Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782348055805
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 205 mm

Une poupée en chocolat

Collection : Cahiers libres
Date de parution : 23/09/2021
Je suis une personne née sous X, qui ne possède rien de son passé : ni antécédents médicaux, ni arbre généalogique, ni mémoire familiale. Je dois donc écrire mon histoire pour ne pas être qu’une somme de silences, de traumas et de dépossessions. Ce livre est une trace, une archive,... Je suis une personne née sous X, qui ne possède rien de son passé : ni antécédents médicaux, ni arbre généalogique, ni mémoire familiale. Je dois donc écrire mon histoire pour ne pas être qu’une somme de silences, de traumas et de dépossessions. Ce livre est une trace, une archive, une pièce du puzzle que je tente de compléter grâce à l’analyse politique de ce qui m’arrive.
On oublie trop souvent que si des familles sont constituées par l’adoption, c’est parce que d’autres, plus précaires, ont été détruites. Qu’il s’agisse des rapports de classes, des inégalités mondiales ou du continuum colonial, en contexte occidental, l’adoption est inscrite dans une histoire de violences. C’est de cette histoire que les personnes adoptées héritent ; contre ses persistances qu’elles luttent.
Devons-nous être une tabula rasa pour que l’adoption fonctionne ? Qui sont nos vrais parents ? Est-ce une chance d’être adoptée ? Suis-je une vraie Noire ? Cet essai autobiographique invite à s’interroger sur l’identité, la filiation et la parentalité à partir du regard que nous, personnes adoptées, posons sur la famille et la société.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348055805
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Dans Une poupée en chocolat, la réalisatrice et militante afroféministe Amandine Gay démontre que, pour protéger les droits des personnes adoptées, des mères biologiques et, même, de toutes et tous les enfants, il existe une solution : déboulonner la vision tradi de la famille et instaurer une justice reproductive.
Alizée Vincent / Causette

