Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221215173
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 135 x 215 mm

La Tête sous l'eau

Collection : Collection R
Date de parution : 23/08/2018
Par l'auteur de Je vais bien, ne t'en fais pas.

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur...

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. »
Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n’en avions pas terminé.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221215173
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont

Ils en parlent

Qu’importe [...] que le lecteur soit adulte ou adolescent. Il est touché.
Michel Abescat / Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CatherineA Posté le 11 Septembre 2020
    Un roman prêté par un ami. Je l'ai commencé rapidement car je savais que le sujet me toucherait. Ce n'est pas loupé ! Une écriture qui nous emporte directement dans l'histoire de cette famille qui vit l'un des pires drames que l'on puisse imaginer.
  • gege255 Posté le 10 Septembre 2020
    Olivier Adam est, depuis un petit moment déjà, un de mes auteurs fétiches. Et je n'ai jamais été vraiment déçue. Quand j'ai commencé La tête sous l'Eau, j'ai pensé à son roman Une partie de Badminton. La famille parisienne partie vivre en Bretagne, j'avais déjà lu ça quelque part.. Le doute m'a vite quittée, il s'agit bien d'une histoire différente, mais tout aussi émouvante. Le difficile retour d'une adolescente après son enlèvement, et les répercussions sur sa famille, presque tout autant déboussolée, notamment son frère, narrateur. Un très beau roman qui confirme tout le bien que je pense de l'auteur.
  • nemo- Posté le 7 Septembre 2020
    Dévoré en un soir, La tête sous l'eau est difficile à lâcher même si je l'ai finalement trouvé assez prévisible. L'histoire est racontée par Antoine, le frère de Léa, disparue un soir au retour d'un concert. Lorsqu'elle est retrouvée, la "réadaptation"est difficile, dans une famille dévastée par sa longue disparition. L'écriture est fluide, efficace, on se laisse emporter par le récit, les personnages sont intéressants mais j'ai malgré tout trouvé l'intrigue un peu trop simple, on s'attend à des retournements qui finalement n'arrivent pas, le récit raconte ce à quoi on s'attend depuis le début, même si c'est très bien raconté. Dans le même genre, bien que moins dramatique, j'ai préféré Quand vient la vague que j'ai trouvé plus "juste". Mais La tête sous l'eau reste un roman intéressant pour grands ados, qui aborde aussi bien la différence, l'adaptation à un nouveau lycée, que l'horreur de l'enlèvement et la vie "d'après". A partir de 15 ans.
  • MelisB Posté le 30 Août 2020
    N’ayant jamais lu de roman d’Olivier Adam, j’avais une envie irrépressible de découvrir sa plume. Les couvertures de ses livres m’ont toujours charmée, des couleurs s’alliant parfaitement et apportant une jolie homogénéité. J’ai sauté le pas de la découverte en empruntant « la tête sous l’eau » à ma médiathèque. Roman Young Adulte de seulement 217 pages. Nous nous retrouvons très rapidement immergés au cœur de l’intrigue à travers les yeux d’Antoine, jeune adolescent solitaire dont la sœur a disparu lors d’un concert, sa famille vole en éclat, son père commence à boire, sa mère quitte le foyer familiale. Cet adolescent vit dans l’ombre d’une sœur évanouie dans la nature mais un jour le destin en décide autrement et Léa est soudainement retrouvée … On s’attache très rapidement à Antoine accroché à son surf et noyant son chagrin dans cette passion. Ses souffrances sont visibles telles des vagues à la surface de l’eau. Ses parents n’ont pas conscience de son mal-être et reste prostrés suite à la disparition de leur fille. Olivier Adam signe avec ce roman une histoire de vie courte, addictive, accompagnée de personnages poignants et criants de vérité. La correspondance de Léa apporte une immersion supplémentaire au récit... N’ayant jamais lu de roman d’Olivier Adam, j’avais une envie irrépressible de découvrir sa plume. Les couvertures de ses livres m’ont toujours charmée, des couleurs s’alliant parfaitement et apportant une jolie homogénéité. J’ai sauté le pas de la découverte en empruntant « la tête sous l’eau » à ma médiathèque. Roman Young Adulte de seulement 217 pages. Nous nous retrouvons très rapidement immergés au cœur de l’intrigue à travers les yeux d’Antoine, jeune adolescent solitaire dont la sœur a disparu lors d’un concert, sa famille vole en éclat, son père commence à boire, sa mère quitte le foyer familiale. Cet adolescent vit dans l’ombre d’une sœur évanouie dans la nature mais un jour le destin en décide autrement et Léa est soudainement retrouvée … On s’attache très rapidement à Antoine accroché à son surf et noyant son chagrin dans cette passion. Ses souffrances sont visibles telles des vagues à la surface de l’eau. Ses parents n’ont pas conscience de son mal-être et reste prostrés suite à la disparition de leur fille. Olivier Adam signe avec ce roman une histoire de vie courte, addictive, accompagnée de personnages poignants et criants de vérité. La correspondance de Léa apporte une immersion supplémentaire au récit et permet de s’attacher à ce personnage dont on ne sait finalement pas grand-chose. La plume de l’auteur est délicate, l’intrigue bien structurée et l’histoire familiale retrace de façon très réaliste le quotidien d’une famille brisée par les non-dits et l’apparition d’un drame … Les descriptions des sentiments mises à nu sont saisissantes, elles prennent aux tripes. J'ai vraiment beaucoup aimé, je recommande ce roman à ne pas rater, qui vous emporte aussi vite qu'une vague dans l’océan …
    Lire la suite
    En lire moins
  • Elodiedaire Posté le 28 Août 2020
    Ici, Olivier Adam nous emporte dans les tourments d'une famille brisée par la disparition d'un enfant. Léa a disparu. Antoine, son frère tente malgré tout de reprendre une vie normale alors qu'il voit peu à peu sa famille se déliter. Sa mère déménage pour vivre avec un autre, et son père continue de s'enfoncer dans sa dépression. Olivier Adam nous livre à nouveau la beauté de sa plume dans une histoire de famille dramatique. C'est puissant, captivant et si beau qu'on en voudrait davantage. Ça faisait des années que je n'avais rien lu de cet auteur, et je me demande pourquoi. J'avais probablement oublié sa manière de manipuler les émotions de son lecteur, et la profondeur de ses mots. Un court roman que je recommande et qui ne manquera pas de bouleverser son lecteur.

les contenus multimédias

Chargement en cours...
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Pocket

    "La tête sous l'eau" d'Olivier Adam : plongée dans les abysses d'un drame

    Fort d'un succès sans cesse renouvelé, l'auteur de Je vais bien, ne t'en fais pas (Le Dilettante, 2000, adapté au cinéma en 2006 par Philippe Lioret) livrait en 2018 un roman puissant, tous publics : La tête sous l'eau, chronique troublante et sensible d'une famille emportée par les crises, brisée comme une vague par les écueils de l'existence.

    Lire l'article
  • News
    Lisez

    Prix littéraires 2018 : nos auteurs à l'honneur dans les sélections

    Si la fin du mois de septembre marque l’épilogue de la rentrée littéraire, elle inaugure aussi une série d’événements très importants pour le monde de l’édition : les premières sélections des grands prix littéraires. Du prix de Flore au prix Femina, on fait le point sur nos auteurs en lice.

    Lire l'article