Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221218716
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 125 x 220 mm

Le Dernier Bain

Collection : Les Passe-Murailles
Date de parution : 23/08/2018

Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur.
Jane, une jeune Anglaise cachée dans l’appartement d’aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention,...

Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur.
Jane, une jeune Anglaise cachée dans l’appartement d’aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention, ou encore une Normande du nom de Charlotte Corday, tout juste arrivée à Paris… Ils sont nombreux, ceux qui tournent autour du logis de la rue des Cordeliers où Marat, cloîtré, immergé dans des bains de soufre, traque les suspects hostiles aux idées de la République.
Il ignore que certains d’entre eux souhaitent sa mort et qu’il ne lui reste plus que trois jours à vivre.
Par cette fiction qui nous propulse dans le coeur battant de l’Histoire, Gwenaële Robert détruit l’image sublime et mensongère que David nous a laissée de son ami Marat. Du bout de sa plume, grâce à un dispositif romanesque et à un sens de la reconstitution impressionnants, elle gratte le vernis de la peinture pour révéler la réalité du monstre.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221218716
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 125 x 220 mm

Ils en parlent

« Mêlant avec une virtuosité délicate vérité historique et imagination romanesque, Gwenaële Robert a choisi de narrer les derniers jours de Marat et sa glorieuse et mensongère mise au tombeau picturale signée David »
Jean-Christophe Buisson / Le Figaro magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SylvieBelgrandReims Posté le 4 Février 2020
    Lu dans le cadre du Prix du deuxième roman de Marche en Famennes (Belgique ) "Le dernier bain" affiche "roman" sur sa couverture, mais c'est en fait le récit romancé des derniers jours du citoyen Marat, le terrible et sanguinaire révolutionnaire français, à travers les regards croisés des protagonistes plus ou moins proches du dénouement de sa vie. C'est particulièrement bien écrit, dans une langue très élégante, mais ne vous attendez pas à un grand souffle romanesque. C'est une page d'histoire, et il faut aimer l'histoire pour apprécier ce récit. C'est mon cas, et j'ai trouvé le point de vue et la narration intéressants. J'attends d'écouter Gwenaële Robert en conférence à Marche en Famennes pour me faire une opinion définitive. #LeDernierBain #GwenaëleRobert #RobertLafont #Histoire #lecture #livres #Chroniques Le quatrième de couverture : Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur. Jane, une jeune Anglaise cachée dans l'appartement d'aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention, ou encore une Normande du nom de Charlotte Corday, tout juste arrivée à Paris... Ils sont nombreux, ceux qui tournent autour... Lu dans le cadre du Prix du deuxième roman de Marche en Famennes (Belgique ) "Le dernier bain" affiche "roman" sur sa couverture, mais c'est en fait le récit romancé des derniers jours du citoyen Marat, le terrible et sanguinaire révolutionnaire français, à travers les regards croisés des protagonistes plus ou moins proches du dénouement de sa vie. C'est particulièrement bien écrit, dans une langue très élégante, mais ne vous attendez pas à un grand souffle romanesque. C'est une page d'histoire, et il faut aimer l'histoire pour apprécier ce récit. C'est mon cas, et j'ai trouvé le point de vue et la narration intéressants. J'attends d'écouter Gwenaële Robert en conférence à Marche en Famennes pour me faire une opinion définitive. #LeDernierBain #GwenaëleRobert #RobertLafont #Histoire #lecture #livres #Chroniques Le quatrième de couverture : Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur. Jane, une jeune Anglaise cachée dans l'appartement d'aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention, ou encore une Normande du nom de Charlotte Corday, tout juste arrivée à Paris... Ils sont nombreux, ceux qui tournent autour du logis de la rue des Cordeliers où Marat, cloîtré, immergé dans des bains de soufre, traque les suspects hostiles aux idées de la République. Il ignore que certains d'entre eux souhaitent sa mort et qu'il ne lui reste plus que trois jours à vivre. Par cette fiction qui nous propulse dans le coeur battant de l'Histoire, Gwenaële Robert détruit l'image sublime et mensongère que David nous a laissée de son ami Marat. Du bout de sa plume, grâce à un dispositif romanesque et à un sens de la reconstitution impressionnants, elle gratte le vernis de la peinture pour révéler la réalité du monstre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marieemmy Posté le 19 Janvier 2020
    Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur. Jane, une jeune Anglaise cachée dans l'appartement d'aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention, ou encore une Normande du nom de Charlotte Corday, tout juste arrivée à Paris... Ils sont nombreux, ceux qui tournent autour du logis de la rue des Cordeliers où Marat, cloîtré, immergé dans des bains de soufre, traque les suspects hostiles aux idées de la République. Il ignore que certains d'entre eux souhaitent sa mort et qu'il ne lui reste plus que trois jours à vivre.... Gwenaele Robert nous relate ici les 3 derniers jours de l'existence de Marat sans fioriture Un véritable travail historique où fiction et réalité s'entremêlent. L'écriture est fluide, riche et nous transporte à l'époque de l histoire. J'y ai appris beaucoup de choses sur cet événement et le lien entre David et Marat dont j'ignorais presque tout. Mais ce livre ne m'a pas passionné plus que cela car cette époque n'est pas celle que j'affectionne.
