Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264075741
Code sériel : 5513
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Une confession

Laurence Romance (Traducteur)
Collection : Domaine Policier
Date de parution : 06/02/2020
Le chef d’œuvre inconnu de l’auteur de Garde à vue.
À cinquante ans, John Duxbury est secrètement déçu par son existence. Son travail est devenu une routine, son mariage sombre dans la grisaille, il ne sait plus comment être heureux, ni s’il le sera à nouveau un jour. Sa vie est-elle un échec irrémédiable ? Bientôt, c’est un drame qui... À cinquante ans, John Duxbury est secrètement déçu par son existence. Son travail est devenu une routine, son mariage sombre dans la grisaille, il ne sait plus comment être heureux, ni s’il le sera à nouveau un jour. Sa vie est-elle un échec irrémédiable ? Bientôt, c’est un drame qui s’abat sur lui. Alors qu’il est en vacances avec sa femme, Maude, celle-ci fait une chute mortelle. Quelques temps plus tard, un homme se présente au commissariat. Il a été témoin des faits et prétend que c’est John qui a poussé sa femme dans le vide. C’est le début d’un face à face d’une rare intensité entre John Duxbury et l’inspecteur Harker, chargé de l’enquête.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264075741
Code sériel : 5513
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ericdesh Posté le 18 Février 2020
     Un tres bon roman, extrêmement agreable à lire. Le scénario est simple (sans pour autant être simpliste) mais son traitement est un modèle du genre. La psychologie des personnages est très bien brossée et l'écriture est d'une fluidité remarquable (l'auteur appuie régulièrement sur certains mots, en les écrivant en italique, et cela amène une réelle pertinence). Un auteur à découvrir.
  • nameless Posté le 19 Janvier 2020
    John Duxbury tient un journal intime dont la lecture est destinée à son fils Harry, parce qu'il cherche la vérité, un semblant de vérité, la vérité sur Maude son épouse, sur lui-même, la vérité sur leur mariage, la vérité sur n'importe quoi, rien que la vérité, plus de faux-semblants. Des faits, rien que des faits. Car John vient de vivre un drame. Alors que le couple en déliquescence s'était offert un week-end en bord de mer pour tenter de se rabibocher, Maude est tombée d'une falaise. L'enquête sans particularité, le coroner sans suspicion, ont conclu à une mort accidentelle, jusqu'à ce que se manifeste Raymond Foster, professeur de physique et néanmoins militant anti-nucléaire, panaphobique, qui trois jours après les faits, prétend avoir vu John pousser Maude, et trouve qu'il n'est pas correct de tuer sa femme. Alors ? Accident ou meurtre ? Maude est unanimement connue pour être une mégère, une garce méchante et impossible à vivre. Mais suffit-il d'être impossible à vivre pour mourir ? Si tel est le cas, il faut redouter une hécatombe. Harry Harker entre en scène. Policier à l'ancienne, il est capable de réussir un Rubik's cube en moins de trente minutes, de terminer les mots croisés du Times... John Duxbury tient un journal intime dont la lecture est destinée à son fils Harry, parce qu'il cherche la vérité, un semblant de vérité, la vérité sur Maude son épouse, sur lui-même, la vérité sur leur mariage, la vérité sur n'importe quoi, rien que la vérité, plus de faux-semblants. Des faits, rien que des faits. Car John vient de vivre un drame. Alors que le couple en déliquescence s'était offert un week-end en bord de mer pour tenter de se rabibocher, Maude est tombée d'une falaise. L'enquête sans particularité, le coroner sans suspicion, ont conclu à une mort accidentelle, jusqu'à ce que se manifeste Raymond Foster, professeur de physique et néanmoins militant anti-nucléaire, panaphobique, qui trois jours après les faits, prétend avoir vu John pousser Maude, et trouve qu'il n'est pas correct de tuer sa femme. Alors ? Accident ou meurtre ? Maude est unanimement connue pour être une mégère, une garce méchante et impossible à vivre. Mais suffit-il d'être impossible à vivre pour mourir ? Si tel est le cas, il faut redouter une hécatombe. Harry Harker entre en scène. Policier à l'ancienne, il est capable de réussir un Rubik's cube en moins de trente minutes, de terminer les mots croisés du Times durant la cuisson de son oeuf à la coque, accompagné de harengs fumés pour son petit-déjeuner. Harry vit seul, n'a besoin de personne et surtout pas d'une épouse pour que sa vie soit accomplie. En outre, il est né avec une singulière disposition d'esprit, il retient tout ce qu'il lit, voit ou entend. C'est le genre de flic qui chipote, qui pinaille, pour déterminer si un témoin est plutôt effacé ou apeuré, ou s'il est plutôt très timide ou secret. Opiniâtre, expérimenté, lent , méthodique, intuitif, il ne renonce jamais. Une confession est, selon mes critères, un pur joyau de la littérature noire, qui coche toutes les cases de la perfection. La construction est inventive, les personnages tous bien campés ; l'intrigue démarre sur une proposition très simple, que l'auteur décline brillamment avec originalité dans toutes ses nuances. Que dire du style classique au vocabulaire riche mais sans aucune pédanterie ? Parfait lui aussi, précis, direct, sans surcharges, assorti de dialogues subtils, et quel humour ! Grinçant, pince-sans-rire, élégant, présent en filigrane dans presque toutes les pages, parfois sous forme d'allusions littéraires, comme lorsque Harker, avant de s'endormir le soir, lit une histoire de détective privé américain, « où le héros passe son temps entre dégainer son flingue et déboutonner son pantalon. Du porno soft et sanglant débité par un quelconque idiot à l'imagination débridée ». Après avoir souffert durant une vingtaine de pages, Harker balance le bouquin sur la moquette en bougonnant : « Bon Dieu, il devrait faire mon boulot ! ». Une confession ne ressemble bien évidemment pas au roman us écorniflé par John Wainwright qui stigmatise non sans ironie les différences entre auteurs américains et anglais, et critique les productions médiocres dont il s'exclut, à juste titre. Bref, j'ai adoré, et j'ai craqué pour Harry Harker, dont les petites cellules grises, les talents de déduction et l'intuition m'ont enchantée ; j'ai également beaucoup apprécié la direction grave que prend peu à peu l'histoire a priori simple pour aboutir à un épilogue inattendu et émouvant. Dis Sonatine, t'en as d'autres en stock des romans comme celui-là, parus en 1984 et qui n'ont encore jamais été traduits en français ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • sandrine57 Posté le 18 Janvier 2020
    A cinquante ans, John Duxbury devrait être un homme heureux. A la tête d'une petite imprimerie en pleine expansion, il possède une vaste demeure, est marié à une femme qu'il aime et est père d'un fils dont il est très fier. Alors pourquoi éprouve-t-il le besoin de coucher ses états d'âme sur le papier ? Pourquoi garder une trace écrite de cette vie tranquille, sans heurts ni coups d'éclat ? Pour raconter, expliquer à son fils Harry ce que personne ne voit derrière la façade de son mariage paisible. Car si John Duxbury a l'impression d'avoir raté sa vie, c'est à cause de Maude. En vieillissant, sa femme est devenue amère, aigrie, acariâtre, dominatrice et John supporte tout en silence, par respect des liens du mariage, par souci des apparences. Jusqu'à quand ? Il ne le saura jamais...Alors que le couple profite d'un week-end en bord de mer, Maude tombe d'une falaise et se tue. Un terrible accident, un drame atroce pour les Duxbury, père et fils, qui pleurent une épouse et une mère. Sous le choc mais enfin libéré du despote qui régissait ses moindres faits et gestes, John croit pouvoir profiter de sa liberté retrouvée, mais c'est sans compter avec le... A cinquante ans, John Duxbury devrait être un homme heureux. A la tête d'une petite imprimerie en pleine expansion, il possède une vaste demeure, est marié à une femme qu'il aime et est père d'un fils dont il est très fier. Alors pourquoi éprouve-t-il le besoin de coucher ses états d'âme sur le papier ? Pourquoi garder une trace écrite de cette vie tranquille, sans heurts ni coups d'éclat ? Pour raconter, expliquer à son fils Harry ce que personne ne voit derrière la façade de son mariage paisible. Car si John Duxbury a l'impression d'avoir raté sa vie, c'est à cause de Maude. En vieillissant, sa femme est devenue amère, aigrie, acariâtre, dominatrice et John supporte tout en silence, par respect des liens du mariage, par souci des apparences. Jusqu'à quand ? Il ne le saura jamais...Alors que le couple profite d'un week-end en bord de mer, Maude tombe d'une falaise et se tue. Un terrible accident, un drame atroce pour les Duxbury, père et fils, qui pleurent une épouse et une mère. Sous le choc mais enfin libéré du despote qui régissait ses moindres faits et gestes, John croit pouvoir profiter de sa liberté retrouvée, mais c'est sans compter avec le témoignage des Foster. Ils observaient les oiseaux au moment de la chute fatale et si madame n'a rien vu, monsieur est sûr et certain d'avoir vu John pousser Maude dans le vide. La police, qui avait conclut à un accident, rouvre l'enquête et c'est l'inspecteur Harker qui est en charge de faire la lumière sur cette affaire où la parole de l'un s'oppose à la parole de l'autre. Attention coup de cœur ! Alors que le roman commence tranquillement avec les tourments d'un quinqua malheureux en ménage, très vite l'histoire tourne au drame tortueux où mensonges, manipulations, secrets et turpitudes viennent bousculer, interroger et perdre le lecteur. Grâce à une construction inventive, John Wainwright parvient à bousculer nos convictions et nous faire douter de tout et de tous. John Duxbury a-t-il poussé Maude ou est-il la victime d'un faux témoin menteur, malintentionné et revanchard ? Etait-il vraiment sous la coupe d'une femme castratrice ? Son journal est-il la stricte relation des faits ou un tissu de mensonges visant à le disculper ? Les réponses et la vérité crue viendront d'un policier obstiné et fin observateur de ses contemporains. Grâce à son travail de fourmi, l'inspecteur Harker viendra à bout des énigmes et des tentatives de dissimulation. Avec lui, pas de faux-semblants, pas de souci des apparences. Il débusque les failles, il fouille l'intimité, il bouscule la respectabilité. Pour savoir si Maude a glissé, il faudra lire jusqu'au bout ce petit chef-d'oeuvre de la littérature policière qui date de 1984 mais n'a pas pris une ride. Du beau travail !
