Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221254431
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 200 mm
Nouveauté

Le Cri de la cigogne

Collection : L'Incendie
Date de parution : 26/08/2021

Rentrée Littéraire 2021
« Si t'as pas de haine, t'as pas de cœur. »
Après ses remarquables récits de non-fiction, Mauvais plan sur la comète et Du bleu dans la nuit, Jean-Charles Chapuzet signe un roman au réalisme glaçant, inspiré d’une histoire vraie.

On traverse beaucoup de villages dans une vie. En cette matinée du dimanche 15 octobre 2006, c’est celui d’Olaszhalom que traversent un professeur d’histoire et ses deux enfants. À deux heures de Budapest, la bourgade compte 1 500 âmes, une station-service, des cigognes, trois églises, les ruines d’une synagogue. Et,...

On traverse beaucoup de villages dans une vie. En cette matinée du dimanche 15 octobre 2006, c’est celui d’Olaszhalom que traversent un professeur d’histoire et ses deux enfants. À deux heures de Budapest, la bourgade compte 1 500 âmes, une station-service, des cigognes, trois églises, les ruines d’une synagogue. Et, en contrebas de la route principale, une rivière dans laquelle chahutent des dizaines de Tsiganes.
Soudain, une silhouette surgit devant la voiture du professeur pour que toutes les haines couvées par un pays se cristallisent. Ce 15 octobre, Éva a douze ans, nage comme une championne et déteste les dimanches en famille. Elle est dans la voiture avec son petit frère quand les pneus crissent. La voici mêlée de force à l’histoire de la Hongrie, entre mirage européen et groupuscules néonazis.

