Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266305754
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 560
Format : 140 x 225 mm

Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur

Guillaume FOURNIER (Traducteur)
Collection : Hunger Games
Série : Hunger Games
Date de parution : 20/05/2020
​Dévoré d'ambition
Poussé par la compétition
Il va découvrir que la soif de pouvoir a un prix
 
C'est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L'avenir de la maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances... C'est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L'avenir de la maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d'astuce et d'inventivité pour faire gagner sa candidate. 
Mais le sort s’acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l'échec, au triomphe ou à la ruine.
Dans l'arène, ce sera un combat à mort.
Pour assouvir son ambition, Coriolanus parviendra-t-il à réprimer l’affection grandissante qu’il ressent pour sa candidate, condamnée d’avance ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266305754
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 560
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bfauriaux Posté le 12 Août 2020
    Pour un quatrième épisode on peux dire que la barre est fixée haut ici, le rythme est soutenu, l'action maintenue et les points forts de al saga sont presents ! Bref un bon opus qui m'a beaucoup plu, j'ai retrouvé les heros avec plaisir et l'ambiance est au rendez-vous, une réussite !
  • Didinebzh29 Posté le 9 Août 2020
    J'ai adoré ce retour dans l'univers des Hunger games. Sans surprise, la Moisson, la "préparation", les jeux sont là mais ce qui fait le charme de ce livre est le fait de suivre Coriolanus Snow, son parcours qui l'amène à être qui il est et l'historique de la mise en place des jeux. L'autrice a le don de nous faire changer d'avis sur Snow en permanence et cela jusqu'au bout.
  • hmurgia Posté le 4 Août 2020
    Voilà 10 ans que les Hunger Games ont été créés quand les organisateurs décident d’associer à chaque tribut des districts un mentor choisi parmi des lycéens issus de grandes familles du Capitole. Le jeune Coriolanus Snow, orphelin d’un grand militaire et fils d’une famille d’aristocrates sans le sou, devient donc le mentor de Lucy Gray, une chanteuse du district Douze. Il s’éprend bientôt de la jeune fille et s’efforce d’améliorer sa condition pendant ces jeux sanglants. Un prequel des Hunger games qu’on lit avec plaisir, et qui éclaire un personnage «  à la rose ».
  • Elimi Posté le 4 Août 2020
    C'est avec beaucoup d'appréhension que j'ai acheté ce roman. Hunger Games est une trilogie que l'on ne présente plus. J'ai relu intégralement la trilogie en anglais avant de découvrir ce nouveau roman. Et je pense que c'est une démarche nécessaire pour ne rien rater. J'ai vu nombre de critiques négatives aux Etats Unies et je me permets de dire qu'elles ne sont pas justes. Beaucoup disent que Coriolanus Snow est un personnage incompréhensible, que l'auteur nous fait presque croire que c'est un bon garçon. Mais ce que ces gens n'ont pas compris, à mon humble avis, c'est que Coriolanus est un personnage insidieux et pervers. Coriolanus trompe le monde autour de lui et le lecteur tombe dans le panneau ce qui prouve que l'auteur a réussit son pari. Le président Snow a toujours été dépeint comme une personne vicieux pour qui la fin justifie les moyens, il a perfectionné le système des Hunger Games pour que ce système de domination fonctionne. Le capitole n'existe pas sans les districts et Snow en est conscient. Il le dit lui-même dans le troisième tome, il sait que la survie du capitole réside dans ce système là. Beaucoup ont reproché au livre... C'est avec beaucoup d'appréhension que j'ai acheté ce roman. Hunger Games est une trilogie que l'on ne présente plus. J'ai relu intégralement la trilogie en anglais avant de découvrir ce nouveau roman. Et je pense que c'est une démarche nécessaire pour ne rien rater. J'ai vu nombre de critiques négatives aux Etats Unies et je me permets de dire qu'elles ne sont pas justes. Beaucoup disent que Coriolanus Snow est un personnage incompréhensible, que l'auteur nous fait presque croire que c'est un bon garçon. Mais ce que ces gens n'ont pas compris, à mon humble avis, c'est que Coriolanus est un personnage insidieux et pervers. Coriolanus trompe le monde autour de lui et le lecteur tombe dans le panneau ce qui prouve que l'auteur a réussit son pari. Le président Snow a toujours été dépeint comme une personne vicieux pour qui la fin justifie les moyens, il a perfectionné le système des Hunger Games pour que ce système de domination fonctionne. Le capitole n'existe pas sans les districts et Snow en est conscient. Il le dit lui-même dans le troisième tome, il sait que la survie du capitole réside dans ce système là. Beaucoup ont reproché au livre de ne pas être logique mais je trouve au contraire qu'il l'est. Un système aussi sadique et violent que les Hunger Games ne s'est pas construit en une année ou même 10, il a fallut trouver la formule la plus vicieuse celle qui ne laisse aucun échappatoire pour les tributs, enlève toute culpabilité pour le capitole. Bref je ne vais pas m'étendre plus sur ce sujet. Pour ce qui est du personnage féminin du roman je l'ai trouvé très intéressant et à la hauteur. Ce livre a de très bonnes idées et développe l'univers. Si vous n'aimez pas le personnage de Snow je ne vous recommande pas ce livre en effet car il ne vous apprendra rien de plus sur Katniss ou Peeta. Mais si cette univers vous intéresse alors je vous conseil de foncer c'est un excellent moment de lecture, Suzanne Collins aime les symboles, et dans ce livre je leur trouve beaucoup de poésie. En conclusion faites vous votre opinion sur ce roman. Il est loin d'être si mauvais qu'on le dit.
    Lire la suite
    En lire moins
  • marinesbooks Posté le 2 Août 2020
    Ce livre, c’était vraiment LA sortie que j’attendais cette année. J’avais été incroyablement excitée à l’annonce de sa sortie et je l’avais attendu impatiemment. J’achète peu dernièrement, pour essayer de vider vraiment ma PAL, mais c’était une exception que j’ai acheté le jour de sa sortie. Je m’attendais à tout sauf à mettre près de deux mois à le lire. Entre la fin de mon chômage technique, un déménagement et la fin du confinement, je me suis retrouvée à plat et avec très peu de temps pour moi à la maison. Sans pouvoir dire que c’est parce que je n’ai pas aimé le livre, je l’ai fait traîner très longtemps car, lorsque je lisais, c’était une dizaine de pages maximum. Sans être déçue, je n’ai pas non plus été super emballée par l’histoire. J’en attendais peut-être un peu trop, c’est possible. J’ai beaucoup aimé le début, la découverte de ce Panem post-guerre, avec un Capitole en bien mauvais état. J’ai adoré découvrir l’enfance difficile de Coriolanus Snow, ce président que l’on a tous détesté dans la saga. Une enfance baignée dans la pauvreté, dans la perte de tout ce qui lui était cher à cause de la guerre initiée par les... Ce livre, c’était vraiment LA sortie que j’attendais cette année. J’avais été incroyablement excitée à l’annonce de sa sortie et je l’avais attendu impatiemment. J’achète peu dernièrement, pour essayer de vider vraiment ma PAL, mais c’était une exception que j’ai acheté le jour de sa sortie. Je m’attendais à tout sauf à mettre près de deux mois à le lire. Entre la fin de mon chômage technique, un déménagement et la fin du confinement, je me suis retrouvée à plat et avec très peu de temps pour moi à la maison. Sans pouvoir dire que c’est parce que je n’ai pas aimé le livre, je l’ai fait traîner très longtemps car, lorsque je lisais, c’était une dizaine de pages maximum. Sans être déçue, je n’ai pas non plus été super emballée par l’histoire. J’en attendais peut-être un peu trop, c’est possible. J’ai beaucoup aimé le début, la découverte de ce Panem post-guerre, avec un Capitole en bien mauvais état. J’ai adoré découvrir l’enfance difficile de Coriolanus Snow, ce président que l’on a tous détesté dans la saga. Une enfance baignée dans la pauvreté, dans la perte de tout ce qui lui était cher à cause de la guerre initiée par les districts, ce qui a certainement été l’élément déclencheur qui l’a poussé à tant les détester. On y découvre un garçon charmeur, bon élève, ambitieux, tenant beaucoup à sa grand-mère et sa cousine, mais surtout à sauver l’honneur de sa famille. On découvre les Hunger Games à leurs débuts, pour la dixième édition, bien loin du véritable show qu’ils sont devenus lorsqu’on les a vécus dans la saga principale. Son lycée va se retrouver mêlé à cet événement, et Coriolanus va être désigné comme mentor de la jeune fille du district 12. Oui, le fameux district 12, celui de Katniss et de la rébellion. Surprenamment, ce président que l’on a adoré détester a un lien bien plus fort avec ce district qu’il n’y paraît. On retrouve de nombreuses références aux événements qui se sont produits bien après, lors des Hunger Games de Katniss et Peeta, sous l’œil tyrannique de l’odieux Président Snow. Des références qui nous font mieux connaître cet homme, qui lui offrent des traits plus humains. Son goût pour les roses, les débuts de sa relation avec les jeux, ses premières peines de cœur, ses amitiés, ses trahisons. C’est au cours de l’intrigue de ce roman que sa personnalité voit le jour. Un roman intéressant, qui nous en apprend bien plus sur Panem et son histoire, mais aussi sur son célèbre président. J’ai bien aimé, mais c’était loin d’être aussi prenant que les Hunger Games, avec lesquels je n’arrivais même plus à dormir tant j’avais envie de les dévorer. J’ai surtout apprécié la première partie et les jeux, mais j’ai trouvé toute la partie centrale un peu longue, sauf la fin. Je me suis en tout cas laissée porter par l’histoire et son univers toujours aussi réussi, et j’ai hâte de savoir s’il y a encore plus à venir.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.

Lisez maintenant, tout de suite !