Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259211420
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 462
Format : 140 x 225 mm

Les reflets d'argent

Stéphane Roques (traduit par)
Collection : Feux croisés
Date de parution : 25/04/2013

La plume si délicate et pure de Susan Fletcher s'ancre ici dans les légendes marines, celle d'un homme-poisson, d'un amour perdu, que la force et la beauté des éléments font rejaillir comme un miracle.

Une légende raconte qu’il y a très longtemps un homme, pleurant son amour perdu, entendit sur une plage de l’île de Parla, une voix portée par le vent, ce mot soufflé par la mer : Espère. Il se tourna alors vers le large et vit une silhouette flotter dans la...

Une légende raconte qu’il y a très longtemps un homme, pleurant son amour perdu, entendit sur une plage de l’île de Parla, une voix portée par le vent, ce mot soufflé par la mer : Espère. Il se tourna alors vers le large et vit une silhouette flotter dans la mer déchaînée. Puis disparaître sous l’eau. Le corps, celui d’un homme, se terminait par une queue de poisson.
Ce jour-là, sur cette même rive, le jeune Sam Lovegrove découvre le corps d’un inconnu, il s’approche terrorisé, croyant faire face à un cadavre. Puis recule en criant, car l’homme n’est pas mort. Sur l’île, cette apparition bouleverse chacun, tout comme les cheveux noirs et la barbe de cet inconnu, qui réveillent les souvenirs d’un disparu.
Tout à coup, les légendes semblent réelles, les hommes semblent réécrire l’histoire de l’île, ramasser ses mythes sur le rivage, leurs espoirs bouillonnant dans les flots comme autant de reflets d’argent sous le vent.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259211420
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 462
Format : 140 x 225 mm
Plon
En savoir plus

Ils en parlent

Vous connaissez Susan Fletcher ? Vous avez lu peut-être Un bûcher sous la Neige, ou bien Avis de Tempêtes ? non . Mais vous avez certainement entendu parler de la Fille de l’Irlandais, son troisième roman vendu chez nous à cinquante mille exemplaires, oui ? Bon. Quoiqu’il en soit, son dernier roman Les Reflets d’Argents publié par Plon, a tout simplement emballé, captivé, subjugué Marie Madeleine Rigopoulos.

