Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221216705
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 1 x 215 mm

Romance

Collection : Collection R
Date de parution : 02/01/2020

C’est le mojito.
C’est un léger accident.
C’est parce qu’il n’a pas rencontré de fille.
C’est parce que je n’ai pas rencontré de garçon.
C’était juste pour essayer.
C’est pour avoir tout fait ensemble.
C’est pour tous les amis pareil.
C’est entre lui et moi.
C’est la première et la dernière fois.
C’est rien.
Ça va passer.
Après le succès de...

C’est le mojito.
C’est un léger accident.
C’est parce qu’il n’a pas rencontré de fille.
C’est parce que je n’ai pas rencontré de garçon.
C’était juste pour essayer.
C’est pour avoir tout fait ensemble.
C’est pour tous les amis pareil.
C’est entre lui et moi.
C’est la première et la dernière fois.
C’est rien.
Ça va passer.
Après le succès de sa trilogie À la place du coeur, Arnaud Cathrine nous donne à vivre un premier amour, comme si nous y étions.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221216705
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 1 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • heyybrunette Posté le 1 Juillet 2020
    Si vous pensez que j'ai acheté ce roman juste parce qu'il y a "mojito" dans le résumé, vous avez raison. N'ayant pas lu A la place du cœur du même auteur, quand je me suis lancée dans Romance je savais pas trop ce qui m'attendait. Et si au départ j'ai été pas mal troublée et un peu réticente par l'écriture crue d'Arnaud Cathrine, je m'y suis finalement habituée de manière assez rapide et force est de constater que c'est elle qui donne toute sa force au roman. C'est fluide, c'est direct, c'est vrai. L'auteur ne cherche pas à embellir les choses, à être poli ou à tourner au tour du pot, non. On nous balance à la figure ce que c'est d'être adolescent, toutes les questions qui nous tournent en tête, les obstacles qu'on peut rencontrer et la douleur que tout ça provoque. Les tourments et sentiments de l'adolescence sont dépeints avec une telle justesse qu'il est, à mon avis, impossible de ne pas s'identifier à un moment ou un autre. Par ailleurs, je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages, à Vince mais plutôt à ses émotions. En bref, pas de coup de cœur pour moi mais une jolie lecture rapide que j'ai... Si vous pensez que j'ai acheté ce roman juste parce qu'il y a "mojito" dans le résumé, vous avez raison. N'ayant pas lu A la place du cœur du même auteur, quand je me suis lancée dans Romance je savais pas trop ce qui m'attendait. Et si au départ j'ai été pas mal troublée et un peu réticente par l'écriture crue d'Arnaud Cathrine, je m'y suis finalement habituée de manière assez rapide et force est de constater que c'est elle qui donne toute sa force au roman. C'est fluide, c'est direct, c'est vrai. L'auteur ne cherche pas à embellir les choses, à être poli ou à tourner au tour du pot, non. On nous balance à la figure ce que c'est d'être adolescent, toutes les questions qui nous tournent en tête, les obstacles qu'on peut rencontrer et la douleur que tout ça provoque. Les tourments et sentiments de l'adolescence sont dépeints avec une telle justesse qu'il est, à mon avis, impossible de ne pas s'identifier à un moment ou un autre. Par ailleurs, je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages, à Vince mais plutôt à ses émotions. En bref, pas de coup de cœur pour moi mais une jolie lecture rapide que j'ai pris plaisir à découvrir. Petit plus pour le format du roman avec des photos, extraits de carnet... qui a rendu la lecture plus réelle et immersive.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mirabilia Posté le 24 Juin 2020
    Aimer, lorsqu’on est adolescent, quel orage d’émotions. On cherche le premier amour, on se trompe, on trouve, on aime éperdument, on perd pied, on souffre, on se déchire. Et, lorsqu’on est un garçon et que l’on aime un garçon, il faut batailler pour que les autres cessent de voir cet amour comme une différence ou une exception. Arnaud Cathrine trouve en permanence les mots justes. Ceux qui décrivent l’adolescence et toute sa fraicheur, ceux qui déclenchent les émotions les plus intenses, ceux qui traduisent les déchirements profonds. On traverse cette expérience amoureuse avec le protagoniste en la vivant réellement, pleinement. Quel voyage !
  • 8tiret3 Posté le 21 Juin 2020
