Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782714446091
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 154 x 240 mm
Kolyma
France Camus-Pichon (traduit par)
Collection : Belfond Noir
Date de parution : 21/01/2010
Éditeurs :
Belfond
En savoir plus

Kolyma

France Camus-Pichon (traduit par)
Collection : Belfond Noir
Date de parution : 21/01/2010

Après le phénoménal succès d'Enfant 44, qui l'a imposé comme l'un des plus grands de la littérature policière, Tom Rob Smith nous revient avec un nouveau suspense mené de main de maître. Avec pour toile de fond l'Union Soviétique d'après Staline, l'histoire d'un homme rattrapé par ses erreurs passées.

1956. La mort du « petit père des peuples » a plongé le pays dans le chaos. Tandis que Khrouchtchev entreprend sa politique de déstalinisation, les langues se délient :...

1956. La mort du « petit père des peuples » a plongé le pays dans le chaos. Tandis que Khrouchtchev entreprend sa politique de déstalinisation, les langues se délient : le temps est venu de régler les comptes.

Ex-agent zélé du MGB, Leo Demidov, aujourd'hui repenti, est à la tête...

1956. La mort du « petit père des peuples » a plongé le pays dans le chaos. Tandis que Khrouchtchev entreprend sa politique de déstalinisation, les langues se délient : le temps est venu de régler les comptes.

Ex-agent zélé du MGB, Leo Demidov, aujourd'hui repenti, est à la tête d'un département de criminologie. Avec sa femme, Raisa, il a adopté deux fillettes, mais l'aînée, Zoya, hait ce père de substitution. Et elle n'est pas la seule…
Car, dans l'ombre, quelqu'un attend son heure, une femme que la colère et le sentiment d'injustice ont rendue ivre de vengeance.

Pour sauver les siens, Leo n'aura bientôt plus d'autre choix que de se jeter dans la gueule du loup : le terrifiant goulag de Kolyma…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714446091
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 154 x 240 mm
Belfond
En savoir plus