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marielr Posté le 9 Janvier 2022
    "Une poupée en chocolat" a profondément bouleversé mes représentations et mon avis sur l'adoption. J'ai trouvé les passages théoriques très éclairants, et j'ai apprécié les apports personnels d'Amandine Gay, adoptée. À travers ce livre, nous pouvons nous questionner sur des notions importantes (filiation, désir d'enfant, la société française et le racisme etc.).
  • Helluoli Posté le 12 Décembre 2021
    "L'amour et la volonté de bien faire ne sont pas suffisants. Seule une éducation politique des familles adoptantes sur les questions raciales, effectuée par les institutions en amont de l'adoption, peut permettre aux enfants racisées grandissant dans des familles blanches de faire face au racisme systématique dont elles seront victimes toute leur vie." Amandine Gay a mélangé un récit autobiographique avec un livre de sociologie, bien sourcé et clair. Et le résultat est impressionnant. Au vu de la législation française actuelle, je n'ai pas le droit d'avoir d'enfant biologique. Si un jour, je veux un-e enfant, et que la loi n'a pas changé, j'aurais plusieurs possibilités : partir faire un parcours de PMA à l'étranger, ou essayer d'adopter. Si pendant un moment, l'adoption était une idée que j'aurais pu envisager, entendre des discours de personnes adoptées sur leur expérience m'avait fait questionner ce choix. Ce livre m'a apporté beaucoup, beaucoup d'informations complémentaires. Tout au long du livre, l'autrice questionne l'aspect éthique de certaines adoptions, son histoire, l'impact sur les adoptées. C'est un système qui, à l'heure actuelle, a beaucoup de défauts, et n'accompagne pas les adoptées correctement.
  • AgnesdeC Posté le 3 Novembre 2021
    Ceci n’est pas un essai comme les autres, ni une autobiographie. À mi-chemin entre les deux, Amandine Gay partage son histoire de née sous X, adoptée par un couple blanc (ce qui est le cas de la plupart des adoptés racisés en France, contrairement à la Grande-Bretagne où les Etats-Unis), ainsi que ses convictions sur les politiques de gestion de la protection de l’enfance, de l’accouchement sous X, de l’adoption nationale et surtout internationale, sur le racisme systémique et sa prévention dans les institutions de notre pays. Ce n’est pas le premier livre écrit par une adulte adoptée, mais c’est la première fois que je vois posées de manière aussi claires ces questions éthiques et politiques fondamentales, et ce à partir d’une histoire familiale touchante.
  • Ninule Posté le 29 Octobre 2021
    Comment « critiquer » un tel livre ? Amandine nous (m’)ouvre les yeux sur des évidences dont on se demande comment elles sont restées tapies si longtemps. Parfois léger, souvent difficile, c’est un livre militant, une analyse vaste et sensible, accusateur sans complaisance pour personne, à commencer par l’auteure elle-même. Quelques longueurs parfois, lecture parfois ardue, lecture qui bouscule mais aussi qui déplace un peu nos certitudes, nos idées reçues, … Si vous cherchez un roman de vacances, passez votre chemin. Si vous voulez lire, comprendre, apprendre, grandir ‘….ce livre est un témoignage bouleversant et lucide On n’en sort pas tout à fait indemnes.
  • helasaidi Posté le 29 Octobre 2021
    « J'ai placé devant toi la vie et la mort, dit l'Éternel, et toi, tu choisiras la vie. » (passage du Deutéronome). « Une poupée en chocolat » est bien le récit d’une femme qui a choisi de vivre et de témoigner au nom de tous ceux qu’on a si longtemps privés de parole: les adoptés transnationaux, des enfants qu’on n’a pas hésité à déraciner en tentant de faire table rase de leur passé sans se soucier des conséquences sur leur vie d’enfant et d’adulte (mal-être pouvant aboutir à leur suicide). Ce livre est bien plus qu’un témoignage où s’entremêlent incontestablement colère, douleur et indignation, il nous offre en réalité une analyse juridico-economico-sociale argumentée et documentée. Je m’y suis plongée bien volontiers dans ces études avec curiosité pour y constater avec effarement que le sujet des adoptés transnationaux n’intéresse pratiquement personne dans notre beau pays. Peut-être parce que les adoptions transraciales renvoient à la définition même de la parentalité, un sujet qui cristallise encore aujourd’hui notre société française : « qu’est-ce qu’un parent biologique » d’un point de vue juridique ou le mythe du lien du sang prédominant en France alors qu’on voit de plus en plus de familles recomposées ou homoparentales,... « J'ai placé devant toi la vie et la mort, dit l'Éternel, et toi, tu choisiras la vie. » (passage du Deutéronome). « Une poupée en chocolat » est bien le récit d’une femme qui a choisi de vivre et de témoigner au nom de tous ceux qu’on a si longtemps privés de parole: les adoptés transnationaux, des enfants qu’on n’a pas hésité à déraciner en tentant de faire table rase de leur passé sans se soucier des conséquences sur leur vie d’enfant et d’adulte (mal-être pouvant aboutir à leur suicide). Ce livre est bien plus qu’un témoignage où s’entremêlent incontestablement colère, douleur et indignation, il nous offre en réalité une analyse juridico-economico-sociale argumentée et documentée. Je m’y suis plongée bien volontiers dans ces études avec curiosité pour y constater avec effarement que le sujet des adoptés transnationaux n’intéresse pratiquement personne dans notre beau pays. Peut-être parce que les adoptions transraciales renvoient à la définition même de la parentalité, un sujet qui cristallise encore aujourd’hui notre société française : « qu’est-ce qu’un parent biologique » d’un point de vue juridique ou le mythe du lien du sang prédominant en France alors qu’on voit de plus en plus de familles recomposées ou homoparentales, ce qui renvoie à la notion de justice reproductive où pourraient s’inscrire dans un continuum les questions de filiation… Comment ne pas aborder la suprématie blanche ou encore le décolonialisme, Amandine Gay traite ces deux dimensions qui sont pourtant occultées dans les récits des adoptants et qui sont bien évidemment lourdes de conséquences pour les adoptés. Pour tous, l’adoption se résume à un désir d’enfant et à des enfants abandonnés qu’on sauve. Ce sont bien là les messages martelés par les adoptants. Mais, ici, ce tableau idyllique ne résiste guère à la réalité de la brutalité du déracinement forcé infligé à des enfants qui vont être marqués à vie. A l’heure où certains clament l’assimilation, prônent la hiérarchisation raciale du peuple français pluriel par le mépris et la division, ce livre est donc plus que nécessaire dans une société française en mal d’identité.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !

Lisez maintenant, tout de suite !