Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266306638
Code sériel : 7288
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Rouille

Date de parution : 12/03/2020
1897, Paris. Violante est amnésique. Elle ne sait plus qui elle est ni d’où elle vient. Ses uniques indices sont son pendentif, fait d'une étrange gemme, et son prénom. Placée dans une maison close, Les Jardins Mécaniques, elle devient Duchesse, la plus courue des prostituées, dont s’entiche le comte de... 1897, Paris. Violante est amnésique. Elle ne sait plus qui elle est ni d’où elle vient. Ses uniques indices sont son pendentif, fait d'une étrange gemme, et son prénom. Placée dans une maison close, Les Jardins Mécaniques, elle devient Duchesse, la plus courue des prostituées, dont s’entiche le comte de Vaulnay, énigmatique promoteur ayant fait fortune sur la lune. Lors d’une escapade pour percer le secret de son identité, elle retrouve sa seule amie morte, atrocement mutilée. Elle s’aperçoit vite qu’elle est la dernière d’une série de prostituées ou d’enfants des rues dont les cadavres n’intéressent personne. La police ne semble pas même se préoccuper de cette nouvelle drogue, la rouille, qui fait rage dans les bas-fonds de la capitale. Il ne reste à Violante qu’à mener sa propre enquête…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266306638
Code sériel : 7288
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« La grande force de ce roman est son atmosphère steampunk extrêmement bien peaufiné et son ambiance sombre et glauque. Le sujet de la maison close qui sert de base à l’intrigue est très bien exploité et la double enquête est prenante. »
Sometimes a book

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Saiwhisper Posté le 11 Juillet 2020
    Nouvelle plongée dans une uchronie se déroulant à Paris avec, cette fois-ci, une atmosphère Steampunk très sombre, notamment en raison d’un tueur enlevant, puis démembrant les prostituées ainsi que les enfants des rues… Bien que je ne sois pas une adepte du genre Steampunk, les autres éléments m’ont fait aimer cette lecture ! D’ailleurs, j’ai encore plus accroché à ce one-shot qu’à « Les noces de la renarde », pourtant dépaysant, agréable et intriguant. Ce qui m’a surtout plu, c’est l’ambiance des bas quartiers, leur fonctionnement ainsi que les différents personnages y évoluant. Violante, l’héroïne, n’a pourtant pas réussi à trouver une place dans mon cœur, notamment en raison de son tempérament affirmé, hautain, franc et parfois capricieux. Toutefois, j’ai adoré la suivre au quotidien et dans son enquête. Malgré ses défauts, c’est une demoiselle intelligente, cultivée et observatrice. Même si elle est souvent guidée par sa sensibilité et son côté impulsif, il lui est arrivé d’avoir des réactions légitimes, en particulier dès que cela concernait son amie Satine ou encore son passé. De plus, j’ai aimé qu’elle appartienne à un monde peu ordinaire : celui de la prostitution. Cela change des héroïnes pures et aux mœurs parfaites. J’ai vraiment... Nouvelle plongée dans une uchronie se déroulant à Paris avec, cette fois-ci, une atmosphère Steampunk très sombre, notamment en raison d’un tueur enlevant, puis démembrant les prostituées ainsi que les enfants des rues… Bien que je ne sois pas une adepte du genre Steampunk, les autres éléments m’ont fait aimer cette lecture ! D’ailleurs, j’ai encore plus accroché à ce one-shot qu’à « Les noces de la renarde », pourtant dépaysant, agréable et intriguant. Ce qui m’a surtout plu, c’est l’ambiance des bas quartiers, leur fonctionnement ainsi que les différents personnages y évoluant. Violante, l’héroïne, n’a pourtant pas réussi à trouver une place dans mon cœur, notamment en raison de son tempérament affirmé, hautain, franc et parfois capricieux. Toutefois, j’ai adoré la suivre au quotidien et dans son enquête. Malgré ses défauts, c’est une demoiselle intelligente, cultivée et observatrice. Même si elle est souvent guidée par sa sensibilité et son côté impulsif, il lui est arrivé d’avoir des réactions légitimes, en particulier dès que cela concernait son amie Satine ou encore son passé. De plus, j’ai aimé qu’elle appartienne à un monde peu ordinaire : celui de la prostitution. Cela change des héroïnes pures et aux mœurs parfaites. J’ai vraiment apprécié découvrir toute la gestion d’une maison close à ses côtés : le programme imposé, le nombre de passes à réaliser, l’encadrement et les règles, le suivi médical strict, les rivalités entre les filles, la jalousie dès que l’une d’elle a quelque chose en plus, … C’était intéressant et bien retranscrit ! Les personnages côtoyant la maison close sont nombreux cependant, je n’ai pas été perdue, car on cerne vite les personnalités importantes, qui sont d’ailleurs généralement narratrices. Il y a par exemple Léon (un proxénète sympathique qui a trouvé Violante dans la rue et l’a engagée en pensant la sauver), Jules (un homme de main de Léon allant souvent aider l’héroïne), Surin (un marin qui porte bien son nom et dont le côté « cogneur » m’a rappelé un homonyme dans The Witcher), Madeleine (la tyrannique maquerelle), le comte Armand de Vaulnay (qui va prendre la jeune femme sous son aile), un curieux narrateur assassin dont découvre l’identité plus tard, etc. Hélas, on n’échappe pas à certains personnages caricaturaux comme la rivale Livia ne faisant