Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265155251
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 140 x 210 mm
Nouveauté

De cendres et de larmes

Collection : Fleuve noir
Date de parution : 03/06/2021
Le nouveau roman de Sophie Loubière après Cinq Cartes brûlées, Prix Landerneau Polar 2020
Madeline, Christian et leurs enfants rêvent depuis longtemps d’un appartement plus grand où chacun aurait son espace. Un rêve rendu impossible par la réalité du marché parisien. Quand l’occasion se présente pour Christian d’obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de 180 m2,... Madeline, Christian et leurs enfants rêvent depuis longtemps d’un appartement plus grand où chacun aurait son espace. Un rêve rendu impossible par la réalité du marché parisien. Quand l’occasion se présente pour Christian d’obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de 180 m2, la famille Mara n’hésite pas et s’y installe au début de l’été 2019. Peu à peu, les enfants se font au panorama. Tandis que Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, sauve les vivants, Christian veille les morts. L’âpreté de son métier réveille bientôt en lui le besoin d’extérioriser ses émotions par la peinture. Au cœur de ce fragile équilibre où les métiers de l’un et de l’autre pèsent lourd, la maison révèle ses fêlures. Lentement. Insidieusement.
Quelque chose menace cette famille recluse au milieu des tombes.
Une menace dont personne ne mesure encore l’ampleur.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265155251
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • audelagandre Posté le 14 Juin 2021
    Il n’est jamais aisé d’écrire une chronique qui soit suffisamment «#8201;honorable#8201;» pour rendre justice à un roman que l’on a follement aimé. «#8201;De cendres et de larmes#8201;» est un roman que j’ai follement aimé, de la première à la dernière phrase. Sophie Loubière a un don pour poser ses atmosphères qui deviennent de plus en plus oppressantes au fur et à mesure des pages qui se tournent. Le roman s’ouvre sur une scène d’apocalypse que personne n’oubliera : Notre-Dame en feu. Madeline est caporale-cheffe sapeur-pompier. Elle est mariée à Christian qui accepte un poste de conservateur au cimetière de Bercy. Cette famille constituée de deux adultes et de trois enfants vit dans un tout petit appartement. L’idée d’une maison plus grande est séduisante. Une maison située au cœur d’un cimetière un peu plus rebutante. Et pourtant, la famille franchit le pas, attirée comme des papillons par l’espace, le silence, le calme et plus de sérénité. Dans la famille Mara, le socle c’est le couple. Christian et Madeline s’aiment. Si «#8201;Le parcours professionnel de Christian Mara était l’antithèse du plan de carrière.#8201;», celui de Madeline est primordial à ses yeux. Son métier est son équilibre. C’est l’un de leurs enfants qui en... Il n’est jamais aisé d’écrire une chronique qui soit suffisamment «#8201;honorable#8201;» pour rendre justice à un roman que l’on a follement aimé. «#8201;De cendres et de larmes#8201;» est un roman que j’ai follement aimé, de la première à la dernière phrase. Sophie Loubière a un don pour poser ses atmosphères qui deviennent de plus en plus oppressantes au fur et à mesure des pages qui se tournent. Le roman s’ouvre sur une scène d’apocalypse que personne n’oubliera : Notre-Dame en feu. Madeline est caporale-cheffe sapeur-pompier. Elle est mariée à Christian qui accepte un poste de conservateur au cimetière de Bercy. Cette famille constituée de deux adultes et de trois enfants vit dans un tout petit appartement. L’idée d’une maison plus grande est séduisante. Une maison située au cœur d’un cimetière un peu plus rebutante. Et pourtant, la famille franchit le pas, attirée comme des papillons par l’espace, le silence, le calme et plus de sérénité. Dans la famille Mara, le socle c’est le couple. Christian et Madeline s’aiment. Si «#8201;Le parcours professionnel de Christian Mara était l’antithèse du plan de carrière.#8201;», celui de Madeline est primordial à ses yeux. Son métier est son équilibre. C’est l’un de leurs enfants qui en parle le mieux : «#8201;(…) Anna avait résumé le métier de ses parents : Maman veillait sur les vivants, et papa veillait sur les morts. (…) Maman veillait sur des êtres destinés à mourir à plus ou moins court terme.