Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265144354
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 210 mm

Oh Happy Day

,

Date de parution : 12/03/2020
"L'antidote idéal à la morosité." Madame Figaro

"Assurément le "feel good book" du printemps et de l'été ! Carole et Delphine, librairie Durance

"Eteignez vos téléphones, addiction garantie !" Marie France

"Si vous avez besoin d'un antidote contre la morosité, laissez-vous embarquer !" Pascaline Besnier, Payot Genève

"Un irrésistible duo pour un délicieux cocktail...
"L'antidote idéal à la morosité." Madame Figaro

"Assurément le "feel good book" du printemps et de l'été ! Carole et Delphine, librairie Durance

"Eteignez vos téléphones, addiction garantie !" Marie France

"Si vous avez besoin d'un antidote contre la morosité, laissez-vous embarquer !" Pascaline Besnier, Payot Genève

"Un irrésistible duo pour un délicieux cocktail de joie de vivre et de légèreté." Ici Paris

Après quatre ans de silence et ce qu’il appelle son « grand malheur », Pierre-Marie Sotto décide d'écrire à Adeline Parmelan au sujet d’un certain carnet qu’il aurait laissé chez elle. Est-ce un prétexte pour reprendre contact avec celle qu’il n’a jamais oubliée depuis leur rupture ? En ce cas, le moment paraît très mal choisi. Occupée par son prochain déménagement vers le Canada avec l'homme qui partage désormais sa vie, Adeline a bien d'autres projets en tête que de renouer avec lui.
Seulement, c’est sans compter sur le lien indéfectible qui les attache l’un à l’autre. De surprises en confidences, leur correspondance va les entraîner dans un tourbillon inattendu d’émotions.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265144354
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 210 mm
Fleuve éditions

