Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714446091
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 154 x 240 mm

Kolyma

France CAMUS-PICHON (Traducteur)
Collection : Belfond Noir
Date de parution : 21/01/2010

Après le phénoménal succès d'Enfant 44, qui l'a imposé comme l'un des plus grands de la littérature policière, Tom Rob Smith nous revient avec un nouveau suspense mené de main de maître. Avec pour toile de fond l'Union Soviétique d'après Staline, l'histoire d'un homme rattrapé par ses erreurs passées.

1956. La mort du « petit père des peuples » a plongé le pays dans le chaos. Tandis que Khrouchtchev entreprend sa politique de déstalinisation, les langues se délient : le temps est venu de régler les comptes.

Ex-agent zélé du MGB, Leo Demidov, aujourd'hui repenti, est à la tête...

1956. La mort du « petit père des peuples » a plongé le pays dans le chaos. Tandis que Khrouchtchev entreprend sa politique de déstalinisation, les langues se délient : le temps est venu de régler les comptes.

Ex-agent zélé du MGB, Leo Demidov, aujourd'hui repenti, est à la tête d'un département de criminologie. Avec sa femme, Raisa, il a adopté deux fillettes, mais l'aînée, Zoya, hait ce père de substitution. Et elle n'est pas la seule…
Car, dans l'ombre, quelqu'un attend son heure, une femme que la colère et le sentiment d'injustice ont rendue ivre de vengeance.

Pour sauver les siens, Leo n'aura bientôt plus d'autre choix que de se jeter dans la gueule du loup : le terrifiant goulag de Kolyma…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714446091
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 154 x 240 mm

