RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit

            Pocket
            EAN : 9782266246491
            Code sériel : 15880
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 108 x 177 mm
            Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit

            Date de parution : 04/09/2014
            « Tu t’es donné beaucoup de mal, mon cher amour, pour aboutir à  bien peu de chose. J’ai été enchantée d’apprendre que la lumière transportait du passé à la vitesse record de trois cent mille kilomètres à la seconde, que cette vie que nous avons tant aimée nous venait des... « Tu t’es donné beaucoup de mal, mon cher amour, pour aboutir à  bien peu de chose. J’ai été enchantée d’apprendre que la lumière transportait du passé à la vitesse record de trois cent mille kilomètres à la seconde, que cette vie que nous avons tant aimée nous venait des étoiles, que notre vieux Soleil qui nous éclaire et nous chauffe était parvenu à peu près au milieu de son âge et que, capables de choses si grandes, si charmantes et si gaies, les hommes n’étaient pas là pour toujours. Tout ça me fait une belle jambe. Tout ça, franchement, m’est un peu égal. Ce que je voulais savoir, je ne le sais toujours pas. Ce qui va nous arriver, et à toi et à moi, dans quelques années à peine, ou peut-être même demain, quand le temps sera écoulé de notre passage sur cette Terre, m’est toujours aussi obscur. Je t’ai souvent entendu dire que tu souhaitais écrire des livres qui changent la vie des gens. Tu n’as pas changé grand-chose à la fragilité passagère et si affreusement menacée de mon amour pour toi. »
             
            Cette histoire universelle tient à peu près debout et se laisse lire sans trop d’ennui.  J. O.
             
            « Une histoire tellement belle que chacun rêvera qu’elle soit la sienne. » Nicolas Ungemuth – Le Figaro Magazine
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266246491
            Code sériel : 15880
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Une histoire tellement belle que chacun rêvera qu'elle soit la sienne. » Nicolas Ungemuth, Le Figaro Magazine
            « Très beau livre. » François Busnel, L'Express
            « Jamais Jean d'Ormesson n'a été aussi jeune. Plus il grimpe en âge, plus il rajeunit. Il reste dans son style alerte, primesautier, pétulant. » Dominique Bona, de l'Académie française, Version femina
            « On sort ébloui, étourdi, abasourdi de cette lecture. » Henry Bonnier, Politique Magazine
            « Cet ouvrage tient de la conversation brillante où il aborde les moments majeurs de son existence. » Télé 7 Jours

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Saispaspas Posté le 17 Septembre 2018
              J'ai lu ce livre avant qu'il ne parte. En apprenant son décès, j'ai pensé effectivement cet homme érudit avait encore tant à nous apprendre.
            • Cap0CapesDoc Posté le 25 Février 2018
              Des réflexions, de la poésie, des constatations, de l'Histoire, des Sciences... Une grande culture de la part de monsieur Jean d'Ormesson. Un grand vide maintenant.
            • opuscule Posté le 3 Février 2018
              Magnifique lecture d'un récit écrit par un grand homme qui pourtant n'a rien de prétentieux. A lire sans modération !
            • rosytta Posté le 7 Novembre 2017
              Ce livre est une confession, un tourbillon, une claque. Certains auteurs écrivent des livres, bon ou moins bons et puis d'autres signent de véritables bijoux, comme une pierre précieuse qu'on touche avec délicatesse et qu'on ne lâche sous aucun prétexte . Jean d'Ormesson nous transmet sa vision de la vie, du temps qui passe, de la science, de l'amour, de Dieu, du monde, de son passé, de son présent et puis de son avenir ou plutôt de sa mort, notre mort. L'homme a un début et une fin. C'est poignant et drôle. C'est piquant et juste. Ca fait réfléchir et en même temps on sait déjà tout ça ! C'est léger et délicat. Avec un sourire et quelques larmes, je vous dis merci Mr D'Ormesson pour cette petite parenthèse. Le petit plus c'est le français évidemment ! C'est tellement beau à lire, du bon français !
            • JMLire17 Posté le 16 Juillet 2017
              En écrivant ce livre Jean d'Ormesson, a dû, lui-même avoir la sensation de se répéter, à tel point qu'il consacre le chapitre XVI pour se justifier. En réalité, il revient sur les sujets, les thèmes, les interrogations, qui ont constitué la matière première de son œuvre et qui deviennent les obsessions d'un homme de 88 ans. Pour masquer toutes ses inquiétudes, il parle de sa famille, de ses voyages, de ses passions pour l'art, pour l'Italie, et pour une femme, confidente, complice, Marie dans le livre. Il traite de la création de l'univers, de l'homme, de sa propre construction d'écrivain, il aborde sa croyance en Dieu, il compare sans heurter les consciences, les théories de Dieu créateur, et celle de Darwin sur l'évolution de l'humanité. La fragilité de l'existence, le temps qui se réduit pour chacun, qui s'écoule inexorablement entre ce passé que l'on croît connaître, cet avenir que l'on ignore, et cet éphémère présent que l'on voudrait arrêter à sa guise, font l'objet de plusieurs chapitres. La mort est là également qui rôde, avec son lot d'incertitudes, de craintes, avec l'au-delà dont on se sait rien. Mais, le bonheur et la joie ne sont pas oubliés. Le lecteur perçoit... En écrivant ce livre Jean d'Ormesson, a dû, lui-même avoir la sensation de se répéter, à tel point qu'il consacre le chapitre XVI pour se justifier. En réalité, il revient sur les sujets, les thèmes, les interrogations, qui ont constitué la matière première de son œuvre et qui deviennent les obsessions d'un homme de 88 ans. Pour masquer toutes ses inquiétudes, il parle de sa famille, de ses voyages, de ses passions pour l'art, pour l'Italie, et pour une femme, confidente, complice, Marie dans le livre. Il traite de la création de l'univers, de l'homme, de sa propre construction d'écrivain, il aborde sa croyance en Dieu, il compare sans heurter les consciences, les théories de Dieu créateur, et celle de Darwin sur l'évolution de l'humanité. La fragilité de l'existence, le temps qui se réduit pour chacun, qui s'écoule inexorablement entre ce passé que l'on croît connaître, cet avenir que l'on ignore, et cet éphémère présent que l'on voudrait arrêter à sa guise, font l'objet de plusieurs chapitres. La mort est là également qui rôde, avec son lot d'incertitudes, de craintes, avec l'au-delà dont on se sait rien. Mais, le bonheur et la joie ne sont pas oubliés. Le lecteur perçoit aisément que Jean d'Ormesson a voulu mettre le maximum de lui-même dans ce livre, son écriture est constellée de listes d'expressions, par exemple s'il parle de son bonheur d'être encore " en vie dans ce monde parmi, les abeilles, les ânes, les éléphants, les oliviers, et les chats ", en France, " avec ses fleuves, ses villes... son vin, son Périgord, avec la Provence, et la Corse... le Béarn ou l'Alsace, la Savoie, la Touraine, ", s'il évoque la peinture " qui représente des tournesols ou des nymphéas, des saints, des vierges, des mendiants, des grands seigneurs, des pommes, parfois des ronds, des traits,.. ". Par cette méthode, il montre à la fois la multitude de ses interrogations et ses enthousiasmes. Ce livre m'a un peu ennuyé au début, j'avais la sensation de déjà lu et au fur et mesure de l'avancement de ma lecture, je me suis laissé entraîner par les questions qu'il pose et la joie de vivre de l'auteur.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.