Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074485
Code sériel : 5512
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 522
Format : 128 x 197 mm

Angélus

Date de parution : 05/03/2020
An de grâce 1165. En terre d’Occitanie. Deux abbayes, deux jours, deux crimes.
1165. Les corps suppliciés des victimes, qui appartiennent à l’atelier du tailleur de pierre Jordi de Cabestan, ont été déguisés en anges dérisoires. La panique se répand. Certains voient dans ces crimes la main du diable. D’autres soupçonnent les adeptes de cette nouvelle secte que l’on nommera bientôt les «... 1165. Les corps suppliciés des victimes, qui appartiennent à l’atelier du tailleur de pierre Jordi de Cabestan, ont été déguisés en anges dérisoires. La panique se répand. Certains voient dans ces crimes la main du diable. D’autres soupçonnent les adeptes de cette nouvelle secte que l’on nommera bientôt les « Cathares ». Au grand scandale de l’Église de Rome, ceux-ci prétendent être les Vrais Chrétiens.
L’archevêque de Narbonne missionne un jeune noble, Raimon de Termes, afin de découvrir l’assassin. Les « hérétiques » désignent une des leurs, Aloïs de Malpas, pour les disculper. De son côté, Jordi de Cabestan veut venger ses compagnons. Trois enquêtes labyrinthiques vont les mener vers une vérité qu’aucun d’entre eux n’imaginait.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074485
Code sériel : 5512
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 522
Format : 128 x 197 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lally2 Posté le 22 Octobre 2020
    Une intrigue captivante : on se plonge avec plaisir dans le quotidien de l'Occitanie médiévale. L'amour du jeune chevalier et de Lucia rappelle l'amour de loin, chanté par les troubadours. Les préoccupations de ce jeune chevalier assez triviales s'opposent à la rigueur monastique. La vie au monastère se voudrait spirituel, mais se révèle en fait moins glorieux noirci par la rivalité entre membres du clergé. Cette noirceur s'oppose à la naissance du catharisme défini comme une religion égalitaire et respectueux de l'homme et de la vie. Toutes ces conceptions différentes finissent par se rejoindre pour un objectif commun : trouver le meurtrier capable d'une telle sauvagerie. Le point commun est la religion et l'art de tailler la pierre. Mais la recherche de la vérité va transformer les personnages : Aloïs est le personnage le plus émouvant dans son évolution.
  • Jondelles Posté le 2 Août 2020
    livre passionnant et haletant, je le conseille vivement
  • spleen Posté le 31 Juillet 2020
    Un coup de cœur pour ce roman assurément ! Deuxième moitié du XII ème siècle , en Occitanie , entre Carcassonne et Narbonne. Maitre Jordi de Cabestan , le tailleur de pierres doit honorer une commande pour l'abbaye de Grassa, mais la découverte dans une mise en scène macabre de deux de ces ouvriers assassinés et grimés en ange contrarie ses projets et il va se mettre en quête de l'homme qui prend pour cible les membres de son équipe . Raimon de Termes , nouvellement adoubé comme chevalier est missionné pour résoudre le mystère de ces crimes odieux et se retrouve la cible d'un chantage autour d'un acte de propriété d'une mine lui appartenant mais que convoite l'abbaye . Aloïs de Malpas est une jeune femme qui fait partie de la "secte "des vrais chrétiens , autrement dit les cathares qui commencent à faire de nombreux adeptes et sont considérer comme hérétiques par l'église.Elle a été désignée pour innocenter un des siens, coupable trop évident. Ces trois personnages se retrouvent donc mêlés à la même affaire ... Sur les pas de Ken Follet , dans Les Piliers de la Terre et d'Umberco Eco , dans Le Nom de la Rose, ce roman bien... Un coup de cœur pour ce roman assurément ! Deuxième moitié du XII ème siècle , en Occitanie , entre Carcassonne et Narbonne. Maitre Jordi de Cabestan , le tailleur de pierres doit honorer une commande pour l'abbaye de Grassa, mais la découverte dans une mise en scène macabre de deux de ces ouvriers assassinés et grimés en ange contrarie ses projets et il va se mettre en quête de l'homme qui prend pour cible les membres de son équipe . Raimon de Termes , nouvellement adoubé comme chevalier est missionné pour résoudre le mystère de ces crimes odieux et se retrouve la cible d'un chantage autour d'un acte de propriété d'une mine lui appartenant mais que convoite l'abbaye . Aloïs de Malpas est une jeune femme qui fait partie de la "secte "des vrais chrétiens , autrement dit les cathares qui commencent à faire de nombreux adeptes et sont considérer comme hérétiques par l'église.Elle a été désignée pour innocenter un des siens, coupable trop évident. Ces trois personnages se retrouvent donc mêlés à la même affaire ... Sur les pas de Ken Follet , dans Les Piliers de la Terre et d'Umberco Eco , dans Le Nom de la Rose, ce roman bien plus original qu'un simple pastiche entraine le lecteur dans les coulisses peu reluisantes des luttes d'influence et de pouvoirs entre hommes d'église qui ont oublié d'être humbles et compatissants envers leurs ouailles les plus pauvres qu'ils laissent dans un obscurantisme bien pratique pour cacher tous les vices dont évêques , archevêques ou moines peuvent être coupables . On y croise des tailleurs de pierre, des tisserands, un apothicaire, des gens du peuple , tout un monde foisonnant dans cette période moyenâgeuse passionnante . Cet ouvrage m'aura aussi donné l'envie de mieux connaitre l'histoire des cathares .