    Romance nous fait suivre la vie sentimentale de Vince, jeune Parisien qui n'hésite pas à jouer des poings quand il est confronté à l'homophobie et qui rêve de rencontrer le garçon qui saura faire battre son cœur. Problème : il est le seul garçon out de son lycée et Pablo, le seul mec de sa classe dont il soit à peu près sûr de l'homosexualité, ne lui plaît pas. En attendant de trouver l'amour, il vole les beaux garçons qu'il croise dans les transports en commun en écrivant sur eux dans un carnet qu'il emporte partout avec lui, et il passe le plus clair de son temps avec ses meilleur·es ami·es, Octave et Rokia. Le roman d'Arnaud Catherine, paru au début de cette année dans la Collection R des éditions Robert Laffont, est intéressant à plus d'un titre. D'abord par sa narration composite qui offre un rythme soutenu au roman. Vince nous raconte sa quête du garçon idéal et son récit est interrompu par les notes qu'il prend dans son carnet de garçons volés, de photos, de publications Instagram et de textos. Par moments, une lettre, un mot ou une phrase habitent une seule page et cette manière d'isoler des parties... Romance nous fait suivre la vie sentimentale de Vince, jeune Parisien qui n'hésite pas à jouer des poings quand il est confronté à l'homophobie et qui rêve de rencontrer le garçon qui saura faire battre son cœur. Problème : il est le seul garçon out de son lycée et Pablo, le seul mec de sa classe dont il soit à peu près sûr de l'homosexualité, ne lui plaît pas. En attendant de trouver l'amour, il vole les beaux garçons qu'il croise dans les transports en commun en écrivant sur eux dans un carnet qu'il emporte partout avec lui, et il passe le plus clair de son temps avec ses meilleur·es ami·es, Octave et Rokia. Le roman d'Arnaud Catherine, paru au début de cette année dans la Collection R des éditions Robert Laffont, est intéressant à plus d'un titre. D'abord par sa narration composite qui offre un rythme soutenu au roman. Vince nous raconte sa quête du garçon idéal et son récit est interrompu par les notes qu'il prend dans son carnet de garçons volés, de photos, de publications Instagram et de textos. Par moments, une lettre, un mot ou une phrase habitent une seule page et cette manière d'isoler des parties du texte entraînent une charge émotionnelle forte. Le tout donne un texte vivant, qui se rapproche au plus près de l'intensité avec laquelle on peut ressentir les choses à l'adolescence. Mais le plus grand intérêt du roman est pour moi son sujet. Depuis quelques temps, on voit dans la littérature pour adolescent·es et jeunes adultes arriver de nombreux textes qui donnent une vision positive de la sexualité des ados (en témoigne par exemple la collection L'Ardeur qui offre une place de choix à l'érotisme pour les jeunes), et avec ça une vision positive des amours et sexualités autres qu'hétéros (Love Simon, Autoboyographie, Libération... pour ne citer que des exemples qui, comme Romance, se concentrent sur les relations entre garçons). Et je dois dire que l'adolescent que j'étais aurait adoré découvrir ces romans qui n'hésitent pas à aborder la question sans faux semblants. Ici, l'homosexualité de Vince est non seulement assumée, mais aussi et surtout globalement acceptée. Cela ne l'empêche pas d'être confronté à l'intolérance, mais sa sexualité n'est pas source d'angoisses et de douleurs. On est donc face à un portrait d'adolescent lambda, qui explore ses désirs comme n'importe quel autre. Et la question de la sexualité adolescente n'est pas atténuée ; en témoigne le béguin qu'il a développé pour son acteur porno préféré et les fantasmes qu'il nourrit à son endroit. Je dois dire que c'est le genre de représentation qui fait un bien fou ! Malgré tout, les questions du coming out et de l'acceptation de soi ne sont pas laissées de côté puisqu'elles arrivent avec le personnage qui ravira le cœur de Vince. Et je ne dévoile rien en disant cela puisque le titre nous annonce clairement qu'on lit une romance ! L'auteur, en nous montrant ce que l'amour a de plus beau, mais aussi en mettant en avant son côté destructeur, aborde également d'autres sujets importants, comme la maladie mentale, dont on ne parle pas forcément à l'adolescence alors que ça peut être pour de nombreuses personne la période à laquelle la santé mentale se fragilise. Au final, j'ai tout aimé de ce roman (à part peut-être le principal du lycée, dont la réaction à la potentielle homosexualité de Pablo m'a laissé dubitatif) et ne peux que le conseiller aux jeunes lecteur·rices en quête d'émotions.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SansSucreSansSel Posté le 21 Juin 2020
