Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221116807
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 153 x 240 mm

Si c'était à refaire

Date de parution : 29/03/2012

Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier.
Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l’Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s’effondre dans une mare de sang.
Andrew reprend connaissance le 7 mai 2012... Deux...

Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier.
Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l’Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s’effondre dans une mare de sang.
Andrew reprend connaissance le 7 mai 2012... Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage.
À compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin.
De New York à Buenos Aires, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu’au dénouement… à couper le souffle.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221116807
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 153 x 240 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Claforiane Posté le 3 Août 2020
    Un roman de Marc Levy que je ne connaissais pas. On reste toujours dans le même style littéraire : de l'amour, de l'aventure et la mayonnaise prend ou ne prend pas selon le lecteur. Pour moi, elle a semi pris. J'ai trouvé les 100 premières pages longues..... très longues. L'aventure, l'intérêt du scénario ne commencent qu'à ce moment là. Une fin que l'on imagine assez rapidement mais une fin plutôt bâclée. Si c'était à refaire plaîra aux inconditionnels de cet auteur. Une lecture simple, facile pour un bon moment de détente.
  • Marie2406 Posté le 30 Juillet 2020
    New York, 9 juillet 2012, un jogger s’effondre sur le trottoir. Il vient d’être poignardé dans le dos. Il s’appelle Andrew Stilman, il a 39 ans, il est grand reporter au New York Times, il est marié depuis une semaine avec son amour de jeunesse mais il l’a quitté le soir même de son mariage. Alors qu’il baigne dans une mare de sang, il se pose deux questions : Qui l’a assassiné ? Et pourquoi ? C’est sur ces deux dernières pensées qu’il ferme les yeux à tout jamais. Mais contre toute attente, il reprend connaissance. Il se rend compte de la douleur qu’il a dans le dos mais il est vivant et il n’y a plus de sang. De plus il est certain de n’être pas au même endroit que lors de son agression quelques minutes plus tôt. Il rentre chez lui, en se disant qu’il doit absolument renouer avec celle qui est maintenant sa femme même si elle lui en veut terriblement (à mort ?) de sa trahison. Mais chez lui, une surprise de taille l’attend, sa femme est là et ne semble en rien surprise de le voir. Pire même, elle entame la même conversation que celle qu’ils avaient eue deux mois avant ce terrible jour. Puis les événements vont... New York, 9 juillet 2012, un jogger s’effondre sur le trottoir. Il vient d’être poignardé dans le dos. Il s’appelle Andrew Stilman, il a 39 ans, il est grand reporter au New York Times, il est marié depuis une semaine avec son amour de jeunesse mais il l’a quitté le soir même de son mariage. Alors qu’il baigne dans une mare de sang, il se pose deux questions : Qui l’a assassiné ? Et pourquoi ? C’est sur ces deux dernières pensées qu’il ferme les yeux à tout jamais. Mais contre toute attente, il reprend connaissance. Il se rend compte de la douleur qu’il a dans le dos mais il est vivant et il n’y a plus de sang. De plus il est certain de n’être pas au même endroit que lors de son agression quelques minutes plus tôt. Il rentre chez lui, en se disant qu’il doit absolument renouer avec celle qui est maintenant sa femme même si elle lui en veut terriblement (à mort ?) de sa trahison. Mais chez lui, une surprise de taille l’attend, sa femme est là et ne semble en rien surprise de le voir. Pire même, elle entame la même conversation que celle qu’ils avaient eue deux mois avant ce terrible jour. Puis les événements vont s’enchainer et peu à peu, Andrew va se rendre compte qu’il a fait un bond en arrière dans le temps, et qu’il est revenu au 9 mai 2012. Il a donc deux mois devant lui pour trouver les réponses à ses deux questions : Qui ? Pourquoi ? Aidé d’un policier à la retraite et de Simon son meilleur ami, ils vont explorer toutes les pistes possibles afin de découvrir qui est l’assassin, même si tous les deux ont bien du mal à croire à l’histoire d’Andrew. Une course contre le temps s’engage, course qui Andrew le sait se terminera par sa mort le 9 juillet s’ils échouent. Un thriller sympa, mais peu mieux faire……
    Lire la suite
    En lire moins
  • JulieGorsky Posté le 1 Juillet 2020
    Si c’était à refaire suit l’histoire d’Andrew Stilman, un grand reporter du New York Times. L’histoire démarre par le meurtre d’un homme le long de l’Hudson River et nous comprenons rapidement que cet homme n’est autre qu’Andrew Stilman. Après ce meurtre, nous faisons un bond dans le passé et Marc Levy place le cadre de son histoire avec une biographie d’Andrew. Nous apprenons qu’il a gravi les échelons du journal pour passer de pigiste, à rédacteur adjoint de la rubrique nécrologique pour enfin devenir le grand reporter dont il rêvait. Son enquête sur l’abandon de bébés en Chine a rencontré un vif succès et lui a permis d’être dans les petits papiers de la directrice, Olivia Stern. Cette enquête en Chine lui vaut aussi de nombreuses menaces de mort et des passages à tabac. Ce n’est pas important pour lui, une nouvelle enquête l’attend, celle sur un ancien militaire de guerre : Ortiz qui aurait contribué aux massacres de centaines d’innocents et aux vols de bébé… La fameuse « Guerre sale » d’Amérique Latine. Au cours d’une soirée bien arrosée, il rencontre au détour d’une ruelle Valérie Ramsay, son amour de jeunesse. Nous comprenons très vite qu’entre eux l’histoire ne s’est jamais... Si c’était à refaire suit l’histoire d’Andrew Stilman, un grand reporter du New York Times. L’histoire démarre par le meurtre d’un homme le long de l’Hudson River et nous comprenons rapidement que cet homme n’est autre qu’Andrew Stilman. Après ce meurtre, nous faisons un bond dans le passé et Marc Levy place le cadre de son histoire avec une biographie d’Andrew. Nous apprenons qu’il a gravi les échelons du journal pour passer de pigiste, à rédacteur adjoint de la rubrique nécrologique pour enfin devenir le grand reporter dont il rêvait. Son enquête sur l’abandon de bébés en Chine a rencontré un vif succès et lui a permis d’être dans les petits papiers de la directrice, Olivia Stern. Cette enquête en Chine lui vaut aussi de nombreuses menaces de mort et des passages à tabac. Ce n’est pas important pour lui, une nouvelle enquête l’attend, celle sur un ancien militaire de guerre : Ortiz qui aurait contribué aux massacres de centaines d’innocents et aux vols de bébé… La fameuse « Guerre sale » d’Amérique Latine. Au cours d’une soirée bien arrosée, il rencontre au détour d’une ruelle Valérie Ramsay, son amour de jeunesse. Nous comprenons très vite qu’entre eux l’histoire ne s’est jamais réellement terminée et qu’incessamment sous peu, les deux vont retrouver leur passion des premiers jours. Quelques pages suffisent à raviver la flamme. Mais pour combien de temps ? Une fois la demande en mariage d’Andrew faite, une mystérieuse femme dans un bar vient ébranler toutes ses certitudes le poussant à divorcer à peine quelques heures après avoir dit Oui. Nous découvrons également Simon, le meilleur ami fantasque d’Andrew, un presque quadra qui ne trouve pas l’amour et qui préfère de loin jongler entre les femmes. Simon est sûrement le personnage le plus attachant et drôle de cette histoire. Parmi les autres personnages de l’intrigue, nous avons : Olson le collègue camé d’Andrew, Marisa une barmaid de Buenos Aires, Pilguez un policier à la retraite. À travers les notes du journaliste, nous découvrons le calvaire subit par Isabel et Rafaël, des prisonniers de guerre durant la dictature argentine. Des personnages attachants, intriguant et utiles. Arrive le jour tant attendu depuis les premières pages… Le meurtre d’Andrew Stilman. Et quand on croit que c’est fini, tout recommence. Andrew Stilman se réveille deux mois plus tôt ! Que faire quand la vie nous offre une seconde chance ? Le roman de Marc Levy marche bien à tous les niveaux : il y a du suspense, des rebondissements, des frayeurs, mais aussi une pointe d’humour appréciable qui nous détend avant de nous remettre en alerte sur la piste du mystérieux meurtrier d’Andrew. Je ne vais pas dévoiler la fin, mais comme souvent quand un roman me plaît, que je ne le lâche pas et que je ne réfléchis pas préférant être portée par l’histoire… Et bien, je peux dire : je ne m’y attendais pas. Nous sommes tenus en haleine jusqu’à la FIN ! J’ai adoré le mélange de fiction et de réalité. La « Guerre Sale » en Amérique Latine a bien existé et est très bien abordée dans le roman, nous retournant parfois l’estomac après la lecture de certains passages. La question sur les dommages collatéraux des enquêtes journalistes est aussi très présente et très intéressante. L’amitié est un thème abordé tout au long du roman et on apprécie la relation entre Simon et Andrew. Alors oui, Si c’était à refaire a un côté déjà-vu et pourtant, le livre fonctionne bien. Les histoires s’enchaînent et se recoupent, nous passons un bon moment et surtout nous sommes loin de deviner ce qui nous attend. Un roman à lire avec un Fernet-Coca 🍹 et une montre #8986;, car le temps défile et nous rend souvent amer.
    Lire la suite
    En lire moins
  • likat Posté le 5 Mai 2020
    Bon roman, on rentre facilement dans l'histoire et il se lit bien.
  • Tatane72300 Posté le 4 Avril 2020
    Toujours un moment formidable d'ouvrir un livre de Marc LEVY. Fébrilité des premières pages et après impossible de s'arrêter tellement les histoires vous prennent au coeur. "Si c'était à refaire" je le referais encore et encore. Ce roman est dans la droite ligne de ces précédentes : passionnante, des personnages attachants, un suspens formidable. Un pur moment de bonheur
Marc Levy