France Inter

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ConfidencesLitteraires Posté le 10 Novembre 2021
    Ce roman se passe de nos jours, sur une petite île battue par les vents où tout le monde se connaît et qui héberge mille contes et mythes. Les habitant.e.s sont hanté.e.s par leurs passés, leurs traumas, leurs deuils. L’apparition d’un mystérieux naufragé, objet de tous les fantasmes, va les amener à réfléchir, à réagir et à guérir. Dans cette atmosphère d’embruns où les nuits sont éclairées par la lueur argentée du phare qui tourne, immuable, chaque personnage va se confronter à lui-même et ses proches : oser se confier sur ses traumas d’enfance, dire pardon, se dégager de son sentiment de culpabilité, guérir de sa dépression. L’histoire de l’Homme-Poisson dure un mois. Les journées sont rythmées par autant de chapitres, qui s’ouvrent au petit matin et se terminent quand tout le monde s’endort, telle une vague, qui monte et qui descend. Des contes et des souvenirs s’intercalent parfois, pour donner encore plus de profondeur et de texture au récit. Cette histoire m’a emportée sans aucune difficulté. J’aurais pu rester bien plus longtemps auprès de Maggie, Tabitha, Sam, Leah, l’Homme-Poisson et le souvenir de Tom. J’étais tellement bien dans ces maisons chaleureuses, à observer les hautes herbes et à me promener sur les plages... Ce roman se passe de nos jours, sur une petite île battue par les vents où tout le monde se connaît et qui héberge mille contes et mythes. Les habitant.e.s sont hanté.e.s par leurs passés, leurs traumas, leurs deuils. L’apparition d’un mystérieux naufragé, objet de tous les fantasmes, va les amener à réfléchir, à réagir et à guérir. Dans cette atmosphère d’embruns où les nuits sont éclairées par la lueur argentée du phare qui tourne, immuable, chaque personnage va se confronter à lui-même et ses proches : oser se confier sur ses traumas d’enfance, dire pardon, se dégager de son sentiment de culpabilité, guérir de sa dépression. L’histoire de l’Homme-Poisson dure un mois. Les journées sont rythmées par autant de chapitres, qui s’ouvrent au petit matin et se terminent quand tout le monde s’endort, telle une vague, qui monte et qui descend. Des contes et des souvenirs s’intercalent parfois, pour donner encore plus de profondeur et de texture au récit. Cette histoire m’a emportée sans aucune difficulté. J’aurais pu rester bien plus longtemps auprès de Maggie, Tabitha, Sam, Leah, l’Homme-Poisson et le souvenir de Tom. J’étais tellement bien dans ces maisons chaleureuses, à observer les hautes herbes et à me promener sur les plages humides espérant trouver un trésor, coquillages ou objets abandonnés par les flots. C’est un roman sur le deuil et sur la force des histoires auxquelles on croit. C’est un superbe hommage aux bienfaits de la fiction sur l’esprit.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cathfd Posté le 29 Avril 2021
    Celui-là je l’ai lu en un temps anormalement long qui d‘habitude m’aurait fait abandonner ma lecture, de nombreux jours s’écoulant entre deux séances et je déteste cela, d‘autant que le roman est riche et foisonnant (450 pages !), j’avais chaque fois l’impression désagréable d‘avoir oublié ce que j’avais lu précédemment, et chaque fois, la magie de l’écriture de Susan Fletcher a opéré, j’étais captive...Pourquoi je ne l’ai pas lu d‘une traite, c’est une autre histoire, qu’importe ! Ce qui compte c’est que ce livre une fois la dernière page refermée m’a littéralement habitée des jours et des jours. Alors si vous avez aimé “Un bûcher sous la neige”, je vous en parlais ici, vous ne serez pas déçus par ce nouvel opus, Susan Fletcher est une conteuse hors pair, une vraie magicienne et son histoire tout en finesse pétrie de légendes, de nature et d‘humanité est un magnifique roman sur l’absence, le deuil impossible , l’apaisement, l’espoir... un roman d‘amour aussi ! Le temps de votre lecture et plus longtemps encore votre cœur battra à l’unisson de ceux de la famille Bundy avec ses drames, ses non-dits, sur l’île de Parla isolée, battue par les vents, qui pleure... Celui-là je l’ai lu en un temps anormalement long qui d‘habitude m’aurait fait abandonner ma lecture, de nombreux jours s’écoulant entre deux séances et je déteste cela, d‘autant que le roman est riche et foisonnant (450 pages !), j’avais chaque fois l’impression désagréable d‘avoir oublié ce que j’avais lu précédemment, et chaque fois, la magie de l’écriture de Susan Fletcher a opéré, j’étais captive...Pourquoi je ne l’ai pas lu d‘une traite, c’est une autre histoire, qu’importe ! Ce qui compte c’est que ce livre une fois la dernière page refermée m’a littéralement habitée des jours et des jours. Alors si vous avez aimé “Un bûcher sous la neige”, je vous en parlais ici, vous ne serez pas déçus par ce nouvel opus, Susan Fletcher est une conteuse hors pair, une vraie magicienne et son histoire tout en finesse pétrie de légendes, de nature et d‘humanité est un magnifique roman sur l’absence, le deuil impossible , l’apaisement, l’espoir... un roman d‘amour aussi ! Le temps de votre lecture et plus longtemps encore votre cœur battra à l’unisson de ceux de la famille Bundy avec ses drames, ses non-dits, sur l’île de Parla isolée, battue par les vents, qui pleure un de ses fils, frère, oncle,mari...et il battra la chamade au rythme des espoirs fous confortés par de vieilles légendes auxquelles chacun ici veut croire...Laissez-vous captiver par ces reflets d‘argent!
    Lire la suite
    En lire moins
  • saphoo Posté le 17 Janvier 2021
    Un livre qui dormait dans ma pal, je sais qu'avec cette autrice, il faut prendre son temps pour se plonger pleinement dans ses romans. C'est assez difficile à expliquer, mais c'est un peu comme à la mer nager dans une mer froide. On trempe l'orteil puis le pied, la cheville, petit à petit on s'habitude, et hop on finit par se jeter corps et âme dans le bain. C'est difficile mais une fois dedans on a bien du mal à en sortir. C'est un roman d'ambiance, il faut aimer ce genre de roman qui prend son temps pour poser les jalons, présenter les personnages, leurs histoires, etc... Il y a du bon et du moins passionnant. J'ai adoré vivre cette histoire sur cette île, j'ai aimé écouter les histoires de l'homme-poisson, mais j'ai regretté beaucoup de longueurs inutiles des redondances pour au final nous livrer le bouquet final trop vite expédié sur les dernières pages. Pour résumer, une belle histoire, certes, mais faut pas être pressé !
  • Davpunk Posté le 22 Décembre 2020
    Quand une auteure développe aussi vite un style bien à elle, on est forcément heureux de la lire, et même si son style a des défauts… Sur l’île de Parla, il y a une légende qui court. Celle d’un Homme-Poisson qui aménerait l’espoir. Alors lorsque, quelques années aprés la mort de Tom, un homme est retrouvée sur la plage, échoué, la question se pose : est-il l’Homme-poisson ? Dés les premiéres lignes, le style de Fletcher touche. Poétique, tout en étant réaliste, parvenant à mêler modernité et texte à l’ancienne, elle semble avoir trouvée le juste milieu pour atteindre le meilleur des genres et des époques. Ainsi, une fois son Homme-Poisson (mais est-ce bien lui ?) trouvé, elle développe la vie des différents personnages de l’île de Parla, et l’influence que cette inattendue découverte va avoir sur eux. Alors on apprend à connaitre les liens entre eux, entre belles histoires d’amour, et d’autres moins glorieuses. Mais au final, c’est bien à l’amour que tout cela se rapporte… Qu’on y parle de deuil, de solitude, ou de tout autre sentiment, il part avant tout d’un amour précédent, ou d’un amour qui n’a pas existé. Bref, c’est bien le coeur de l’oeuvre, et l’ambiance insulaire... Quand une auteure développe aussi vite un style bien à elle, on est forcément heureux de la lire, et même si son style a des défauts… Sur l’île de Parla, il y a une légende qui court. Celle d’un Homme-Poisson qui aménerait l’espoir. Alors lorsque, quelques années aprés la mort de Tom, un homme est retrouvée sur la plage, échoué, la question se pose : est-il l’Homme-poisson ? Dés les premiéres lignes, le style de Fletcher touche. Poétique, tout en étant réaliste, parvenant à mêler modernité et texte à l’ancienne, elle semble avoir trouvée le juste milieu pour atteindre le meilleur des genres et des époques. Ainsi, une fois son Homme-Poisson (mais est-ce bien lui ?) trouvé, elle développe la vie des différents personnages de l’île de Parla, et l’influence que cette inattendue découverte va avoir sur eux. Alors on apprend à connaitre les liens entre eux, entre belles histoires d’amour, et d’autres moins glorieuses. Mais au final, c’est bien à l’amour que tout cela se rapporte… Qu’on y parle de deuil, de solitude, ou de tout autre sentiment, il part avant tout d’un amour précédent, ou d’un amour qui n’a pas existé. Bref, c’est bien le coeur de l’oeuvre, et l’ambiance insulaire qui y régne est vraiment, mais vraiment bien retranscrite. Alors si le roman se paie quelques longueurs, qu’un ou deux personnages auraient gagné à en être exclut, voici une belle histoire que je vous conseille sacrément de découvrir, et une auteure à suivre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • MarieRouviere Posté le 14 Février 2020
    Sur une île où tout le monde se connaît, un homme est trouvé échoué. Selon une vieille légende il pourrait être « l'Homme-Poisson ». Cet homme est dit amnésique... et l'Homme-poisson est censé faire le bien durant une lune avant de disparaître. Et il a de quoi faire avec le deuil pas encore fait de Tom disparu en mer il y a quatre ans. Il y a Sam qui se juge responsable, Nathan son frère qui croit toujours devoir protéger son petit frère, Leah sa nièce en dépression, sa mère et bien sûr Maggie le jeune veuve. A qui il redonne le goût de vivre, de l'amour. Susan Fletcher nous donne à découvrir des couples différents, des relations parfois dures, parfois tendres des personnages riches et attachants. Elle ménage savamment le suspense: oui, nous découvrons qui est l'homme-poisson et son histoire! Mais elle ménage aussi ceux qui préfèrent, même au XXIème siècle croire en la légende! Susan Fletcher a une très belle écriture, elle sait nous faire vivre dans cette île, j'y ai vécu, avec ses embruns et ses vents tout au long de ma lecture. J'avais du sel sur mes lèvres et dans mes cheveux! Son style savamment simple est... Sur une île où tout le monde se connaît, un homme est trouvé échoué. Selon une vieille légende il pourrait être « l'Homme-Poisson ». Cet homme est dit amnésique... et l'Homme-poisson est censé faire le bien durant une lune avant de disparaître. Et il a de quoi faire avec le deuil pas encore fait de Tom disparu en mer il y a quatre ans. Il y a Sam qui se juge responsable, Nathan son frère qui croit toujours devoir protéger son petit frère, Leah sa nièce en dépression, sa mère et bien sûr Maggie le jeune veuve. A qui il redonne le goût de vivre, de l'amour. Susan Fletcher nous donne à découvrir des couples différents, des relations parfois dures, parfois tendres des personnages riches et attachants. Elle ménage savamment le suspense: oui, nous découvrons qui est l'homme-poisson et son histoire! Mais elle ménage aussi ceux qui préfèrent, même au XXIème siècle croire en la légende! Susan Fletcher a une très belle écriture, elle sait nous faire vivre dans cette île, j'y ai vécu, avec ses embruns et ses vents tout au long de ma lecture. J'avais du sel sur mes lèvres et dans mes cheveux! Son style savamment simple est par lui-même une description de la psychologie des habitants de l’île. Paysage et hommes ne font qu’un, tout s’enchaîne naturellement. Tout est dit dans débordement d’adjectifs, avec une précision, attention, délicatesse, poésie.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…