Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221193464
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 1 x 215 mm

We Are Young

Fabienne VIDALLET (Traducteur)
Collection : Collection R
Date de parution : 17/01/2019
Ça commence par un mariage. Et un accident de voiture.
« Percutant, déchirant et plein d’espoir,
We Are Young est un roman à ne manquer sous aucun prétexte » Sarah Crossan, auteur best-seller.
 
Le soir même où la mère d’Evan épouse « Breakfast Tim », présentateur vedette de la radio locale, le tout nouveau demi-frère d’Evan, Lewis, est retrouvé inconscient et grièvement blessé. Il est l’unique rescapé d’un terrible accident de voiture.
Une tempête médiatique se déchaîne alors et tous les doigts accusateurs sont pointés sur...
Le soir même où la mère d’Evan épouse « Breakfast Tim », présentateur vedette de la radio locale, le tout nouveau demi-frère d’Evan, Lewis, est retrouvé inconscient et grièvement blessé. Il est l’unique rescapé d’un terrible accident de voiture.
Une tempête médiatique se déchaîne alors et tous les doigts accusateurs sont pointés sur Lewis, jeune toxico solitaire. Tout le monde semble penser que l’accident est lié à une affaire de drogue, mais Evan n’y croit pas une seconde. Aidée par son père journaliste, Harry, elle se met en tête de découvrir ce qui s’est véritablement passé le soir de l’accident.
À mesure qu’Evan creuse dans la vie des trois adolescents morts dans le crash, elle va lever le voile sur des vérités dérangeantes et sur un secret qui menace d’anéantir sa famille… ainsi que l’ensemble de la communauté.
À la fois fascinant et cru, déchirant et plein d’espoir, le nouveau Cat Clarke vous hantera longtemps après que vous l’avez refermé…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221193464
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 1 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bellapatra Posté le 14 Décembre 2019
    Comme la plupart des romans de Clarke, il s’agit d’un récit de suspense, sombre, transgresseur qui surprend par la vitesse et changement des situations. J’apprécie particulièrement la manière de décrire le ressenti des personnages au-delà de ce qu’eux peuvent dire. Dernier chapitre [masquer] avec un happy end inattendu mais tellement sucré de perfection, [/masquer] qui m’a fait me sentir très déçue de cet ouvrage.
  • Roman_eBVB Posté le 2 Décembre 2019
    We Are Young, roman de Cat Clarke paru le 17 janvier de cette année 2019, prend place au cours de la soirée qui succède au mariage de la mère d’Evan Page avec le présentateur de la radio locale, "Breakfast" Tim. Le nouveau demi-frère d’Evan, Lewis, est retrouvé inconscient et grièvement blessé, seul survivant d’un terrible accident de voiture. Tout le monde pense que l’accident est lié à l’addiction à la drogue de Lewis, mais la jeune fille n’en est pas convaincue. Avec l’aide de son père journaliste, elle décide de découvrir ce qui est vraiment arrivé cette nuit-là... Pour avoir déjà lu le roman Revanche de cette même auteure, je connaissais déjà son modus operandi et sa façon de traiter les sujets qu’elle choisit de défendre. Une chose est certaine, son écriture est tranchante et sans concession, déliée du soin de l’image et du grandiose pour se mettre au service d’une réalité plus nette et acérée, moins jolie qu’on ne veut bien nous la dépeindre dans certains romans traitant de l’adolescence. C’est une chose très appréciable dans les personnages que nous dépeint Cat Clarke que cette manière de les livrer avec leurs défauts et leurs erreurs, sans tenter de maquiller tout... We Are Young, roman de Cat Clarke paru le 17 janvier de cette année 2019, prend place au cours de la soirée qui succède au mariage de la mère d’Evan Page avec le présentateur de la radio locale, "Breakfast" Tim. Le nouveau demi-frère d’Evan, Lewis, est retrouvé inconscient et grièvement blessé, seul survivant d’un terrible accident de voiture. Tout le monde pense que l’accident est lié à l’addiction à la drogue de Lewis, mais la jeune fille n’en est pas convaincue. Avec l’aide de son père journaliste, elle décide de découvrir ce qui est vraiment arrivé cette nuit-là... Pour avoir déjà lu le roman Revanche de cette même auteure, je connaissais déjà son modus operandi et sa façon de traiter les sujets qu’elle choisit de défendre. Une chose est certaine, son écriture est tranchante et sans concession, déliée du soin de l’image et du grandiose pour se mettre au service d’une réalité plus nette et acérée, moins jolie qu’on ne veut bien nous la dépeindre dans certains romans traitant de l’adolescence. C’est une chose très appréciable dans les personnages que nous dépeint Cat Clarke que cette manière de les livrer avec leurs défauts et leurs erreurs, sans tenter de maquiller tout ça avec des artifices pour les rendre plus lisses. Toutefois, si j’avais à souligner ce qui me déplaît un peu dans tout ça, c’est la manière dont ils paraissent tous brisés au-delà du réparable, dans des circonstances qui ne s’y prêtent pas toujours 😬 Si l’adolescence est une grande période de remise en question, mais aussi une phase critique pour la santé mentale dans sa définition la plus inclusive, j’ai trouvé un peu dommage d’appliquer ce désespoir comme un vernis sur à peu près tout ce qui entourait les personnages de cette histoire. La vie est certes loin d’être un conte de fées – plusieurs des thématiques abordées dans ce roman me touchent et me parlent, et je suis heureuse qu’elles soient traitées avec une telle franchise – mais j’ai eu un goût de trop, dans tout ça, à divers moments. En dépit de ça, et j’espère là encore ne pas me montrer insensible, les « twists » qui ponctuent le récit ne m’ont pas fait la forte impression qu’induisait le fil conducteur de l’intrigue. Hormis le changement d’attitude de Tim qui révèle sa vraie nature de manière subtile et assez surprenante, les autres révélations m’ont semblé de plus en plus évidentes dans une investigation qui traîne en longueur. L’histoire se monte tellement en épingle, avec la tension qui s’installe et la promesse que plus l’on creuse, plus les secrets déterrés seront sombres, que j’étais convaincue que quelque chose de vraiment énorme se préparait, quelque chose d’extrêmement bien ficelé qui lierait tout ça de manière plus percutante. Car c’est bien le problème, tout m’a paru… délié. Et cela a considérablement réduit l’impact de la chute 😥 Qu’on s’entende bien, je ne me minimise pas la profondeur et la difficulté qui se dégagent des secrets en question, ils ont toute leur importance mais je crains qu’ils ne se suffisent pas à eux-mêmes. En effet, au vu des thématiques, j’en attendais une analyse psychologique bien plus poussée et l’accent mis sur les sentiments et émotions des personnages, mais le tout est plutôt resté en surface, finalement 🤷#8205;#9792;️ Peut-être tout cela a-t-il été mal introduit, à trop vouloir nous persuader de l’extraordinaire de la chute finale. Car on nous fait également la promesse de creuser, mais j’ai bien peur que les trous ne soient pas assez profonds, et nous sommes loin d'avoir atteint le monde à l’envers et ses secrets (les fans de Stranger Things comprendront 😉). Entre les longueurs du récit et cette petite déception concernant les marqueurs centraux, mon expérience de lecture s’en est donc retrouvée mitigée. Néanmoins, je salue l’auteure pour s’être attaquée sans crainte aux sujets abordés – et que je ne peux pas dévoiler pour ne rien spoiler – car ce n’est clairement pas l’aspect le plus évident de l’adolescence à traiter, et Cat Clarke le fait pourtant sans fioriture et sans chercher à préserver les apparences. Cela reste un livre très intéressant à découvrir, et qui se donne la mission d’ouvrir les yeux sur une réalité pas encore assez ancrée dans le regard d’ensemble porté sur cette génération. ----- 💪📻 ----- Le petit mot de la fin 🖋 Ce retour sur le roman « We Are Young » n’est que le fruit d’une appréciation générale de la lectrice perdue au milieu d’une foule de tant d’autres que je suis. Les remarques, positives comme négatives, qui y sont établies ne sont que le reflet de mon avis personnel sur la question et ne sauraient s’autoproclamer références en la matière #9757; N’hésitez donc jamais à ouvrir vous-mêmes ce livre pour vous en faire votre propre avis et si je ne pouvais vous donner qu’un conseil, terminez-le quoi qu’il en soit, afin d’avoir toutes les cartes en mains pour vous prononcer sur la qualité de celui-ci dans son intégralité 😉 N’oublions jamais qu’un roman dont la lecture ne nous prend que quelques heures représente en réalité des mois de travail acharné de la part de l’auteur, qui a mis une importante part de lui dedans et qui a pris le risque d’exposer son bébé au reste du monde 💚
    Lire la suite
    En lire moins
  • penepuce Posté le 13 Novembre 2019
    4 ème roman de la collection colorée de Cat Clarke. Un accident de voiture, 4 jeunes qui ne sont pas amis dans le même véhicule. Une enquête menée par l'héroïne qui cherche des réponses.
