Lisez! icon: Search engine
Son Espionne royale et la reine des coeurs - Tome 8
Blandine Longre (traduit par)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 04/11/2021
Éditeurs :
Robert Laffont

Son Espionne royale et la reine des coeurs - Tome 8

Blandine Longre (traduit par)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 04/11/2021

Une nouvelle mission pour Lady Georgie : démasquer un voleur de bijoux ! 
Entre Downton Abbey et Miss Marple, une série d’enquêtes royales so British.

Hollywood, Los Angeles, 1934.
La mère de Lady Georgie, Claire, actrice glamour et très mariée, veut se débarrasser de son époux et convoler avec un riche homme d’affaires. Direction le Nevada,...

Hollywood, Los Angeles, 1934.
La mère de Lady Georgie, Claire, actrice glamour et très mariée, veut se débarrasser de son époux et convoler avec un riche homme d’affaires. Direction le Nevada, pour un divorce rapide et discret. Georgie l’accompagne lors de sa traversée de l’Atlantique.
Mais la croisière ne va pas s’amuser...

Hollywood, Los Angeles, 1934.
La mère de Lady Georgie, Claire, actrice glamour et très mariée, veut se débarrasser de son époux et convoler avec un riche homme d’affaires. Direction le Nevada, pour un divorce rapide et discret. Georgie l’accompagne lors de sa traversée de l’Atlantique.
Mais la croisière ne va pas s’amuser bien longtemps… Témoin d’un accident mortel à bord du paquebot, Georgie est suspectée par la police.
Pour couronner le tout, un voleur de bijoux sévit sur le navire, dévalisant aristocrates anglais et starlettes de cinéma. Georgie est déterminée à le démasquer au plus vite, au risque de passer par-dessus bord.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221251683
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 396
Format : 130 x 200 mm
EAN : 9782221251683
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 396
Format : 130 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PedroPanRabbit 17/09/2022
    On attendait un peu ce huitième opus au tournant : après avoir énormément joué sur l'humour dans les tous premiers tomes de la série, les deux derniers titres se démarquaient par leur épaisseur et leur habile construction. Si certains éléments récurrents auraient pu nous lasser au fil du temps, ils se sont finalement imposés comme des codes plutôt que des redites : la situation financière de l'héroïne amène généralement à l'élément déclencheur de l'intrigue, le meurtre survient le plus souvent après une longue phase d'amorce, Darcy, le chevalier servant de notre adorable lady, débarque toujours par surprise (si bien que ça n'en n'est plus vraiment une), et Queenie, la demoiselle de compagnie, accumule les gaffes. Notre espionne royale parvient-elle ici à se réinventer ? Bien que l'on passe toujours un excellent moment en compagnie de Georgie et même si on lit toujours Rhys Bowen avec un plaisir (presque) coupable (comme un anti-dépresseur, un cosy mystery fait quoi qu'il en soit toujours l'effet désiré), on admet être quelque peu mitigé sur ce coup-là. La dimension historique, toujours bien amenée, reste l'un des atouts de cette série : on voyage à bord du Berengaria,... On attendait un peu ce huitième opus au tournant : après avoir énormément joué sur l'humour dans les tous premiers tomes de la série, les deux derniers titres se démarquaient par leur épaisseur et leur habile construction. Si certains éléments récurrents auraient pu nous lasser au fil du temps, ils se sont finalement imposés comme des codes plutôt que des redites : la situation financière de l'héroïne amène généralement à l'élément déclencheur de l'intrigue, le meurtre survient le plus souvent après une longue phase d'amorce, Darcy, le chevalier servant de notre adorable lady, débarque toujours par surprise (si bien que ça n'en n'est plus vraiment une), et Queenie, la demoiselle de compagnie, accumule les gaffes. Notre espionne royale parvient-elle ici à se réinventer ? Bien que l'on passe toujours un excellent moment en compagnie de Georgie et même si on lit toujours Rhys Bowen avec un plaisir (presque) coupable (comme un anti-dépresseur, un cosy mystery fait quoi qu'il en soit toujours l'effet désiré), on admet être quelque peu mitigé sur ce coup-là. La dimension historique, toujours bien amenée, reste l'un des atouts de cette série : on voyage à bord du Berengaria, véritable paquebot de luxe dont on imagine sans peine l’opulence, et on redécouvre l'âge d'or d'Hollywood avec de véritables guest stars à la table des suspects (dont Charlie Chaplin himself, dépeint avec toute la réputation de séducteur qui le caractérisait). Mais voilà, l'intrigue policière, sans être réellement décousue, est étirée en longueur et semble refléter les difficultés de l'autrice à l'élaborer, et ce malgré quelques bonnes idées. Le meurtre survient bien après la moitié du livre et, à proportion du roman entier, semble donc résolu anormalement vite, induisant une anomalie dans le rythme et la construction de l'histoire. De fait, alors que le synopsis et le début du roman nous laissaient croire que l'intrigue se déroulerait intégralement à bord du paquebot – concept sujet à un huis clos de grande classe – il s'avère que les éléments nécessaires au décor ne sont encore pas tous posés lorsque nos personnages arrivent à bon port. On apprécie évidemment l'atmosphère extravagante et excessive d'Hollywood et du monde du cinéma, mais on regrette un peu le potentiel qu'aurait eu une intrigue entière en haute mer façon "meurtre en croisière". Finalement, il y avait dans ce huitième tome matière à donner naissance à deux histoires bien distinctes. La solution du mystère, aussi, est donnée à la va-vite, comme sortie du chapeau de l'autrice sans que le lecteur ait pu bénéficier des réels indices pour que la chance lui soit donnée de résoudre lui aussi le crime. L'auteur du meurtre manque également du relief et du charisme qu'on espérait, et ce même si le mobile ainsi que l'ensemble du scénario se tiennent malgré tout. En bref : Pas le tome le plus réussi de la série, "Son espionne royale et la reine des cœurs" reste cependant une lecture légère qui remplit son office mais perd un peu de la qualité des précédents tomes. On retient l'atmosphère luxueuse de la croisière et l'extravagance d'Hollywood, généreusement racontés, mais on regrette la construction inégale de l'intrigue.