Ils en parlent

<< Il y a de l'Alexandre Dumas chez Tom Rob Smith. Un goût évident pour l'histoire, la grande et la petite, où se jouent, dans le même souffle, destins individuels et collectifs, un sens aigu de l'aventure et du romanesque, une belle maîtrise des personnages, un plaisir savant du récit. >>
Michel Abescat / Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fuyating 04/05/2022
    Je suis ravie de retrouver Leo et Raïssa pour découvrir ce qu'ils sont devenus après "Enfant 44". Nous plongeons ici dans l'URSS de 1956, période tumultueuse avec le fameux rapport Khroutchev dans lequel ce dernier dénonce la politique de terreur de Staline. L'auteur décrit brillamment les luttes de pouvoir qui s'en sont ensuivies entre réformateurs/modérés et conservateurs, ainsi que le soulèvement de Budapest. Leo, personnage attachant, essaie encore et toujours de faire de son mieux et de sauver sa famille, ce qui l'entraîne dans des aventures extrêmement dangereuses. J'ai beaucoup aimé, comme dans l'opus précédent, la description minutieuse du contexte politique, même si j'ai eu une préférence pour le premier tome. L'auteur a également mis en lumière la complexité des sentiments humains, notamment avec la jeune Zoya. Le roman a un très bon rythme, sans temps mort, et s'accélère même vers la fin avec des chapitres plus court, ce qui permet d'intensifier le récit.
  • LisaGiraudTaylor 12/03/2022
    2e tome après Enfant 44, on retrouve Leo et sa femme Raïssa…. Avec les deux enfants adoptés Zoya, 14 ans et Elena 7 ans. Leo se sent coupable de l’exécution de leurs parents et Zoya lui fait payer en le haïssant et le tenant à distance… et en rêvant de le tuer pendant son sommeil… Ancien agent du MGB –futur KGB – nous les retrouvons en 1956, en pleine guerre froide et lors de la déstalinisation de Khrouchtchev (chef du parti/futur chef du gouvernement en 58) qui va plonger Leo dans un tourbillon et faire face à la vengeance d’une personne qu’il a dénoncée quand il était tout jeune agent. Menaçant sa famille, il doit, pour les sauver, libérer un prêtre dénoncé et condamné au goulag à vie… il se fait donc passer pour un prisonnier devant rejoindre le tristement célèbre goulag de Kolyma où sont enfermés les ennemis du peuple… le voyage est long, pénible et dur pour atteindre Magadan (le port le plus proche). Un vrai transport d’esclaves… On va plonger dans l’enfer blanc, la vengeance aveugle d’une femme et d’un homme, la haine d’une jeune fille, les arcanes des vorys –ces bandes de voyous qui échappent au système soviétique,... 2e tome après Enfant 44, on retrouve Leo et sa femme Raïssa…. Avec les deux enfants adoptés Zoya, 14 ans et Elena 7 ans. Leo se sent coupable de l’exécution de leurs parents et Zoya lui fait payer en le haïssant et le tenant à distance… et en rêvant de le tuer pendant son sommeil… Ancien agent du MGB –futur KGB – nous les retrouvons en 1956, en pleine guerre froide et lors de la déstalinisation de Khrouchtchev (chef du parti/futur chef du gouvernement en 58) qui va plonger Leo dans un tourbillon et faire face à la vengeance d’une personne qu’il a dénoncée quand il était tout jeune agent. Menaçant sa famille, il doit, pour les sauver, libérer un prêtre dénoncé et condamné au goulag à vie… il se fait donc passer pour un prisonnier devant rejoindre le tristement célèbre goulag de Kolyma où sont enfermés les ennemis du peuple… le voyage est long, pénible et dur pour atteindre Magadan (le port le plus proche). Un vrai transport d’esclaves… On va plonger dans l’enfer blanc, la vengeance aveugle d’une femme et d’un homme, la haine d’une jeune fille, les arcanes des vorys –ces bandes de voyous qui échappent au système soviétique, un état dans l’état -, et l’URSS post-Staline mais pas encore en période Glasnost/Perestroïka ! Kolyma n’est pas Enfant 44, sachez-le… c’est aussi intense mais différemment… plus dépaysant, plus politique, plus dans la marche de l’Histoire, plus intime, aussi. Une lecture très page-turner comme le précédent et un très bon travail de recherche sur l’état concentrationnaire des goulags… même si la fin était attendue…
    Lire la suite
    En lire moins
  • owore 18/08/2021
    J'ai été déçue par deuxième ouvrage. Tout d'abord , je m'attendais à ce que l'histoire se déroule dans le goulag dont je pensais ainsi saisir le fonctionnement et pas du tout . L'action se déroule succinctement dans ce cadre , ce qui m'a laissé sur ma soif de découverte... J'ai aimé le rythme de la première partie du livre .En revanche le seconde est vraiment en demi teinte : trop de personnages de manière alterné , tout se passe trop vite , et par conséquent il ne se passe finalement pas grand chose et tout est plutôt très prévisible.
  • toutelalecturequejaime 05/12/2020
    Est-ce qu’un ex-membre du MGB (ancêtre du KGB) zélé peux obtenir la rédemption ? C’est la question que se pose Leo Damidov dans ce roman alors qu’une de ses anciennes victimes vient le hanter… On avait quitté Leo à la fin de « enfant 44 », lui qui tentait de se racheter une conduite en créant la première brigade des homicides de l’ère soviétique. On le retrouve deux ans plus tard, toujours à la tête de sa brigade. Il a maintenant 2 filles, 2 sœurs, qu’ils ont adoptés avec sa femme Raïssa. Mais rien n’est simple dans cette Russie soviétique ou malgré la mort de Staline plane encore l’ombre des arrestations arbitraires, des dénonciations et de la soumission au régime. C’est dans ce contexte que Khrouchtchev entame une politique de déstalinisation qui ébranle les fondements même de l’état. Leo doit alors faire face à l’homme qu’il était. Quel plaisir de retrouver notre ex-agent du contre-espionnage en pleine introspection. L’ambiance oppressante, déjà présente dans le tome précédent, est un des points fort de ce roman. On ressent la peur des gens envers tout et tout le monde. La mort est omniprésente et peux frapper à tout moment. Ici, pas vraiment d’enquête. On suit le... Est-ce qu’un ex-membre du MGB (ancêtre du KGB) zélé peux obtenir la rédemption ? C’est la question que se pose Leo Damidov dans ce roman alors qu’une de ses anciennes victimes vient le hanter… On avait quitté Leo à la fin de « enfant 44 », lui qui tentait de se racheter une conduite en créant la première brigade des homicides de l’ère soviétique. On le retrouve deux ans plus tard, toujours à la tête de sa brigade. Il a maintenant 2 filles, 2 sœurs, qu’ils ont adoptés avec sa femme Raïssa. Mais rien n’est simple dans cette Russie soviétique ou malgré la mort de Staline plane encore l’ombre des arrestations arbitraires, des dénonciations et de la soumission au régime. C’est dans ce contexte que Khrouchtchev entame une politique de déstalinisation qui ébranle les fondements même de l’état. Leo doit alors faire face à l’homme qu’il était. Quel plaisir de retrouver notre ex-agent du contre-espionnage en pleine introspection. L’ambiance oppressante, déjà présente dans le tome précédent, est un des points fort de ce roman. On ressent la peur des gens envers tout et tout le monde. La mort est omniprésente et peux frapper à tout moment. Ici, pas vraiment d’enquête. On suit le personnage principal en lutte contre les démons de son passé. Tout au long du roman, le suspens est haletant jusqu’à l’apothéose dans un Budapest en pleine insurrection. Bon, vous l’aurez compris, j’ai vraiment adoré ce roman. Il m’a porté du début à la fin sans aucun temps mort. Mon seul regret, qu’il soit resté dans ma PAL aussi longtemps. J’avais été un peu déçu par la fin de « enfant 44 », le tome précédent. Du coup, j’avais quelques appréhensions sur ce « Kolyma ». En tout cas, un gros merci à Séverine Lente pour son « Black Friday » qui grâce au défi « un thriller avec un seul mot dans le titre », m’a permis de le ressortir. Qu’est ce que je pourrais dire d’autres sinon de foncer, je vous le conseille. D’autant qu’il peut très bien se lire en « one shot ». Une de mes meilleures lecture 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • Elvieux 30/11/2020
    La suite un peu en demi-teinte du roman : Enfant 44. C'est vrai qu'il est difficile de donner une suite à un tel livre. Reste une intrigue qui sans être exceptionnelle se suit avec plaisir.
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond Noir
Succombez à vos instincts de serial lecteur.