En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Nos étoiles contraires

            Pocket jeunesse
            EAN : 9782266283304
            Code sériel : J3113
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Nos étoiles contraires

            Date de parution : 19/10/2017
            Passage en poche du roman culte de John Green !
             
            "Lorsque je lisais ce livre à la plage, ma mère m'a demandé ce qu'il racontait, et moi, complétement absorbée par ma lecture et désirant y retourner au plus vite, je lui ai dit le gros de l'histoire.
            - C'est une fille qui a le cancer, qui rencontre un gars qui avait...
            "Lorsque je lisais ce livre à la plage, ma mère m'a demandé ce qu'il racontait, et moi, complétement absorbée par ma lecture et désirant y retourner au plus vite, je lui ai dit le gros de l'histoire.
            - C'est une fille qui a le cancer, qui rencontre un gars qui avait le cancer. C'est génial !
            Alors là, elle m'a lancé un regard inquiet et m'a dit :
            - Tu es sûre que ça va ?"  
            Une lectrice sur Booknode.com

            "Un roman sur la vie, sur la mort et sur les gens qui se retrouvent coincés entre les deux. "Nos étoiles contraires", c'est John Green au sommet de son art. On rit, on pleure et on en redemande"
            Marcus Zusak, auteur du bestseller La voleuse de livres

            "Alors qu'on craint ne ressentir que de la tristesse en le refermant, ce livre nous fait aimer la vie plus que jamais"
            Mélanie Blossier, chroniqueuse pour le magazine Page et libraire à la librairie Doucet, au Mans

            "Ça frôle le génie. Ce livre est tout simplement dévastateur; Il affronte sans peur les émotions simples, directes et puissantes"
            Time Magazine
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266283304
            Code sériel : J3113
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket jeunesse
            7.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Florian-7 Posté le 12 Novembre 2018
              Un livre dont j'ai entendu parler maintes fois, mais qui ne m'attirait pas plus que cela, la couverture n'étant pas la plus attirante à mon goût. Mais lorsque j'ai remarquer qu'il était classé en première position du top 1000 BookNode, cela m'as intriguer. On m'a fortement conseiller de le lire, alors je me suis lancé. Je ne regrette absolument pas... Ce livre est une pépite, une perle rare qui vaut le coup d'être lu. L'auteur aborde le cancer de façon terriblement réelle et fatale sans le moindre détour, mais aussi de façon drôle et complètement décomplexée, sans tabouts. Les personnages sont terriblement attachants, même trop, ce qui explique les larmes versées à la fin... Nos humeurs et notre ressenti sont mis à rude épreuve dans ce livre, car on passe de la joie à la tristesse, de la tristesse au sourire, du sourire aux larmes... Et cela tout au long du livre, pas seulement à la fin... Je conseille fortement ce livre d'une qualité indéniable qui pour moi sera désormais une référence dans ce thème. Merci à BookNode pour la découverte de cette perle rare ! :)
            • Lecturesdejenn Posté le 8 Novembre 2018
              Que dire de ce roman aussi fabuleux que surprenant? Il vous fait passer des rires aux larmes, des moments d’excitations et de moments tristes. Ce roman a rencontré un franc succès ces dernières années. Son adaptation cinématographique ne peut rendre que justice au livre, avec les merveilleux Ansel Elgort et Shailene Woodley, dans les rôles respectifs d’Augustus Waters et Hazel Grâce Lancaster. Le film tout comme le livre est spectaculaire. John Green est au sommet de son art dans ce roman qui nous fait aimer la vie plus que jamais. Si vous ne l’avez pas, courez vous procurer votre exemplaire et changez votre vie à tout jamais. Nos étoiles contraires méritent un très beau 10/10.
            • RosieAdda Posté le 5 Novembre 2018
              Tout le monde a entendu parler de ce pur chef d’œuvre NOS ETOILES CONTRAIRES, nous avons HAzel et Auguste deux jeunes ados atteint de cancer l’une condamnée à jamais l’autre en face de rémission , ces deux jeunes gens vont se rencontre par hasard , ils vont s’aimer ,se soutenir et beaucoup souffrir , tout deux essayerons désespérément de combattre une maladie incurable. Nous voila avec deux étoiles contraires qui vont faire un bout de chemin ensemble et essayer de faire face à une mort certaine. Certes nous avons ici un roman avec un sujet poignant, qui est « la maladie » « la mort » la « dépression », « la perte d’un être cher » mais aussi « l’amitié » « l’amour » « le bonheur » « la joie de vivre ». L’histoire est juste magnifique un mélange de tendresse d’amour de violence et d’angoisse aussi . Un roman bouleversant, profond ,riche ; chaque page chaque phrase chaque mot est poignant, fort, profond. Il nous fait passer des rires aux larmes ; un livre magnifique tantôt par les personnages et par la plume Nos étoiles contraires ……. Sublime
            • MarilouC Posté le 4 Novembre 2018
              J’ecris une préface à ma critique ci dessous car j’ai eu une discussion intéressante avec une honorable babeliote (que je salue) qui m’a fait réaliser que mes propos ci dessous pouvaient être mal pris. Cette lectrice m’a entre autres choses fait savoir qu’elle trouvait caricaturaux les personnages de ce livre, et que cela donnait une image, disons déplacée ou ridicule de la tragédie vécue. Et qu’elle trouvait peut être que je me montrais insensible face aux parents éplorés par cette perte. Je ne connais pas la douleur de perdre un enfant et je brûlerais des cierges pour que ça n’arrive pas si je pensais que ça servait à quelque chose. Peut être qu’en effet les parents ayant vécu cette tragédie trouvent ce roman indécent ou faux. Peut être aussi que ça peut les aider elles et les malades à mieux vivre cette situation. Peut être que non. Je ne sais pas. L’auteur a voulu apporter une vision sublimée de cette situation (car je suis d’accord que cette histoire est peu probable dans la réalité. Quoi que.) et j’y adhère tout à fait. Si cela devait m’arriver, j’aimerais que cela se passe ainsi. J’aimerais que mon enfant ait cette distance... J’ecris une préface à ma critique ci dessous car j’ai eu une discussion intéressante avec une honorable babeliote (que je salue) qui m’a fait réaliser que mes propos ci dessous pouvaient être mal pris. Cette lectrice m’a entre autres choses fait savoir qu’elle trouvait caricaturaux les personnages de ce livre, et que cela donnait une image, disons déplacée ou ridicule de la tragédie vécue. Et qu’elle trouvait peut être que je me montrais insensible face aux parents éplorés par cette perte. Je ne connais pas la douleur de perdre un enfant et je brûlerais des cierges pour que ça n’arrive pas si je pensais que ça servait à quelque chose. Peut être qu’en effet les parents ayant vécu cette tragédie trouvent ce roman indécent ou faux. Peut être aussi que ça peut les aider elles et les malades à mieux vivre cette situation. Peut être que non. Je ne sais pas. L’auteur a voulu apporter une vision sublimée de cette situation (car je suis d’accord que cette histoire est peu probable dans la réalité. Quoi que.) et j’y adhère tout à fait. Si cela devait m’arriver, j’aimerais que cela se passe ainsi. J’aimerais que mon enfant ait cette distance avec sa maladie, cette lucidité, cette acceptation que ressent Hazel, avec ses hauts et ses bas bien sûr. J’aimerais qu’il tombe follement amoureux aussi et que si son amoureuse devait mourir, il le vive avec autant de dignité, même si c’est peut être juste un rêve. J’ai toujours pensé que la culture et l’humour pouvaient soulager bien des maux et ce livre est une belle parabole basée sur cette croyance. Les écrivains écrivent des fictions. Elles nous font réagir, pleurer, elles nous attristent, nous énervent, nous ennuient. Elles nous font réfléchir, nous montrent une sorte d’idéal. Mais la façon dont ces fictions nous font réagir ça, n’appartient qu’a nous. Bonne lecture. ____________________________________________________ J'aime parfois me donner des airs de lectrice cynique et blasée, et être à contre courant des autres opinions. J'ai donc longuement hésité à lire ce livre, qui me paraissait un peu trop positivement noté pour être honnête. Je l'ai pourtant terminé en quelques heures, heures volées à mon cher et tendre et à mon fils, parce que je n'arrivais plus à arrêter de lire. J'aurais aimé dire que je n'ai pas apprécié ce livre lumineux. J'aurais aimé dire que je n'ai ni ri ni souri. J'aurais aimé dire que je n'ai pas pleuré non plus. J'aurais aimé dire que je trouvais ces ados cancéreux un peu trop littéraires pour être réalistes. J'aurais aimé dire, enfin, que leurs réparties étaient un peu trop spirituelles pour sortir réellement de la bouche de deux mourants. Mais en fait je ne dirai pas tout ça. Je dirais même que j'ai adhéré complètement, que je me suis plongée tout entière dans ce roman court mais intense, qui m'a amenée sur des montagnes russes émotionnelles. Les Héros de cette histoire ne sont pas extraordinaires pourtant. Ils survivent comme ils peuvent, souvent assez mal. Leur esprit, libre, un peu trop mature parfois pour leur âge, est coincé dans un corps qui s'auto détruit plus, ou moins vite. Car Damoclès est tapi là, derrière eux, à observer leurs moindres faits et gestes, à aiguiser sa foutue épée, à attendre l'heure où sa sentence sera alors exécutable. Cette proximité avec la mort n'est pas morbide, même si on pleure, beaucoup. Cette proximité avec la mort magnifie la vie et met en exergue toutes ces petites choses auxquelles on ne fait pas attention quand on est en bonne santé. Ne pas prendre l'ascenseur, manger sans vomir, faire preuve d'humour, respirer sans assistance deviennent alors des actes de résistance, des actes signifiants, des victoires. Évidemment, quelquefois, savoir que l'on peut mourir dans cinq minutes, ce n'est pas simple à gérer. On se demande : est ce bien la peine de m'attacher, d'aimer, d'entamer une relation? Ne va t-on pas tous souffrir à la fin, lors de l'inevitable Épilogue tragique ? La réponse est si, bien sûr. Mais ne faut il pas vivre avant de mourir ? Et même vivre le plus possible, surtout quand on meurt à 17 ans? Certaines personnes disent que ces personnages ne sont pas très crédibles, et il est possible en effet qu'ils soient un peu trop magnifiés. Mais moi j'ai vraiment cru en eux. J'ai trouvé leurs remarques et leurs réactions très vraies. Très inspirantes même. Et les personnages secondaires sont aussi très réalistes, notamment les parents dépassés mais cherchant à contrôler l'incontrôlable. Bref une belle histoire de vie, de mort, d'amour, de deuil, et d'acceptation. Ok ? PS : le film est vraiment très très fidèle au livre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • vassia7178 Posté le 3 Novembre 2018
              J'ai vu le film avant de lire le livre....
            Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
            À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              5 romans pour ados qui abordent des sujets sensibles

              Qui dit littérature young adult ne dit pas forcément candeur et insouciance. A l’instar des romans destinés aux adultes, de nombreuses fictions adolescentes osent aborder des sujets sensibles, du racisme à la guerre en passant par la maladie. Voici 5 ouvrages forts, émouvants, parfois drôles, à mettre entre les mains de tous les ados et même des adultes.

              Lire l'article