En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Tout ce qu'on ne s'est jamais dit

        Pocket
        EAN : 9782266267304
        Code sériel : 16646
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Tout ce qu'on ne s'est jamais dit

        Fabrice POINTEAU (Traducteur)
        Date de parution : 02/03/2017
        1977, Ohio. Lydia Lee, seize ans, est une élève et une fille modèle. Elle est le grand espoir de son père, d’origine chinoise, qui projette sur elle ses rêves d’intégration, et de sa mère qui espère à travers elle accomplir ses ambitions professionnelles déçues. Mais à quoi rêve Lydia en... 1977, Ohio. Lydia Lee, seize ans, est une élève et une fille modèle. Elle est le grand espoir de son père, d’origine chinoise, qui projette sur elle ses rêves d’intégration, et de sa mère qui espère à travers elle accomplir ses ambitions professionnelles déçues. Mais à quoi rêve Lydia en secret ? Lorsque la police découvre son corps au fond d'un lac, la famille Lee, en apparence si soudée, va affronter ses secrets les mieux gardés, car plus rien ne sera pareil. La disparition de Lydia vire soudainement à l'autopsie familiale. Connaît-on jamais vraiment ses proches ?

        Lauréat du Prix Relay 2016
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266267304
        Code sériel : 16646
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.95 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • diablotin0 Posté le 31 Décembre 2017
          Le roman commence par la disparition de lydia, jeune fille de 16 ans que l'on va rapidement retrouver au fond du lac à proximité de la maison familiale. C'est en essayant de résoudre cette disparition, de comprendre ce qui s'est passé que l'on va apprendre à connaitre chaque membre de la famille et le fonctionnement ou le dysfonctionnement de celle-ci. Ainsi , très vite on s'aperçoit que Lydia, représente tout ce que les parents auraient voulu être, elle porte leur projet, leur rêve. Reporter ses rêves, ceux qu'on n'a pas pu réaliser sur ses propres enfants est un processus qui malheureusement dépasse la fiction. Il n'est effectivement pas rare de rencontrer des personnes qui portent le projet de leur parent. Ce roman montre très bien comment la famille est un système complexe où l'équilibre des uns dépend en grande partie de l'équilibre des autres. Mais qu'on ne s'y trompe pas, ce n'est pas un livre de psychologie, il s'agit bien d'un roman noir construit de façon intelligente où tous les personnages sont décrits avec soins et où les failles, les blessures, les besoins, les manques sont mis en exergue. (Merci Canel, c'était un bon choix dans ma liste :-)
        • clefran45 Posté le 17 Décembre 2017
          Attention ce livre n'est pas un roman policier ! Emprunté à la médiathèque de ma ville, il est pourtant rangé au rayon "RP" roman policier mais ce livre est encore plus complexe que cela. Il s'agit d'une véritable introspection au cœur d'une famille américaine à la fin des années 70, famille en apparence banale, au bonheur trompeur, que la mort de Lydia, leur fille de 16 ans, va secouer tel un séisme. À partir de ce décès la question n'est pas vraiment qui a pu conduire cette adolescente à se noyer mais plutôt quoi et pourquoi..le récit est une véritable introspection du lien familial, et une analyse de la difficulté de s'intégrer quand on est immigré, différents. L'auteur dissèque les relations familiales et les non dits, la place de la femme contrainte encore à s'occuper de son foyer au détriment de ses rêves et les souffrances qui résonnent sur tous les membres de la famille. J'ai été très touchée par l'écriture de Céleste Ng dont c'est le premier roman. C'est fin, sensible, on entre au cœur de cette famille pour y découvrir à quel point les silences et les secrets font de véritables ravages. C'est un livre prenant que je conseille vivement mais ne... Attention ce livre n'est pas un roman policier ! Emprunté à la médiathèque de ma ville, il est pourtant rangé au rayon "RP" roman