Ils en parlent

<< Il y a de l'Alexandre Dumas chez Tom Rob Smith. Un goût évident pour l'histoire, la grande et la petite, où se jouent, dans le même souffle, destins individuels et collectifs, un sens aigu de l'aventure et du romanesque, une belle maîtrise des personnages, un plaisir savant du récit. >>
Michel Abescat / Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lucrese1 Posté le 19 Février 2020
    Kolyma...Un mot, le nom d'un endroit, d'une région, d'un fleuve qui n'éveillait pas grand-chose en moi auparavant, une tâche comme des milliers d'autres sur le globe avant de lire ce livre..C'est ce qui fait de Tom Rob Smith un écrivain exceptionnel qui éduque les incultes comme moi qui n'imginaient pas un instant ce que le mot "communisme" et les conséquences de cette idée,une idée certes si belle en théorie! Auschwitz? Oui bien sûr, on connaît! Un endroit terrifiant, Auschwitz, l'endroit que les nazis ont choisi pour commettre un des plus grands génocides, on en parle souvent! Mais Kolyma? Le terrible goulag, le "camp de travail" dans lequel tant de russes ont été envoyés pour "trahison", ou pour tout simplement avoir douté du système en émettant dans la possibilité que le meurtre et la corruption existaient au "paradis terrestre"? La Kolyma où Staline et ses milices (des jeunes gens qui craignaient autant que les autres le pourvoir et qui avaient tout simplement aussi peur de la torture et de la mort) laissaient mourir le peuple après l'avoir affamé? Et puis il y eut Khrouchtchev et son "rapport secret" qui remit en cause la façon dont Staline agissait et dénonça les horreurs... Kolyma...Un mot, le nom d'un endroit, d'une région, d'un fleuve qui n'éveillait pas grand-chose en moi auparavant, une tâche comme des milliers d'autres sur le globe avant de lire ce livre..C'est ce qui fait de Tom Rob Smith un écrivain exceptionnel qui éduque les incultes comme moi qui n'imginaient pas un instant ce que le mot "communisme" et les conséquences de cette idée,une idée certes si belle en théorie! Auschwitz? Oui bien sûr, on connaît! Un endroit terrifiant, Auschwitz, l'endroit que les nazis ont choisi pour commettre un des plus grands génocides, on en parle souvent! Mais Kolyma? Le terrible goulag, le "camp de travail" dans lequel tant de russes ont été envoyés pour "trahison", ou pour tout simplement avoir douté du système en émettant dans la possibilité que le meurtre et la corruption existaient au "paradis terrestre"? La Kolyma où Staline et ses milices (des jeunes gens qui craignaient autant que les autres le pourvoir et qui avaient tout simplement aussi peur de la torture et de la mort) laissaient mourir le peuple après l'avoir affamé? Et puis il y eut Khrouchtchev et son "rapport secret" qui remit en cause la façon dont Staline agissait et dénonça les horreurs commises! Des milliers de détenus ont été libérés sauf les prêtres...C'est à ce moment précis, en 1956, juste après le décès du "petit Père des peuples" que 'histoire de ce second opus de la trilogie russe de Tom Rob Smith commence. Leo Demitov, ex agent du MGB est a présent à la tête d'une milice d'homicides, tout à fait indépendante dont on préfère taire l'existence vu qu'il arrête à présent de vrais criminels comme le tueur d'enfants dans la première partie, "Enfant 44". Il doit faite face à des gens avides de haine et de vengeance. Car notre héros de cette trilogie, même si il n'a jamais torturé personne directement a du sang sir les mains et la conscience lourde: pour atteindre le quota, il a arrêté grand nombre de gens qui ont été torturés, tués et envoyés dans des goulags de la Kolyma. Il essaie tant bien que mal de se racheter,entre autre vis à vis de sa famille qu'il a fondée en adoptant avec sa femme Raïssa deux filles dont les parents ont été tués d'une balle dans la tête par un de ses ex collègues du MGB sous les yeux terrorisés de ces dernières petites victimes. Mais jusqu'où sera-t-il prêt à aller pour se racheter? Sera-t-il prêt à risquer une nouvelle fois sa vie pour sauver l'aînée des ses deux filles qui déteste par dessus tout ce père de substitution qui a été kidnappée? Sera-t-il prêt à se faire passer pour un détenu afin d'intégrer à son tour le goulag 57 pour sauver cette enfant et par la même occasion, aider un prêtre orthodoxe qui se trouve dans ce camp de la mort suite à sa première attestation? Et surtout, survivta-t-il aux coups, au froid, aux journées interminables de "travail" dans ses conditions inhumaines et aux sévices infligés par des gens qui veulent se venger d'un ex milicien du MGB? Encore un très bon livre très crédible et très bien écrit et orchestré sous la plume de Tom Rob Smith. Ce livre démontre aussi à quel point l'homme est un loup pour l'homme et à quel point il peut être cruel pour ses semblables. C'est aussi une bonne petite leçon de morale, une question que nous devrions tous et toutes nous poser: "la vengeance aide-t-elle à adoucir la douleur et les souvenirs?". Personnellement je ne pense pas que torturer son bourreau peut guérir, ni même aider un individu à retrouver un peu de paix intérieure...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Calliope2017 Posté le 15 Août 2018
    Ce qui est intéressant dans ce roman situé en URSS en pleine déstalinisation, c'est qu'on ne sait jamais de quel côté pencher. Le héros, Leo Demidov, est un ancien agent du KGB qui a changé de vie et cherche à former une vraie famille : il a adopté deux fillettes avec sa femme, mais l'aînée le déteste car le KGB a tué ses parents. On est tantôt avec lui, car en tant que personnage principal on a envie qu'il réussisse, tantôt du côté de ses ennemis, au regard des horreurs qu'il a commises... Et ce "dilemme" se retrouve avec la plupart des personnages, dont la psychologie est toujours développée et très réaliste. Dans tous les cas, ce roman est palpitant. Le suspense et le sens du récit sont très bien menés, on suit les personnages dans toutes leurs aventures. Le choix de l'URSS (et plus tard de la Hongrie) pendant cette période est également intéressant et original. Le seul reproche que j'aurais concerne le personnage de Fraera, qui a été jadis