#8201;» Cette famille semble avoir trouvé son équilibre entre une mère combattante du feu et un papa-lion qui veille tendrement sur ses petits. Quelle est l’influence du lieu dans lequel on vit sur le mental, sur l’existence, sur nos actions#8201;? Vivre dans un cimetière n’est pas une chose banale, même pour celui qui aime la tranquillité. Si l’écriture de Sophie Loubière n’est pas dénuée d’humour, «#8201;Anna rêve d’habiter le château de la Reine des neiges, pas la maison de la famille Adams.#8201;», on conçoit aisément à quel point l’imagination peut se nourrir des choses du quotidien qui se passent vraiment, et celles qui relèvent de la fantasmagorie. La maison, «#8201;cette vieille dame capricieuse#8201;», est un personnage à part entière qui déteint sur ses occupants. S’ils y vivent, elle les habite. Si Madeline était «#8201;L’évidente clarté dont il avait besoin pour affronter ses nuits#8201;», Christian s’imprègne peu à peu des lieux, de ses habitants silencieux, de ce «#8201;dortoir#8201;» pour des âmes en repos. La maison offre à Christian une forme de renaissance tout en l’obligeant à «#8201;Dompter les ténèbres#8201;». Car «#8201;De cendres et de larmes#8201;» est bâti sur de nombreuses oppositions : l’ombre et la lumière, le calme du cimetière et la fureur de la ville, les forces des personnages et la découverte progressive de leurs failles, la réalité du quotidien et un univers plus fantastique (cauchemars et hallucinations), la vie et la mort. Les cendres qui symbolisent ce qui reste après le feu, et les larmes ce qui reste après le deuil permettent d’entrer lentement dans un monde plus angoissant en empruntant un chemin de traverse. La tension monte crescendo, et l’auteur sème ici et là de petits cailloux de lumière nécessaires pour retrouver son chemin. L’osmose étouffante des personnages avec la maison offre de belles sueurs froides… Et pourtant, nous sommes bien les deux pieds dans la réalité, car le roman est profondément ancré dans notre société, même s’il se déroule dans un lieu atypique. «#8201;Quelque chose était en train de basculer ici et partout ailleurs. L’incendie de Notre-Dame avait sonné le glas d’une ère nouvelle, plus sombre.#8201;» Le monde gronde, les écarts se creusent, les protestations se font plus fortes. Sophie Loubière décrit avec brio cet environnement en pleine mutation où l’on déteste aussi vite que l’on adule. En rendant hommage aux pompiers de Paris qu’elle prend en exemple pour étayer son propos, elle transmet ce grondement sourd de la révolte, et ses contradictions.«#8201;Bombardés à coups de canon à eau. Hier décorés pour leur courage, après avoir mis leurs vies en péril et sauvé Notre-Dame, on les pulvérisait de la manière la plus déshonorante et la plus avilissante qui fût pour un soldat du feu.#8201;» Ici, le huis clos contraste avec la société en pleine mutation, l’humour avec la gravité, l’obscurité avec la clarté, le temps qui passe avec le temps figé. Sous la plume précise qui glisse, on parvient presque à entendre la voix de Sophie qui raconte ses personnages. Cette expérience sensorielle, le choix des mots à intonation et la musicalité des phrases subliment l’inquiétude qui croît, nos phobies enfantines qui éclatent, nos émotions qui explosent. Mais, au rythme des taches de moisissures troublantes, Sophie Loubière parvient toujours à nous ramener vers la lumière jusqu’à cette fin, divine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • christian06 Posté le 11 Juin 2021
    Bonsoir ce soir je vous parle "DE CENDRES ET DE LARMES" Alors déjà je n'ai pas aimé ce roman je l'ai ADORE dévoré des yeux en une journée. Ce livre relate l'histoire de la famille MaraA la suite d'une promotion Christian le mari obtient le poste de conservateur au cimetière avec le pavillon de fonction. La maison révèle lentement ses secrets , Christian sombre un peu à la façon shining!!!! La famille se desodalirise il y a de quoi. Pour la fin je vous laisse lire ce très bon livre mais ceci n'est que personnel bien sûr
  • coquinnette1974 Posté le 9 Juin 2021