que critiquer et envier Violante, le commissaire SM qui ne servira pas à grand-chose, la gentille amie mais trouble, … C’est un peu dommage toutefois, ils permettent au moins à Violante d’évoluer et d’apprendre à se connaître elle-même. D’ailleurs, toute cette quête sur les origines de la belle m’a intéressée. Même si on anticipe plusieurs choses, c’était très prenant ! Avant d’acquérir cet ouvrage, j’en avais eu plusieurs échos, que ce soit sur la blogosphère ou grâce aux Imaginales, puisque « Rouille » a été élu « prix imaginales des lycéens » en 2019. Il me semble également qu’il a eu le Prix ActuSF. J’avais donc des attentes envers cette uchronie ! Heureusement, j’ai été satisfaite : le rythme (que je savais assez lent) m’a plu, les personnages étaient originaux et agréables à suivre, tandis que l’ambiance des bas quartiers couplés à l’idée d’un « Jack l’Eventreur » français me fascinait. J’ai tout simplement adoré ! Les seuls reproches que je peux faire, c’est le manque d’attachement envers l’héroïne et certains éléments finalement assez clichés ou prévisibles. Beaucoup de lecteurs ont reproché le manque de développement du genre Steampunk. C’est vrai ! Hormis des animaux mécanisés, quelques prothèses et la Rouille, c’est très léger et finalement peu utile. Néanmoins, ce n’est pas un défaut pour moi, car je n’aurais sans doute pas autant aimé si c’était trop poussé. Ainsi, ces points négatifs n’ont pas réussi à entraver mon ressenti général qui est positif. Je vous recommande cette lecture, si vous cherchez une enquête mêlant drogue, pauvreté, prostitution, amnésie et meurtres en série… Merci aux éditions Pocket pour cette découverte qui me faisait envie depuis un certain temps !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Antharius Posté le 17 Juin 2020
    Violante est amnésique, elle n'a aucun souvenir qui remonte à avant trois ans et son arrivée aux Jardins mécaniques, une maison close où elle est la prostituée "Duchesse". Une de ses rares amies disparaît sans laisser de trace... Une nouvelle drogue fait des ravages dans le milieu... Puis les disparitions s'accumulent... Ce roman se situe dans un Paris "steampunk" où la Lune est un lieu de villégiature, la Tour Eiffel est dans un métal lunaire, les prothèses existent mais nous sommes toujours dans l'ambiance du Paris du XIXème siècle (Apaches, enfants perdus, le "milieu"...). Et le tout s'harmonise très bien: pas de "perte" en ligne, pas de moment où on sèche sur ces quoi ce "truc", NON c'est clair, simple et vraiment bien pensé. Les personnages sont également très riche: il n'y a pas d'héroïne seule contre tous, un beau ténébreux et un salaud. Au contraire, ils sont fouillés, sans "état d'âme": le maquereau certes a un côté humain quand il aide quelqu'un mais c'est pour en faire une prostitué, pas par pure bonté d'âme... Et c'est vraiment appréciable: pas de deux ex machina niais qui vient tout chambouler. La violence reste violente, l'angoisse reste angoisse et les séquelles ne s'effacent pas en 5min! C'est un excellent... Violante est amnésique, elle n'a aucun souvenir qui remonte à avant trois ans et son arrivée aux Jardins mécaniques, une maison close où elle est la prostituée "Duchesse". Une de ses rares amies disparaît sans laisser de trace... Une nouvelle drogue fait des ravages dans le milieu... Puis les disparitions s'accumulent... Ce roman se situe dans un Paris "steampunk" où la Lune est un lieu de villégiature, la Tour Eiffel est dans un métal lunaire, les prothèses existent mais nous sommes toujours dans l'ambiance du Paris du XIXème siècle (Apaches, enfants perdus, le "milieu"...). Et le tout s'harmonise très bien: pas de "perte" en ligne, pas de moment où on sèche sur ces quoi ce "truc", NON c'est clair, simple et vraiment bien pensé. Les personnages sont également très riche: il n'y a pas d'héroïne seule contre tous, un beau ténébreux et un salaud. Au contraire, ils sont fouillés, sans "état d'âme": le maquereau certes a un côté humain quand il aide quelqu'un mais c'est pour en faire une prostitué, pas par pure bonté d'âme... Et c'est vraiment appréciable: pas de deux ex machina niais qui vient tout chambouler. La violence reste violente, l'angoisse reste angoisse et les séquelles ne s'effacent pas en 5min! C'est un excellent roman et une auteure à suivre, tout simplement ^^
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeMondeDeMarieD Posté le 27 Mai 2020
    "Rouille" Floriane Soulas Débuté le 05/04/2019 terminé le 08/04/2019. 📚📚📚 Avis : Quel personnage, quelle Catin intelligente et forte que cette Violante ! Je recommande ce roman qui vous plonge dans un univers Steampunk dans les bas fonds de Paris en 1897, au milieu de la drogue et de la prostitution, quel programme !! J'avais un peu peur de me perdre dans ce monde Steampunk assez glauque, voir de trouver cela lourd et perdre de l'intérêt par les descriptions et finalement je me suis faite happée par ce roman sombre mais avec une belle intrigue.... Et je trouve que c'est fort de réussir à faire aimer et éprouver de la compassion pour Léon, proxénète notoire qu'on déteste dés les 1eres pages... J' ai vraiment aimé l'evolution de mes sentiments vis à vis des personnages, passer du "noir" au "blanc" sans pour autant que ces personnages soit différent du début à la fin. Moi j'adore ! J'ai beaucoup apprécié ce voyage !
  • Gilwen Posté le 25 Mai 2020
    Style élégant et visuel, ambiance entraînante, histoire intrigante (même si prévisible dans ses révélations)... on a là un bon premier roman. Seul petit bémol pour moi, des personnages un peu trop dans le bon sentiment, mais c'est globalement un roman qui m'a emportée et me donne envie de lire d'autres choses de l'autrice.
  • SChaptal Posté le 20 Mai 2020
    Encore un livre que j’ai choisi uniquement sur sa couverture. La demoiselle mécanique embrumée de Rouille de Floriane Soulas me faisait de l’œil depuis longtemps. J’ai profité des 15e Rencontres de l’imaginaire pour craquer. Et le moins que l’on puisse dire est que j’ai bien fait. Il a suffi d’une après-midi pluvieuse pour le dévorer. Encore une enquête steampunk me direz vous ? Eh oui, Rouille se déroule dans un Paris de la fin du 19e siècle où la Lune et ses ressources minières ont été conquises, et où une série de meurtres assez répugnants met la police sur les dents. Pour autant, le roman ne manque pas d’originalité. Là où généralement, le personnage principal est une personne de la bonne société qui se mêle volontairement ou non aux bas-fonds, dans Rouille, le personnage est une prostituée amnésique. Alors qu’elle s’échappe régulièrement de sa maison close à la recherche de sa mémoire, sa meilleure amie se fait massacrer. Elle va décider de mener l’enquête auprès de ses clients, mais également en faisant du chantage à son souteneur. Dans Rouille point de magie, juste des métaux lunaires aux propriétés étranges et des bricolages biomécaniques franchement peu ragoûtants. Étrangement les chats et les pigeons,... Encore un livre que j’ai choisi uniquement sur sa couverture. La demoiselle mécanique embrumée de Rouille de Floriane Soulas me faisait de l’œil depuis longtemps. J’ai profité des 15e Rencontres de l’imaginaire pour craquer. Et le moins que l’on puisse dire est que j’ai bien fait. Il a suffi d’une après-midi pluvieuse pour le dévorer. Encore une enquête steampunk me direz vous ? Eh oui, Rouille se déroule dans un Paris de la fin du 19e siècle où la Lune et ses ressources minières ont été conquises, et où une série de meurtres assez répugnants met la police sur les dents. Pour autant, le roman ne manque pas d’originalité. Là où généralement, le personnage principal est une personne de la bonne société qui se mêle volontairement ou non aux bas-fonds, dans Rouille, le personnage est une prostituée amnésique. Alors qu’elle s’échappe régulièrement de sa maison close à la recherche de sa mémoire, sa meilleure amie se fait massacrer. Elle va décider de mener l’enquête auprès de ses clients, mais également en faisant du chantage à son souteneur. Dans Rouille point de magie, juste des métaux lunaires aux propriétés étranges et des bricolages biomécaniques franchement peu ragoûtants. Étrangement les chats et les pigeons, pourtant légions à Paris, échappent aux expériences des uns et des autres. Même si la résolution finale de l’enquête se laisse deviner aux deux tiers du roman, l’histoire est suffisamment originale pour accrocher la lectrice que je suis jusqu’au bout. J’apprécie notamment, la fin ouverte qui pousse l’héroïne vers d’autres horizons. Et certaines idées me semblent particulièrement intéressantes, comme le dôme enserrant les beaux quartiers de Paris ou la façon dont la symbiose entre le métal et la chair est utilisée tout au long du roman. Malgré le métier de sa protagoniste principale, Rouille est vendue par son éditeur comme un roman pour jeunes adultes. Vous n’y trouverez donc pas de présentation explicite de son travail. En revanche, suivant un aphorisme cher aux séries TV, aux films et aux jeux vidéo, la violence semble moins choquante que le sexe. Et les descriptions des cadavres et des différentes bagarres sont elles très détaillées, sanglantes et assez violentes. Je ne suis pas sure du bien fondé de cet aphorisme, mais soit. Soyez donc prévenus que la rouille n’est pas la seule matière rouge à couler dans ce roman. Et régalez-vous de cette balade dans les bas-fonds de Paris.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.