Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221199091
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 125 x 220 mm

Les Attentifs

Collection : Les Passe-Murailles
Date de parution : 02/02/2017

Au cœur de l’Amérique des années 1930-1960, les personnages de douze tableaux d’Edward Hopper se croisent de manière inattendue. Un faisceau de solitaires, d’ambitieux redoutables, d’amants, de mères cruelles, de fantômes, de femmes mélancoliques et de rêveurs impénitents, tisse une comédie humaine grinçante et sensible.
Marc Mauguin explore les âmes et...

Au cœur de l’Amérique des années 1930-1960, les personnages de douze tableaux d’Edward Hopper se croisent de manière inattendue. Un faisceau de solitaires, d’ambitieux redoutables, d’amants, de mères cruelles, de fantômes, de femmes mélancoliques et de rêveurs impénitents, tisse une comédie humaine grinçante et sensible.
Marc Mauguin explore les âmes et saisit des instants de vie suspendus avant qu’une décision ou un accident ne vienne en modifier le cours. Sous sa plume, aussi originale que puissante, les toiles s’animent et nous aspirent.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221199091
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 125 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Herve-Lionel Posté le 27 Février 2020
    N° 1434 - Février 2020. Les attentifs – Marc Mauguin – Robert Laffont. C’est sans doute très personnel mais je partage depuis longtemps avec l’auteur l’intuition que les toiles d’Edward Hopper, parce qu’elles suggèrent l’attente, invitent à l’écriture parce qu’elles portent en elles quelque chose d’inexprimé qui vous transporte ailleurs, dans un autre univers et vous incitent à le partager, un peu comme si les formes, les couleurs et les êtres suscitaient le prolongement de l’histoire. Les personnages de ses tableaux ont dans les yeux quelque chose de mélancolique qui trahit l’état de leur âme et on peut y lire, pour peu qu’on y soit attentif, les aspects délétères de la condition humaine, le désamour, la trahison, l’incompréhension, l’abandon, le désespoir, le vide, le mal de vivre, les fantômes et les remords que chacun d’entre nous porte comme une croix. Je les sens abandonnés, victimes des autres et spécialement de leurs proches qui les connaissent mieux que personne, savent comment les blesser efficacement et qui ne s’en privent pas. Ils le font par vengeance, par méchanceté, par intérêt, par plaisir ou simplement pour se prouver qu’ils existent. Ils sont victimes de leur destin et l’acceptent parce qu’ils ne peuvent... N° 1434 - Février 2020. Les attentifs – Marc Mauguin – Robert Laffont. C’est sans doute très personnel mais je partage depuis longtemps avec l’auteur l’intuition que les toiles d’Edward Hopper, parce qu’elles suggèrent l’attente, invitent à l’écriture parce qu’elles portent en elles quelque chose d’inexprimé qui vous transporte ailleurs, dans un autre univers et vous incitent à le partager, un peu comme si les formes, les couleurs et les êtres suscitaient le prolongement de l’histoire. Les personnages de ses tableaux ont dans les yeux quelque chose de mélancolique qui trahit l’état de leur âme et on peut y lire, pour peu qu’on y soit attentif, les aspects délétères de la condition humaine, le désamour, la trahison, l’incompréhension, l’abandon, le désespoir, le vide, le mal de vivre, les fantômes et les remords que chacun d’entre nous porte comme une croix. Je les sens abandonnés, victimes des autres et spécialement de leurs proches qui les connaissent mieux que personne, savent comment les blesser efficacement et qui ne s’en privent pas. Ils le font par vengeance, par méchanceté, par intérêt, par plaisir ou simplement pour se prouver qu’ils existent. Ils sont victimes de leur destin et l’acceptent parce qu’ils ne peuvent faire autrement et ce fatalisme engendre la solitude, le désarroi, une sorte de néant qui fait que, comme le dit Pessoa, ils ne sont rien, mais portent en eux «  tous les rêves du monde », à jamais trahis et impossibles. Ils se raccrochent à n’importe quoi mais tout se dérobe devant eux et les mots qu’ils pourraient prononcer ou écrire pour se libérer restent en eux parce qu’ils n’ont pas réussi, malgré leur bonne foi et leur volonté de bien faire, à trouver leur place dans ce monde, et savent pas qu’ils ne la trouveront jamais mais