    Grâce à Fleuve Editions, via net galley, j'ai eu le plaisir de découvrir la plume de Sophie Loubière en lisant son dernier roman : De cendres et de larmes. Madeline, Christian et leurs enfants rêvent depuis longtemps d'un appartement plus grand où chacun aurait son espace. Un rêve rendu impossible par la réalité du marché parisien. Quand l'occasion se présente pour Christian d'obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de 180 m2, la famille Mara n'hésite pas et s'y installe au début de l'été 2019. Peu à peu, les enfants se font au panorama. Tandis que Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, sauve les vivants, Christian veille les morts. L'âpreté de son métier réveille bientôt en lui le besoin d'extérioriser ses émotions par la peinture. Au cœur de ce fragile équilibre où les métiers de l'un et de l'autre pèsent lourds, la maison révèle ses fêlures. Lentement. Insidieusement. Quelque chose menace cette famille recluse au milieu des tombes. Une menace dont personne ne mesure encore l'ampleur. De cendres et de larmes est un très bon roman noir, qui parle de la famille, de la difficulté d'avoir un métier prenant (sapeur-pompier) et un métier « étrange » (gardien de cimetière). C'est... Grâce à Fleuve Editions, via net galley, j'ai eu le plaisir de découvrir la plume de Sophie Loubière en lisant son dernier roman : De cendres et de larmes. Madeline, Christian et leurs enfants rêvent depuis longtemps d'un appartement plus grand où chacun aurait son espace. Un rêve rendu impossible par la réalité du marché parisien. Quand l'occasion se présente pour Christian d'obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de 180 m2, la famille Mara n'hésite pas et s'y installe au début de l'été 2019. Peu à peu, les enfants se font au panorama. Tandis que Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, sauve les vivants, Christian veille les morts. L'âpreté de son métier réveille bientôt en lui le besoin d'extérioriser ses émotions par la peinture. Au cœur de ce fragile équilibre où les métiers de l'un et de l'autre pèsent lourds, la maison révèle ses fêlures. Lentement. Insidieusement. Quelque chose menace cette famille recluse au milieu des tombes. Une menace dont personne ne mesure encore l'ampleur. De cendres et de larmes est un très bon roman noir, qui parle de la famille, de la difficulté d'avoir un métier prenant (sapeur-pompier) et un métier « étrange » (gardien de cimetière). C'est un roman très axé sur la famille, sur son bien-être, sur comment les choses peuvent déraper rapidement. Peu à peu, on sent que la menace décrite dans le résumé est là, tapie dans l'ombre. Présente mais on ne sait pas trop ce qu'est cette menace. J'ai imaginé plusieurs pistes, élaboré plusieurs scénarios dans ma tête et j'avais tout faux :) L'autrice nous balade au fil des pages, pour un final surprenant, auquel je ne m'attendais pas. Quand à l'épilogue, il clos parfaitement ce roman. Je trouve difficile de chroniquer De cendres et de larmes car j'ai peur de spoiler sans le vouloir. J'ai adoré l'histoire, les personnages, le cadre très particulier dans lequel ce roman se déroule en partie (un cimetière et sa maison de gardien). Bref, tout m'a plu y compris l'écriture de Sophie Loubière. Je suis ravie de ma lecture et je la relirais sans aucune hésitation. Ma note : cinq étoiles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ness Posté le 9 Juin 2021
    A la suite d'une promotion, Madeline, sapeur-pompier et Christian, jardinier aux espaces verts de Paris, s'installent dans un logement de fonction avec leurs trois enfants. Un logement des plus attrayants : une maison de 180m² dans laquelle les enfants pourront avoir chacun leur chambre, un atelier pour monsieur et surtout des voisins plutôt calmes : pas de risques d'être dérangé quand on vit dans un cimetière. Si on départ, la nouvelle fonction de Christian a de quoi surprendre, conservateur de cimetière, très vite le regard se porte sur les phénomènes étranges qui entourent la maison et la famille. Une lecture percutante. Un suspens qui monte crescendo.... et surtout différentes thématiques fortes pour émailler ce roman dans lequel on se laisse très vite embarquer. Les chapitres sont très courts et la lecture se fait à une vitesse folle. A chaque fois le suspens est amené toute en finesse et laisse présager le pire. Un vrai coup de cœur. Hâte de découvrir d'autres romans de cette merveilleuse auteur.
  • BlackIsTheNewLiterature Posté le 8 Juin 2021
