En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        A la recherche du temps perdu, tome 2

        Omnibus
        EAN : 9782258089327
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 1568
        Format : 132 x 198 mm
        A la recherche du temps perdu, tome 2

        Date de parution : 20/10/2011

        Un chef-d’œuvre de la littérature mondiale dans une édition maniable en deux volumes.

        Les écrivains de son temps louèrent cette œuvre monumentale et universelle dont la parution débute en 1918 avec Du côté de chez Swann et s’achève, cinq ans après la mort de Marcel Proust, par Le Temps retrouvé :
        « Les perspectives de son œuvre immense donnent cette certitude générale qui...

        Les écrivains de son temps louèrent cette œuvre monumentale et universelle dont la parution débute en 1918 avec Du côté de chez Swann et s’achève, cinq ans après la mort de Marcel Proust, par Le Temps retrouvé :
        « Les perspectives de son œuvre immense donnent cette certitude générale qui ne trompe pas. Proust a fait avancer l’introspection, la conscience que l’homme prend de lui-même, dans une mesure qui l’égale aux meilleurs moralistes de tous les temps. » (Léon Daudet, « Hommage à Marcel Proust », La Nouvelle Revue Française, janvier 1923.)

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258089327
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 1568
        Format : 132 x 198 mm
        Omnibus
        28.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Aude_85 Posté le 18 Avril 2015
        • Siladola Posté le 5 Juillet 2014
          Le long purgatoire du Temps Retrouvé, cette descente aux Enfers dantesque, ponctuée d’obscurités, d’incendies, de lieux souterrains, il n’est pas croyable que Proust n’en eût consciemment le modèle, mais dissimulé, dissimulant, il n’avoue que les Mille et Une Nuits dont la référence comique émaille des scènes sans orientalisme. Dante, le modèle donc. Et plus profondément celui de la Chute et de la Rédemption. Il n’est pas vraisemblable que Proust n’en eût conscience, et cependant, avec sa culture, son raffinement, il était capable de folies et cette démarche d’insecte qui lance le narrateur à travers Paris à la poursuite du baron de Charlus, puis de la maison de passe jusque chez lui où Françoise et le maître d’hôtel s’entre-dévorent ; cette démarche en biais, cette allure de crabe-tourteau, il est également envisageable qu’elles aient occulté les thèmes bibliques et la Divine Comédie. Ils restent sous-jacents. On s’enfonce en effet, dès l’ouverture de ce dernier volume de La Recherche, dans une succession de scènes où le mal s’aggrave petit à petit. C’est d’abord les familiers que l’on ne reconnaît pas, la médisance du salon Verdurin altéré par les ans ; Saint-Loup dont les mauvais côtés seuls remontent à la surface et subsistent dans l’effondrement... Le long purgatoire du Temps Retrouvé, cette descente aux Enfers dantesque, ponctuée d’obscurités, d’incendies, de lieux souterrains, il n’est pas croyable que Proust n’en eût consciemment le modèle, mais dissimulé, dissimulant, il n’avoue que les Mille et Une Nuits dont la référence comique émaille des scènes sans orientalisme. Dante, le modèle donc. Et plus profondément celui de la Chute et de la Rédemption. Il n’est pas vraisemblable que Proust n’en eût conscience, et cependant, avec sa culture, son raffinement, il était capable de folies et cette démarche d’insecte qui lance le narrateur à travers Paris à la poursuite du baron de Charlus, puis de la maison de passe jusque chez lui où Françoise et le maître d’hôtel s’entre-dévorent ; cette démarche en biais, cette allure de crabe-tourteau, il est également envisageable qu’elles aient occulté les thèmes bibliques et la Divine Comédie. Ils restent sous-jacents. On s’enfonce en effet, dès l’ouverture de ce dernier volume de La Recherche, dans une succession de scènes où le mal s’aggrave petit à petit. C’est d’abord les familiers que l’on ne reconnaît pas, la médisance du salon Verdurin altéré par les ans ; Saint-Loup dont les mauvais côtés seuls remontent à la surface et subsistent dans l’effondrement des souvenirs et des amours (Gilberte, Albertine). Puis la flagellation, les antichambres et les œils-de-bœuf, des intérieurs dont cette fois Dostoïevski, évoqué à deux reprises dans cette « cathédrale inachevée », pourrait avoir fourni l’inspiration (par la prestesse des changements de décor, le rassemblement de personnages glanés au détour d’un cloaque dans de petits salons, des pièces closes) mais qui évoquent, en aval du courant littéraire, le Genet de Notre-Dame-des-Fleurs. Enfin le métro parisien dont l’abri ne sert plus, pendant les bombardements, virtuose parallèle de Pompéi et Sodome et Gomorrhe, qu’à d’ignominieux tripotages et des attouchements subreptices. La guerre environne cette perdition. Non la Grande Guerre sur le front, mais en creux sur la capitale, celle des embusqués et des plaisirs frivoles de l’arrière. Et c’est peut-être la vraie ; car la guerre parisienne et son décor maudit semblent manifester le péché qui s’est emparé du monde innocent du « Côté de chez Swann » ou des « Jeunes Filles en Fleurs». En 1913, Proust a achevé le manuscrit principal de La Recherche. Il ajoute après-guerre « béquets » et « paperoles », qui font aux éditeurs s’arracher les cheveux pour tenter d’en recoudre un roman linéaire, au vaste champ d’épandage, au terrain vague du dernier livre. La malédiction du Temps lui-même, son propos initial, la guerre vient à point nommé l’illustrer. Que l’on n’en voie que les aspects mesquins répond finalement à cette dérisoire entropie de la condition humaine, dont il retrace le non-sens dans la succession du récit. La guerre est la figure politique de l’arrivée à l’âge adulte et de la perte des illusions. Il n’y a rien au-delà : la paix même ne saurait révéler du monde que les déceptions, le caractère irréversible du changement. Seule l’écriture rédime : la traversée des Enfers est aboutie à un beau livre. Choral magnifique des pavés de la cour de l’hôtel de Guermantes... Mais annonciateur du Salut, comme « une corne de taureau dans la littérature » (Leiris), se trouve d’abord l’étrange passage où le narrateur affirme avoir tout inventé, fabriqué tous les personnages « pour les besoins de (sa) démonstration », à l’exception du seul couple sublime des Larivière. On éprouve, du reste, avec difficulté le "sublime" de ces cafetiers sortis de leur retraite pour aider leur nièce veuve. Mais si Proust le prend pour tel, c’est qu’enfin le réel affleure. Après tant de pages de fiction, après « le rocher de la Matière » où s’enchaîne le baron, voici l’évènement ni de l’ordre de l’imagination, ni de l’inanimé : en ce modeste point de l’espace et du temps se conjoignent, comme à la naissance du Sauveur, l’éternel et l’insignifiant, l’Histoire et la charité. La création se résume – elle trouve son sens. La folie du monde et ses désillusions ne valent que si on les transforme en un bel objet littéraire. A l’inverse, le livre ne serait rien s’il ne disait la vérité.
          Lire la suite
          En lire moins
        Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
        Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.