En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Embruns

        Fleuve éditions
        EAN : 9782265116481
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 140 x 210 mm
        Embruns

        Collection : Fleuve noir
        Date de parution : 11/05/2017
        Béa, Chris et leurs deux rejetons de presque vingt ans sont charmants, sportifs, talentueux et, surtout, ils forment une équipe complice.
        Voilà une famille qui a le bon goût dans le sang, chérit les matières nobles, les fruits du marché, le poisson jeté du chalutier, la tape amicale dans le dos...
        Béa, Chris et leurs deux rejetons de presque vingt ans sont charmants, sportifs, talentueux et, surtout, ils forment une équipe complice.
        Voilà une famille qui a le bon goût dans le sang, chérit les matières nobles, les fruits du marché, le poisson jeté du chalutier, la tape amicale dans le dos des braves. Voilà une team unie qui porte haut les valeurs d’authenticité, d’équité, d’optimisme. Les Moreau – c’est leur nom – ne perdent pas une miette de leur existence. Ils sont insupportablement vivants.
        Et comme le veut l’adage, les chiens ne font pas des chats : Marion et Bastien sont les dignes héritiers de leurs parents. Ils ne les décevront pas.
        Pour l’heure, tous les quatre se sont réfugiés le temps du pont du 14 Juillet sur une île de Bretagne. Un coin de paradis si prisé qu’il est impossible d’y séjourner sans passe-droit. Mais, même l’espace d’un week-end, impossible n’est pas Moreau.
        Seulement, quand au retour d’une balade Béa, Chris et Bastien trouvent la maison vide, la parenthèse enchantée prend soudain l’allure d’un huis clos angoissant. La petite île, devenue terrain boueux d’une battue sous la pluie pour retrouver Marion, va révéler un autre visage : celui d’une étendue de terre entourée d’eau où vit une poignée d’individus soudés comme des frères et aguerris aux tempêtes.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782265116481
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 140 x 210 mm
        Fleuve éditions
        18.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Llehane Posté le 14 Septembre 2018
          Embruns, une forme de huit-clos sur une ile en pleine tempête !! Rien que la situation de départ déjà rien à dire, j’adore !!! Un excellent rythme de lecture avec des chapitres courts. Une tension permanente et a un moment au ¾ du livre tu te prends un tsunami que tu n’avais pas vu venir. Et le final, parfait !!! Sur ce genre d’histoire je ne peux pas vous dire grand-chose de plus sans risquer d’en dire beaucoup trop et pour le coup, il n’y aurait plus aucun intérêt. Même si j’avais vu venir plusieurs petites choses, le gros twist lui, m’est arrivé en pleine tête par surprise. Ce roman se lit vite, vous ne le lâcherez pas avant d’être arrivé au mot « fin » !!!
        • Bazart Posté le 12 Septembre 2018
          Nous partons en week-end sur une petite île en Bretagne avec les Moreau, une famille à qui tout réussit. Les parents, Chris et Béatrice, et les enfants, Marion et Bastien, sont beaux, intelligents, mangent aussi bien que bio. Ils s'entendent tous à merveille, se chamaillent gentiment, adorent se moquer des gens qui utilisent des expressions toutes faites et d'incompréhensibles anglicismes. Une famille comme on en voit dans les publicités de corn-flakes et de Nutella, vous avez l'image ? Ce week-end en famille, ils l'attendaient avec impatience pour se retrouver, se ressourcer. Alors évidemment, on se doute que rien ne va se passer comme prévu, on le sent dans les descriptions d'une atmosphère qui nous met d'emblée mal à l'aise, nous prend à la gorge petit à petit, pour finir par nous étouffer carrément. Un soir de tempête, Chris et Béa décident d'aller assister au spectacle de la nature déchaînée - leur côté "peur de rien -, pendant que Bastien est à son rencard avec Fanny, une jolie jeune fille de l'île. Seule Marion reste à la maison. Quand ils rentrent, elle a disparu. Morts d'inquiétude, les membres de la famille Moreau et les habitants s'organisent pour ratisser l'île, la retourner... Nous partons en week-end sur une petite île en Bretagne avec les Moreau, une famille à qui tout réussit. Les parents, Chris et Béatrice, et les enfants, Marion et Bastien, sont beaux, intelligents, mangent aussi bien que bio. Ils s'entendent tous à merveille, se chamaillent gentiment, adorent se moquer des gens qui utilisent des expressions toutes faites et d'incompréhensibles anglicismes. Une famille comme on en voit dans les publicités de corn-flakes et de Nutella, vous avez l'image ? Ce week-end en famille, ils l'attendaient avec impatience pour