    « Comment expliquer que la magie ne soit pas au rendez-vous ? Je n'exige pas l'amour de ma vie. Plus modeste : du 5 volts, un léger picotement, pas la détonation nucléaire, juste un frisson d'excitation, et l'envie d'être là. » . . « C'est le mojito. C'est un léger accident. C'est parce qu'il n'a pas rencontré de fille. C'est parce que je n'ai pas rencontré de garçon. C'était juste pour essayer. C'est pour avoir tout fait ensemble. C'est pour tous les amis pareil. C'est entre lui et moi. C'est la première et la dernière fois. C'est rien. Ça va passer. » . . Encore un coup de coeur… Il faut croire que je me connais vraiment bien et que j’ai bien choisi ma PAL de confinement car je commence à les accumuler ! J’ai eu un coup de cœur pour l’histoire, qui me sort de mes sentiers battus car je n’ai pas l’habitude de lire des romances homosexuelles (ou LGBT d’ailleurs). J’ai aussi eu un vrai coup de coeur pour la narration. L’utilisation du « tu » donnes l’impression que Vince et moi on se connait, qu’il me met simplement à jour sur sa vie, comme si nous étions amis. La variation des pronoms « je » et « tu » m’a permis de m’attacher... « Comment expliquer que la magie ne soit pas au rendez-vous ? Je n'exige pas l'amour de ma vie. Plus modeste : du 5 volts, un léger picotement, pas la détonation nucléaire, juste un frisson d'excitation, et l'envie d'être là. » . . « C'est le mojito. C'est un léger accident. C'est parce qu'il n'a pas rencontré de fille. C'est parce que je n'ai pas rencontré de garçon. C'était juste pour essayer. C'est pour avoir tout fait ensemble. C'est pour tous les amis pareil. C'est entre lui et moi. C'est la première et la dernière fois. C'est rien. Ça va passer. » . . Encore un coup de coeur… Il faut croire que je me connais vraiment bien et que j’ai bien choisi ma PAL de confinement car je commence à les accumuler ! J’ai eu un coup de cœur pour l’histoire, qui me sort de mes sentiers battus car je n’ai pas l’habitude de lire des romances homosexuelles (ou LGBT d’ailleurs). J’ai aussi eu un vrai coup de coeur pour la narration. L’utilisation du « tu » donnes l’impression que Vince et moi on se connait, qu’il me met simplement à jour sur sa vie, comme si nous étions amis. La variation des pronoms « je » et « tu » m’a permis de m’attacher à Vincente en tant que personnage bien qu’il n’ait pas la langue dans sa poche et qu’il est parfois vulgaire. C’est donc un gros coup de coeur que nous délivre Arnaud Catherine dans ce roman, tant pour l’histoire, que pour la plume, Vincente, Pablo et les autres… J’ai adoré la fin qui est sur le même ton que toute l’histoire. Pardonnez moi l’expression mais Romance est en effet une magnifique romance.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Raven27 Posté le 20 Juin 2020
    J’avais entendu beaucoup de bien de ce livre, et effectivement, j’ai beaucoup apprécié sa lecture. Nous suivons Vincente, un ado de 16 ans (pas du tout italien malgré son prénom), à la recherche de l’âme sœur. Son problème : son choix est limité à cause du faible nombre d’homosexuels dans son lycée. Un roman très sympa à lire avec une bonne dose d’humour et de légèreté, contrairement à ce qu’on pourrait penser au vu du thème abordé. J’ai beaucoup aimé les petites notes de l’auteur en bas des pages, qui ajoutent quelque chose au récit. Au niveau de l’histoire, j’ai été très surprise par le scénario que j’ai seulement deviné à la moitié du livre, preuve que ce n’est pas une histoire d’amour comme les autres. Je finis cependant sur un petit point négatif, car je trouve que le personnage agit comme s’il faisait tout pour le sexe, ce qui paraît quand même très cliché. Je vous invite à lire ce livre, ce n’est pas un gros coup de cœur pour moi mais il reste très agréable à lire.

les contenus multimédias

INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    12 romans jeunesse qui célèbrent le premier amour

    Les histoires de coeur ne sont pas uniquement réservées aux adultes. La preuve avec cette sélection de romans jeunesse qui célèbrent le premier amour dans tout ce qu'il a de plus complexe et de plus émouvant. Du déjà culte Eleanor & Park à Romance, le dernier roman d'Arnaud Cathrine, focus sur 12 livres qui nous invitent à (re)vivre ce sentiment vertigineux.

    Lire l'article