Retrouvez toute la Rentrée Littéraire Robert Laffont ici : http://rentreelitteraire.robertlaffont.com/
 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221254431
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • catflanagan Posté le 23 Septembre 2021
    Merci à Babelio de m'avoir permis de lire ce livre rapidement. Je suis assez désemparée pour émettre une critique positive. Le sujet est très intéressant : un professeur d'histoire battu à mort en Hongrie par des Tsiganes qui ont cru qu'il avait tué une des leurs après l'avoir renversé en voiture. Ce qui était faux. La Hongrie pour moi est une terre inconnue, mis à part Budapest que j'ai grandement aimé. Mais pour ce qui concerne la politique et les débords de violence, je suis complètement ignorante de ces sujets. Alors j'ai été très désarçonnée par la lecture du roman, car j'ai eu l'impression que l'auteur ne s'adressait qu'à des personnes connaissant ce pays. Bien sûr de nombreuses notes en bas de pages sont là pour nous éclairer, mais j'ai trouvé cela fastidieux. En revanche j'ai apprécié la façon dont le drame est amené : Eva la fille du professeur est la narratrice. Elle est évidemment très perturbée par le décès de son père et la violence de ce décès. Le récit suit justement les pensées de cette jeune fille de douze ans au moment des faits, complètement perdue et traumatisée tout au long du récit qui se déroule sur une période de... Merci à Babelio de m'avoir permis de lire ce livre rapidement. Je suis assez désemparée pour émettre une critique positive. Le sujet est très intéressant : un professeur d'histoire battu à mort en Hongrie par des Tsiganes qui ont cru qu'il avait tué une des leurs après l'avoir renversé en voiture. Ce qui était faux. La Hongrie pour moi est une terre inconnue, mis à part Budapest que j'ai grandement aimé. Mais pour ce qui concerne la politique et les débords de violence, je suis complètement ignorante de ces sujets. Alors j'ai été très désarçonnée par la lecture du roman, car j'ai eu l'impression que l'auteur ne s'adressait qu'à des personnes connaissant ce pays. Bien sûr de nombreuses notes en bas de pages sont là pour nous éclairer, mais j'ai trouvé cela fastidieux. En revanche j'ai apprécié la façon dont le drame est amené : Eva la fille du professeur est la narratrice. Elle est évidemment très perturbée par le décès de son père et la violence de ce décès. Le récit suit justement les pensées de cette jeune fille de douze ans au moment des faits, complètement perdue et traumatisée tout au long du récit qui se déroule sur une période de quatorze ans. Le fait d'introduire sa passion pour la natation et pour Laure Manaudou, lui permet de respirer, ainsi que nous lecteurs, car certains passages sont difficiles. Découvrir les faits, petit à petit est judicieux, mais terminer sur le meurtre ne me convaincs pas vraiment. Personnellement je l'attendais avant. Malgré tout, j'ai beaucoup aimé la structure du roman et l'héroïne est attachante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CamilleBook Posté le 23 Septembre 2021
    Il est difficile de définir ce roman. C’est une incursion dans la Hongrie des années 90 à nos jours. C’est le regard d’une adolescente sur le monde qui l’entoure. C’est aussi une réflexion sur la haine et son instrumentalisation politique. Pour apprécier pleinement cette lecture, j’aurais peut-être dû me renseigner davantage sur la Hongrie. N’ayant pas ou peu de connaissances sur son implication dans les deux guerres mondiales, sur ses héros militaires controversés, sur la révolution de 1956 et sur son organisation politique et européenne dès lors, et pas plus sur les deux affaires autour desquelles s’articule le roman et qui ont marqué l’histoire récente de la Hongrie, en 2006 et en 2008-2009, j’ai eu un peu de mal à en comprendre tous les ressorts. Les relativement nombreuses notes en bas de page ont été, de ce fait, appréciées. Je ne parlerai pas de ces affaires ici puisqu’elles sont la clef de voûte du roman et elles ne sont dévoilées qu’au fur et à mesure de la lecture. Libre au lecteur de se renseigner en amont, ou pas. Qu’on soit connaisseur ou non de la Hongrie, il n’en reste pas moins que c’est une lecture dure, difficile à digérer. Malgré un ton... Il est difficile de définir ce roman. C’est une incursion dans la Hongrie des années 90 à nos jours. C’est le regard d’une adolescente sur le monde qui l’entoure. C’est aussi une réflexion sur la haine et son instrumentalisation politique. Pour apprécier pleinement cette lecture, j’aurais peut-être dû me renseigner davantage sur la Hongrie. N’ayant pas ou peu de connaissances sur son implication dans les deux guerres mondiales, sur ses héros militaires controversés, sur la révolution de 1956 et sur son organisation politique et européenne dès lors, et pas plus sur les deux affaires autour desquelles s’articule le roman et qui ont marqué l’histoire récente de la Hongrie, en 2006 et en 2008-2009, j’ai eu un peu de mal à en comprendre tous les ressorts. Les relativement nombreuses notes en bas de page ont été, de ce fait, appréciées. Je ne parlerai pas de ces affaires ici puisqu’elles sont la clef de voûte du roman et elles ne sont dévoilées qu’au fur et à mesure de la lecture. Libre au lecteur de se renseigner en amont, ou pas. Qu’on soit connaisseur ou non de la Hongrie, il n’en reste pas moins que c’est une lecture dure, difficile à digérer. Malgré un ton résolument léger, accentué par un style volontairement décousu et lapidaire, c’est une plongée dans l’extrémisme et les idées propagées par les groupuscules néo-nazis, alimentées par certains partis politiques qui n’hésitent pas à jouer sur la rancoeur et les traumatismes du pays pour faire avancer leur idéologie xénophobe. La jeune Éva, narratrice, que l’on suit de son adolescence à ses premières années de jeune adulte, va être témoin, puis partie prenante, d’un pays, d’un peuple qui dérape. À partir d’un épisode traumatique d’une violence inouïe que l’on découvrira tout au long de la lecture, Éva va épouser des causes qu’elle considère à ce moment là nobles et nécessaires, s’abandonner dans l’alcool et la drogue, et essayer d’oublier… et de survivre. « Il faut se ressaisir, sans cesse, se tenir à la rambarde, s’accrocher à la bouée, respirer. On n’a pas fini de souffrir : mourir, c’est facile. » Dure dans ses propos et ses actes, drôle dans sa façon très spontanée, voire brutale, de percevoir ceux qui l’entourent, étonnante de persévérance quand elle se donne corps et âme à son sport de prédilection, la natation, et touchante quand on la voit grandir et mûrir, Éva est un très beau personnage. Par sa voix, par son regard, j’ai beaucoup appris sur l’histoire de la Hongrie. Si j’ai été un peu gêné par la narration un peu trop décousue à mon goût car il n’y a aucune chronologie, c’est une lecture qui m’a apporté un regard neuf sur un pays que je connaissais très mal et sur la façon dont les idées extrémistes infusent dans les esprits. Un roman puissant qui bouscule et prend aux tripes. Et un chapitre en particulier, La Stèle, que j’ai trouvé magnifique. Belle découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • jostein Posté le 10 Septembre 2021
    … Jean-Charles Chapuzet s’empare ici de faits divers. En 2008 et 2009, plusieurs tsiganes de villages du nord-est de la Hongrie ont été tués par des néo-nazis hongrois. Le journaliste s’émeut de cette histoire et se risque à en faire une fiction. Pour cela, il se met dans la peau d’une jeune femme, Eva. Marquée par un drame d’enfance, la jeune fille affiche sa haine assez brutalement dans ses attitudes, ses engagements, son langage. Elle n’en devient pas un personnage très attachant, surtout quand elle flirte avec les néo-nazis. Mais son attitude est justifiée par le récit de l’auteur. Sans cautionner, je comprends. Et c’est un beau parcours de résilience avec le soutien de personnages plus touchants comme Andras ou Laci. Si ce roman n’est pas toujours facile à lire, il offre une vision très intéressante sur le passé et le présent de la Hongrie.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !