Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221254370
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 225 mm

Pietà

Magali Duez (traduit par)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 01/07/2021

Le grand retour de Daniel Cole, auteur du bestseller Ragdoll.
Tuer est son art, vous serez son chef-d'œuvre...

Londres, hiver 1989.
Un corps est retrouvé dans Hyde Park par la Metropolitan Police. La victime a gelé dans une position pour le moins inattendue : celle du Penseur de Rodin. Mais quelque chose cloche dans son regard : ce bleu intense, perçant...
Quelques jours plus tard, nouveau crime. Cette fois, ce...

Londres, hiver 1989.
Un corps est retrouvé dans Hyde Park par la Metropolitan Police. La victime a gelé dans une position pour le moins inattendue : celle du Penseur de Rodin. Mais quelque chose cloche dans son regard : ce bleu intense, perçant...
Quelques jours plus tard, nouveau crime. Cette fois, ce sont les corps d’une mère et de son fils que l’on découvre, réplique exacte de la Pietà de Michel-Ange.
Londres va bientôt se transformer en musée macabre, mais personne ne le sait encore…

« Daniel Cole prend le lecteur au collet. » Le Figaro Magazine

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221254370
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • brinvilliers Posté le 3 Janvier 2022
    Chambers et Winter enquêtent sur des meurtres macabres qui représentent des tableaux. Après avoir poursuivi le meurtrier Chambers est grièvement blessé. Sept ans plus tard de nouveaux meurtres recommencent, l'enquête doit reprendre. Les deux enquêteurs vont devoir se remettre au travail, en auront-ils la force et l'envie ? Une grosse déception, à la fois par l'histoire et par les protagonistes.
  • AllisterK Posté le 30 Décembre 2021
    [masquer]Une lecture plutôt agréable avec des personnages plutôt attachant qu'on a envie de voir réussir. Cependant, il y a pas mal de "mais", des choses à améliorer, qui auraient pu être bien mieux. Un peu mou, manque de tension, pourtant il y avait matière. Les mises en scènes des victimes sont classe, dommage que le coupable attendu soit vraiment le coupable, je m'attendais a un plot twist. Pas du tout. [/masquer] En bref, c'est pas mal du tout, mais trop d'actes manqué pour réellement mettre un 4 ou 5 étoiles Viens voir mon retour de lecture en vidéo sur la chaîne youtube "Allister K lecture"
  • Aurelia33 Posté le 19 Décembre 2021
    1989. Londres. Au milieu de Hyde Park, aux yeux de tous, le corps d'un homme congelé par le froid ambiant est exposé, telle une sculpture du Penseur de Rodin. Malgré le montage scabreux et la température hivernale, le malheureux vit encore quand arrive la police! Ben Chambers, un inspecteur intuitif et pertinent et Adam Winter, un novice enthousiaste vont faire équipe pour arrêter cet assassin. Mais l’artiste n'en est qu'au début de son œuvre, bien décidé à poursuivre sa macabre exposition! Soucieux du détail, ses mises en scène choquent autant qu'elles émeuvent. Mais invisible et déterminé, le meurtrier semble se jouer de la police, et pourtant.... Le livre en 2 parties, reprendra 7 ans plus tard, lorsque Jordan une jeune inspectrice stagiaire remue un peu trop le passé, réveillant les instincts créatifs du morbide artiste. Un synopsis engageant et original, à nouveau une imagination sans pareille de l'auteur. Cela démarre à 100 à l'heure et l'idée est excellente! La première partie est vive et cadencée mais elle s'arrête aussi brutalement que bizarrement, ouvrant sur une deuxième partie poussive. Non que le rythme du meurtrier ralentisse, au contraire il semble avoir profité de ce temps pour peaufiner son art. Mais la lecture devient... 