auront à subir au contraire critiques et lazzis. Cette « saudade », comme disent les Portugais, les rend un peu mythomanes, parfois trop confiants et ils s’imaginent, à titre de compensation pour ce que la vie ne leur donnera jamais, des situations où ils ont le meilleur rôle, se tricotant des fragments d’une vie dont ils ne verront jamais l’ombre d’une réalisation et ils finissent même par y croire malgré les douleurs, les rides ou le fard. Ils font même semblant d’être heureux dans cette solitude faite de frustrations ou dans une vie de couple qui lentement se désagrège au fil du temps, se transforme en mensonges, en trahisons et en adultères, dans une société au vernis suranné où ils voudraient oublier le quotidien avec ses désillusions, sa recherche du plaisir de l’instant et de l’inconnu, la légèreté de l’être, le temps qui passe et l’écume des jours, mais la routine s’impose à eux avec ses usages, son hypocrisie et c’est le vide qui s’installe et avec lui le souvenir des mauvais moments, les regrets, le silence pesant et désespéré, avant-coureur d’une mort considérée comme la fin d’un parcours ou peut-être désirée comme une délivrance. Cette condition humaine qui parfois est une comédie se mue petit à petit en drame intime et silencieux. Nombres de ces nouvelles ont pour cadre le Cap Cod, inséparable de Hopper. J’en imagine les dunes battues par le vent, le bruit du ressac, le cris des mouettes et ce paysage se marie aux personnages de ses peintures, d’autres ont pour cadre New-York, cette ville mythique qui fait aussi partie de l’univers créatif du peintre. L’écriture de Marc Mauguin épouse parfaitement l’ambiance que Hopper entend instiller sous son pinceau. L’auteur choisit un tableau, se l’approprie en le décrivant ou en l’évoquant et retrace autour des personnages et du décor une autre histoire qui témoigne de la communion qui existe entre eux et de la force créatrice qu’il porte. Ces êtres fictifs, il les fait même se croiser, se rencontrer, se connaître, s’oublier, fuir vers un autre quotidien pour découvrir du nouveau ou du mystère, se retrouver malgré le temps et la distance, comme cela arrive parfois dans la vraie vie. ©Hervé Gautier http:// hervegautier.e-monsite.com
    Lire la suite
    En lire moins
  • Philbast Posté le 22 Juin 2018
    Les français n'aiment pas les nouvelles paraît-il et les auteurs français ne sont pas d'excellents nove listes. Ce livre, constitué de textes brefs, est une poupée russe puisque le lecteur attentif notera les liens subtils entre les personnages des différents chapitres qui font de ce livre séduisant un roman constitué de nouvelles qui se répondent les unes les autres. Une belle lecture et une belle edition puisque que les œuvres de Hopper répondent aux textes qu'elles accompagnent plus qu'elles ne les illustrent. Une surprise littéraire hors des sentiers battus particulièrement convaincante.
  • bffaubert Posté le 17 Mars 2017
    Très belles histoires basées sur des tableaux d'Hopper
  • FannyNetherfieldPark Posté le 1 Mars 2017
    Les attentifs est le premier roman de la toute nouvelle collection des éditions Robert Laffont intitulée « Les Passe-Murailles ». Pour un commencement, on peut dire que le défi est ambitieux. En effet, Marc Mauguin nous propose plusieurs nouvelles. Ces dernières font toutes références à des toiles d’Edgar Hopper. L’œuvre est d’abord reproduite en couleur, s’ensuit la courte histoire imaginée par l’auteur autour de cette dernière. Le lecteur fait donc un voyage dans les États-Unis des années 1930 à 1960. Les joies, les peines, les déconvenues, les regrets et les nostalgies des personnages nous sont dépeintes. Je suis assez sensible aux charmes des nouvelles. Je suis souvent admirative de la façon dont les auteurs en très de peu de pages donnent corps à un texte et vie à des personnages. Les chutes sont souvent travaillées et apportent une vraie valeur ajoutée. Marc Mauguin réussit son double pari : l’exercice parfois glissant de la nouvelle et la rédaction d’un texte à partir d’un tableau. Il donne sa vérité sur les protagonistes présents sur les toiles mais aussi sur les lieux. Certaines histoires se recoupent. Ces clins d’oeil sont très agréables et permettent de donner un fil conducteur entre certaines nouvelles. La démarche de... Les attentifs est le premier roman de la toute nouvelle collection