Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266293761
Code sériel : J3219
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

U4 : Koridwen

Date de parution : 06/06/2019
Koridwen, Jules, Stéphane, Yannis ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils sont en route vers le même rendez-vous.

«JE M’APPELLE KORIDWEN. Je suis la dernière survivante du hameau de Menesguen....
Koridwen, Jules, Stéphane, Yannis ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils sont en route vers le même rendez-vous.

«JE M’APPELLE KORIDWEN. Je suis la dernière survivante du hameau de Menesguen. J’ai décidé de me rendre à Paris. 541 kilomètres en tracteur, c’est de la folie, mais toute seule ici je suis trop vulnérable. Ma grand-mère m’a toujours dit que j’aurais un destin exceptionnel. C’est le moment de le vérifier. »
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266293761
Code sériel : J3219
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm
Pocket jeunesse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Emilieanr Posté le 6 Août 2020
    J’ai lu Koridwen il y a quelques semaines pour voir si mon avis changeait pas non, alors voilà ma critique : Le début m’a semblé très long, c’est vrai que j’ai lu le tome consacré à Yannis avant et qu’il traverse beaucoup plus de choses. Et comme je connaissais plus ou moins l’histoire j’ai eu du mal à me plonger dedans. Je pense aussi qu’Yves Grevet est l’auteur qui a du le plus amusé ou plutôt galérer [masquer] écrire une histoire avec trois autres personnes et en plus basée sur un chant breton c’est très fort (en tout cas pour moi) [/masquer]. J’ai bien aimé qu’elle vive en Bretagne et qu’elle est une fille de fermiers, ce qui est totalement dans le cliché mais cela m’a fait rire [masquer] j’ai beaucoup aimé aussi le côté « je suis une sorcière mais je n’y crois pas » de Koridwen [/masquer].
  • elise3coco Posté le 26 Juillet 2020
    Que dire de ce dernier U4 que j'ai lu ! Et bien voilà, comme avec les autres je reste sur ma fin. Comme dans les films où les séries qui s'arrêtent brutalement, ici je n'ai pas les réponses à toutes mes questions et ça je n'aime pas ! Le manque de fin et de résolution à ce virus m'agace. Pourtant lors de la lecture des 4 romans, on commence à comprendre le pourquoi les adolescents ont survécu et pas les autres. Mais au final on ne sait rien de plus. Et pas grand chose non plus sur la vie des héros après le rendez-vous avec Kronos.. ou alors en 2 pages ce qui ne me satisfait pas du tout. Aussi dans ce tome, j'ai été un peu étonné, voir grandement par la solution adopté par Koridwen pour rejoindre Paris. Un TRACTEUR ??? Non mais dans le genre discret, là j'ai pas compris. Et quand elle dit qu'ils doivent trouver des endroits où se cacher et bien avec un tracteur cela doit quand même être bien compliqué. Après les 4 tomes se lisent très bien, et on passe un bon moment en compagnie des personnages face à leur nouvelle vie, leurs doutes et leurs solutions... Que dire de ce dernier U4 que j'ai lu ! Et bien voilà, comme avec les autres je reste sur ma fin. Comme dans les films où les séries qui s'arrêtent brutalement, ici je n'ai pas les réponses à toutes mes questions et ça je n'aime pas ! Le manque de fin et de résolution à ce virus m'agace. Pourtant lors de la lecture des 4 romans, on commence à comprendre le pourquoi les adolescents ont survécu et pas les autres. Mais au final on ne sait rien de plus. Et pas grand chose non plus sur la vie des héros après le rendez-vous avec Kronos.. ou alors en 2 pages ce qui ne me satisfait pas du tout. Aussi dans ce tome, j'ai été un peu étonné, voir grandement par la solution adopté par Koridwen pour rejoindre Paris. Un TRACTEUR ??? Non mais dans le genre discret, là j'ai pas compris. Et quand elle dit qu'ils doivent trouver des endroits où se cacher et bien avec un tracteur cela doit quand même être bien compliqué. Après les 4 tomes se lisent très bien, et on passe un bon moment en compagnie des personnages face à leur nouvelle vie, leurs doutes et leurs solutions parfois grotesque. C'était une saga sympa et je reste convaincue que l'idée de base, de 4 auteurs différents qui écrivent 4 personnages différents mais dans le même monde est très sympa et a fonctionné. Elise__#9829;
    Lire la suite
    En lire moins
  • niny7 Posté le 14 Juillet 2020
    Après avoir lu Yannis, Stéphane et Jules, il me restait donc à découvrir Koridwen. J’étais intriguée, d’une part parce que je connaissais l’auteur et avais hâte de découvrir comment il abordait le sujet avec son personnage principal, et d’autre part parce que Kori est assez furtive dans les autres romans. Kori est fille unique et vit dans un hameau de Bretagne, dans la ferme de ses parents. Ou plutôt vivait. Elle a longtemps hésité, devant le trou qu’elle s’était préparé, à mettre fin à ses jours. Mais finalement, elle s’est trouvé un nouvel objectif : celui d’aller chercher son cousin et de s’occuper de lui. Et puis, comme rester sur place ne pouvait rien lui apporter de bon, et qu’il y avait cette possibilité de remonter le temps, à Paris, elle est partie. Elle a fait monter Max dans le tracteur, a rempli la remorque avec de quoi survivre, plus les affaires de sa grand-mère guérisseuse, et ne s’est jamais retournée. A la lecture des autres livres, Koridwen paraissait solitaire, farouche, mais restait cependant avenante et moins refermée sur elle-même que Stéphane. Quand on sait ce