arrêtée par Leo et veut se venger de lui, et dont l'acharnement et la perversion sont peut-être parfois exagérés. Enfin, mais ce n'est pas de la faute de l'auteur, je ne... Ce qui est intéressant dans ce roman situé en URSS en pleine déstalinisation, c'est qu'on ne sait jamais de quel côté pencher. Le héros, Leo Demidov, est un ancien agent du KGB qui a changé de vie et cherche à former une vraie famille : il a adopté deux fillettes avec sa femme, mais l'aînée le déteste car le KGB a tué ses parents. On est tantôt avec lui, car en tant que personnage principal on a envie qu'il réussisse, tantôt du côté de ses ennemis, au regard des horreurs qu'il a commises... Et ce "dilemme" se retrouve avec la plupart des personnages, dont la psychologie est toujours développée et très réaliste. Dans tous les cas, ce roman est palpitant. Le suspense et le sens du récit sont très bien menés, on suit les personnages dans toutes leurs aventures. Le choix de l'URSS (et plus tard de la Hongrie) pendant cette période est également intéressant et original. Le seul reproche que j'aurais concerne le personnage de Fraera, qui a été jadis arrêtée par Leo et veut se venger de lui, et dont l'acharnement et la perversion sont peut-être parfois exagérés. Enfin, mais ce n'est pas de la faute de l'auteur, je ne suis pas très convaincue par le titre, très éloigné de l'original (The secret speech) et qui n'est pas très représentatif de l'ensemble du livre...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Wyoming Posté le 10 Avril 2018
    Assez différent de Enfant 44 même si on retrouve les mêmes personnages, ce roman est encore plus puissant car il décrit, à travers la fiction, la réalité de l'histoire soviétique dans laquelle le héros du livre se trouve emporté comme dans un maelstrom géant sans issue salvatrice. Description de l'enfer du goulag très réaliste avec la poursuite de l'enquête dans ce milieu de tous les dangers où cruauté et arbitraire règnent en maîtres. Une vision de l'horreur du régime avec toujours des personnages emplis de tous les sentiments, souvent les pires. Excellent.
  • Anaellita Posté le 8 Novembre 2017
    Le récit est très bien construit et brosse une critique des méthodes staliniennes, le tout sur fond de crise d'adolescence très forte (voire meurtrière) au sein d'une famille recomposée qui fut au départ composée par la haine, l'assassinat et l'obéissance au pouvoir. Les personnages sont plutôt bien approfondis, quoiqu'à mon sens celui de Raïssa, la femme de Léo et mère adoptive de Zoya et Elena, aurait pu être un peu plus creusé, car sa vision de maman est très intéressante dans ce genre de vie un peu déstructurée par les circonstances. Et comme j'aime faire les choses dans le désordre, je vais maintenant lire Enfant 44, qui apparemment est encore mieux que celui-ci d'après les critiques ! ^^
  • pdupaty Posté le 6 Décembre 2016
    C'est la suite de l'excellent Enfant 44. En 1956, trois ans après la mort de Staline, Krouchtchev entreprend une politique de déstalinisation de l'URSS. Le régime fait son auto-critique mais la période est dangereuse pour un certain nombre de personnes bien placées sous Staline. Car les langues se délient et les règlements de comptes commencent. Et dans le même temps, les gens en place dans l'Etat policier sont prêts à tout pour garder leur place et ne pas être déclassés. Dans ce contexte, Leo Demidov, tchékiste repenti rongé par les remords que lui ont causé les arrestations arbitraires auxquelles il a procédé, essaie de faire sa vie avec sa femme Raïssa et les deux filles qu'ils ont adopté à la fin d'Enfant 44. Il n'a pas intégré le nouveau KGB et dirige une brigade secrète chargée d'élucider les crimes de droit commun (qui sont un tabou au pays du paradis communiste soviétique). Problème : Leo est responsable de l'arrestation de leurs parents et donc de leur mort, et Zoya, l'aînée de 14 ans, hait ce père adoptif malgré tous les efforts qu'il peut faire pour avoir une famille normale et aimante. Il est également rattrapé par son passé : une femme... C'est la suite de l'excellent Enfant 44. En 1956, trois ans après la mort de Staline, Krouchtchev entreprend une politique de déstalinisation de l'URSS. Le régime fait son auto-critique mais la période est dangereuse pour un certain nombre de personnes bien placées sous Staline. Car les langues se délient et les règlements de comptes commencent. Et dans le même temps, les gens en place dans l'Etat policier sont prêts à tout pour garder leur place et ne pas être déclassés. Dans ce contexte, Leo Demidov, tchékiste repenti rongé par les remords que lui ont causé les arrestations arbitraires auxquelles il a procédé, essaie de faire sa vie avec sa femme Raïssa et les deux filles qu'ils ont adopté à la fin d'Enfant 44. Il n'a pas intégré le nouveau KGB et dirige une brigade secrète chargée d'élucider les crimes de droit commun (qui sont un tabou au pays du paradis communiste soviétique). Problème : Leo est responsable de l'arrestation de leurs parents et donc de leur mort, et Zoya, l'aînée de 14 ans, hait ce père adoptif malgré tous les efforts qu'il peut faire pour avoir une famille normale et aimante. Il est également rattrapé par son passé : une femme de prêtre qu'il avait fait déporter au goulag avec son mari est revenue. Devenue chef de gang, elle veut se venger... Elle enlève Zoya et oblige Leo à se faire passer pour un prisonnier politique pour libérer son mari du goulag de la Kolyma, région du nord de l'extrême-orient russe éloigne de tout et dédiée au système concentrationnaire élaboré par Staline. C'est aussi bon que le premier volet de la série. Il n'y a pas non plus la dimension polar qu'avait Enfant 44, où Leo avait une série de meurtres d'enfants à élucider. C'est un pur roman historique, passionnant. La description de la vie en Russie à cette époque est très réaliste et montre toute l'horreur que Staline avait créée. De plus, l'histoire est très rythmée, avec suspense et rebondissements en série. Comme Enfant 44, Kolyma est donc à lire absolument
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond Noir
Succombez à vos instincts de serial lecteur.