. Si l’écriture n’est - bien sûr - pas à remettre en question, l’intention de Norman Mailer est plus obscure et m’échappe quelque peu … En effet, rien de bien passionnant dans ce court récit - du moins me semble-t-il … De prime abord, l’hommage à Marilyn ne crève pas les yeux … Je dirais même que la splendide couverture de la collection Pavillons Poche des Éditions Robert Laffont (une somptueuse photo sur papier glacé, fort probablement une des plus belles de Marilyn !) lui sauve un peu la mise … En un mot : je suis assez déçue, mais peut-être en attendais-je finalement un peu trop ?…
    Lire la suite
    En lire moins
  • AliceFee Posté le 27 Novembre 2017
    Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Mémoires Imaginaires de Marilyn ? "J'adooOOOoore Marilyn Monroe, elle me fascine, elle m'émeut, elle me touche. J'ai toujours envie de lire tous les romans et livres qui parlent d'elle et lorsque Pavillons Poche a décidé de rééditer celui-ci, je n'ai pas pu résister." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "Il s'agit d'une biographie imaginée, en quelque sorte, l'auteur se mettant à la place de la star d'Hollywood pour nous raconter plus particulièrement sa relation avec Mitlon Greene." Mais que s'est-il exactement passé entre vous? "Honnêtement, il ne m'a fallu que quelques pages pour oublier que ce n'était pas Marilyn qui parlait, peut-être parce que c'est elle que j'avais envie d'entendre, mais quand même. Il y a certains passages, autour du sexe, un peu glauques, où le fait que c'est un homme qui tient la plume me revient subitement en mémoire, il faut bien l'avouer, mais malgré tout j'ai aimé passer ces quelques heures en compagnie de Marilyn Monroe, de ses tourments, ses passions, ses incertitudes. On aime Marilyn je pense parce qu'elle était le fantasme absolu tout en étant aussi humaine et fragile que nous mais... Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Mémoires Imaginaires de Marilyn ? "J'adooOOOoore Marilyn Monroe, elle me fascine, elle m'émeut, elle me touche. J'ai toujours envie de lire tous les romans et livres qui parlent d'elle et lorsque Pavillons Poche a décidé de rééditer celui-ci, je n'ai pas pu résister." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "Il s'agit d'une biographie imaginée, en quelque sorte, l'auteur se mettant à la place de la star d'Hollywood pour nous raconter plus particulièrement sa relation avec Mitlon Greene." Mais que s'est-il exactement passé entre vous? "Honnêtement, il ne m'a fallu que quelques pages pour oublier que ce n'était pas Marilyn qui parlait, peut-être parce que c'est elle que j'avais envie d'entendre, mais quand même. Il y a certains passages, autour du sexe, un peu glauques, où le fait que c'est un homme qui tient la plume me revient subitement en mémoire, il faut bien l'avouer, mais malgré tout j'ai aimé passer ces quelques heures en compagnie de Marilyn Monroe, de ses tourments, ses passions, ses incertitudes. On aime Marilyn je pense parce qu'elle était le fantasme absolu tout en étant aussi humaine et fragile que nous mais aussi parce qu'elle était victime de son image et bien moins sotte que ce qu'on pouvait penser d'elle et je trouve que ce récit le retranscrit parfaitement." Et comment cela s'est-il fini? "Un livre sur Marilyn, ça ne finit jamais bien malheureusement et on en a jamais assez je crois. J'ai d'ailleurs enchaîné avec le visionnage de Bus Stop, pas son meilleur film à mon avis mais le fait même que le livre vous donne envie de prolonger le plaisir de ces moments avec Marilyn est plutôt significatif, non ?"
    Lire la suite
    En lire moins
  • Racines Posté le 19 Février 2013
    Pour curieuse que soit la traduction du titre original du roman de Norman Mailer Of women and their elegance, elle n’en est pas moins très explicite quant au contenu de l’ouvrage. Lire la suite sur mon site : http://chroniques.annev-blog.fr/2011/11/chronique-livre-memoires-imaginaires-de-marilyn/
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.