Lisez! icon: Search engine
Par 10/18, publié le 22/01/2024

Nature writing : « Into the wild » et 7 livres incontournables

Si vous aimez le nature writing, les éditions 10/18 vous conseillent 8 livres à lire absolument, mélangeant classiques et nouvelles plumes, romans de fiction émouvants et récits de vie incroyables.

Si vous avez déjà lu Into the wild de Jon Krakauer, vous connaissez certainement le concept de nature writing, qui signifie littéralement « écrire sur la nature ». Dans ce genre littéraire très particulier, la nature, sauvage, est au centre de tout. Souvent protectrice et nourricière, cette dernière peut également se révéler dangereuse si on n’y prend pas garde. Pour apprendre à l’apprivoiser et se reconnecter à elle, un chemin parfois long et sinueux est nécessaire.

Voici une sélection de 8 livres de nature writing, à commencer par le plus connu d'entre eux...

Nature writing entre hostilité et émerveillement

  • Into the wild, le livre emblématique du nature writing

Into the wild, c’est un film, une phrase en anglais, et surtout un livre iconique paru il y a presque 30 ans. Quand on parle de nature writing, on pense automatiquement à cette histoire vraie.

C’est celle du jeune Christopher, la vingtaine, qui rêve de liberté. Il décide de vivre seul, en parfaite harmonie au milieu des forêts d’Alaska. Jusqu’au jour où il rencontre son destin.

Vous ne l’avez pas encore lu ? On ne vous dévoile pas la fin qui a bouleversé toute une génération de lecteurs.

Into the Wild

Toujours plus loin. Toujours plus seul. Inspiré par ses lectures de Tolstoï et de Thoreau, Christopher McCandless a tout sacrifié à son idéal de pureté et de nature. Après deux années d’errance sur les routes du Sud et de l’Ouest américain, il rencontre son destin (à vingt-quatre ans) au cœur des forêts de l’Alaska. Un parcours telle une étoile filante dans la nuit froide du Grand Nord.


« C'est un voyage à travers une Amérique très petite et très grande, à travers des paysages aussi beaux que les avait rêvés un jeune homme qui prit juste le temps de les atteindre. C'est un voyage absurde et exaltant, qui commence par un geste de folle liberté et s'achève par une mort de haute solitude. Bref, c'est une histoire. Et elle a le mérite et la tristesse d'être vraie. »
Danièle Heymann, Marianne

Traduit de l’anglais (Etats-Unis)
Par Christian Molinier

 

  • Celui qui a vu la forêt grandir, pour se cacher dans la forêt nordique

Ce premier roman de la suédoise Lina Nordquist a reçu en 2022 le prix du meilleur livre paru en Suède. Et pour cause…

En 1897, c’est Unni qui parle. Unni fuit la Norvège, son bébé sous le bras, son compagnon avec elle. Tous les trois trouvent refuge dans une cabane isolée, au milieu d’une forêt suédoise.

En 1973, c’est une autre femme qui parle : Kara. Elle vit dans la même cabane, dans la même forêt.

Ces deux histoires sombres et puissantes se mêlent, avec une nature toujours omniprésente, accueillante et parfois meurtrière.

Celui qui a vu la forêt grandir
1897, un jeune couple est en fuite à travers les montagnes et les forêts norvégiennes. Unni, la femme, est recherchée pour avoir participé à des avortements. Ils emmènent le fils d’Unni, Roar et une boîte contenant les herbes médicinales de la jeune femme. Armod, Unni et Roar franchissent in extremis la frontière avec la Suède, avant de s’installer dans une petite cabane au beau milieu d’une forêt sombre du Hälsingland. Au rythme des saisons, dans une nature aussi impitoyable que généreuse, la famille fera l’expérience de l’isolement, de la faim, mais aussi de l’émerveillement et du renouveau.
 
1973, deux veuves se font face à la table construite 70 ans plus tôt par Armod. Bricken, la plus âgée, est en train de préparer les funérailles de son mari, Roar, avec sa belle-fille Kara. Bricken ignore les sentiments mêlés et douloureux, voire interdits, que sa belle-fille éprouvait à l’égard de Roar. Elle aussi cache de nombreux secrets, et entre les deux femmes se joue un duel de silence que ni l’une ni l’autre ne semble prête à rompre.

 

  • Je suis une île, un témoignage poignant en milieu insulaire

Tamsin Calidas, l’auteure ce récit, vit seule avec ses animaux dans une petite île au bord de l’Ecosse. Arrivée de Londres des dizaines d’années plus tôt, le chemin parcouru n’a pas été facile. La nature et les habitants n’ont pas toujours été accueillants.

C’est ce parcours qu’elle vous raconte dans ce nature writing bouleversant. Une vie à toute épreuve, qui finit par trouver l’apaisement au milieu de la mer et des éléments naturels.

Je suis une île
Cette nouvelle vie s’annonçait idyllique, pleine de sens, harmonieuse. Lorsque Tamsin Calidas quitte Londres avec son mari pour emménager sur une île des Hébrides, elle imagine une petite ferme redevenue prospère, une famille à fonder, des amis. La réalité portera son lot de désillusions tandis que l’argent vient à manquer et que le couple se brise. Au cœur de cet archipel d’Écosse, la nature peut se faire hostile, et il n’est pas aisé, pour une femme seule, d’y trouver sa place. Mais l’île et la mer qui l’entoure savent aussi révéler leurs trésors à ceux qui les méritent.
 
Je suis une île est la quête d’un endroit où être pleinement soi, l’histoire d’un incroyable voyage. Celui d’une femme qui découvrira sur cette terre sauvage, aux côtés des animaux qui la peuplent et dans la mer, la source d’une nouvelle vie. Profondément poétique et émouvant, ce récit nous parle de la formidable capacité de la nature à apaiser nos troubles et nos incertitudes.

