En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Jeanne des falaises

        Presses de la cité
        EAN : 9782258116580
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        Jeanne des falaises

        Collection : Terres de France
        Date de parution : 29/01/2015
        La belle Jeanne aime Germain, paysan lui aussi. Mais sa mère lui interdit de se marier. Dans le secret de leur presqu’île, les deux jeunes gens vont vivre leur singulière histoire d’amour.
         
        « Ma fille ne se marie pas ! »
        Voici ce que rétorque la paysanne Aimée aux soupirants de Jeanne. Car la mère, vouée à la solitude depuis la mort au front de son mari adoré durant la Grande Guerre, et dont elle relit, inconsolable, les lettres d’amour, décide de garder près...
        « Ma fille ne se marie pas ! »
        Voici ce que rétorque la paysanne Aimée aux soupirants de Jeanne. Car la mère, vouée à la solitude depuis la mort au front de son mari adoré durant la Grande Guerre, et dont elle relit, inconsolable, les lettres d’amour, décide de garder près d’elle ses deux derniers enfants.
        Sinon, qui pour travailler la terre ?
        Initiée par Aimée, accoucheuse à l’occasion, aux mystères de la vie, Jeanne, elle, n’enfantera jamais. Mais la belle Jeanne est une fille des falaises, du vent, de la terre cotentine. Une âme forte. Depuis son jeune âge, elle aime Germain qui, bientôt, devient son amour défendu…

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258116580
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • thisou08 Posté le 26 Mars 2018
          Cette histoire, vraie de surcroit, m'a révoltée. De quel droit cette mère refuse-t-elle à sa fille ce qu'elle a elle-même connu : l'amour ? Mystère de ces communes rurales qui suivent encore au vingtième siècle des traditions ancestrales où les enfants sont soumis aux parents, au maître et au curé. C'est de l'esclavage. Et la fin ne rattrape pas les années de bonheur perdues par la faute de cette mère abusive. L'auteur sait très bien restituer l'époque, l'atmosphère et les sentiments en écrivant son récit à la première personne.
        • ktylauney Posté le 12 Avril 2016
          La vie de Jeanne, née en 1912 à Jobourg, une commune de la Hague dans le Cotentin. Un destin de femme qui ne laissera personne indifférent. Un amour contrarié entre cette jeune femme et celui qu'elle aime, Germain. J'avoue avoir été révoltée par le pouvoir exercé par les parents sur leurs enfants pour décider à leur place de leurs faits et gestes, de leurs pensées, de leur métier, en bref de leur destin. [/J'ai trouvé la mère de Jeanne particulièrement égoïste en lui gâchant sa vie pour pouvoir la garder près d'elle et éloigner tous ses "prétendants". Lui interdire le bonheur, l'amour et aussi d'avoir des enfants.] Je me dis.... que de vies gâchées! Une vie nous n'en avons qu'une seule. Elle est si courte aussi. Alors je suis colère en ayant terminé ce récit et j'ai sombré dans la mélancolie. Je me demande comment j'aurais réagi à la place de Jeanne tout en sachant qu'il faut se mettre à sa place, dans le contexte de son époque. Jeanne et un de ses frères n'ayant pu se marier ont essayé de se rebeller à leur façon. Il n'empêche qu'à cette époque les parents ressortaient toujours "gagnants" et c'est ce qui m'a profondément... La vie de Jeanne, née en 1912 à Jobourg, une commune de la Hague dans le Cotentin. Un destin de femme qui ne laissera personne indifférent. Un amour contrarié entre cette jeune femme et celui qu'elle aime, Germain. J'avoue avoir été révoltée par le pouvoir exercé par les parents sur leurs enfants pour décider à leur place de leurs faits et gestes, de leurs pensées, de leur métier, en bref de leur destin. [/J'ai trouvé la mère de Jeanne particulièrement égoïste en lui gâchant sa vie pour pouvoir la garder près d'elle et éloigner tous ses "prétendants". Lui interdire le bonheur, l'amour et aussi d'avoir des enfants.] Je me dis.... que de vies gâchées! Une vie nous n'en avons qu'une seule. Elle est si courte aussi. Alors je suis colère en ayant terminé ce récit et j'ai sombré dans la mélancolie. Je me demande comment j'aurais réagi à la place de Jeanne tout en sachant qu'il faut se mettre à sa place, dans le contexte de son époque. Jeanne et un de ses frères n'ayant pu se marier ont essayé de se rebeller à leur façon. Il n'empêche qu'à cette époque les parents ressortaient toujours "gagnants" et c'est ce qui m'a profondément révoltée.