    Lire la suite
    En lire moins
  • marinedsvx 24/07/2022
    Un peu de nouveauté dans ce huitième tome, où Géorgie suit sa mère en Amérique pour lui tenir compagnie afin d'aller divorcer de son deuxième mari. Mais sur le trajet notre espionne royale fait face au vol d'un bijou d'une princesse indienne et même à un meurtre ! Mais on le sait que quand Georgianna passe, les cadavres ne sont pas loin ! Avec l'aide de Darcy, notre héroïne est bien décidée à découvrir la vérité. Même si pour cela elle doit se mêler aux vedettes d'Hollywood tel que Charlie Chaplin ! Georgianna a bien grandi dans ce tome, elle prend enfin de l'assurance et cela renouvelle l'ambiance de la série.
  • Tyfee29 16/07/2022
    que de plaisir à lire et relire la série "Son Espionne Royale" !! Plongée dans les années 1930, avec tout le decorum qui s'y applique, ey en outre dans les coulisses royales. Lady Georgie revient d'un séjour en Amérique, lorqu'à l'occasion d'un accident mortel sur le paquebot qui les ramène, elle et sa mère, Lady Georgie est suspectée par la police. Mais pas du style à se laisser faire, notre Lady va tout faire pour démasquer le vrai coupable.
  • iris29 26/02/2022
    Avec ce huitième tome, Rhys Bowen se renouvèle complètement et nous gâte au passage... Pour une fois la " génitrice" de Georgie va se comporter en mère vis à vis de sa fille. Claire, est sur le point de se marier avec son richissime fiancé allemand, mais pour cela encore faut-il qu'elle soit libre . Or, un vieux mariage avec un américain encombre encore son CV amoureux. Qu'à cela ne tienne, elle ira en Amérique, divorcer à Remo, il parait que là-bas on peut divorcer seule. Mais auparavant, il faut effectuer la traversée en bateau, acheter une garde-robe digne de ce nom à sa fille. Sur le bateau, un bijou sera volé et évidemment Darcy apparaitra comme par magie... Ce tome est délicieux .. Croisière, New York, Remo, Hollywood, ce roman nous fait non seulement voyager géographiquement , historiquement (on est en 1934 ), mais également culturellement.. On pense rapidement à Mort sur le Nil d'Agatha Christie, à "La Main au collet "d'Hitchcock, aux nababs d'Hollywood et à leurs proptriétés dont le jardin n'était qu'un vaste zoo. Je me suis régalée... Comme d'habitude , on retrouve une grande partie de l'entourage de Georgie, dans ce tome. Certaines ont des véléités d'évasion, de... Avec ce huitième tome, Rhys Bowen se renouvèle complètement et nous gâte au passage... Pour une fois la " génitrice" de Georgie va se comporter en mère vis à vis de sa fille. Claire, est sur le point de se marier avec son richissime fiancé allemand, mais pour cela encore faut-il qu'elle soit libre . Or, un vieux mariage avec un américain encombre encore son CV amoureux. Qu'à cela ne tienne, elle ira en Amérique, divorcer à Remo, il parait que là-bas on peut divorcer seule. Mais auparavant, il faut effectuer la traversée en bateau, acheter une garde-robe digne de ce nom à sa fille. Sur le bateau, un bijou sera volé et évidemment Darcy apparaitra comme par magie... Ce tome est délicieux .. Croisière, New York, Remo, Hollywood, ce roman nous fait non seulement voyager géographiquement , historiquement (on est en 1934 ), mais également culturellement.. On pense rapidement à Mort sur le Nil d'Agatha Christie, à "La Main au collet "d'Hitchcock, aux nababs d'Hollywood et à leurs proptriétés dont le jardin n'était qu'un vaste zoo. Je me suis régalée... Comme d'habitude , on retrouve une grande partie de l'entourage de Georgie, dans ce tome. Certaines ont des véléités d'évasion, de rébellion, et on savoure les répliques de la femme de chambre Queenie, sans qui cette série serait moins jubilatoire. A la fin du tome, rassurez-vous, Georgie retournera bien dans sa mère patrie, mais en attendant, cette petite escapade à Hollywood, m'aura bien divertie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lilyvia 22/02/2022
    Dans ce tome, on quitte l'Angleterre direction les Etats-Unis. Georgie et sa maman embarquent sur un bateau afin de régler une histoire qui à l'époque ne pouvait se faire qu'aux États-Unis ou presque. Contrairement à ce que laisse supposer la quatrième de couverture, la majeure partie de l'histoire ne se passe pas sur le bateau mais bien directement aux États-Unis. Comme les précédents tomes l'histoire est agréable à lire. On retrouve presque la totalité des personnages qui entourent notre héroïne. Et leur lien évolue de jour en jour, pour certains Georgie prend conscience que les relations ne sont peut-être pas très "saines". L'enquête policière n'est pas la meilleure mais elle reste agréable. Je n'avais pas vraiment trouvé le coupable ou juste avant le dénouement. Maintenant il va falloir que je patiente avant de retrouver Georgina et ses acolytes dans une nouvelle aventure.
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ? Abonnez-vous à sa newsletter pour ne rater aucune nouveauté !
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.