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Jalawy Posté le 7 Novembre 2020
    Un roman comme j'aimerais en lire plus souvent. Pour moi qui aime écrire (de "vraies" lettres particulièrement), j'ai été très touchée par la correspondance qu'entretiennent les 2 personnages, c'est comme si j'avais été avec eux. Original, rafraîchissant et plein de belles émotions.
  • sylviedoc Posté le 23 Octobre 2020
    Vous l'attendiez avec impatience, la voici ! (Pas prétentieuse pour un sou, je suis...) La critique du second tome : "Oh happy day", qui fait suite à "Et je danse, aussi", et se déroule quatre ans plus tard. D'ailleurs le roman est également sorti quatre ans plus tard, le temps je suppose pour les auteurs d'avoir envie de renouveler cet exercice difficile d'écrire à 4 mains et à distance. Nous y retrouvons presque tous les personnages du tome précédent, et bien sûr nos deux héros, Pierre-Marie et Adeline. Nous les avions quitté juste avant leur rencontre en chair et en os, nous les retrouvons bien loin l'un de l'autre après une brève liaison qui s'est achevée plutôt mal par le départ soudain de Pierre-Marie pour Boston, sans explication valable. Autant dire qu'entre ces deux-là, c'est plutôt le désert épistolaire depuis ! Mais Pierre-Marie a des remords tardifs, il sort d'une longue période dépressive, et voilà que ça le chatouille : il prend prétexte d'un vague carnet oublié chez Adeline qu'il souhaiterait récupérer pour reprendre contact, toujours par mail. Voilà qui tombe très mal pour elle : elle vient de se marier, s'apprête à quitter sa maison pour aller... Vous l'attendiez avec impatience, la voici ! (Pas prétentieuse pour un sou, je suis...) La critique du second tome : "Oh happy day", qui fait suite à "Et je danse, aussi", et se déroule quatre ans plus tard. D'ailleurs le roman est également sorti quatre ans plus tard, le temps je suppose pour les auteurs d'avoir envie de renouveler cet exercice difficile d'écrire à 4 mains et à distance. Nous y retrouvons presque tous les personnages du tome précédent, et bien sûr nos deux héros, Pierre-Marie et Adeline. Nous les avions quitté juste avant leur rencontre en chair et en os, nous les retrouvons bien loin l'un de l'autre après une brève liaison qui s'est achevée plutôt mal par le départ soudain de Pierre-Marie pour Boston, sans explication valable. Autant dire qu'entre ces deux-là, c'est plutôt le désert épistolaire depuis ! Mais Pierre-Marie a des remords tardifs, il sort d'une longue période dépressive, et voilà que ça le chatouille : il prend prétexte d'un vague carnet oublié chez Adeline qu'il souhaiterait récupérer pour reprendre contact, toujours par mail. Voilà qui tombe très mal pour elle : elle vient de se marier, s'apprête à quitter sa maison pour aller vivre à Toronto où son époux a une petite fille (Eliette), et de plus elle est sur le point de publier un livre basé sur ses échanges avec Pierre-Marie (ce qu'il ignore, et elle ne tient pas vraiment à ce qu'il l'apprenne). Elle accueille d'abord fraîchement cette tentative de réconciliation, mais tous deux reprennent bien vite leurs anciennes habitudes. Et Pierre-Marie comprend rapidement qu'Adeline est loin d'être heureuse dans sa nouvelle vie... Max et Josy, les amis de Pierre-Marie retrouvent leur rôle de couple en perpétuelle bisbille mais néanmoins toujours amoureux (tiens, ça me rappelle quelqu'un ça !), et on va faire connaissance avec quelques nouveaux venus : Ben, le nouveau mari, plus jeune qu'Adeline et tout sauf sympa, sa mère Sue que je vous laisse le plaisir de découvrir, son père Sidney, un homme effacé et soumis, l'ex-femme Kelly (la maman d'Eliette), et Guylaine, l'éditrice d'Adeline. Max tient un rôle plus important et assez inattendu, je l'ai trouvé émouvant, on peut dire que c'est un bon pote ! La structure du roman est un peu différente cette fois, il n'est pas constitué que de mails, les parties narrées sont assez conséquentes et essentielles à la compréhension du récit. Cela enlève une partie de ce qui faisait le charme du premier tome, il y a moins de spontanéité je trouve. Et la fin est lourde, j'ai été un peu déçue, certains éléments me semblent peu crédibles ou inutiles. Mais j'ai quand même passé un bon moment, même si cette fois j'ai moins souvent souri. Mes zygomatiques se sont reposés ! Je recommande quand même, cela fait plaisir de retrouver nos deux zozos parfois si agaçants, mais tellement attachants. Mais je n'attends pas vraiment de troisième tome...(je m'autorise quelques points de suspension, Pierre-Marie m'ayant confié que finalement il en comprenait l'utilité !)
    Lire la suite
    En lire moins
  • jolliyaya Posté le 2 Octobre 2020
    Mais, ai-je complètement oublié "Et je danse, aussi" ? me suis-je demandé après quelques pages, ne me rappelant rien des épisodes relatés dans les premières pages. J'ai donc entrepris de le relire (en diagonale) et j'ai retrouvé avec bonheur cette correspondance qui m'avait enchantée. Et c'est le sourire aux lèvres que j'ai repris ma lecture. Quatre ans ont passé depuis que Adeline et Pierre-Marie se sont retrouvés à Nantes à l'occasion de la cérémonie en mémoire de Véra et Vincent. Ils se sont vus, se sont aimés puis séparés et ont fini se perdre de vue. De l'eau a coulé sous les ponts lorsque Pierre-Marie décide de rependre contact, il s'en est passé des choses dans leur vie respective, pas forcément gaies, et leur situation a évolué. Ce mail de Pierre-Marie va être le début d'une correspondance mais aussi d'une véritable aventure. J'ai eu plaisir à retrouver les deux héros et leur plume, drôle, tendre, émouvante. La construction du roman diffère du précédent puisqu'il ne s'agit pas uniquement d'un récit épistolaire. De la narration vient s'intercaler entre les mails. Si là encore on découvre ce qui s'est passé dans les années précédentes, en y mettant d'ailleurs un suspense sans intérêt, on suit surtout... Mais, ai-je complètement oublié "Et je danse, aussi" ? me suis-je demandé après quelques pages, ne me rappelant rien des épisodes relatés dans les premières pages. J'ai donc entrepris de le relire (en diagonale) et j'ai retrouvé avec bonheur cette correspondance qui m'avait enchantée. Et c'est le sourire aux lèvres que j'ai repris ma lecture. Quatre ans ont passé depuis que Adeline et Pierre-Marie se sont retrouvés à Nantes à l'occasion de la cérémonie en mémoire de Véra et Vincent. Ils se sont vus, se sont aimés puis séparés et ont fini se perdre de vue. De l'eau a coulé sous les ponts lorsque Pierre-Marie décide de rependre contact, il s'en est passé des choses dans leur vie respective, pas forcément gaies, et leur situation a évolué. Ce mail de Pierre-Marie va être le début d'une correspondance mais aussi d'une véritable aventure. J'ai eu plaisir à retrouver les deux héros et leur plume, drôle, tendre, émouvante. La construction du roman diffère du précédent puisqu'il ne s'agit pas uniquement d'un récit épistolaire. De la narration vient s'intercaler entre les mails. Si là encore on découvre ce qui s'est passé dans les années précédentes, en y mettant d'ailleurs un suspense sans intérêt, on suit surtout leur présent. Et c'est là que la mayonnaise prend moins. Trop rocambolesque à mon gré. Dommage de ne pas avoir fait preuve d'un peu moins d'imagination. L'histoire aurait gagné à aller plus en profondeur avec certains personnages ou situations et à laisser la part belle à la fraîcheur de "Et je danse, aussi" que j'ai nettement préféré.
    Lire la suite
    En lire moins
  • OnceuponatimeinLondon Posté le 27 Septembre 2020
    Quatre ans après ce que Pierre-Marie appelle son "grand malheur", il décide de reprendre contact avec Adeline pour lui demander, soit-disant, un carnet qu'il avait oublié chez elle. Adeline le lui dit, il tombe au pire moment. En effet elle est sur le point de déménager à l'autre bout du monde avec l'homme qui partage désormais sa vie. Mais... malgré ça, le lien entre ces deux êtres est immortel et, en dépit de ce qu'elle dit, Adeline a bien besoin du soutien et du réconfort que lui apporte Sotto. Comment dire, je crois que Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat se sont tout d'abord trouvés, j'entends par là qu'il devait absolument écrire ensemble. Je crois aussi qu'ils ont trouvé les personnages qui leur allait et qu'ils ont réussi à leur créer une personnalité originale, profonde et hors du commun. Ils y ont d'ailleurs mis de leurs propre personne et ont les reconnait à travers leur fiction. Et puis il faut parler de l'originalité de ce livre - et de "Et je danse, aussi" -, un roman composé presque entièrement d'un échange épistolaire, de mails échangés d'un bout à l'autre du monde. Bref, même si Bondoux et Mourlevat ont rajouté des bouts de... Quatre ans après ce que Pierre-Marie appelle son "grand malheur", il décide de reprendre contact avec Adeline pour lui demander, soit-disant, un carnet qu'il avait oublié chez elle. Adeline le lui dit, il tombe au pire moment. En effet elle est sur le point de déménager à l'autre bout du monde avec l'homme qui partage désormais sa vie. Mais... malgré ça, le lien entre ces deux êtres est immortel et, en dépit de ce qu'elle dit, Adeline a bien besoin du soutien et du réconfort que lui apporte Sotto. Comment dire, je crois que Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat se sont tout d'abord trouvés, j'entends par là qu'il devait absolument écrire ensemble. Je crois aussi qu'ils ont trouvé les personnages qui leur allait et qu'ils ont réussi à leur créer une personnalité originale, profonde et hors du commun. Ils y ont d'ailleurs mis de leurs propre personne et ont les reconnait à travers leur fiction. Et puis il faut parler de l'originalité de ce livre - et de "Et je danse, aussi" -, un roman composé presque entièrement d'un échange épistolaire, de mails échangés d'un bout à l'autre du monde. Bref, même si Bondoux et Mourlevat ont rajouté des bouts de narration dans ce deuxième tome et on ainsi cassé un peu l'ingrédient principal de leur histoire, ils ont réussi l'exploit d'un livre lumineux, attachant, revigorant ; une belle échappé dans un autre univers. J'ai été vraiment triste quand je l'ai finit, un brusque retour sur Terre et j'espère qu'ils écriront une suite. Coup de coeur géant ! OnceuponatimeinLondon
    Lire la suite
    En lire moins
  • Miss9 Posté le 26 Septembre 2020
    Une joie de retrouver Pierre-Marie, Adeline (et Max et Josy!!!). Un deuxième tome à découvrir avec plaisir!

les contenus multimédias

Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Saint-Valentin, 34 livres pour parler d'amour

    Un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout... Nombreux sont les auteurs qui ont voulu retranscrire l'ivresse amoureuse sur papier. Parfois avec des mots, parfois avec des dessins, mais toujours avec passion. Une sélection pour (re)découvrir l’amour sous toutes ses formes.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Lectures estivales : 30 romans pour s'évader

    Les vacances se profilent à l'horizon. L'occasion de faire un peu de place dans votre valise pour les livres qui accompagneront vos pérégrinations. De Françoise Bourdin à Danielle Steel en passant par Michel Bussi, découvrez notre sélection de romans à dévorer tout au long de la belle saison.

    Lire l'article