Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221241172
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 1 x 215 mm
White - édition française
Pierre Guglielmina (traduit par)
Collection : Pavillons
Date de parution : 02/05/2019
Éditeurs :
Robert Laffont
En savoir plus

White - édition française

Pierre Guglielmina (traduit par)
Collection : Pavillons
Date de parution : 02/05/2019

Que raconte White, première expérience de « non-fiction » pour Bret Easton Ellis ? Tout et rien. « Tout dire sur rien et ne rien dire surtout » pourrait être...

Que raconte White, première expérience de « non-fiction » pour Bret Easton Ellis ? Tout et rien. « Tout dire sur rien et ne rien dire surtout » pourrait être la formule impossible, à la Warhol, susceptible de condenser ce livre, d’en exprimer les contradictions, d’en camoufler les intentions. White...

Que raconte White, première expérience de « non-fiction » pour Bret Easton Ellis ? Tout et rien. « Tout dire sur rien et ne rien dire surtout » pourrait être la formule impossible, à la Warhol, susceptible de condenser ce livre, d’en exprimer les contradictions, d’en camoufler les intentions. White est aussi ironique que Moins que zéro, aussi glaçant qu’American Psycho, aussi menaçant que Glamorama, aussi labyrinthique que Lunar Park, aussi implacable que Suite(s) impériale(s). Loin des clichés toujours mieux partagés, plus masqué que jamais, Bret Easton Ellis poursuit son analyse décapante des États-Unis d’Amérique, d’une façon, comme il le dit lui-même, « ludique et provocatrice, réelle et fausse, facile à lire et difficile à déchiffrer, et, chose tout à fait importante, à ne pas prendre trop au sérieux ».
Que raconte White en ayant l’air à la fois de toucher à tout et de ne rien dire ? Peut-être que le fil à suivre est celui du curieux destin d’American Psycho, roman d’horreur en 1991 métamorphosé en comédie musicale à Broadway vingt-cinq ans plus tard. Ellis a dit autrefois : « Patrick Bateman, c’est moi. » Il ne le dit plus. Et si Patrick Bateman était devenu président ?
P.G.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221241172
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 1 x 215 mm
Robert Laffont
En savoir plus

Ils en parlent

« Dans ce recueil d'essais, l'écrivain chéri des années 1990, devenu scénariste sans grande réussite, et réalisateur à ses heures, se retourne sur son enfance californienne, son succès précoce, la genèse douloureuse d’American Psycho, mais offre surtout un commentaire au vitriol d'un temps présent rongé par le politiquement correct. Les habitués de son excellent podcast ou de ses tweets acides y retrouveront son ton poil à gratter, son petit copain millénial emblématique de la « génération dégonflée » et son irritation souvent drôle contre la bien-pensance de la gauche américaine. Sans concession, parfois de mauvaise foi, souvent extrêmement convaincant, Bret Easton Ellis a un avis sur tout, fulmine, s'emporte et plaide pour une critique culturelle débarrassée d'idéologie. »
CLÉMENTINE GOLDSZAL / ELLE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BlackRadis 02/07/2022
    Bret est un peu le Finkelkraut allemand. Même s'il est homo et pas juif. Il se fait traiter de réac tout pareil quand il ose ne pas tout trouver formidable dans l'époque dans laquelle on vit... Il avançait plus masqué avec ses romans que Finkie avec ses essais. Mais tout deux fustigent notre époque. Dans cet essai,Bret commence par raconter son enfance et son goût pour les films gores...
  • Erbe 20/06/2022
    Avec White, Bret Eston Ellis nous parle de lui, de l'art et de sa vision de la société. Il ne verse pas dans le "politiquement correct" mais n'en est pas moins lucide sur les positionnements des uns et des autres. Il reconnait les arguments de tous, les conteste ou les approuve avec une certaine vigueur mais ne s'érige pas en censeur. Il nous parle aussi beaucoup de cinéma et un peu de la vie d'un quinqua pas forcément béat d'admiration pour sa vie.
  • celinezug 14/06/2022
    Un essai pour le moins à contre-courant, l'auteur subversif d'Américan Psycho fustige la société de la victimisation dans laquelle nous nous enfonçons. Sous une forme autobiographique de sa jeunesse ou tout le monde pouvait exprimer son opinion sans être exclu d'un groupe dissident, il livre un portrait d'une amérique qui se consume de l'intérieur à grand coup de moral et d'absence de contradictions. On peut aisément y voir notre propre société et être parfois choqués par son peu d'engagement autre que de défendre le droit de penser politiquement incorrect et de pouvoir le dire sans gêne. C'est assurément peu dans la mouvance mais il y a de bonnes choses dans cet essai ou cinéma et musique sont en filigrane comme souvent chez Bret.
  • SabiSab28 14/01/2022
    Je n'ai jamais lu cet auteur et ne connaissait l'homme. Cet auto-essai comme on pourrait l'appeler me fait découvrir cet homme anti-conformiste, irrévérencieux par moment, totalement anti politiquement correct. J'ai beaucoup souris lorsqu'il met les pieds dans le plat et dénonce ce fameux politiquement correct, que ce soit sur les mœurs très conservatrices de l'Amérique, sur le diktat de communauté gay à laquelle il faut se conformer pour ne pas être personne non -grata. Bret Easton Ellis n'épargne personne, son livre est surement un exutoire, j'ai pu lire qu'il n'avait rien écrit depuis des années avant ce livre. La plume très sarcastique, j'aime beaucoup !
  • Thomas_Harnois 30/06/2021
    « White » est un essai plaisant dans lequel Ellis explore avec succès un autre genre que le roman. Même si la plupart des acteurs ou personnalités hollywoodiennes qu'il cite me sont parfaitement inconnues, ses réflexions sur l'hystérisation d'un monde gouverné par la volatilité, le communautarisme et la victimisation à outrance sont à mon sens pertinentes. Pour avoir expérimenté le retour de bâton de ses positions personnelles décalées sur la politique, les femmes, les homos ou les Noirs, Ellis estime que notre société prend le chemin d'une forme de dictature de la pensée unique qui sous des dehors de tolérance et d'égalitarisme, bride et uniformise les esprits. Ce qui le pousse parfois à envisager de transposer un jour son héros Patrick Bateman, symbole dans « American psycho » du dérèglement de l'Amérique « yuppie » des années 80 dans le monde d'aujourd'hui encore plus rapide, dur et inégalitaire. Glaçant !
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    16 livres qui racontent l'Amérique

    Si on vous dit Amérique, vous pensez grands espaces, road trip, mais aussi peut-être cinéma et New York City. Pays aussi fascinant que déroutant et dont la démesure ne cesse d'étonner, les États-Unis ont produit et produisent encore des écrivains de génie. Focus sur 16 livres - du roman à l'essai - qui chacun à leur manière racontent l'Amérique et ses habitants.

    Lire l'article