se retrouver, se ressourcer. Alors évidemment, on se doute que rien ne va se passer comme prévu, on le sent dans les descriptions d'une atmosphère qui nous met d'emblée mal à l'aise, nous prend à la gorge petit à petit, pour finir par nous étouffer carrément. Un soir de tempête, Chris et Béa décident d'aller assister au spectacle de la nature déchaînée - leur côté "peur de rien -, pendant que Bastien est à son rencard avec Fanny, une jolie jeune fille de l'île. Seule Marion reste à la maison. Quand ils rentrent, elle a disparu. Morts d'inquiétude, les membres de la famille Moreau et les habitants s'organisent pour ratisser l'île, la retourner s'il le faut, fouiller toutes les maisons, interroger chacun de ses habitants, attraper l'enfoiré qui a cru qu'on pouvait mettre la main sur un Moreau sans en redouter les conséquences. Et puis, enfin, Chris la retrouve. Et là, tout s'enchaîne, il est pris au piège à son tour, cerné par ceux avec qui il menait une battue effrénée quelques minutes plus tôt. On comprend alors que les insulaires ne sont pas aussi bienveillants qu'ils en ont l'air... Je m'arrête là avant de trop en dire. J'ai été sidérée par le retournement de situation final, que je n'avais VRAIMENT pas vu venir, et qui a donné tout son sens aux premières pages du livre qui constituent un glaçant retour en arrière. Mes craintes de lire un livre présentant une famille de super-héros qui n'en sont pas à leur premier coup d'essai se sont vite dissipées pour laisser place à la fascination devant un twist si formidable. Je l'ai lu avec avidité, sans avoir envie de le lâcher, de le relire pour retrouver la page où tout avait basculé, dénicher les éventuels indices distillés dans les pages précédentes. Alors oui, c'est sans hésitation, que j'ai voté pour ce titre. Chapeau, Louise Mey, j'ai d'ailleurs mis votre nouveau livre, les Hordes invisibles dans ma PAL.
          Lire la suite
          En lire moins
        • jumale Posté le 27 Août 2018
          "Elle avait peur de ne plus pouvoir nager, courir. Sauter. Riposter. La vulnérabilité physique, l'idée d'être exposée au danger, de finir comme ces vieilles qui marchent d'un pas craintif dans les rues" Mon premier de l'auteur que j'ai apprécié, on pourrait penser que le livre traîne en longueur mais c'est mieux pour installer, ancrer les personnes, un vent nous insuffle à tourner les pages pour suivre cette famille si parfaite, si insuportablement sans défaut. Enfin...peut être. La lecture est fluide rapide accentuée par les chapitres courts, un page turner sans effusion de sang un huis clos étouffant, stressant sur cette île de Bretagne. Louise Mey ne fait pas dans le détail, cest sec, cru. Les apparences sont trompeuses, la famille Moreau, une famille bien sous tout rapport fonctionne à 4 les parents le fils la fille. Mais Marion disparaît est leur équipe de 4 est disloquée, une tempête persiste, les lois de la nature sont déchaînées, hors de question de laisser Marion sur cette île hostile aux Parisiens. La paranoïa s'installe, en qui faire confiance sur cette île de "demeurés", mis à part sur soi même. Les traqueurs sont traqués, qui est qui? Un twist final bluffant, époustouflant, dérangeant. Une... "Elle avait peur de ne plus pouvoir nager, courir. Sauter. Riposter. La vulnérabilité physique, l'idée d'être exposée au danger, de finir comme ces vieilles qui marchent d'un pas craintif dans les rues" Mon premier de l'auteur que j'ai apprécié, on pourrait penser que le livre traîne en longueur mais c'est mieux pour installer, ancrer les personnes, un vent nous insuffle à tourner les pages pour suivre cette famille si parfaite, si insuportablement sans défaut. Enfin...peut être. La lecture est fluide rapide accentuée par les chapitres courts, un page turner sans effusion de sang un huis clos étouffant, stressant sur cette île de Bretagne. Louise Mey ne fait pas dans le détail, cest sec, cru. Les apparences sont trompeuses, la famille Moreau, une famille bien sous tout rapport fonctionne à 4 les parents le fils la fille. Mais Marion disparaît est leur équipe de 4 est disloquée, une tempête persiste, les lois de la nature sont déchaînées, hors de question de laisser Marion sur cette île hostile aux Parisiens. La paranoïa s'installe, en qui faire confiance sur cette île de "demeurés", mis à part sur soi même. Les traqueurs sont traqués, qui est qui? Un twist final bluffant, époustouflant, dérangeant. Une excellente lecture
          Lire la suite
          En lire moins
        • Tryo0504 Posté le 27 Août 2018
          Avec Embruns de Louise Mey, j’ai entamé le deuxième roman de la sélection du Prix Nouvelles Voix du Polar des éditions Pocket. Comme pour la lecture précédente, je ne connaissais pas Louise Mey et, même si j’essaie de me préserver des critiques des autres lecteurs lorsque je découvre les titres de la sélection d’un prix, c’est avec un peu d’appréhension que j’abordais ce titre. En effet, plusieurs lecteurs, dont je partage souvent les avis, semblaient s’être perdus dans le brouillard d’Embruns. Au fil des premières pages, on découvre une famille parfaite qui part pour un week-end sur une petite île de Bretagne qui n’est habitée que par quelques irréductibles prêts à braver le mauvais temps pour rester vivre sur leur île. Dès les premières pages, la tempête qui frappe l’île pendant la plus grande partie de l’histoire a réussi à m’emporter dans une lecture durant laquelle il m’était impossible d’abandonner le bouquin ! Les chapitres sont courts et ponctués d’humour au troisième degré qui rendent la lecture un peu plus légère. Hormis cela, le lecteur en prend plein la figure. L’auteure arrive à semer le doute dans la seconde partie du récit pour ponctuer l’histoire d’un final explosif en prenant bien... Avec Embruns de Louise Mey, j’ai entamé le deuxième roman de la sélection du Prix Nouvelles Voix du Polar des éditions Pocket. Comme pour la lecture précédente, je ne connaissais pas Louise Mey et, même si j’essaie de me préserver des critiques des autres lecteurs lorsque je découvre les titres de la sélection d’un prix, c’est avec un peu d’appréhension que j’abordais ce titre. En effet, plusieurs lecteurs, dont je partage souvent les avis, semblaient s’être perdus dans le brouillard d’Embruns. Au fil des premières pages, on découvre une famille parfaite qui part pour un week-end sur une petite île de Bretagne qui n’est habitée que par quelques irréductibles prêts à braver le mauvais temps pour rester vivre sur leur île. Dès les premières pages, la tempête qui frappe l’île pendant la plus grande partie de l’histoire a réussi à m’emporter dans une lecture durant laquelle il m’était impossible d’abandonner le bouquin ! Les chapitres sont courts et ponctués d’humour au troisième degré qui rendent la lecture un peu plus légère. Hormis cela, le lecteur en prend plein la figure. L’auteure arrive à semer le doute dans la seconde partie du récit pour ponctuer l’histoire d’un final explosif en prenant bien le temps de détailler celui-ci. Dans Embruns, tout y est ! Un décor paradisiaque, des personnages atypiques attachants, des conditions météorologiques exécrables, tout cela contribue à mettre une pression sur l’histoire la rendant encore plus prenante avant un final digne d’un des meilleurs feu d’artifice. L’auteure française, qui a également publié son premier roman Les Ravagé(e)s aux éditions Pocket, vient de sortir un troisième polar Les Hordes Invisibles, disponible aux éditions Fleuve Noir. C’est sans hésiter que, dès que j’ai quelques minutes, je me plongerai dans cette nouvelle histoire avec l’espoir d’y trouver la même efficacité et le même rythme que dans Embruns.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Boom Posté le 17 Août 2018
          Vous l'aurez donc compris, ce court roman m'a complètement chamboulé. Je suis sortie des sentiers battus dont j'ai tellement l'habitude pour découvrir une histoire que l'on pourrait classer d'abracadabrante mais tellement brillante, intelligente et originale que j'applaudis bien fort Louise Mey. Un thriller plus psychologique que tout autre chose, qui vous retournera les méninges dans tous les sens car méfiez-vous, le coupable n'est pas toujours celui que l'on attend... A lire pour tous les amateurs du genre et pour tous les lecteurs qui n'auraient pas peur de se jeter à l'eau et au milieu des embruns...

        Ils en parlent

        « Une jeune auteure à suivre. » ELLE
         « On la suit de près… » Le Parisien Magazine
         « Une vraie réussite. » Métronews
        « Avec ses personnages attachants, une intrigue captivante qui nous balade du début à la fin, ce polar est une révélation aussi forte que le premier Michael Connelly. » Avantages
        Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
        Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !

        • Par Lisez

          5 romans placés sous le signe des nouvelles voix du thriller

          Ils n’ont qu’un roman derrière eux mais l’engouement des critiques et le bouche à oreille leur ont d’ores et déjà assuré une place dans la catégorie des auteurs à suivre de très près. Qu’elles nous entraînent sur les traces d’un serial killer ou qu’elles penchent vers l’ésotérisme, ces nouvelles voix du thriller ont compris comment jouer avec nos angoisses. La preuve par 5 romans.

          Lire l'article