    Lire la suite
    En lire moins
  • kitou94170 Posté le 23 Juillet 2020
    Un vrai régal que cet « Angélus » de François-Henri Soulié ! Premier roman de cet auteur que je lis, c’est une vraie découverte. Cela fait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans un vrai polar historique. Et bien je ne suis pas déçue de retrouver ce genre littéraire, ce fut un pur bonheur ! 520 pages en poche tout de même, un pavé que je n’ai pas lâché du début à la fin. Nous voici parachuté au Moyen-âge, en l’An de grâce 1165 en terre d’Occitanie. Premier meurtre : un ange accroché dans un arbre. Le mort a été supplicié puis déguisé. D’autres vont suivre dans une macabre mise en scène « de cadavres angéliques ». Particularité des victimes : ce sont tous des ouvriers qui travaillaient pour l’atelier de Jordi de Cabestan, tailleur de pierre. La panique se répand au sein de l’atelier mais également dans les abbayes dans lesquelles travaillent les ouvriers. Certains y voient la main du Diable, d’autres n’hésitent pas à accuser les cathares, cette nouvelle « secte » qui prétend représenter « les vrais Chrétiens », ceux-là même que l’église nomme les hérétiques. De Narbonne à Carcassonne, trois personnages principaux vont se lancer dans la recherche... Un vrai régal que cet « Angélus » de François-Henri Soulié ! Premier roman de cet auteur que je lis, c’est une vraie découverte. Cela fait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans un vrai polar historique. Et bien je ne suis pas déçue de retrouver ce genre littéraire, ce fut un pur bonheur ! 520 pages en poche tout de même, un pavé que je n’ai pas lâché du début à la fin. Nous voici parachuté au Moyen-âge, en l’An de grâce 1165 en terre d’Occitanie. Premier meurtre : un ange accroché dans un arbre. Le mort a été supplicié puis déguisé. D’autres vont suivre dans une macabre mise en scène « de cadavres angéliques ». Particularité des victimes : ce sont tous des ouvriers qui travaillaient pour l’atelier de Jordi de Cabestan, tailleur de pierre. La panique se répand au sein de l’atelier mais également dans les abbayes dans lesquelles travaillent les ouvriers. Certains y voient la main du Diable, d’autres n’hésitent pas à accuser les cathares, cette nouvelle « secte » qui prétend représenter « les vrais Chrétiens », ceux-là même que l’église nomme les hérétiques. De Narbonne à Carcassonne, trois personnages principaux vont se lancer dans la recherche de l’assassin : Raimon de Termes, jeune noble nouvellement adoubé chevalier, missionné par l’église ; Jordi de Cabestan veut venger ses compagnons ; face à eux, Aloïs de Malpas désignée par les Cathares afin de les disculper de ces crimes. Tous trois vont mener l’enquête chacun de leur côté pour faire éclater la vérité mais également se battre pour défendre leurs croyances. Quel plaisir j’ai eu à me lancer dans cette lecture : c’est peu de dire que j’ai dévoré ce roman. François-Henri Soulié nous happe littéralement dans cette époque du moyen-âge en nous entraînant dans un suspense que l’on suit sans lever les yeux afin d’en connaitre le plus rapidement le dénouement. Sa force est d’employer une écriture fluide très détaillée mais facile à lire tout en utilisant également un vocabulaire faisant référence au langage médiéval. Outre l’intrigue, «Angélus » est également très enrichissant d’un point de vue historique car il nous plonge au sein de ce XIIème siècle notamment marqué par la guerre que va lancer l’église catholique contre les cathares (qui s’achèvera avec l’extermination totale de cette religion naissante….. et oui quelle que soit l’époque rien ne change !), ainsi que dans cette lutte de pouvoir entre l’église de Rome, les abbayes et les différents seigneurs féodaux du Sud de la France (époque où intrigues riment la plupart du temps avec violence…). En conclusion, roman captivant de bout en bout rempli de rebondissements mais également riche en enseignement, qui n’est pas sans rappeler le magnifique « Nom de la rose « d’Umberto Eco mais également la saga de Ken Follet « Les piliers de la terre ». Une très belle surprise pour ma part. Sorti directement en 10/18, n’hésitez pas : pour tous les amoureux des polars historiques c’est à lire absolument et urgemment car lorsque littérature rime avec autant de plaisir de lecture, il faut foncer.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cassieden Posté le 11 Juillet 2020