  • corali Posté le 17 Octobre 2019
    J’ai découvert Clat Clarke il y a quelques temps avec le poignant Revenche (qui m’avait d’ailleurs fait froid dans le dos, entendons-nous !). Avec We are young, on retrouve le style précis, incisif et percutant, un peu journalistique, de l’auteur britannique. Cette dernière parle avec réalisme et profondeur des problématiques adolescentes, décrivant sans concession les travers d’une génération en mal de tout, délaissée et souvent incomprise, que l’on prend à tort pour des adultes quand ils ne sont encore que des enfants. La cruauté est aussi l’un de ses sujets de prédilection. Dans We are young, Cat Clarke s’intéresse aux souffrances des adolescents et aux conséquences tragiques qu’elles peuvent avoir, surtout lorsque les parents ne jouent pas leur rôle. We are young épouse le point de vue d’Evan, jeune ado d’environ dix-sept ans en froid avec son père Harry, ancien alcoolique, mais très proche de sa mère qui s’apprête à se remarier. Le soir du mariage, la nouvelle famille apprend que leur demi-frère Lewis est l’unique rescapé d’un tragique accident de voiture. Et là tout s’enchaîne. Lewis le marginal, Lewis le drogué, tout est de sa faute. Incapable de rester inactive face à cette injustice Evan décide de fouiller pour comprendre et... J’ai découvert Clat Clarke il y a quelques temps avec le poignant Revenche (qui m’avait d’ailleurs fait froid dans le dos, entendons-nous !). Avec We are young, on retrouve le style précis, incisif et percutant, un peu journalistique, de l’auteur britannique. Cette dernière parle avec réalisme et profondeur des problématiques adolescentes, décrivant sans concession les travers d’une génération en mal de tout, délaissée et souvent incomprise, que l’on prend à tort pour des adultes quand ils ne sont encore que des enfants. La cruauté est aussi l’un de ses sujets de prédilection. Dans We are young, Cat Clarke s’intéresse aux souffrances des adolescents et aux conséquences tragiques qu’elles peuvent avoir, surtout lorsque les parents ne jouent pas leur rôle. We are young épouse le point de vue d’Evan, jeune ado d’environ dix-sept ans en froid avec son père Harry, ancien alcoolique, mais très proche de sa mère qui s’apprête à se remarier. Le soir du mariage, la nouvelle famille apprend que leur demi-frère Lewis est l’unique rescapé d’un tragique accident de voiture. Et là tout s’enchaîne. Lewis le marginal, Lewis le drogué, tout est de sa faute. Incapable de rester inactive face à cette injustice Evan décide de fouiller pour comprendre et faire la lumière sur ce qu’il s’est passé… Le sujet pourrait paraître un peu fade dit comme cela, mais c’est bien plus complexe. Le texte brosse un portrait de la jeunesse, entre drogue et alcool, consommés comme défouloir, comme échappatoire à un monde pour eux incompréhensible, dans lequel de nombreux adolescents se sentent sans défenses. Il parle aussi de se trouver soi-même et de pardon. La plume de Cat Clarke, fluide et facile à lire, est quand même travaillée. On est loin de l’écriture simpliste entre argo et vulgarité de certains textes destinés aux jeunes adultes. Au contraire, c’est une écriture soignée, chaque mot est à sa place, précis. L’auteur ne laisse pas la place à l’interprétation, elle décrit, précisément. De plus, elle parvient à créer une galerie de personnages réalistes et profondément humains et ressemblants. Aucun n’est parfait, même Evan l’héroïne. Ils font des erreurs et se trompent, ils sont parfois dans le faux. On peut s’identifier en chacun et retrouver une partie de notre vie à chaque page tournée. Le personnage de Billy, dans son innocence et sa maturité d’enfant, est particulièrement touchant. De même, les relations qu’Evan entretient avec son père Harry sont intéressantes. Petite déception néanmoins : le manque de sentiments. L’auteur épouse le point de vue d’Evan, qui semble plutôt anesthésiée question sentiments. Ainsi, le texte est assez froid et manque parfois d’émotions. Dans un livre qui relate des faits aussi tragiques, on serait en droit d’attendre un peu plus de sentiments. Moi qui avait été transporté par ses précédents romans, je suis restée un peu sur ma faim.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Guizotte Posté le 28 Septembre 2019
    Une bonne lecture. J'ai bien aimé le personnage d'Evan, je suis tout de suite entrée dans son histoire. Cela commence le jour du remariage de sa mère. La fête (déjà bien mouvementée) est interrompue par l'annonce d'un tragique accident de voiture. Evan va alors se poser des questions face à des faits qui ne collent pas tout à fait, et cherche à mener l'enquête, dans une situation de chaos où aucun personnage n'est tout blanc, tout noir. C'est ce que j'ai aimé, même l'héroïne est pleine de défauts et n'agit pas toujours forcément bien. J'ai trouvé quelques longueurs avant d'arriver au fond de l'histoire, mais celui-ci est très touchant et fait réfléchir.
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)