    Lire la suite
    En lire moins
  • iris29 Posté le 15 Janvier 2020
    Le roman s'intitule Une Confession, mais ce que j'ai ressenti, c'est :"Une construction" ... parce que c'est à la fin, qu'on se dit :" Ah , oui d'accord, l'auteur m'a bien eue "...car la fin est très attendrissante et inattendue ( je n'en dirai pas plus, pour votre bonheur de lecteur ). Une femme fait une chute mortelle en tombant d'une falaise, a-t-elle été poussée par son mari ? Est-ce un accident ? L'histoire démarre un peu avant, par des extraits du journal du mari John Duxbury, un homme sans histoire. marié, un fils, qu'il a pris avec lui dans son entreprise qui ne connaît pas la crise. Bon gestionnaire, il a prévu de lasser son imprimerie à son fils, après sa mort. Vraiment , un homme sans histoire, excepté qu'il en bave avec sa femme, laquelle le domine et se comporte en vraie garce. Mais chez ces gens là, on ne divorce pas. Et puis ils s'aiment. ... à leur façon... Un mariage qui est comme une faillite, un long délitement sans qu'apparemment on ne puisse mettre le doigt sur un " coupable" , un événement qui aurait tout précipité vers le "rien". Un formidable gâchis, une perte de temps... Une seule... Le roman s'intitule Une Confession, mais ce que j'ai ressenti, c'est :"Une construction" ... parce que c'est à la fin, qu'on se dit :" Ah , oui d'accord, l'auteur m'a bien eue "...car la fin est très attendrissante et inattendue ( je n'en dirai pas plus, pour votre bonheur de lecteur ). Une femme fait une chute mortelle en tombant d'une falaise, a-t-elle été poussée par son mari ? Est-ce un accident ? L'histoire démarre un peu avant, par des extraits du journal du mari John Duxbury, un homme sans histoire. marié, un fils, qu'il a pris avec lui dans son entreprise qui ne connaît pas la crise. Bon gestionnaire, il a prévu de lasser son imprimerie à son fils, après sa mort. Vraiment , un homme sans histoire, excepté qu'il en bave avec sa femme, laquelle le domine et se comporte en vraie garce. Mais chez ces gens là, on ne divorce pas. Et puis ils s'aiment. ... à leur façon... Un mariage qui est comme une faillite, un long délitement sans qu'apparemment on ne puisse mettre le doigt sur un " coupable" , un événement qui aurait tout précipité vers le "rien". Un formidable gâchis, une perte de temps... Une seule voix , et des dialogues, auxquels vient se rajouter les tribulations du flic qui va enquêter sur cet " éventuel" meurtre, puisque qu'un témoin, trois jours après, s'est déclaré. Le début est "plan plan", la narration un peu "empesée". Et de penser que ce roman est un peu surcoté, un peu " démodé", jusqu'à la fin. Et là, soudain ,tout fait sens ; je me suis dit que l'auteur avait du talent pour l'enfumage, qu' à la fin , tout était "repositionné" ... "Une confession" intéressante, pleine d'un charme un peu surrané... Challenge Mauvais genres 2020 Challenge Multi défis
    Lire la suite
    En lire moins
  • pascalinedebrabant Posté le 11 Décembre 2019
    J’ai adoré ce thriller « à l’ancienne », si je peux me permettre cette expression…le style, la vitesse de narration, le coté so british, pas de violence ou d’effusion de sang. J’ai particulièrement aimé sa construction, surtout les parties confessions d’un père à son fils via un journal intime qu’il souhaite lui léguer à son décès. Les confessions d’un homme, sur sa vie , sur son mariage, sur son rôle de père, son travail…et sur la mort de sa femme.Parallèlement, on suit l’enquêteur, le fameux témoin… Un thriller qui vous balade de la première à la dernière page, a-t-il tué sa femme? le témoin est-il vraiment fiable? le tout pour aboutir à un final…que je n’avais pas vu venir, plutôt bouleversant…c’était il y a 34 ans…mais finalement toujours d’actualité. BREF…un thriller à suspens entièrement basé sur la psychologie de ses personnages, et ce titre, tellement adéquat …une confession, une confession d’une vie.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…