  • JML38 Posté le 20 Décembre 2019
    Le roman s’ouvre au musée Grévin, devant la fameuse baignoire dans laquelle le 13 juillet 1793 à Paris fut assassiné Jean-Paul Marat, médecin, physicien, journaliste et député montagnard à la Convention à l’époque de la Révolution, les visiteurs se trouvant bien perplexes à la vue de cet objet qu’ils n’imaginaient pas vraiment ainsi d’après le célèbre tableau de David ayant immortalisé la scène du crime. Gwenaële Robert se souvient de la célébration en grande pompe du bicentenaire de cette révolution alors qu’elle était au collège et que ses manuels scolaires plaçaient en bonne position « la mort de Marat » entre la déclaration des droits de l’homme et un portrait de Danton. ... Le roman s’ouvre au musée Grévin, devant la fameuse baignoire dans laquelle le 13 juillet 1793 à Paris fut assassiné Jean-Paul Marat, médecin, physicien, journaliste et député montagnard à la Convention à l’époque de la Révolution, les visiteurs se trouvant bien perplexes à la vue de cet objet qu’ils n’imaginaient pas vraiment ainsi d’après le célèbre tableau de David ayant immortalisé la scène du crime. Gwenaële Robert se souvient de la célébration en grande pompe du bicentenaire de cette révolution alors qu’elle était au collège et que ses manuels scolaires plaçaient en bonne position « la mort de Marat » entre la déclaration des droits de l’homme et un portrait de Danton. Elle soupçonne le peintre d’avoir un peu arrangé l’Histoire dans sa toile - à l’image de sa baignoire peu réaliste -, d’une manière assez manichéenne, aimant « que les choses soient nettes, bien tranchées – comme les têtes que son ami réclamait». L’auteure nous propose une plongée dans cette période trouble, violente, sanglante, qui n’a pas été qualifiée de « terreur » par hasard, nous donnant une version bien personnelle des quelques jours ayant précédé l’événement tragique. Sur un fond historique solide, elle développe une fiction dans laquelle Marat est le personnage central, bien que n’apparaissant que très peu. C’est celui dont on parle, en bien pour ceux qui le considèrent comme « l’ami du peuple », en mal pour ceux pour qui il représente le « tyran » responsable du massacre. C’est également celui à qui l’on écrit pour demander une faveur, ou dénoncer les traitres à la république naissante afin qu’il puisse les ajouter à la liste des candidats à la guillotine. Les autres personnages réels sont tout naturellement Charlotte Corday, de son vrai nom Marie Charlotte de Corday d’Armont, et Jacques-Louis David, illustre peintre de la révolution, député lui-même et ami de la victime. Gwenaële Robert semble avoir fait son choix en ce qui concerne Marat, le présentant sous un jour peu reluisant – c’est le moins que l’on puisse dire –, tant au niveau physique, le député montagnard se baignant pour se soulager d’une maladie de peau douloureuse, qu’au niveau moralité. Elle n’hésite pas à lui attribuer quelques mauvaises actions passées qui lui valent de sérieux ressentiments de la part de personnages fictifs qui auraient pu – mais on ne réécrit pas l’histoire – porter le coup fatal à la place de Charlotte Corday. Porté par une belle écriture, parfois poétique, le récit est particulièrement attrayant. J’ai aimé le mélange judicieux entre le fictionnel et le réel qui donne un côté épique à l’évocation d’une période sombre de l’Histoire de France. Le parcours de la baignoire depuis le jour funeste jusqu’à son exposition actuelle au musée Grévin donne la petite touche légère qui permet de savourer pleinement cette très belle lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mylady Posté le 4 Décembre 2019
    Paris – An II, la France vit sous le souffle de la Terreur. Jane, une jeune anglaise cachée dans l’appartement d’aristocrates émigrés, Théodose, moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David le fameux peintre et député de la Convention, mais aussi une jeune normande du nom de Charlotte Corday, autant de personnages et de destins qui tournent autour du 30 rue des Cordeliers à Paris (logis de Marat). Celui-ci, cloîtré de par sa maladie de peau, immergé dans des bains de souffre, ignore que certains d’entre eux souhaitent sa mort et qu’il ne lui reste plus que 3 jours à vivre. Ce roman est une fiction qui nous plonge au cœur de l’histoire de la Révolution Française. L’auteur détruit l’image sublime et mensongère que le peintre David nous a laissé de son ami Marat. Au travers de différents destins, l’autre Marat nous apparaît et se révèle la réalité de ce monstre. À lire pour tous ceux qui aiment cette tranche de notre histoire. À noter en fin du libre, se trouve une photographie de la vraie baignoire de Marat, qui ne ressemble en rien à celle représentée sur le tableau de David.
  • Emilie21 Posté le 3 Décembre 2019
    Fabuleux récit qui mêle histoire et fiction. On lit avec plaisir et on apprend sans s'en rendre compte.

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !