En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        L'Étoile jaune de l'inspecteur Sadorski

        Robert Laffont
        EAN : 9782221187760
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 592
        Format : 140 x 225 mm
        L'Étoile jaune de l'inspecteur Sadorski

        Collection : La Bête noire
        Date de parution : 24/08/2017

        Après le succès de L’Affaire Léon Sadorski, une nouvelle enquête du sinistre et fascinant inspecteur des Renseignements généraux.
        Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre...

        Après le succès de L’Affaire Léon Sadorski, une nouvelle enquête du sinistre et fascinant inspecteur des Renseignements généraux.
        Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre d’une inconnue est découvert en banlieue. Crime passionnel ou politique ?
        Chargé d’enquêter sur ces deux affaires, l’inspecteur Léon Sadorski voit ses projets de vacances contrariés  ̶  d’autant plus qu’il doit bientôt participer à la grande rafle du Vél d’Hiv, exigée par les nazis et confiée à la police française. Un destin tragique menace désormais sa jeune voisine Julie Odwak, la lycéenne juive qu’il convoite en secret et dont il a fait interner la mère.

        « Sobriété avant tout : Simenon n’est pas loin. Mais, ici, le crime est de masse. » Frédéric Pagès, Le Canard enchaîné.
        « Un énorme pavé dans le bourbier de la collaboration. Romain Slocombe nous bouscule et réveille notre vigilance. » Valérie Caffier, librairie Le Divan, Paris.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221187760
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 592
        Format : 140 x 225 mm
        Robert Laffont
        21.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • bibiouest Posté le 15 Août 2018
          Après l'affaire Léon Sadorski, ce deuxième ouvrage me tendait les bras. Et j'ai reçu une claque!! Paris sous l'occupation en 1942, est formidablement restitué. L'inspecteur Sadorski est un salaud de la pire espèce; odieux, agressif, opportuniste, pervers, violent et j'en passe, antisémite par nature et policier par vocation, sans scrupules, puisqu'il ne fait «qu'obéir aux ordres!!!!» cette phrase que l'on entendra dans la bouche des tortionnaires de tout poil à la libération. les nazis ont trouvé en lui (et en beaucoup d'autres) le relai parfait de leur politique d'extermination. Ce livre démontre une fois de plus la responsabilité de la France (l'Etat Français) dans la Shoah.La politique de collaboration a permis à des individus tels que Sadorski de commettre des atrocités sous «couvert» de la loi.... L'auteur a fait un travail d'historien et de mémoire remarquable, c'est très documenté (notamment tout ce qui concerne la rafle du Vél d'Hiv.), la police française sous l'occupation n'en sort pas grandi, une partie de la population non plus... Ce livre est très «agréable» à lire (malgré le contexte) et superbement écrit. Merci M.Slocombe
        • 1001histoires Posté le 9 Août 2018
          Lundi 8 juin 1942, Sadorski a rendu sa justice. Cela s'est passé il y a une heure et tout est raconté à la fin de "L'affaire Léon Sadorski" dont je conseille de relire le dernier chapitre juste avant de commencer la lecture du deuxième tome, L'étoile jaune de l'inspecteur Sadorski : l'inspecteur principal adjoint ( IPA ) Léon Sadorski de la 3ème section des Renseignements Généraux à la préfecture de police de Paris ( dans la pratique lui et ses hommes enquêtent sur les étrangers et les Juifs non terroristes) bénéficie de quelques jours de congés, cela signifie accompagner Julie Odwak rendre visite à sa mère. Julie vient de fêter ses 15 ans, elle vit désormais seule, ses parents sont juifs et ont été arrêtés. Sadorski prend aussi le temps d'aller se confesser. Il ne se prive pas de dénoncer anonymement le patron d'un bar-tabac qu'il soupçonne d'écouter la radio anglaise. Il se promène à vélo en banlieue et va pique-niquer avec sa femme Yvette et découvre le cadavre d'une femme. Abominable Sadorski dans l'horreur du Paris occupé de l'été 1942 ! Depuis le dimanche 7 juin, le port de l'étoile jaune est obligatoire pour les juifs. Toute infraction implique un... Lundi 8 juin 1942, Sadorski a rendu sa justice. Cela s'est passé il y a une heure et tout est raconté à la fin de "L'affaire Léon Sadorski" dont je conseille de relire le dernier chapitre juste avant de commencer la lecture du deuxième tome, L'étoile jaune de l'inspecteur Sadorski : l'inspecteur principal adjoint ( IPA ) Léon Sadorski de la 3ème section des Renseignements Généraux à la préfecture de police de Paris ( dans la pratique lui et ses hommes enquêtent sur les étrangers et les Juifs non terroristes) bénéficie de quelques jours de congés, cela signifie accompagner Julie Odwak rendre visite à sa mère. Julie vient de fêter ses 15 ans, elle vit désormais seule, ses parents sont juifs et ont été arrêtés. Sadorski prend aussi le temps d'aller se confesser. Il ne se prive pas de dénoncer anonymement le patron d'un bar-tabac qu'il soupçonne d'écouter la radio anglaise. Il se promène à vélo en banlieue et va pique-niquer avec sa femme Yvette et découvre le cadavre d'une femme. Abominable Sadorski dans l'horreur du Paris occupé de l'été 1942 ! Depuis le dimanche 7 juin, le port de l'étoile jaune est obligatoire pour les juifs. Toute infraction implique un internement dans les camps de Drancy, Beaune-la-Rolande, Pithiviers, Royallieu près de Compiègne ou à la caserne des Tourelles à Paris ( c'est là qu'est détenue la mère de Julie ). Ces camps ne sont qu'une étape, la note de service de l'occupant est très claire : "fournir cent mille juifs pour le camp d'Auschwitz ... dans l'intérêt de la production d'équipements pour la Waffen SS". Nuit et brouillard. La Résistance s'organise et réagit par des attentats, comme celui du bar-tabac "Chez Moreau". L'explosion d'une valise bourrée d'explosifs a fait deux morts et plusieurs blessés graves. Les Brigades Spéciales ( BS ) dont le personnel fréquentait les lieux étaient visées. Les Brigades Spéciales de la PJ enquêtent sur les ennemis intérieurs. Parmi les terroristes, plus de 50 pour 100 sont juifs. Alors l'IPA Sadorski, fin connaisseur des milieux juifs et dont la réputation de flic efficace et expérimenté n'est plus à faire, va symboliser le rapprochement entre les RG et les BS. L'enquête s'oriente vers les communistes et leurs membres armés, le détachement Valmy. Ce deuxième opus avec l'IPA Sadorski comme personnage principal laisse une large place à l'enquête, avec des planques interminables, des filatures à perdre haleine, des études balistiques déterminantes. Il interroge et pour impressionner il brandit et place sa carte professionnelle sous le nez de ses interlocuteurs. Rusé Sadorski, perspicace Sadorski, efficace Sadorski ! Mais il laisse le sale boulot aux autres et du sale boulot il y en a à cette époque. L'Histoire n'est pas oubliée. Romain Slocombe s'appuie sur ses recherches minutieuses dans les archives de l'époque. Il nous parle cinéma, nous explique comment est organisée Radio-Paris créée par les allemands et nous présente les véhicules électriques de l'époque. Il explore les arcanes du Parti Communiste de l'époque, évoque Jacques Duclos et le Colonel Fabien. Pour le PC finie la Drôle de Guerre, fini le Pacte germano-soviétique, place à l'action et aux règlements de compte. L'auteur nous fait visiter les jardins et l'hospice de Bicêtre. Le lecteur croise Dora Bruder si chère à Patrick Modiano. Et puis à l'aube du 16 juillet 1942, l'opération "vent printanier" commence. L'Etat français collabore ouvertement avec les nazis sur la "question juive". René Bousquet, Emile Hennequin donnent les ordres. 7000 policiers et gendarmes obéissent. C'est la Rafle du Vél d'Hiv que Romain Slocombe relate dans plusieurs chapitres à la lecture poignante : une détention sordide avant les camps de la mort. Nuit et brouillard. Enigmatique Sadorski, une véritable ordure mais il protège Julie et s'efforce de sauver Chana. Avec un tel personnage principal, le récit de Romain Slocombe pourrait lasser voire rebuter. L'auteur réussit à attiser la curiosité, à surprendre et bien sûr à passionner. Un récit écrit avec beaucoup de coeur, de rage et de lucidité pour ne pas oublier qu'à cette époque un régime fasciste légal par un concours de circonstances dirigeait la France.
          Lire la suite
          En lire moins
        • quoilire Posté le 7 Août 2018
          Romain Slocombe est en train de se forger une très forte réputation d'écrivain français de romans noirs. Certes le contexte historique dans lequel se positionne le roman est difficile, Paris en pleine seconde guerre mondiale, mais ce second tome est encore plus dérageant. L'auteur nous entraîne en pleine politique anti-juifs, la mise en place des étoiles jaunes, et de l'organisation de la rafle du vel'd'hiv. Alors on est loin de la pesanteur des bas fond d'une ville, mais le lecteur qui comme moi n'a pas connu cette période, va se prendre un véritable claque en découvrant l'étendue et le jusqu'au-boutisme de l'administration française dans le suivi des directives anti-sémites du IIIè Reich et de sa propagande. On a beau en avoir eu connaissance lors de nos cours d'histoire, on est glacé devant le zèle dont font preuve certains policiers ou les tortures auxquelles ils recourent. La puissance du roman provient également du personnage principal Léon Sadorski : parfois violent, enquêteur méticuleux, complexe, ambivalent, à aucun moment nous n'arrivons à déterminer son penchant vis-à-vis des mesures anti-juifs : d'un côté il recueille la fille de ses voisins arrêtés, et de l'autre il participe activement aux arrestations de la rafle. Seule la dernière phrase du... Romain Slocombe est en train de se forger une très forte réputation d'écrivain français de romans noirs. Certes le contexte historique dans lequel se positionne le roman est difficile, Paris en pleine seconde guerre mondiale, mais ce second tome est encore plus dérageant. L'auteur nous entraîne en pleine politique anti-juifs, la mise en place des étoiles jaunes, et de l'organisation de la rafle du vel'd'hiv. Alors on est loin de la pesanteur des bas fond d'une ville, mais le lecteur qui comme moi n'a pas connu cette période, va se prendre un véritable claque en découvrant l'étendue et le jusqu'au-boutisme de l'administration française dans le suivi des directives anti-sémites du IIIè Reich et de sa propagande. On a beau en avoir eu connaissance lors de nos cours d'histoire, on est glacé devant le zèle dont font preuve certains policiers ou les tortures auxquelles ils recourent. La puissance du roman provient également du personnage principal Léon Sadorski : parfois violent, enquêteur méticuleux, complexe, ambivalent, à aucun moment nous n'arrivons à déterminer son penchant vis-à-vis des mesures anti-juifs : d'un côté il recueille la fille de ses voisins arrêtés, et de l'autre il participe activement aux arrestations de la rafle. Seule la dernière phrase du roman lève cette ambiguïté planant sur les deux premiers tomes. Je vous recommande donc vivement ce livre, et tout particulièrement la version audio où Antoine Tomé donne littéralement vie au roman.
          Lire la suite
          En lire moins
        • CelineTH7854 Posté le 18 Juillet 2018
          Où l'on retrouve l'IPA Sadorski, qui donne de plus en plus envie de vomir (si cela était encore possible après l'Affaire Sadorski) au fur et à mesure que la furie et la folie se déchaînent contre les Juifs et contre les communistes. On assiste à toute l'horreur de la rafle du Vel' d'Hiv' et aux premiers départs massifs de femmes et d'enfants vers les camps de concentration et la mort assurée.
        • Zippo Posté le 28 Mai 2018
          C'est le deuxième volume consacré à cet odieux personnage de Léon Sadorsky. Il enquête sur un attentat survenu dans un café situé en face du Palais de justice à Paris. Parallèlement à ses activités de flic au service de l'occupant, il tente d'assouvir son désir en "s'occupant" de la petite Julie, adolescente juive âgée de quinze ans dont Sadorsky a fait arrêter la mère... Il offre l'image d'un bon mari, mais n'hésite pas à profiter de la situation pour obtenir des faveurs de femmes traquées...et pour les racketter. Au-delà de l'intrigue, à travers ce personnage nauséeux, Romain Slocombe nous propose un grand reportage sur les "mœurs" de la police dans le Paris occupé. Pour ce second opus, c'est encore du grand Slocombe !!!
        Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
        Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com