qu’elle traverse, cette impression me paraît plutôt adéquate. Si Kori se lie facilement avec les... Après avoir lu Yannis, Stéphane et Jules, il me restait donc à découvrir Koridwen. J’étais intriguée, d’une part parce que je connaissais l’auteur et avais hâte de découvrir comment il abordait le sujet avec son personnage principal, et d’autre part parce que Kori est assez furtive dans les autres romans. Kori est fille unique et vit dans un hameau de Bretagne, dans la ferme de ses parents. Ou plutôt vivait. Elle a longtemps hésité, devant le trou qu’elle s’était préparé, à mettre fin à ses jours. Mais finalement, elle s’est trouvé un nouvel objectif : celui d’aller chercher son cousin et de s’occuper de lui. Et puis, comme rester sur place ne pouvait rien lui apporter de bon, et qu’il y avait cette possibilité de remonter le temps, à Paris, elle est partie. Elle a fait monter Max dans le tracteur, a rempli la remorque avec de quoi survivre, plus les affaires de sa grand-mère guérisseuse, et ne s’est jamais retournée. A la lecture des autres livres, Koridwen paraissait solitaire, farouche, mais restait cependant avenante et moins refermée sur elle-même que Stéphane. Quand on sait ce qu’elle traverse, cette impression me paraît plutôt adéquate. Si Kori se lie facilement avec les gens qu’elle rencontre sur sa route vers Paris, elle ne leur voue pas pour autant une confiance immédiate. Elle fera quelques erreurs mais saura en tirer des leçons pour devenir plus forte. En fait, au fil de son voyage, la jeune fille égarée du début se transforme progressivement en une combattante déterminée qui n’a pas froid aux yeux. Le fait de prendre sous son aile son cousin autiste lui donne d’abord un but, une tâche concrète et quotidienne sur laquelle se concentrer tant qu’elle n’est pas à Paris : elle endosse un rôle de protectrice. Puis elle évolue, elle crée des liens avec des clans puissants tout en restant libre de ses mouvements. Au fur et à mesure, Koridwen se met aussi à croire. Croire en elle et aux prédictions de sa grand-mère. Elle ne s’en rend pas compte immédiatement, refuse même de voir les preuves qui s’étalent sous ses yeux. Mais la comptine celte qui lui reste en tête, comme un refrain, la guide vers son avenir et lui donne les clés pour atteindre l’objectif. Et toujours, lorsque le doute la gagne, sa foi en sa grand-mère la fait tenir. Koridwen apporte une touche de fantastique dans la dystopie. Avec elle, on découvre une autre manière de voir les choses. Son point de vue est comme filtré par les légendes bretonnes dans lesquelles sa grand-mère l’a bercée et se concentre de plus en plus, au fil du temps, sur cette quasi obsession d’accomplir son destin, coûte que coûte. Tout le côté mystique tourne autour de cette comptine que la jeune fille se récite régulièrement et qui semble liée à ce qu’elle traverse et est destinée à affronter. En bref, j’ai beaucoup aimé ce tome. La seule chose que j’aurais à lui reprocher, c’est le fait que le développement soit assez rapide. J’aurais aimé que le livre soit un peu plus long afin de mieux développer le caractère de l’héroïne et ses réflexions, qui m’ont parfois parues assez floues. Cela reste une lecture globalement agréable et satisfaisante, qui appelle clairement à une suite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ameliero Posté le 9 Juillet 2020
    Je ne sais pas vraiment à quoi je m’attendais en achetant le bouquin, mais je ne m’attendais pas du tout à une histoire pareille… Je dis ça à la fois dans le bon et le mauvais sens. Je m’attendais à beaucoup plus d’actions et à un climat de terreur fort. Il y a un petit climat de terreur, très peu d’action, sauf vers la fin. Comme les trois autres tomes comportent des noms de personnes, je m’attendais à ce qu’ils soient tous les quatre liés, mais quand ? comment ? Il faut attendre longtemps avant de le découvrir. Je ne me suis pas du tout attachée à Koridwen. Certains personnages meurent, et ça ne m’a fait ni chaud ni froid, contrairement à la jeune fille, mais je n’avais pas mal pour elle. Je me sens vraiment inhumaine, mais il me manquait quelque chose pour que je m’inquiète du sort des personnages, que j’en sois attachée. Malgré ça, j’ai beaucoup aimé la présence de la comptine bretonne et de cette culture particulière. Et le récit était tout de même intéressant à lire. J’ai bien aimé, mais sans plus. Je ne pense pas lire les trois autres tomes, pour l’instant celui-ci me suffit.
  • Morgane82 Posté le 23 Mai 2020
    Je ne savais pas si c’était une bonne idée de lire un livre sur une pandémie pendant une pandémie mais au final, rien à voir avec notre COVID. Et je lirai bien les versions des autres personnages car j’ai trouvé celle-ci passionnante. J’espère juste que ce ne sera pas trop répétitif. Pour ce qui est de notre première adolescente car oui, seuls les adolescents peuvent survivre au virus, nous avons affaire à une jeune bretonne qui va tenter de ralier Paris et le fameux Khronos pour voyager dans le temps et, sauver le monde. Koridwen est naïve mais elle est aussi efficace et maligne. Surtout, elle est altruiste et lors d’une fin du monde, c’est toujours un bon point même si c’est considéré comme un point faible par les vilains. J’ai vraiment apprécié ma lecture. Chalenge Multi Défis 2020 : 10 - Un ROMAN construit autour d'un voyage physique dans le temps (passé ou futur)

les contenus multimédias

Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.