Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266118729
Code sériel : 11496
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Que ma terre demeure

Date de parution : 20/03/2003

Ancienne orpheline de la DDASS, Anna a choisi de planter ses racines à Menez Glaz, dans une ferme au nord de la Cornouaille. Précocement veuve, c’est avec son beau-père, le patriarche Tad Kermorvan, qu’elle apprend à écouter la terre, sa beauté, son rythme ancestral. Tout un art auquel « ceux...

Ancienne orpheline de la DDASS, Anna a choisi de planter ses racines à Menez Glaz, dans une ferme au nord de la Cornouaille. Précocement veuve, c’est avec son beau-père, le patriarche Tad Kermorvan, qu’elle apprend à écouter la terre, sa beauté, son rythme ancestral. Tout un art auquel « ceux d’en face », tenants d’un élevage porcin intensif, préfèrent le rendement à tout prix. Entre guerre des clans et secrets de famille, la fière Anna creusera obstinément son sillon, pour que sa terre demeure…

Cet ouvrage a reçu le Prix Bretagne

« Hervé Jaouen fait dans son roman le beau rêve d’une Bretagne qui retrouverait sa pureté. » Côté Femme

« Dans un vibrant chant de la terre, Hervé Jaouen rend hommage au Finistère et à l’âpre vie paysanne qu’ont connue ses aïeux. » Géo

« Plaidoyer d’un amoureux de la nature. » Le Télégramme

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266118729
Code sériel : 11496
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Hervé Jaouen fait dans son roman le beau rêve d'une Bretagne qui retrouverait sa pureté. » Côté Femme
« Dans un vibrant chant de la terre, Hervé Jaouen rend hommage au Finistère et à l'âpre vie paysanne qu'ont connue ses aïeux. » Anne-Marie Koenig - Géo
« Un très beau roman d'Hervé Jaouen sur un demi-siècle de révolution rurale. » Armor Magazine
« Plaidoyer d'un amoureux de la nature. » Le Télégramme

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • meknes56 Posté le 23 Juillet 2019
    Un roman qui se passe dans la région natale de mes grands parents est toujours pour moi un immense bonheur. Et ce roman, avec ses personnages attachants. Ce livre est vraiment aisé à lire même si, parfois, il y a des expressions en breton.
  • sld09 Posté le 27 Juin 2017
    J'ai adoré ce roman.Tout d'abord parce qu'il touche mon côté nostalgique, réveillant un tas de souvenirs d'enfance. Par exemple, le menu du déjeuner du dimanche décrit dans le roman est le même que celui que nous servait ma grand-mère lors des réunions de famille lorsque j'étais petite fille. Et c'est la même chose chose pour tout un tas d'éléments du récit. De la même façon, les expressions en breton le texte dont est truffé (mais rien d'insurmontable pour un néophyte) me sont très familières, car même si je ne parle pas breton, je l'ai entendu parler par mes grands-mères, arrière grand-mère et, dans une moindre mesure, mes parents.C'est donc un roman qui me touche en plein cœur, mais au-delà de l'agréable nostalgie que suscite cette histoire, Hervé Jaouen nous livre une profonde réflexion sur le monde agricole breton en mutation et sur la société de façon plus générale. L'auteur ne mentionne aucune date précise dans le roman et j'ai eu l'impression qu'il avait "condensé" les années pour mieux illustrer son propos. En effet, Hervé Jaouen dresse ici un sévère réquisitoire contre l'agriculture intensive qui défigure, détruit la Bretagne, ses paysages, sa faune, sa flore... Mais l'auteur s'en prend encore plus... J'ai adoré ce roman.Tout d'abord parce qu'il touche mon côté nostalgique, réveillant un tas de souvenirs d'enfance. Par exemple, le menu du déjeuner du dimanche décrit dans le roman est le même que celui que nous servait ma grand-mère lors des réunions de famille lorsque j'étais petite fille. Et c'est la même chose chose pour tout un tas d'éléments du récit. De la même façon, les expressions en breton le texte dont est truffé (mais rien d'insurmontable pour un néophyte) me sont très familières, car même si je ne parle pas breton, je l'ai entendu parler par mes grands-mères, arrière grand-mère et, dans une moindre mesure, mes parents.C'est donc un roman qui me touche en plein cœur, mais au-delà de l'agréable nostalgie que suscite cette histoire, Hervé Jaouen nous livre une profonde réflexion sur le monde agricole breton en mutation et sur la société de façon plus générale. L'auteur ne mentionne aucune date précise dans le roman et j'ai eu l'impression qu'il avait "condensé" les années pour mieux illustrer son propos. En effet, Hervé Jaouen dresse ici un sévère réquisitoire contre l'agriculture intensive qui défigure, détruit la Bretagne, ses paysages, sa faune, sa flore... Mais l'auteur s'en prend encore plus violemment aux lobbies, industriels et politiques qui "exploitent" les agriculteurs, les manipulant à coup de belles promesses, de législations, d'indemnisations, de subventions...Que ma terre demeure a été publié en 2001, mais le sujet est toujours d'actualité : mercredi dernier, j'ai passé une bonne partie de l'après-midi à surveiller depuis mon bureau les fumées des pneus incendiés à Brézillet par des agriculteurs en colère qui n'en peuvent plus de la "sur-administration", d'un travail qui leur permet à peine de subsister...
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesChroniquesdEmilie Posté le 11 Mai 2013
    Fidèle à ma Bretagne. J'aime beaucoup cet auteur pour son univers qui nous plonge au coeur de la Bretagne. Les personnages y sont très attachants. Il y a une petite part de mystère dès le début et on veut découvrir ce mystère. On voit grandir les personnages. Une très belle histoire
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.