    Avant tout il est bon de spécifier que la narration de cette histoire est écrite en " langage soutenu", non seulement que ne l'on utilise plus maintenant et également les écritures et mots employés sont d'époque : " adoubé,sexte, none", donc pour comprendre certains mots il faut sortir le dictionnaire ou surfer sur la toile, ce qui n'est pas désagréable pour s'instruire et comprendre l'histoire. Après il y a l'aspect biblique...entre les chrétiens, les hérétiques,les abbaye, les formes de " sectes", les croyances, le diable, les moeurs très désuets de l' époque, là par contre, je suis beaucoup moins fan et j'essaie de dépasser cet aspect qui me dérange un peu. Ce livre est composé de chapitre de 3 protagonistes principaux: Jordi de Cabestan( tailleur de pierre), Raimon de Termes( promu chevalier depuis peu) et Aloïs( Tisserande). Les histoires sont donc à chaque fois fractionnées de chapitre titrés de 1 à 60 avec le nom du protagoniste, la ville ( Carcassonne, Narbonne, ou endroit, lieu etc)ce qui permet au lecteur de se familiariser avec chaque protagoniste au début mais c'est aussi déroutant selon le lecteur car nous avons tous un personnage " préféré". Celà commence avec un porcher du nom de Joan, qui découvre... Avant tout il est bon de spécifier que la narration de cette histoire est écrite en " langage soutenu", non seulement que ne l'on utilise plus maintenant et également les écritures et mots employés sont d'époque : " adoubé,sexte, none", donc pour comprendre certains mots il faut sortir le dictionnaire ou surfer sur la toile, ce qui n'est pas désagréable pour s'instruire et comprendre l'histoire. Après il y a l'aspect biblique...entre les chrétiens, les hérétiques,les abbaye, les formes de " sectes", les croyances, le diable, les moeurs très désuets de l' époque, là par contre, je suis beaucoup moins fan et j'essaie de dépasser cet aspect qui me dérange un peu. Ce livre est composé de chapitre de 3 protagonistes principaux: Jordi de Cabestan( tailleur de pierre), Raimon de Termes( promu chevalier depuis peu) et Aloïs( Tisserande). Les histoires sont donc à chaque fois fractionnées de chapitre titrés de 1 à 60 avec le nom du protagoniste, la ville ( Carcassonne, Narbonne, ou endroit, lieu etc)ce qui permet au lecteur de se familiariser avec chaque protagoniste au début mais c'est aussi déroutant selon le lecteur car nous avons tous un personnage " préféré". Celà commence avec un porcher du nom de Joan, qui découvre dans un arbre, un " ange" mort accroché . Un déguisement Morbide qui entraînera le jeune noble Raimon de Terbes à enquêter sur cet horrible crime!! Les victimes travaillaient pour le tailleur de pierre, Jordi dont hélas son frère Valérian sera la prochaine victime... Aloïs, l'hérétique, celle qui pratique le consalament" forme de baptême des mourants et des cathares, ne sera pas la bienvenue dans cette histoire... J'en suis à la moitié, ce que j'apprécie dans ce roman moyenâgeux c'est que tout est en accord avec les difficultés à trouver le coupable avec les peu de moyen de bord de l'époque: Pas de test ADN, pas d'empreintes digitales etc... Sur un fond bien encré de religion, de croyance, de clan, ce qui nous permet à nous aussi, de se poser des questions et nous poussent à vouloir en savoir plus. Ce petit garçon, Guilem, qui est il... Sa petite souris toujours à ses côtés..a t il un don particulier ? Qu'est-ce qui réuni donc tout ces protagonistes, pourquoi ces morts déguisés en anges??? Voilà de quoi nous tenir en haleine, si comme moi, vous aimez savoir, comprendre, au-delà de toute croyance, le fin mot de cette histoire... En dépit de l'aspect très ancien des écritures et croyances se cache une énigme criminelle à résoudre et ça, ça me plaît.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !