Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264069566
Code sériel : 5237
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Vers l'abîme

Corinna GEPNER (Traducteur)
Date de parution : 21/09/2017
Un chef d’œuvre satirique, scandaleux et visionnaire sur l’Allemagne de Weimar, brûlé par les nazis et censuré depuis, qui ressort enfin en version intégrale. Un véritable événement.
À Berlin, Jakob Fabian se livre à une critique féroce de la société allemande sous la République de Weimar, lieu de toutes les débauches et de tous les compromis. Désespéré par la veulerie de ses contemporains, il pressent l’approche du désastre, mais reste incapable d’agir et de s’engager.
Un roman décapant,...
À Berlin, Jakob Fabian se livre à une critique féroce de la société allemande sous la République de Weimar, lieu de toutes les débauches et de tous les compromis. Désespéré par la veulerie de ses contemporains, il pressent l’approche du désastre, mais reste incapable d’agir et de s’engager.
Un roman décapant, qui parvient à conjuguer l’ironie, la compassion et la poésie singulière d’une modernité déboussolée.

« Sans doute l'une des dix fins de roman les plus déroutantes de la littérature mondiale. En un mot comme en cent, Vers l'abîme est un chef-d’œuvre. » Jérôme Dupuis, L’Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264069566
Code sériel : 5237
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lehibook Posté le 24 Mai 2019
    Berlin sous la République de Weimar . Fabian promène son regard désabusé sur une société en décomposition ,on pense à « L’ange Bleu » mais aussi au désespoir souriant de la « Dolce Vita » . Au bord du gouffre , il s’accroche à l’amante , à l’ami , fragiles soutiens qui cèdent un par un ,cependant que sur les murs s’étend la floraison sinistre des croix gammées . Car le désespoir social est la véritable fabrique du monstre, ce fut vrai dans le passé ,ce pourrait l’être encore dans notre futur . Dans ce grand livre la voix d’outre-tombe de Kästner nous prévient .
  • JohnFerguson Posté le 2 Mai 2019
    Ce roman, écrit dans les années 1920, est d'une incroyable lucidité sur les aveuglements d'une nation. A mi-chemin entre la comédie et le drame, aux accents parfois bouffons font de ce roman l'un des plus envoûtant sur l'Allemagne de Weimar, mais se lit aussi en résonnance avec notre époque. Un must.
  • GabrielNadalet Posté le 9 Mars 2018
    D’un style d’écriture concis et incroyablement moderne, le narrateur nous décrit par les yeux d’un Fabian lucide, ironique et désespéré une déliquescence collective qui laisse pantois. A croire qu’il faille être sur le reculoir pour mieux percevoir, c’est toute la thématique du spectacle du monde liant acteurs et spectateurs qui traverse cette œuvre d’autant plus incontournable qu’elle ne pointe elle-même du doigt la venue de l’abime.
  • Brooklyn_by_the_sea Posté le 25 Février 2018
    Quel curieux livre ! Rédigé en 1930 en Allemagne, il décrit une société névrosée, où règnent le chômage, la misère sexuelle, la violence et le désir d'ordre. Il n'y a pas d'espoir dans cette société, qui ressemble de façon troublante à la nôtre, et le protagoniste principal s'y débat en suivant sa propre morale, oscillant entre désinvolture et bonté. Car il y a, heureusement, des fulgurances d'amour et de beauté, et d'humour insolent, qui font de ce court roman une tranche de vie saisissante dans un monde désolant.
  • Annette55 Posté le 30 Décembre 2017
    Nous sommes à Berlin, au début des années 30. Fabian, le héros de ce livre, cultivé, brisé par la première guerre mondiale, employé dans une agence de publicité, bientôt chômeur , un rien cynique, sans ambition, résigné et mélancolique, erre dans les rues de la capitale, avec son ami Labude, un universitaire .. Il observe ses contemporains avec attention, leur besoin frénétique de s'étourdir et les moeurs bizarres qui se déploient dans des cabarets minables, la nuit venue, même les mères de famille éprouvent le besoin de prendre un amant lorsque le mari VRP est parti travailler! Les histoires d'amour sincères ou tarifées, les personnages secondaires tels que que madame Irène Moll, ----une nymphomane ---- Fabian vit dans un appartement meublé, exigu, à la merci d'une logeuse acariâtre, il aide un inventeur qui refuse les ravages de la production industrielle, une enfant en difficulté ....... Il montre beaucoup d'amour pour sa mère , tombe amoureux d'une jeune fille ........ Désespéré, épris de justice, capable de tendresse , lucide , le moraliste Fabian se révèle incapable d'agir, de réagir et de s'engager . Traîner dans Berlin signifie aussi être témoin des heurts entre nationaux - socialistes et communistes, c'est côtoyer la misère sociale , l'angoisse diffuse,... Nous sommes à Berlin, au début des années 30. Fabian, le héros de ce livre, cultivé, brisé par la première guerre mondiale, employé dans une agence de publicité, bientôt chômeur , un rien cynique, sans ambition, résigné et mélancolique, erre dans les rues de la capitale, avec son ami Labude, un universitaire .. Il observe ses contemporains avec attention, leur besoin frénétique de s'étourdir et les moeurs bizarres qui se déploient dans des cabarets minables, la nuit venue, même les mères de famille éprouvent le besoin de prendre un amant lorsque le mari VRP est parti travailler! Les histoires d'amour sincères ou tarifées, les personnages secondaires tels que que madame Irène Moll, ----une nymphomane ---- Fabian vit dans un appartement meublé, exigu, à la merci d'une logeuse acariâtre, il aide un inventeur qui refuse les ravages de la production industrielle, une enfant en difficulté ....... Il montre beaucoup d'amour pour sa mère , tombe amoureux d'une jeune fille ........ Désespéré, épris de justice, capable de tendresse , lucide , le moraliste Fabian se révèle incapable d'agir, de réagir et de s'engager . Traîner dans Berlin signifie aussi être témoin des heurts entre nationaux - socialistes et communistes, c'est côtoyer la misère sociale , l'angoisse diffuse, l'entre - deux, la profonde dépression morale liée à la crise économique, la décrépitude dans une ville apathique et folle ! Cet ouvrage est une satire féroce, une critique âpre, lucide de la société allemande sous la république de Weimar,lieu de tous les compromis et lâchetés , qui voulait servir d'avertissement , signaler l'abîme vers lequel l'Allemagne et l'Europe toute entière se dirigeaient , forcer les consciences à entendre et à voir avant qu'il ne soit trop tard ! Un ouvrage à la plume magnifique à la fois poétique , abrupte et ironique ! La fin est simplement déroutante ! Ce livre sera censuré à sa parution, en 1931, brûlé par les nazis en 1933! Puis réédité beaucoup plus tard dans son intégralité . Il m'a fait penser à " -Seul-dans-Berlin "de Hans Fallada . Merci à Marie, ma libraire !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…