Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265154803
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 210 mm

Les liens éternels

Hélène HERVIEU (Traducteur)
Date de parution : 18/06/2020
Le dernier tome de la saga des Neshov, plus de 500 000 exemplaires vendus en France !

"Cette saga s'apparente par son esthétique à une série télévisée, avec des personnages bien campés et des rebondissements maintenant le suspense." Elena Balzamo, Le Figaro Littéraire

Après la mort de son oncle Margido, Torunn se...
Le dernier tome de la saga des Neshov, plus de 500 000 exemplaires vendus en France !

"Cette saga s'apparente par son esthétique à une série télévisée, avec des personnages bien campés et des rebondissements maintenant le suspense." Elena Balzamo, Le Figaro Littéraire

Après la mort de son oncle Margido, Torunn se consacre corps et âme à la modernisation de l’entreprise de pompes funèbres sans pour autant négliger la ferme familiale où elle règne désormais seule.
Sa petite routine est cependant interrompue par deux événements : Erlend et Krumme, accompagnées de leurs enfants et de leurs mères porteuses ont décidé de rendre une visite à l’ancienne demeure familiale ; et depuis peu, le nouveau pasteur de la région semble éprouver un intérêt tout particulier pour la jeune propriétaire de la ferme.
Mais, comme souvent chez les Neshov, ces premiers signes ne sont que les doux annonciateurs des chamboulements à suivre.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265154803
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 210 mm

Ils en parlent

Le plaisir de lecture est permanent.
Christine Ferniot / Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ichirin-No-Hana Posté le 9 Juillet 2020
    Sixième tome autour de la famille Neshov, Les Liens éternels restent dans la même veine que les précédents et c’est toujours avec grand plaisir que je retrouve les personnages atypiques de cette saga familiale. On se concentre essentiellement sur Torunn lors de ce tome-ci. Alors qu’elle mène une vie de plus en plus chargée avec la reprise de l’entreprise de pompes funèbres et en même temps avec la rénovation de la ferme familiale, la jeune femme ne peut s’empêcher de faire le point sur sa vie et se sent de plus en plus seule. Sa petite routine va être totalement chamboulée par la tornade qui s’annonce. En effet, Erlend et Krumme débarquent pour une durée d’une semaine avec la famille entière. Ouvrage de plus de 350 pages, Les Liens éternels est un roman où finalement il se passe peu de choses. Cependant, et de la même façon qu’avec les tomes précédents, Anne B. Radge nous prouve encore une fois son talent pour implanter une ambiance et des personnages complexes et on dévore les pages tant les personnages sont tangibles et qu’on a envie de suivre leur évolution. De plus, l’auteure se penche encore une fois sur des thématiques fortes comme le deuil... Sixième tome autour de la famille Neshov, Les Liens éternels restent dans la même veine que les précédents et c’est toujours avec grand plaisir que je retrouve les personnages atypiques de cette saga familiale. On se concentre essentiellement sur Torunn lors de ce tome-ci. Alors qu’elle mène une vie de plus en plus chargée avec la reprise de l’entreprise de pompes funèbres et en même temps avec la rénovation de la ferme familiale, la jeune femme ne peut s’empêcher de faire le point sur sa vie et se sent de plus en plus seule. Sa petite routine va être totalement chamboulée par la tornade qui s’annonce. En effet, Erlend et Krumme débarquent pour une durée d’une semaine avec la famille entière. Ouvrage de plus de 350 pages, Les Liens éternels est un roman où finalement il se passe peu de choses. Cependant, et de la même façon qu’avec les tomes précédents, Anne B. Radge nous prouve encore une fois son talent pour implanter une ambiance et des personnages complexes et on dévore les pages tant les personnages sont tangibles et qu’on a envie de suivre leur évolution. De plus, l’auteure se penche encore une fois sur des thématiques fortes comme le deuil ou encore la solitude et elle le fait, comme toujours, avec beaucoup de respect et nous pose des questions très pertinentes. Les six tomes que composent cette saga sont sûrement les romans qui transpirent le plus d’humanité pour moi et je vous les conseille fortement si vous n’avez jamais tenté l’expérience. Anne B. Radge a vraiment une patte particulière et c’est toujours avec un immense plaisir que je la retrouve. La fin de ce tome-ci, inattendue, m’a vraiment émue et je refuse de croire en la fin de cette saga !
    Lire la suite
    En lire moins
  • kateginger63 Posté le 8 Juillet 2020
    Le dernier opus, encore le chaos émotionnel * Ca y est, la boucle est bouclée. Voici le dernier tome lu de cette saga norvégienne qui m'a réellement enchanté. Certes il y a eu l'avant-dernier tome où le rythme s'essoufflait un peu mais avec celui-ci, l'histoire de la famille Neshov a fini en apothéose. * (attention spoiler pour ceux qui n'ont pas lu le 5ème tome) : Maintenant que Margido n'est plus, Torunn sa nièce finit de s'installer convenablement dans la ferme reçue en héritage. Une salle de bain luxueuse, un nouveau mât ainsi que la décoration intérieure des chambres d'invité. Torunn a tout de même du mal à faire le deuil de son oncle chéri. Qui lui a laissé les rênes de l'entreprise de pompes funèbres. Elle visite régulièrement son grand-père/oncle à la maison de retraite. La vie continue de s'écouler bon gré, mal gré dans cette campagne bucolique aux effluves automnales. * D'un rythme lent, l'histoire se déroule sur plusieurs jours, avec quelques cahots mais toujours avec tendresse et bienveillance. L'auteure choisit ses mots avec soin et raconte mille petits détails de la vie quotidienne. Des tranches de vie qui bouleversent tout un chacun. J'apprécie énormément cette façon de narrer la plus infime action qui pourrait... Le dernier opus, encore le chaos émotionnel * Ca y est, la boucle est bouclée. Voici le dernier tome lu de cette saga norvégienne qui m'a réellement enchanté. Certes il y a eu l'avant-dernier tome où le rythme s'essoufflait un peu mais avec celui-ci, l'histoire de la famille Neshov a fini en apothéose. * (attention spoiler pour ceux qui n'ont pas lu le 5ème tome) : Maintenant que Margido n'est plus, Torunn sa nièce finit de s'installer convenablement dans la ferme reçue en héritage. Une salle de bain luxueuse, un nouveau mât ainsi que la décoration intérieure des chambres d'invité. Torunn a tout de même du mal à faire le deuil de son oncle chéri. Qui lui a laissé les rênes de l'entreprise de pompes funèbres. Elle visite régulièrement son grand-père/oncle à la maison de retraite. La vie continue de s'écouler bon gré, mal gré dans cette campagne bucolique aux effluves automnales. * D'un rythme lent, l'histoire se déroule sur plusieurs jours, avec quelques cahots mais toujours avec tendresse et bienveillance. L'auteure choisit ses mots avec soin et raconte mille petits détails de la vie quotidienne. Des tranches de vie qui bouleversent tout un chacun. J'apprécie énormément cette façon de narrer la plus infime action qui pourrait porter à sourire mais qui au final apporte cette touche de naturel et d'authenticité. La fin - avec une révélation capitale - m'a complètement bouleversé. Et l'auteure a trouvé l'élément parfait pour clore cette fin de saga. * Je ne peux que vous conseiller d'ouvrir la première page du 1er tome, lisez le chapitre et vous verrez que vous aussi serez charmés par cette aventure norvégienne de qualité. Une famille que je n'oublierais jamais. J'ai vraiment eu l'impression qu'ils prenaient vie devant moi. * Un grand vide maintenant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ya2meufs_qui_lisentetvoyagent Posté le 30 Juin 2020
    La saga des Neshov est une révélation, un enchantement, un bonheur d'humanité, une belle tranche de vie comme on n'en lit plus (la dernière saga qui nous a emballées, c'était les Jalna, ça remonte !) On n'était pas préparées à s'attacher aussi vite et aussi profondément à cette famille norvégienne. On ne s'attendait pas à être autant bouleversée par Torunn, la courageuse résiliente, Tormund, le fier octogénaire hanté par son amour perdu, Erlend, généreux et extravagant ou Margido, l'entrepreneur de pompes funèbres. Émouvants, drôles et terriblement humains, ces personnages nous ont totalement séduites et on a dévoré les six tomes en un rien de temps. On a surtout beaucoup pleuré à la fin des dernier... Dire qu'un auteur aime ses personnages est souvent galvaudé mais avec Anne B.Ragde, c'est une évidence ! Son style est riche, vivant, magnifique, àa respire l'amour de la nature à chaque page et ses romans redonnent foi en l'homme ! Ne passez pas à côté de cette merveille ! Vous connaissez ?
  • culturevsnews Posté le 17 Juin 2020
    Après la mort de Margido, Torunn est assis avec le salon funéraire de Neshov, la ferme de Neshov et son grand-père Neshov. Torunn connaît maintenant tous les tristes secrets de la famille Neshov, c'est pourquoi elle peut également choisir d'être Neshov. Torunn construit une vie quotidienne simple et solitaire qu'elle partage entre le chien, le grand-père et les funérailles. L'équilibre fragile est ruiné lorsque la grande et bruyante famille d'Erlend de Copenhague prend Neshov pour une délicieuse semaine de vacances d'automne. La proximité de ces personnes fait que Torunn se rapproche également de lui - et alors vous ne pouvez pas tout repousser, la seule chose que l'on puisse tirer de ce livre est son irrégularité. Au début, l'auteur recueille tous les fils, il y a beaucoup de répétitions et il ne se passe pas grand-chose de nouveau, mais la fin est un énorme chaos émotionnel qui rend presque impossible de ranger le livre. L'histoire de Gabriele m'a fait pleurer, j'attendais ça depuis le début de la série.
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.