des éditions Robert Laffont intitulée « Les Passe-Murailles ». Pour un commencement, on peut dire que le défi est ambitieux. En effet, Marc Mauguin nous propose plusieurs nouvelles. Ces dernières font toutes références à des toiles d’Edgar Hopper. L’œuvre est d’abord reproduite en couleur, s’ensuit la courte histoire imaginée par l’auteur autour de cette dernière. Le lecteur fait donc un voyage dans les États-Unis des années 1930 à 1960. Les joies, les peines, les déconvenues, les regrets et les nostalgies des personnages nous sont dépeintes. Je suis assez sensible aux charmes des nouvelles. Je suis souvent admirative de la façon dont les auteurs en très de peu de pages donnent corps à un texte et vie à des personnages. Les chutes sont souvent travaillées et apportent une vraie valeur ajoutée. Marc Mauguin réussit son double pari : l’exercice parfois glissant de la nouvelle et la rédaction d’un texte à partir d’un tableau. Il donne sa vérité sur les protagonistes présents sur les toiles mais aussi sur les lieux. Certaines histoires se recoupent. Ces clins d’oeil sont très agréables et permettent de donner un fil conducteur entre certaines nouvelles. La démarche de Marc Mauguin m’a plu. Il a su donner vie à douze tableaux d’Edgar Hopper. Les personnages et les lieux prennent vie sous nos yeux. Il nous décrit une certaine Amérique avec des sentiments et des sensations. J’ai beaucoup aimé ma lecture. Je surveillerais la parution des prochains titres de cette toute nouvelle collection!
    Lire la suite
    En lire moins
  • AliceFee Posté le 25 Février 2017
    Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Attentifs ? "D'abord, il s'agit d'une toute nouvelle collection des éditions Robert Laffont et je suis une petite curieuse. Et il s'agit ici de mêler peinture et littérature, ce qui ne pouvait que m'intriguer davantage." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "L'auteur tisse douze nouvelles au coeur de l'Amérique des années 30 à 60 autour de douze tableaux d'Edward Hopper." Mais que s'est-il exactement passé entre vous? "Tout d'abord, j'aime beaucoup le format d'édition et j'ai été agréablement surprise de découvrir les reproductions des tableaux en couleur à chaque début de chapitre. J'ai une imagination débordante et je passe ma vie à inventer des vies aux gens que je croise, des histoires cachées derrière les tableaux alors on peut dire que je ne me suis pas sentie dépaysée par ma lecture. L'auteur fait cela avec brio et on se laisse facilement envelopper par la torpeur ambiante. La mélancolie, la nostalgie, les déceptions sont au coeur de tout et font merveilleusement écho avec l'ambiance des tableaux. Je garde toujours une nette préférence pour le roman, la nouvelle étant pour moi toujours un peu frustrante mais j'ai... Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Attentifs ? "D'abord, il s'agit d'une toute nouvelle collection des éditions Robert Laffont et je suis une petite curieuse. Et il s'agit ici de mêler peinture et littérature, ce qui ne pouvait que m'intriguer davantage." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "L'auteur tisse douze nouvelles au coeur de l'Amérique des années 30 à 60 autour de douze tableaux d'Edward Hopper." Mais que s'est-il exactement passé entre vous? "Tout d'abord, j'aime beaucoup le format d'édition et j'ai été agréablement surprise de découvrir les reproductions des tableaux en couleur à chaque début de chapitre. J'ai une imagination débordante et je passe ma vie à inventer des vies aux gens que je croise, des histoires cachées derrière les tableaux alors on peut dire que je ne me suis pas sentie dépaysée par ma lecture. L'auteur fait cela avec brio et on se laisse facilement envelopper par la torpeur ambiante. La mélancolie, la nostalgie, les déceptions sont au coeur de tout et font merveilleusement écho avec l'ambiance des tableaux. Je garde toujours une nette préférence pour le roman, la nouvelle étant pour moi toujours un peu frustrante mais j'ai trouvé cet ouvrage particulièrement bien mené." Et comment cela s'est-il fini? "Je n'ai qu'un regret, c'est que les différentes histoires ne se recoupent pas plus les unes avec les autres, qu'il n'y ait pas un final qui nous permettrait d'en savoir un peu plus sur le destin des uns et des autres."
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.