Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221218686
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 660
Format : 1 x 240 mm

L'Abominable

Cécile ARNAUD (Traducteur)
Date de parution : 17/10/2019

En 1924, la course pour parvenir au plus haut sommet du monde s’interrompt brutalement suite à la terrible disparition des célèbres alpinistes George Mallory et Sandy Irvine. L’année suivante, trois hommes – un poète britannique vétéran de la Grande Guerre, un guide de montagne français et un jeune idéaliste américain...

En 1924, la course pour parvenir au plus haut sommet du monde s’interrompt brutalement suite à la terrible disparition des célèbres alpinistes George Mallory et Sandy Irvine. L’année suivante, trois hommes – un poète britannique vétéran de la Grande Guerre, un guide de montagne français et un jeune idéaliste américain – tentent à leur tour leur chance. Mais quelqu’un, ou quelque chose, les poursuit, et, à 8 500 mètres d’altitude, alors que l’oxygène vient à manquer, l’expédition vire bientôt au cauchemar.
Qui est à leurs trousses ? Et quelle vérité se cache derrière les disparitions de 1924 ? Tandis qu’ils poursuivent leur ascension jusqu’au sommet du monde, les trois aventuriers vont découvrir un secret plus abominable encore que toutes les créatures mythiques jamais imaginées.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221218686
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 660
Format : 1 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jgcentauro Posté le 9 Décembre 2019
    le monde de l'alpinisme comme on ne le connaissait pas (en tout cas pas moi) , ou comment supprimer toute envie de pratiquer ce sport , ils sont malades !! tout ca sur fond de yétis et autres ,
  • Mhfasquel Posté le 7 Décembre 2019
    Il s’agit de mon tout premier Dan Simmons et je n’ai pas été déçue ! Ce roman nous happe dès l’introduction magistrale et ne nous lâche plus jusqu’aux dernières lignes. Il s’agit en effet d’une lecture addictive. Lorsque l’action démarre, le rythme est très vite soutenu et nous tient en haleine. Ce roman est impressionnant de par ses qualités littéraires, mais surtout de par son intrigue, et cette mise en abyme à travers le procédé littéraire des cahiers envoyés au protagoniste par Richard A. Durbage Junior vingt ans après la mort de Jacob Perry. Ce texte basé en partie sur une réelle expédition est glaçant ! Il est très documenté, passionnant (que ce soit la préparation de l’expédition ou l’expédition elle-même !) et pose la question de la passion de ces hommes qui bravent les éléments dans des conditions effroyables pour atteindre le sommet et leur rêve ! Une excellente lecture !
  • Maym Posté le 26 Novembre 2019
    Etonnament, c'est le premier roman de Dan Simmons que je lis, bien que le célèbre cycle de SF Hyperion se trouve dans ma pile à lire, et que j'aie regardé les premiers épisodes de la série "The Terror" inspirée de son roman de 2008 (qui, il semblerait, n'ait pas fait l'unanimité, mais c'est un autre débat). J'ai pris connaissance de l'existence de ce thriller alpin il y a quelques semaines dans une librairie, puisqu'il vient de sortir en traduction française en octobre 2019, bien qu'ayant été publié en version originale dès 2013. D'ordinaire je ne prête pas attention au rayon des thrillers car ce n'est pas mon style de lecture, mais je dois dire que mon regard a été accroché par le contraste de la photo noir et blanc de cet alpiniste de dos avec tout son matériel qui semble l'écraser, en ombre chinoise sur la glace, et par le titre un poil effrayant qui la parcourt : "l'Abominable". La quatrième de couverture m'a intriguée, avec cette "expédition qui vire au cauchemar", la mention de "la plus glaçante des histoires sur l'Everest", ainsi que le rapport avec le mystère qui planera toujours sur l'ascension de George Mallory et Sandy Irvine... Etonnament, c'est le premier roman de Dan Simmons que je lis, bien que le célèbre cycle de SF Hyperion se trouve dans ma pile à lire, et que j'aie regardé les premiers épisodes de la série "The Terror" inspirée de son roman de 2008 (qui, il semblerait, n'ait pas fait l'unanimité, mais c'est un autre débat). J'ai pris connaissance de l'existence de ce thriller alpin il y a quelques semaines dans une librairie, puisqu'il vient de sortir en traduction française en octobre 2019, bien qu'ayant été publié en version originale dès 2013. D'ordinaire je ne prête pas attention au rayon des thrillers car ce n'est pas mon style de lecture, mais je dois dire que mon regard a été accroché par le contraste de la photo noir et blanc de cet alpiniste de dos avec tout son matériel qui semble l'écraser, en ombre chinoise sur la glace, et par le titre un poil effrayant qui la parcourt : "l'Abominable". La quatrième de couverture m'a intriguée, avec cette "expédition qui vire au cauchemar", la mention de "la plus glaçante des histoires sur l'Everest", ainsi