    Je ne saurais quels arguments mettre en avant pour vous donner envie de vous jeter dans De cendres et de larmes de Sophie Loubière, car je risquerais de spoiler ce qui fait toute la singularité de ce roman noir, qui n'est en aucun cas un thriller. J'ai lu ce roman en une nuit, tentant lamentablement de refermer ma liseuse à chaque partie et replongeant au bout de deux minutes de fausse tentative de trouver le sommeil, accrochée à l'histoire de cette famille qui transpire l'authenticité et à laquelle chacun peut s'identifier. Le cadre spatial (un cimetière, brr.) et le thème induit (thématique un peu sensible pour moi, quelle idée de lire ça la nuit !) me faisait craindre un basculement vers le genre fantastique ou un enfoncement vers l'ésotérisme ; il n'en est rien. Tout dans ce roman est subtilité, de ce qui est dit à la manière dont c'est dit, en passant par la construction de l'intrigue et cette façon que l'auteure a de nous tenir en haleine tout en prenant vraiment le temps de développer son intrigue et de semer ses petits cailloux l'un après l'autre. On observe la lente dégringolade d'une famille et d'un couple comme depuis une caméra embarquée,... Je ne saurais quels arguments mettre en avant pour vous donner envie de vous jeter dans De cendres et de larmes de Sophie Loubière, car je risquerais de spoiler ce qui fait toute la singularité de ce roman noir, qui n'est en aucun cas un thriller. J'ai lu ce roman en une nuit, tentant lamentablement de refermer ma liseuse à chaque partie et replongeant au bout de deux minutes de fausse tentative de trouver le sommeil, accrochée à l'histoire de cette famille qui transpire l'authenticité et à laquelle chacun peut s'identifier. Le cadre spatial (un cimetière, brr.) et le thème induit (thématique un peu sensible pour moi, quelle idée de lire ça la nuit !) me faisait craindre un basculement vers le genre fantastique ou un enfoncement vers l'ésotérisme ; il n'en est rien. Tout dans ce roman est subtilité, de ce qui est dit à la manière dont c'est dit, en passant par la construction de l'intrigue et cette façon que l'auteure a de nous tenir en haleine tout en prenant vraiment le temps de développer son intrigue et de semer ses petits cailloux l'un après l'autre. On observe la lente dégringolade d'une famille et d'un couple comme depuis une caméra embarquée, sans cesse sur le fil, à se demander quand arrivera le point de non-retour, grâce à une tension bien présente mais là encore subtile. La fin est d'autant plus satisfaisante qu'elle rompt avec certaines « lois tacites » (je n'en dirai pas plus...), laissant au lecteur une grande liberté d'interprétation tout en refermant les portes ouvertes tout au long de l'histoire. C'est pour moi un sans faute du début à la fin, et surtout un sans esbroufe. Il n'y a pas de tricherie, pas de surenchère, de twist sorti du chapeau ni d'effet de manche. Il y a la vie, ses questionnements, ses basculements. Et puis, quand même, ce serait sacrilège de parler de ce roman sans mentionner sa grande plus-value : le style ! Définitivement, Sophie Loubière fait partie de ces rares auteures de littérature noire, à l'instar de Louise Mey ou encore de Marie Neuser, dont la plume témoigne à chaque chapitre de la culture littéraire et de la sensibilité à la musique des mots, au-delà d'une simple démonstration de sens factuel. Elles ne se contentent pas du minimum syndical, elles vont chercher ce qu'il y a de plus profond en nous, de plus humain et de plus palpable, et prennent la peine de l'exprimer avec une grâce simple et une littérarité accessible. Elles n'écrivent pas, elles Écrivent. Cet autre extrême de la palette du noir mérite d'être célébré.
    Lire la suite
    En lire moins
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Fleuve éditions

    Fête des Pères : voyage sur le Fleuve noir

    Roman policier français, thriller britannique ou polar américain… votre papa aime les sueurs froides ? Offrez-lui un voyage dans les eaux glaçantes de Fleuve noir ! Paris, Copenhague, la Sicile ou le Brésil… Fleuve éditions vous propose 8 livres et 6 destinations pour une fête des Pères spécial grand frisson !

    Lire l'article
  • Interview
    Fleuve éditions

    "De cendres et de larmes, à sa façon, est un conte spirituel contemporain" Sophie Loubière

    Après avoir reçu le prix Landerneau Polar pour Cinq Cartes brûlées en 2020, Sophie Loubière revient avec De cendres et de larmes. Le temps d’une interview, l’auteure nous dévoile ses sources d’inspiration pour ce roman au décor aussi sombre que singulier.

    Lire l'article