1989. Londres. Au milieu de Hyde Park, aux yeux de tous, le corps d'un homme congelé par le froid ambiant est exposé, telle une sculpture du Penseur de Rodin. Malgré le montage scabreux et la température hivernale, le malheureux vit encore quand arrive la police! Ben Chambers, un inspecteur intuitif et pertinent et Adam Winter, un novice enthousiaste vont faire équipe pour arrêter cet assassin. Mais l’artiste n'en est qu'au début de son œuvre, bien décidé à poursuivre sa macabre exposition! Soucieux du détail, ses mises en scène choquent autant qu'elles émeuvent. Mais invisible et déterminé, le meurtrier semble se jouer de la police, et pourtant.... Le livre en 2 parties, reprendra 7 ans plus tard, lorsque Jordan une jeune inspectrice stagiaire remue un peu trop le passé, réveillant les instincts créatifs du morbide artiste. Un synopsis engageant et original, à nouveau une imagination sans pareille de l'auteur. Cela démarre à 100 à l'heure et l'idée est excellente! La première partie est vive et cadencée mais elle s'arrête aussi brutalement que bizarrement, ouvrant sur une deuxième partie poussive. Non que le rythme du meurtrier ralentisse, au contraire il semble avoir profité de ce temps pour peaufiner son art. Mais la lecture devient saccadée, le monstre est omnipotent, identifié et pourtant inarrêtable.... Les héros initialement sympathiques changent, désormais torturés, noirs, grincheux, brisés... J'ai dévoré cet opus (l'Histoire de l'Art distillée deci delà m'a beaucoup plu!) mais avec un élan faiblissant....
    Lire la suite
    En lire moins
  • belette2911 Posté le 5 Décembre 2021
    Le crime est banal, la logique est rare : voilà ce que disait Holmes. Il est facile de tuer quelqu’un, il est plus difficile de faire en sorte de ne pas se faire attraper ou de donner à ses victimes une exposition digne d’un musée macabre. Imaginez que vous laissiez votre première victime dans la position du penseur de Rodin… Tout de suite, vous passez d’une catégorie dans l’échelle des serial-killer inventifs et vous laisserez le sergent Benjamin Chambers bien emmerdé face à tel meurtre. Dans ce récit qui sort des sentiers battus en ce qui concerne les postures des cadavres, j’ai apprécié que l’équipe de flics qui enquêtent ne soient pas des super-flics qui savent tout et à qui tout réussi. Ils ne pourront pas postuler un emploi au sein des Experts bien connus. On est loin aussi des équipes soudées et des chefs compétents de ces mêmes séries. Ils sont assez réalistes, avec leurs problèmes, leurs erreurs, leur naïveté (l’agent Winter) ou leur côté borderline un peu trop poussé (l’inspectrice stagiaire Jordan Marshall). Mais au moins, ils sont persévérants, tenaces et n’hésiteront pas à outrepasser les ordres du grand chef, qui lui mérite la médaille du connard en chef. Pas très... Le crime est banal, la logique est rare : voilà ce que disait Holmes. Il est facile de tuer quelqu’un, il est plus difficile de faire en sorte de ne pas se faire attraper ou de donner à ses victimes une exposition digne d’un musée macabre. Imaginez que vous laissiez votre première victime dans la position du penseur de Rodin… Tout de suite, vous passez d’une catégorie dans l’échelle des serial-killer inventifs et vous laisserez le sergent Benjamin Chambers bien emmerdé face à tel meurtre. Dans ce récit qui sort des sentiers battus en ce qui concerne les postures des cadavres, j’ai apprécié que l’équipe de flics qui enquêtent ne soient pas des super-flics qui savent tout et à qui tout réussi. Ils ne pourront pas postuler un emploi au sein des Experts bien connus. On est loin aussi des équipes soudées et des chefs compétents de ces mêmes séries. Ils sont assez réalistes, avec leurs problèmes, leurs erreurs, leur naïveté (l’agent Winter) ou leur côté borderline un peu trop poussé (l’inspectrice stagiaire Jordan Marshall). Mais au moins, ils sont persévérants, tenaces et n’hésiteront pas à outrepasser les ordres du grand chef, qui lui mérite la médaille du connard en chef. Pas très réaliste, leur chef. Pas