          Lire la suite
          En lire moins
        • FannyNetherfieldPark Posté le 29 Mars 2015
          Aujourd’hui je vous retrouve avec un roman du terroir. Etant native de Normandie et passionnée par cette région, je ne pouvais tout simplement pas passer à côté de cette histoire qui se déroule dans le Cotentin. Ce genre de littérature nécessite forcément une plongée dans des coutumes, dans une époque, dans une autre manière de vivre. Ici, l’auteure a su retranscrire ce qu’était la vie durant la première moitié du XXe siècle dans une région battue par les vents. L’importance de la terre, de la famille, du respect des conventions sont des éléments centraux. Cependant, j’aurais adoré que Catherine Ecole-Boivin aille encore plus loin dans la description des paysages. Je n’ai pas suffisamment retrouvé la beauté sauvage de ce littoral. Ce roman nous conte une histoire d’amour presque impossible. Jeanne est un personnage ambigu. Elle possède une certaine force de caractère tout en se laissant facilement manipuler et enfermer par sa mère. J’ai apprécié son attachement à son village et à ses falaises. Je connais bien ce sentiment même si j’ai fini par partir et suivre mon instinct. Pas un seul jour ne se passe sans que je ne pense à la Normandie et à l’océan. Je me suis finalement sentie... Aujourd’hui je vous retrouve avec un roman du terroir. Etant native de Normandie et passionnée par cette région, je ne pouvais tout simplement pas passer à côté de cette histoire qui se déroule dans le Cotentin. Ce genre de littérature nécessite forcément une plongée dans des coutumes, dans une époque, dans une autre manière de vivre. Ici, l’auteure a su retranscrire ce qu’était la vie durant la première moitié du XXe siècle dans une région battue par les vents. L’importance de la terre, de la famille, du respect des conventions sont des éléments centraux. Cependant, j’aurais adoré que Catherine Ecole-Boivin aille encore plus loin dans la description des paysages. Je n’ai pas suffisamment retrouvé la beauté sauvage de ce littoral. Ce roman nous conte une histoire d’amour presque impossible. Jeanne est un personnage ambigu. Elle possède une certaine force de caractère tout en se laissant facilement manipuler et enfermer par sa mère. J’ai apprécié son attachement à son village et à ses falaises. Je connais bien ce sentiment même si j’ai fini par partir et suivre mon instinct. Pas un seul jour ne se passe sans que je ne pense à la Normandie et à l’océan. Je me suis finalement sentie proche d’elle. Je comprends son choix qui peut paraitre lâche et facile. Les personnages secondaires sont eux aussi intéressants. Le fil conducteur est clairement la découverte de la vie de Jeanne de sa naissance jusqu’à son décès. Il y a quelques rebondissements et une belle plume avec quelques mots de patois. Il s’agit d’un livre qui m’a dans l’ensemble plutôt plu. Il aurait surement mérité un peu plus de profondeur et de descriptions. Jeanne est un personnage que j’ai su comprendre. Mention spéciale à la couverte qui est très réussie!
          Lire la suite
          En lire moins
        • ladythat Posté le 2 Mars 2015
          Un grand merci à Babelio et aux Presses de la Cité pour cette très jolie lecture. Jeanne est née en 1912 à Jobourg, non loin de Cherbourg; troisième nés d’Aimée et Alexandre qui se sont aimés passionnément, c’est une fille des falaises, de la terre. La mort prématurée de son père au début de la Première Guerre Mondiale va laisser une profonde blessure au cœur de sa mère dont l’éducation va s’en trouver changée, condamnant Jeanne à une vie de solitude et de célibat… Jeanne des falaises est une histoire d’amour éternelle entre Aimée et Alexandre mais aussi et surtout entre Jeanne, leur fille, et Germain, qui resteront fidèles à leurs sentiments malgré le refus d’Aimée de donner sa fille en mariage. Ils écrirons leur histoire unique dans le secret des falaises, amis et amoureux pour toujours. Mais c’est aussi une histoire de patrimoine, une terre reculée emprunte d’un certain mystère par la beauté des décors, la vie hors du temps, les mœurs à part. Catherine Ecole-Boivin nous livre ici un texte d’une beauté poétique où le français se mêle à un patois normand pas toujours compréhensible qui renforce le mystère de cette terre retirée, de ces vies banales frappées par le destin,... Un grand merci à Babelio et aux Presses de la Cité pour cette très jolie lecture. Jeanne est née en 1912 à Jobourg, non loin de Cherbourg; troisième nés d’Aimée et Alexandre qui se sont aimés passionnément, c’est une fille des falaises, de la terre. La mort prématurée de son père au début de la Première Guerre Mondiale va laisser une profonde blessure au cœur de sa mère dont l’éducation va s’en trouver changée, condamnant Jeanne à une vie de solitude et de célibat… Jeanne des falaises est une histoire d’amour éternelle entre Aimée et Alexandre mais aussi et surtout entre Jeanne, leur fille, et Germain, qui resteront fidèles à leurs sentiments malgré le refus d’Aimée de donner sa fille en mariage. Ils écrirons leur histoire unique dans le secret des falaises, amis et amoureux pour toujours. Mais c’est aussi une histoire de patrimoine, une terre reculée emprunte d’un certain mystère par la beauté des décors, la vie hors du temps, les mœurs à part. Catherine Ecole-Boivin nous livre ici un texte d’une beauté poétique où le français se mêle à un patois normand pas toujours compréhensible qui renforce le mystère de cette terre retirée, de ces vies banales frappées par le destin, deux guerres qui laisseront des marques dans les cœurs et les esprits. Magnifique témoignage d’une femme qui ne quittera jamais sa terre natale, née au début du XXè siècle, décédée prêt de cent ans plus tard qui nous raconte la vie d’antan à celle d’aujourd’hui, les changements survenus au fil des années. Jeanne, femme forte au bon cœur, nous montre qu’il y a bien des manières d’aimer, que rester fidèle à ses sentiments permet de surmonter tout le reste. Une très belle histoire d’amour et de temps!
          Lire la suite
          En lire moins
        • Demoiselle-Coquelicote Posté le 1 Mars 2015
          Merci beaucoup à Babelio qui me permet régulièrement d’élargir mes horizons littéraires grâce à ses opérations Masse Critique. Cette fois, j’ai reçu le roman Jeanne des falaises de Catherine Ecole-Boivin, publié chez Presses de la Cité, un éditeur que je trouve vraiment de qualité. Jeanne est née en 1912, dans un coin de Normandie taillé dans les falaises où la vie est restée telle qu’elle était au XIXème siècle. De la mort de son père dépendra toute sa vie, car ce décès marquera violemment sa mère et la façon de celle-ci d’élever ses enfants. J’ai remarqué dès les premières phrases la poésie du style de l’auteure, que je ne connaissais pas du tout. Il y a de très, très beaux passages, qui ressortent dans le texte et nous prennent par surprise, que ce soient des descriptions de paysage ou l’expression de sentiments. En revanche, j’avoue que par moments je n’ai tout simplement pas compris ce que voulait dire l’auteure, des moments complètement opaques pour moi au niveau du sens. C’est arrivé peut-être trois ou quatre fois, mais ça m’a un peu déstabilisée. De même, bien que j’aie apprécié le personnage de Jeanne, j’ai eu du mal à les comprendre,... Merci beaucoup à Babelio qui me permet régulièrement d’élargir mes horizons littéraires grâce à ses opérations Masse Critique. Cette fois, j’ai reçu le roman Jeanne des falaises de Catherine Ecole-Boivin, publié chez Presses de la Cité, un éditeur que je trouve vraiment de qualité. Jeanne est née en 1912, dans un coin de Normandie taillé dans les falaises où la vie est restée telle qu’elle était au XIXème siècle. De la mort de son père dépendra toute sa vie, car ce décès marquera violemment sa mère et la façon de celle-ci d’élever ses enfants. J’ai remarqué dès les premières phrases la poésie du style de l’auteure, que je ne connaissais pas du tout. Il y a de très, très beaux passages, qui ressortent dans le texte et nous prennent par surprise, que ce soient des descriptions de paysage ou l’expression de sentiments. En revanche, j’avoue que par moments je n’ai tout simplement pas compris ce que voulait dire l’auteure, des moments complètement opaques pour moi au niveau du sens. C’est arrivé peut-être trois ou quatre fois, mais ça m’a un peu déstabilisée. De même, bien que j’aie apprécié le personnage de Jeanne, j’ai eu du mal à les comprendre, elle et sa relation avec Germain. J’ai bien vu dans le roman qu’elle était comme prise au piège par sa mère et le coin reculé, presque hors du temps, où elle est née, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’elle a manqué de courage et d’audace et qu’elle mérite les injustices subies. J’ai dans ma famille une histoire d’amour contrarié. Si mes grands-parents n’avaient pas écouté leur cœur, comme Jeanne, je n’existerais même pas, alors je ne peux souscrire aux choix de Jeanne. En outre, je ne vois pas bien quel message voulait faire passer Catherine Ecole-Boivin. Ou souhaitait-elle simplement raconter cette histoire vraie douce-amère d’une façon plus romancée, qu’elle semble avoir déjà abordée d’un point de vue plus documentaire avec Jeanne de Jobourg, paroles d'une paysanne du Cotentin ? J’ai en tout cas trouvé la description de la vie sur la presqu’île de la Hague très intéressante. Je ne suis pas Normande mais j’habite en Normandie depuis quelques mois et j’ai vraiment apprécié le patois, les us et coutumes, les paysages décrits… J’irai bien y faire un tour ! Jeanne des falaises est un beau roman, qui ne m’a pas convaincue entièrement pour des raisons purement personnelles. Je retiens la très belle plume de l’auteure, que j’espère relire un jour avec un autre ouvrage.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Une histoire tourmentée, un souffle romanesque, le tout porté par une écriture fougueuse ou poétique."
        L'Est-Eclair
        "Un roman à saisir."
        La Manche libre
        Toute l'actualité de la collection Terres de France
        Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.