En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Tracks

        10/18
        EAN : 9782264069870
        Code sériel : 5220
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Tracks

        Bernardine CHEVIRON-POYLO (Traducteur)
        Date de parution : 15/06/2017
        Dans les années 70, une jeune Australienne décide sur un coup de tête de traverser le désert australien avec une caravane de dromadaires. Une aventure bigger than life, forcément culte.
        En 1975, Robyn Davidson, alias la Camel Lady, débarque à Alice Springs avec cinq dollars en poche. Son rêve : apprivoiser et domestiquer des chameaux pour traverser, à pied et en solitaire, les deux mille kilomètres de désert et de bush de l’Australie Occidentale.
        Commence alors un périlleux voyage avec ses...
        En 1975, Robyn Davidson, alias la Camel Lady, débarque à Alice Springs avec cinq dollars en poche. Son rêve : apprivoiser et domestiquer des chameaux pour traverser, à pied et en solitaire, les deux mille kilomètres de désert et de bush de l’Australie Occidentale.
        Commence alors un périlleux voyage avec ses chameaux Dookie, Bub, Zeleika et Goliath pour venir à bout de ce projet extravagant, malgré les préjugés, les sarcasmes et les calculs intéressés des uns et des autres. Indépendante, aventurière, battante, Robyn Davidson livre un récit intime sur la découverte de soi.
        Une aventure forte en émotions, menée par femme dotée d’un courage et d’une détermination inouïs.

        « Au cœur de ce livre désormais culte, un seul message : vous voulez être vous-même ? Alors n'obéissez jamais ! » Elisabeth Barillé, Le Figaro magazine
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264069870
        Code sériel : 5220
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • redmary Posté le 18 Septembre 2017
          Petite pépite de voyage! Livre auto-biographique réalisé par une femme extraordinaire. Une femme forte et indépendante qui retrace quelques années de sa vie tournant autour de la préparation et de la réalisation d'un treck de 2000 kilomètres dans le désert australien accompagnée de 3 chameaux dressés par ses soins et de sa chienne. Dingue? Oui Beau? Oh que oui Passionnant? Réellement. J'ai pris un plaisir fou à suivre l'histoire de cette femme forte, hors du commun, pleine d'humilité qui dit elle même qu'elle ne pense pas avoir fait quelque chose d'extraordinaire! Elle mènera à bien son rêve, même si parfois, elle frôlera la folie, marchant nue et sale dans le désert, sous un soleil de plombs. J'ai adoré son attachement à ses animaux, son respect de la vie et de la nature, sa sensibilité et sa force, son humanité et ses défauts. Un vrai roman à découvrir. Au niveau des points faibles, par grand chose sinon qu'ayant gardé un souvenir magique du superbe roman "Wild", j'aurais aimé un peu plus découvrir le désert en lui même et les pensées profondes de l'auteur. Par contre, j'ai appris énormément de choses sur les chameaux   et je pense que... Petite pépite de voyage! Livre auto-biographique réalisé par une femme extraordinaire. Une femme forte et indépendante qui retrace quelques années de sa vie tournant autour de la préparation et de la réalisation d'un treck de 2000 kilomètres dans le désert australien accompagnée de 3 chameaux dressés par ses soins et de sa chienne. Dingue? Oui Beau? Oh que oui Passionnant? Réellement. J'ai pris un plaisir fou à suivre l'histoire de cette femme forte, hors du commun, pleine d'humilité qui dit elle même qu'elle ne pense pas avoir fait quelque chose d'extraordinaire! Elle mènera à bien son rêve, même si parfois, elle frôlera la folie, marchant nue et sale dans le désert, sous un soleil de plombs. J'ai adoré son attachement à ses animaux, son respect de la vie et de la nature, sa sensibilité et sa force, son humanité et ses défauts. Un vrai roman à découvrir. Au niveau des points faibles, par grand chose sinon qu'ayant gardé un souvenir magique du superbe roman "Wild", j'aurais aimé un peu plus découvrir le désert en lui même et les pensées profondes de l'auteur. Par contre, j'ai appris énormément de choses sur les chameaux   et je pense que je n'oublierai jamais ces éléments. Donc au final, un livre que je recommande, que je ne suis pas prête d'oublier, qui fait rêver et qui montre que les rêves eux-même restent possible.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Irenadler Posté le 19 Août 2017
          Qu'il est agréable de dénicher un récit de voyage sur l'Australie, qui plus est écrit par une femme ! 1975, Robyn Davidson quitte sur un coup de tête son Angleterre natale pour l'hémisphère sud, avec une idée en tête (pour le moins saugrenue), traverser l'Australie accompagnée de chameaux. Cette jeune fille qui ne savait alors même pas tenir un marteau se révèle d'une force de caractère incroyable. Souvent découragée mais jamais abattue, elle réussira à se procurer des chameaux et entamera son voyage. Celle que les australiens ont appelé la « Camel Lady » nous livre un texte mi-roman/mi-récit, très réfléchit, où subsiste un écho du temps qui passe et qui s'est écoulé entre le temps du voyage et le temps de l'écriture.
        • BidouilleB Posté le 15 Juillet 2016
          Dans l'immensité australienne, une femme va seule, accompagnée de quatre chameaux et de sa chienne. D'est en ouest, elle traverse les terres arides, loin des hommes. On l'a appelé "la dame aux chameaux", "la folle" aussi parce que personne n'imaginait que ce petit bout de femme puisse faire un tel voyage, mais Robyn Davidson était bien loin de l'image lisse et propre qu'on en a donné. Son récit est magnifique. D'abord parce que dans ses yeux le désert australien devient un univers magique, calme et spectaculaire, ensuite parce qu'elle ne s'embête pas avec des considérations pseudo-philosophique sur "le voyage". Il n'y a rien de mystique chez elle, juste une envie. Et rien n'est rose ni facile. Elle passe deux ans à préparer, abandonner, relancer, reculer... avant de quitter Alice Spring et plonger dans la solitude de l'errance. J'ai aimé lire Robyn. J'ai aimé la voir abandonner toute notion de civilité au fil de son voyage et s'en contre fiche. J'ai adoré sa façon de traiter les gens, de ne pas mentir sur ses sentiments, ses colères parfois injuste. J'ai aimé lire le récit d'une voyageuse humaine, de celles qui reconnaissent leur faiblesses, leurs caprices et les assument. Sincèrement, dépassez cette satané couverture très laide que... Dans l'immensité australienne, une femme va seule, accompagnée de quatre chameaux et de sa chienne. D'est en ouest, elle traverse les terres arides, loin des hommes. On l'a appelé "la dame aux chameaux", "la folle" aussi parce que personne n'imaginait que ce petit bout de femme puisse faire un tel voyage, mais Robyn Davidson était bien loin de l'image lisse et propre qu'on en a donné. Son récit est magnifique. D'abord parce que dans ses yeux le désert australien devient un univers magique, calme et spectaculaire, ensuite parce qu'elle ne s'embête pas avec des considérations pseudo-philosophique sur "le voyage". Il n'y a rien de mystique chez elle, juste une envie. Et rien n'est rose ni facile. Elle passe deux ans à préparer, abandonner, relancer, reculer... avant de quitter Alice Spring et plonger dans la solitude de l'errance. J'ai aimé lire Robyn. J'ai aimé la voir abandonner toute notion de civilité au fil de son voyage et s'en contre fiche. J'ai adoré sa façon de traiter les gens, de ne pas mentir sur ses sentiments, ses colères parfois injuste. J'ai aimé lire le récit d'une voyageuse humaine, de celles qui reconnaissent leur faiblesses, leurs caprices et les assument. Sincèrement, dépassez cette satané couverture très laide que nous a pondu Stock (jugement extrêmement subjectif, mais elle ne rend pas du tout justice au texte !), et suivez sans modération une voyageuse qui ne fait pas de chichi !
          Lire la suite
          En lire moins
        • amesheurs Posté le 19 Mai 2016
          Écrire à chaud pour garder intactes mes émotions, mes larmes en fin de lecture. Avoir passé un peu plus d’une semaine dans le désert australien en compagnie de Robyn Davidson, de ses chameaux et de sa chienne Diggity. Vivre à ses côtés et partager son quotidien, sa traversée… J’en perds mes mots… j’hésite… comme si ma lecture était trop intime pour la partager… comme si je trahisais le voyage de Robyn… comme si… En grande rêveuse et aventurière immobile, je suis partie pleine d’espoirs. Découvrir l’Australie… Désenchantement dès les premiers chapitres. Si les paysages restent magnifiques, à rendre sans voix au fil des siècles, les habitants – les blancs – eux… augmentent la distance qui me séparent d’eux. Et pourtant… c’est oublier que nous sommes cousins, des proches… européens. Alors j’hésite… entre la honte, la colère, la tristesse face au sort du peuple aborigène entre les mains de ces blancs. Cela a-t-il changé en quarante ans ? (Penser que le voyage eut lieu en 1975.) Le récit de Robyn Davidson a-t-il pu donner un autre regard sur les aborigènes ? Sont-ils considérés comme des êtres de bon sens, pleins d’humanité et d’amour ? Un flot de questions coule en moi, de mon esprit… Faut-il partir, voyager à... Écrire à chaud pour garder intactes mes émotions, mes larmes en fin de lecture. Avoir passé un peu plus d’une semaine dans le désert australien en compagnie de Robyn Davidson, de ses chameaux et de sa chienne Diggity. Vivre à ses côtés et partager son quotidien, sa traversée… J’en perds mes mots… j’hésite… comme si ma lecture était trop intime pour la partager… comme si je trahisais le voyage de Robyn… comme si… En grande rêveuse et aventurière immobile, je suis partie pleine d’espoirs. Découvrir l’Australie… Désenchantement dès les premiers chapitres. Si les paysages restent magnifiques, à rendre sans voix au fil des siècles, les habitants – les blancs – eux… augmentent la distance qui me séparent d’eux. Et pourtant… c’est oublier que nous sommes cousins, des proches… européens. Alors j’hésite… entre la honte, la colère, la tristesse face au sort du peuple aborigène entre les mains de ces blancs. Cela a-t-il changé en quarante ans ? (Penser que le voyage eut lieu en 1975.) Le récit de Robyn Davidson a-t-il pu donner un autre regard sur les aborigènes ? Sont-ils considérés comme des êtres de bon sens, pleins d’humanité et d’amour ? Un flot de questions coule en moi, de mon esprit… Faut-il partir, voyager à l’autre bout du monde pour comprendre l’essence de la vie, de notre propre vie ? Robyn nous emmène avec elle dans son voyage intérieur. Je l’ai suivie. J’ai su garder la bonne distance avec elle, elle m’y a aidé. Entre les lignes, j’ai compris combien il est difficile de partager sa propre transformation intérieure. Arrive un moment où cette vie d’avant semble loin de nous, comme étrangère à nous. Elle l’écrit dans la préface, en première ligne 《Le passé s’effrite et s’éclipse derrière nous en laissant quelques indices avec lesquels nous essayons de le reconstruire.》 L’oubli se fait de lui-même. L’important reste dans le présent, et non dans ce lointain passé ou cet avenir indéfini et l’essentiel reste notre être et ses capacités, ses possibilités. Le message de Robyn Davidson est puissant à qui veut le voir. Pas de leçon à donner, juste son regard, sa vision sur les êtres humains croisés sur sa route, sur l’environnement qui l’a menée jusqu’à la fin de son voyage, juste sur ça… pas juste… c’est un immense cadeau ! Je pourrais m’arrêter là. Il me semble omettre des détails, des sentiments, et autres émotions… et me dire que l’aventure prend fin, mon coeur dit non. Comment garder ces souvenirs intacts de ma lecture ? Quel prochain livre choisir après ? Garder des mots de la fin 《[…] deux choses essentielles : on a la force et la puissance que l’on se donne et de tous les efforts, le plus difficile est de faire le premier pas, de prendre la première décision.》
          Lire la suite
          En lire moins
        • laplumevoyageuse Posté le 20 Novembre 2013
          1.700 miles de périple à travers le desert et le bush australien avec des chameaux et un chien - si bien raconté que l'on a le sentiment d'y avoir participé (ou presque). Récit de voyage d'une femme déterminée et courageuse.
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.