de côté morbide dans les scènes de crimes, l’auteur ne fera pas de la surenchère ou du voyeurisme, à tel point que vous devrez faire marcher votre imagination pour vous faire une image mentale desdites scènes : gore ou pas gore, vous êtes maître de vos pensées. On appréciera ou pas, c’est au choix. Le fait de diviser le récit en deux périodes distinctes (1989 et 1996) apportera aussi une autre atmosphère à ces crimes puisque 7 ans plus tard, l’équipe initiale, dispersée, devra bosser avec la nouvelle inspectrice stagiaire, miss Jordan Marshall. Et repartir sur les cold-case de 1989 avec des nouveaux cadavres tout frais de 1996. Le récit est addictif, les dialogues sont légers, apportant souvent une petite note d’humour, même si la naïveté de l’agent Winter m’a passablement énervée sur la seconde moitié du récit. Si l’identité du coupable est assez vite connue (à la moitié), le tout sera de savoir s’ils parviendront à le coincer et à mettre fin à cette série de crimes où les victimes terminent en œuvre d’art, mais non montrables dans un musée… Ou alors au musée des horreurs (et des senteurs, parce qu’à un moment donné, ça commence à sentir, un corps mort). Dans les bonnes choses, je soulignerai que c’est un thriller addictif, avec un modus operandi qui sort de l’ordinaire, trois d’enquêteurs qui n’ont rien des professionnels soudés de la série des Experts (eux, c’est du cinéma) et qui vont devoir bosser en schmet (en douce) de la hiérarchie pour résoudre cette succession de crimes sordides. Vous ne verrez plus certaines œuvres d’art de la même manière… Si ce n’est pas le thriller du siècle, il n’en reste pas moins qu’il fait le job et qu’il procure une belle dose d’adrénaline. Hélas, il lui manque un petit je-ne-sais-quoi, un petit supplément d’âme, un petit truc qui le rendrait vraiment génial. Il est bon, mais il y avait moyen de mieux faire encore…
    Lire la suite
    En lire moins
  • VirginieCM Posté le 1 Décembre 2021
    Londres 1989. Ben Chambers et Adam Winter arrivent simultanément sur le lieu d’un crime particulièrement odieux : un homme a été retrouvé gelé, dans la position du Penseur de Rodin. Très vite, un autre assassinat lui succède : cette fois-ci, c’est la Pietà de Michel-Ange qui fait l’objet d’une mise en scène macabre. Chambers et Winter suivent deux pistes distinctes, mais significatives, alors que le meurtrier se prépare à réaliser une nouvelle statue… Avec l’un des détectives pour sujet… J’ai trouvé l’idée de départ géniale : des statues classiques comme « inspirations » d’un meurtrier !!! Les illustrations sont également très sympa, et utiles pour qui ne s’intéresse pas trop à la sculpture. Malgré tout, certains éléments ne sont pas forcément exploités comme on pouvait l’attendre, notamment l’inimitié entre Chambers et sa hiérarchie, ou la psychologie du tueur. Mais globalement, ça fonctionne bien, l’intrigue est cohérente, intéressante, les rebondissements peu nombreux mais surprenants, et on a envie de tourner les pages sans s’arrêter, pour savoir…
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    30 romans pour frissonner cet été

    Vous avez envie d'un thriller psychologique, d'une plongée au coeur de la DGSE ou d'un roman historique ? Trouvez LE roman qui vous fera frissonner cet été. Votre pile à lire va bientôt s'agrandir !

    Lire l'article
  • Focus
    Robert Laffont

    Pietà : le nouveau roman de Daniel Cole

    Deux ans après la parution de son roman Les Loups, final explosif de sa trilogie best-seller Ragdoll, Daniel Cole signe son grand retour avec Pietà ! Embarquement immédiat pour la capitale anglaise, dans ce qu’elle a de plus sombre à offrir… Non, vous n’y croiserez pas Jack l’éventreur, mais peut-être une mort plus cruelle encore ! Quoi que plus esthétisée, car dans Pietà, les victimes se transforment en véritables œuvres d’art.

    Lire l'article