policier mais ce livre est encore plus complexe que cela. Il s'agit d'une véritable introspection au cœur d'une famille américaine à la fin des années 70, famille en apparence banale, au bonheur trompeur, que la mort de Lydia, leur fille de 16 ans, va secouer tel un séisme. À partir de ce décès la question n'est pas vraiment qui a pu conduire cette adolescente à se noyer mais plutôt quoi et pourquoi..le récit est une véritable introspection du lien familial, et une analyse de la difficulté de s'intégrer quand on est immigré, différents. L'auteur dissèque les relations familiales et les non dits, la place de la femme contrainte encore à s'occuper de son foyer au détriment de ses rêves et les souffrances qui résonnent sur tous les membres de la famille. J'ai été très touchée par l'écriture de Céleste Ng dont c'est le premier roman. C'est fin, sensible, on entre au cœur de cette famille pour y découvrir à quel point les silences et les secrets font de véritables ravages. C'est un livre prenant que je conseille vivement mais ne cherchez pas une enquête haletante car ce n'est pas l'objet de ce livre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LevoyagedeLola Posté le 9 Décembre 2017
          Lydia, la fille chérie de Marilyn et de James a disparu. Sa mère est persuadée qu’elle a été enlevée par un fou dangereux même après que le corps de l’adolescente est retrouvé au fond du lac et que la police conclut à un suicide. Mais qu’est-ce qui a pu conduire la si parfaite Lydia au suicide ? L’histoire se dénoue au fil des analepses, les membres de la famille Lee cachent bien des secrets et des souffrances. Tous les personnages, Marilyn, James, Nath le fils aîné, Hannah, la petite dernière et même Jack, le jeune voisin avec qui Lydia a passé l’été en cachette, ont joué un rôle dans sa tragique disparition. Les souvenirs remontent en cascade, conduisant chacun sur le chemin douloureux de l’introspection. Un premier roman percutant, et même assez effrayant, qui décrit parfaitement bien comment l’amour des parents, les plus aimants, les mieux intentionnés soient-ils, peut détruire leurs enfants. On a toujours tendance à penser que c’est le manque d’amour qui abîme, mais pas seulement, comme le prouve le livre de Celeste NG. L’amour ne suffit malheureusement pas toujours. A lire, forcément !
        • VivianeWard Posté le 30 Novembre 2017
          Pour une fois ma théorie de dire qu'il ne faut pas lire un auteur inconnu dont c'est le premier roman ne s'applique pas ici. J'ai passé un bon moment avec Tout ce qu'on ne s'est jamais dit de Céleste Ng. Je n'ai pas non plus pour habitude de lire des livres antérieurs au XXème Siècle, mais 77 étant mon année et les années 50 celle de mes parents, je me suis dit pourquoi pas et j'ai bien fait. Cette histoire permet de voir comment les gens vivaient à cette époque et l'idée qu'ils se faisaient de ceux qui n'étaient pas comme eux. Il était inconcevable à l'époque de mélanger les genres et les races. Le roman fait aussi prendre conscience qu'il ne sert à rien de faire vivre ses rêves et la vie que l’on aurait souhaitée par ses enfants. Cela mène irrémédiablement à l'échec et à la perte de l'être aimé. Tout ce qu'on ne s’est jamais dit donne à réfléchir.
        • Pietro38 Posté le 29 Novembre 2017
          Un huit-clos familial bouleversant! Ce livre n'est pas un thriller au sens strict du terme, ni même un suspense comme savent en produire les Harlan Coben, Lisa Gardner, et autres Paula Hawkins. Tout ce qu'on ne s'est jamais dit appartient à ces romans qui privilégient la dureté des rapports humains et les atmosphères sombres et qui, se faisant, se distinguent des purs romans criminels. Il n'y a pas vraiment d'enquête policière, pas de crime sanglant, non, rien de tout cela, il y a juste la vie, dans toute sa complexité. La vie d'une famille "métisse" dans l'Amérique des années 70. Celeste Ng, américaine d'origine asiatique, met littéralement en pièces dans ce roman le melting-pot américain, en orchestrant un huit-clos familial étouffant et surtout bouleversant. Fin des années 70, dans une petite ville du Midwest: Lydia, 16 ans, est retrouvée morte noyée dans un lac. Son père, James Lee, d'origine chinoise, sa mère Marylin, américaine, son grand frère Nathan et sa petite soeur Hannah sont sous le choc. Meurtre, suicide, accident ? Chaque membre de la famille a sa propre explication. Ou pas. Car très vite, on se rend compte que les raisons de cette mort sont à chercher dans l'histoire complexe... Un huit-clos familial bouleversant! Ce livre n'est pas un thriller au sens strict du terme, ni même un suspense comme savent en produire les Harlan Coben, Lisa Gardner, et autres Paula Hawkins. Tout ce qu'on ne s'est jamais dit appartient à ces romans qui privilégient la dureté des rapports humains et les atmosphères sombres et qui, se faisant, se distinguent des purs romans criminels. Il n'y a pas vraiment d'enquête policière, pas de crime sanglant, non, rien de tout cela, il y a juste la vie, dans toute sa complexité. La vie d'une famille "métisse" dans l'Amérique des années 70. Celeste Ng, américaine d'origine asiatique, met littéralement en pièces dans ce roman le melting-pot américain, en orchestrant un huit-clos familial étouffant et surtout bouleversant. Fin des années 70, dans une petite ville du Midwest: Lydia, 16 ans, est retrouvée morte noyée dans un lac. Son père, James Lee, d'origine chinoise, sa mère Marylin, américaine, son grand frère Nathan et sa petite soeur Hannah sont sous le choc. Meurtre, suicide, accident ? Chaque membre de la famille a sa propre explication. Ou pas. Car très vite, on se rend compte que les raisons de cette mort sont à chercher dans l'histoire complexe et tourmentée de cette famille atypique (pour l'époque). Il faut dire que le contexte historique n'aide pas non plus, le racisme étant encore omniprésent dans l'Amérique des années 70. Plus que le racisme, et ça l'auteure le fait très bien ressortir dans ce roman, c'est la différence qui passe mal. Car Lydia avait les yeux bleus de sa mère blanche et les traits asiatiques de son père. Oui, Lydia était différente de ses camarades, qui le lui faisaient d'ailleurs bien comprendre. Dur dur de s'intégrer dans un contexte si défavorable! Roman noir psychologique, voire même sociologique, Tout ce qu'on ne s'est jamais dit aborde de nombreux thèmes, avec une crédibilité hors norme: violence de la dynamique familiale, problèmes des non-dits, difficultés à communiquer, mal être adolescent. Des thèmes qui sont ancrés dans un contexte historique parfaitement retranscrit par l'auteur. La famille Lee a du mal à s'intégrer dans une société conservatrice au sein de laquelle la place de la femme est à la maison, et où le métissage est rejeté. Sur la forme, l'auteur entremêle avec habileté passé et présent, pour nous dévoiler petit à petit la vérité sur la mort de l'adolescente. Le style d'écriture est riche, d'une grande qualité littéraire. L'auteur a le sens du détail et de la narration. Ce roman très noir a de la densité, du caractère, et de la profondeur. Saisissant!
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Adolescence à la dérive, secrets et regrets... un suspense aussi glaçant qu’efficace. » Olivia de Lamberterie, Elle

         « Un coup d’essai et un coup de maître. » Olivier Mony, Le Figaro Magazine

        « Subtile et sombre, cette fiction originale distille un malaise qui fait réfléchir. » L’Express

        « Brillant ! » Le Point

          « Une tension omniprésente. Un suspense haletant. Sur une rythmique diablement envoûtante. » Philippe Manche, Le Soir

        « Un premier roman d’une maîtrise remarquable, subtile dans sa narration aussi bien que dans son style, d’une envoûtante délicatesse. » Le Journal du Dimanche

        « On aime encore le style fluide, l’envie de tourner les pages jusqu’aux dernières lignes, lesquelles laissent un sentiment de gâchis… mais également d’espoir. » flair.be
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.