que le rapport avec le mystère qui planera toujours sur l'ascension de George Mallory et Sandy Irvine en 1924... J'ai donc décidé de me lancer dans la lecture de ce pavé de pas moins de 660 pages ! Le début est plutôt lent, mais sert naturellement de fondement à toute la suite de l'histoire. A partir du premier tiers l'action commence à s'accélerer puisqu'on entre dans le vif du sujet, et l'auteur nous tient en haleine jusqu'aux dernières pages, je ne pouvais plus décrocher ! Sans spoil puisqu'il s'agit des premières pages du roman (ou pour être au goût du jour des nouvelles entrées au dictionnaire devrais-je dire "sans divulgâcher"...), Dan Simmons nous propulse dans cette intriguante aventure par le biais d'une multitude de carnets de note qu'il reçoit par la poste, écrts par un ancien alpiniste mourant, qu'il avait interviewé des années auparavant pour trouver matière à écrire un thriller sur le pôle Sud. Le roman que nous lisons est donc la retranscription des mémoires de cet alpiniste, racontés au présent : l'expédition de ce "jeune idéaliste américain" sur l'Everest en 1925 avec ses deux amis alpinistes que le prière-d'insérer mentionne ("un poète britannique vétéran de la Grande guerre et un guide de montagne français"). Dan Simmons utilise ainsi ingénieusement le contexte historique de l'Europe ainsi que de l'Inde et du Népal, pour dérouler la quête de ces alpinistes sur cette montagne furieuse. Et il ne fait aucun doute qu'il s'est largement documenté sur tout ce qui attrait à l'alpinisme dans les années 20-30 puisque les descriptions sont fournies et explicites tout du long, tant sur le matériel alpin, les techniques d'ascension, que sur la réaction du corps humain aux conditions climatiques de très haute mongagne en regard de ce dit équipement. Je regrette néanmoins qu'il n'y ait pas eu une carte de la région himalayenne pour suivre géographiquement les personnages, ainsi que des repères schématiques des différents camps de base sur l'Everest. J'avais parfois l'impression d'être avec le groupe en train de sonder la neige pour éviter les crevasses, de poser des relais dangereux sur des parois infinies, de m'asphyxier à 8000m, de lutter contre le froid mordant et les rafales impitoyables, ainsi que contre... ce dont je ne parlerai pas pour ne pas gâcher votre plaisir de le découvrir au fur et à mesure que la tension monte... ;) Une lecture palpitante une fois le premier tiers passé, avec son petit lot de descriptions frissonnantes propres aux thrillers et au danger mortel que représente l'alpinisme pour l'homme... je recommande !
    Lire la suite
    En lire moins
  • culturevsnews Posté le 7 Novembre 2019
    J'adore le travail de Simmons. Hyperion est parmi mes préférés. Je suis particulièrement impressionné par son souci du détail ; sa capacité à transformer de grandes quantités de connaissances techniques en une histoire est impressionnante. Cette histoire - une expédition secrète à l'Everest presque à la manière des garçons, livrée au lecteur par ce vénérable dispositif du "livre trouvé" - met en scène des personnages si virils, si possédés de lèvres supérieures raides, si intelligents et conduits que je me suis senti comme une imposture d'un homme une fois ma lecture terminée. Cependant, j'ai senti que les traités sur la technique de l'alpinisme, et - surtout - ses détails sur le système de classe britannique vers 1925 ont duré beaucoup trop longtemps. À ces moments-là, les personnages cessèrent d'être les admirables titans d'une société perdue et devinrent les porte-parole didactiques de la recherche de Simmons. Simmons présente une vision vivante et nette de l'ascension traître du roman, mais le véritable protagoniste est l'Everest : "Les pentes verticales abruptes des pentes abruptes des vents glaciaux, des linceuls nuageux, des brumes et des mythes abandonneront lentement ses mystères mortels à une autre équipe - qui, dans leur désir de conquérir Sa Majesté -... J'adore le travail de Simmons. Hyperion est parmi mes préférés. Je suis particulièrement impressionné par son souci du détail ; sa capacité à transformer de grandes quantités de connaissances techniques en une histoire est impressionnante. Cette histoire - une expédition secrète à l'Everest presque à la manière des garçons, livrée au lecteur par ce vénérable dispositif du "livre trouvé" - met en scène des personnages si virils, si possédés de lèvres supérieures raides, si intelligents et conduits que je me suis senti comme une imposture d'un homme une fois ma lecture terminée. Cependant, j'ai senti que les traités sur la technique de l'alpinisme, et - surtout - ses détails sur le système de classe britannique vers 1925 ont duré beaucoup trop longtemps. À ces moments-là, les personnages cessèrent d'être les admirables titans d'une société perdue et devinrent les porte-parole didactiques de la recherche de Simmons. Simmons présente une vision vivante et nette de l'ascension traître du roman, mais le véritable protagoniste est l'Everest : "Les pentes verticales abruptes des pentes abruptes des vents glaciaux, des linceuls nuageux, des brumes et des mythes abandonneront lentement ses mystères mortels à une autre équipe - qui, dans leur désir de conquérir Sa Majesté - pourrait être trop mal équipée pour faire face à ses dangers. photo image_zps9159cdab.jpg Après un début lent, l'action tant attendue a été bien accueillie, le cœur battant à un rythme effréné et rapide. Là-haut, alors que les alpinistes faisaient l'expérience d'horribles découvertes inattendues et de sensations fortes, le lecteur était momentanément à bout de souffle. La question perplexe entourant la disparition de Percival était une tournure intrigante (quoique pas tout à fait surprenante étant donné l'époque à laquelle tout cela s'est produit). Étant un fan de fiction surnaturelle, ma seule petite bête noire était la publicité trompeuse de ce conte comme étant surnaturel et dans ce livre il a plutôt choisi d'utiliser la métaphore abominable d'un monstre d'un autre genre. Néanmoins, si vous pouvez contourner cet aspect du livre, il faut dire que la dernière partie du roman est excitante et très bien écrite. L'abominable est un livre qui fonctionne brillamment la plupart du temps. Il ne fait aucun doute qu'il est bien écrit, captivant et passionnant ,il est peut-être trop lent, trop complexe et trop complexe pour certains. C'est un pendant intéressant de la Terreur. C'est détaillé, c'est habilement fait et pourtant.... ce n'est pas parfait, et à mon avis, certains aspects peuvent ennuyer énormément le lecteur. Il y a beaucoup à gagner et à apprécier en lisant L'abominable, mais je soupçonne qu'il y a des aspects que certains lecteurs n'aimeront pas et que certains pourraient considérer comme controversés. Note 8,5/10
    Lire la suite
    En lire moins
  • PG35 Posté le 6 Novembre 2019
    On hésite à se lancer dans ce pavé de plus de 650 pages. Et puis on craque. On se souvient du plaisir qu’on a eu à lire Hyperion, Endymion, L’Échiquier du mal. On oublie la peine relative qu’on a eue à achever Terreur et la cruelle déception que nous a infligée L’Epée de Darwin (dont on se demande si ce n’est pas l’œuvre d’un médiocre prête-nom). Bref, on se lance et l’introduction suffit à nous captiver. Comme d’habitude, Simmons sait de quoi il parle. Il s’est efficacement documenté sur le monde de l’alpinisme dans les années 20, les montagnes, les acteurs, le matériel. Ses personnages sont bien campés et ses décors bien plantés. Bref, on y croit et on frémit aux récits d’escalade dans le froid et la neige, aux nuits passées sur des vires de 15 centimètres de large, aux tentes posées sur des crêtes et qui risquent à chaque instant d’être emportées par le vent. Le ressort dramatique de ce genre d’ouvrage se suffit à lui-même. Depuis Annapurna Premier 8000 jusqu'à Tragédie à l’Everest, de Maurice Herzog à John Krakauer, les témoignages sur les sommets et les dangers mortels qu’ils font subir aux grimpeurs sont régulièrement passionnants. Dan Simmons pimente... On hésite à se lancer dans ce pavé de plus de 650 pages. Et puis on craque. On se souvient du plaisir qu’on a eu à lire Hyperion, Endymion, L’Échiquier du mal. On oublie la peine relative qu’on a eue à achever Terreur et la cruelle déception que nous a infligée L’Epée de Darwin (dont on se demande si ce n’est pas l’œuvre d’un médiocre prête-nom). Bref, on se lance et l’introduction suffit à nous captiver. Comme d’habitude, Simmons sait de quoi il parle. Il s’est efficacement documenté sur le monde de l’alpinisme dans les années 20, les montagnes, les acteurs, le matériel. Ses personnages sont bien campés et ses décors bien plantés. Bref, on y croit et on frémit aux récits d’escalade dans le froid et la neige, aux nuits passées sur des vires de 15 centimètres de large, aux tentes posées sur des crêtes et qui risquent à chaque instant d’être emportées par le vent. Le ressort dramatique de ce genre d’ouvrage se suffit à lui-même. Depuis Annapurna Premier 8000 jusqu'à Tragédie à l’Everest, de Maurice Herzog à John Krakauer, les témoignages sur les sommets et les dangers mortels qu’ils font subir aux grimpeurs sont régulièrement passionnants. Dan Simmons pimente sa narration par des enjeux obscurs et inquiétants, des personnages historiques et un contexte politique soigneusement étudié – comme il l’avait déjà réussi dans Les Forbans de Cuba. Bref, voici un livre qu’on a du mal à ne pas lire d’une traite.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    50 romans incontournables à offrir ce Noël

    Des romans primés, des thrillers entêtants, des auteurs stars, des étoiles montantes, des héros inoubliables... Dans notre hotte, il y a des histoires pour tous les goûts et toutes les envies. Découvrez vite notre sélection de 50 romans incontournables à offrir ce Noël.

    Lire l'article