« Tamsin Calidas montre, avec précision et sensibilité, la transformation progressive de cette femme, sa lutte avec et contre l’environnement jusqu’à un "espace au-delà de ses peurs", sorte d’eden caché au cœur de son île intérieure. » Le Monde

 

Le nature writing, c’est aussi les grands espaces

  • Dalva, le nature writing salué par François Busnel

Le critique littéraire François Busnel a co-réalisé un documentaire sur Jim Harrison, « Seule la terre est éternelle ». Il rend ainsi hommage à l’immense œuvre de l’auteur américain.

Jim Harrison, c’est l’écrivain des grands espaces, des plaines américaines et des Indiens. Il est connu pour raconter le point de vue des vaincus.

Dans son chef-d’œuvre Dalva, une jeune femme découvre l’histoire tourmentée de sa famille, liée aux Sioux. Vous allez pleurer. Mais vous allez également ressentir une profonde humanité.

Dalva

Pour reprendre le contrôle de sa vie, Dalva s’installe dans le ranch familial du Nebraska et se souvient : l’amour de Duane, les deuils, l’arrachement à ce fils nouveau-né qu’elle cherche obstinément. Meurtrie mais debout, elle découvre l’histoire de sa famille liée à celle du peuple sioux et d’une Amérique violente. Chef-d’œuvre humaniste, Dalva est un hymne à la vie.

«Le roman des grands espaces : la preuve, par la littérature, que l’on est ce que l’on fait. Une invitation à la sculpture de soi.»
François Busnel, L’Express

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Brice Matthieussent

Retrouvez tous les livres de Jim Harrison.

 

Nature writing en randonnée

  • Le chemin de sel, un récit d’amour et de résilience en pleine nature

Attention, ce récit a conquis 1 million de lecteurs ! Imaginez : vous perdez votre maison du jour au lendemain. Et vous apprenez en même temps que votre compagnon est atteint d’une maladie incurable. Il lui reste quelques mois à vivre. Que faites-vous ?

C’est exactement ce qui arrive à Ray (Raynor Winn) dans Le chemin de sel. Pour ne pas devenir SDF, pour ne pas attendre la fin, Ray et son compagnon Moth décident de marcher. Ils décident de parcourir les 1 013 kilomètres du célèbre sentier du Sud-Ouest de l’Angleterre. Ils ne sont plus tous jeunes, mais ils y vont. Avec un minimum d’affaires dans leur sac et un maximum d’espoir.

Le plus fou dans cette histoire, c’est qu’elle est vraie.

Le chemin de sel
– On pourrait simplement marcher.
C’était une idée ridicule, mais j’avais décidé de la proposer quand même.
– Marcher ?
– Oui. Simplement marcher.
 
Raynor et son mari Moth sont cachés sous l’escalier. Des huissiers tambourinent à la porte : ils doivent immédiatement quitter leur maison. La maison qu’ils ont construite pierre après pierre, où ils ont élevé leurs enfants et qui est leur unique source de revenus, va être saisie.
 
Dans la même semaine, Moth, qui a tout juste cinquante ans, apprend qu’il est atteint d’une maladie incurable.
 
Quand tout semble perdu, faut-il rendre les armes ? Raynor en a décidé autrement. Ils n’ont plus d’argent, plus de maison ? Eh bien, ils marcheront.
 
Sacs bon marché et tente d’occasion sur le dos, 115 livres  en poche, voilà le couple de Gallois prêt à parcourir les 1 013 km du célèbre sentier côtier du Sud-Ouest de l’Angleterre, leSouth West Coast Path. Du Somerset au Dorset, en passant par le Devon et les Cornouailles, Raynor et Moth découvrent le camping sauvage, les longues journées de randonnée, le corps qui fait mal, la faim, le regard des autres. Mais, aussi et surtout, ils apprennent à s’imprégner de la nature, à vivre au gré des marées et du soleil, à marcher vers l’espoir. Et si le chemin de sel était devenu leur nouvelle maison ?
 
Le Chemin de sel est un récit de guérison et de renaissance qui nous entraîne dans un extraordinaire voyage à travers de sublimes paysages.

 

  • Wild, survivre dans la nature pour mieux avancer

Dans Wild, c’est 1 700 kilomètres que vous allez parcourir. Comme dans Le chemin de sel, il s’agit de marcher dans la nature pour survivre. Mais cette fois, on se retrouve dans l’Ouest américain, sur le chemin des Crètes du Pacifique. Un nom qui fait rêver, non ?

Si Ray et Moth sont deux, Cheryl, elle, est seule. Elle fuit le décès de sa mère adorée. Un divorce douloureux. Un passé de junkie.

Dans la beauté somptueuse des paysages américains, la jeune femme renoue avec elle-même. Et découvre des forces qu’elle n’avait jamais soupçonné.

Une fois encore, dans ce récit, tout est vrai.

Wild
Lorsque sur un coup de tête, Cheryl Strayed enfile son sac à dos, elle n'a aucune idée de ce qui l'attend. Tout ce qu'elle sait, c'est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue, un divorce douloureux et un lourd passé de junky, Cheryl vacille. Pour tenir debout et affronter les fantômes de son passé, la jeune Cheryl n’a aucune réponse, mais un point de fuite : tout quitter pour une randonnée sur le « Chemin des crêtes du Pacifique ». Lancée au cœur d’une nature immense et sauvage, seule sous un sac à dos trop lourd, elle doit avancer pour survivre, sur 1700 kilomètres d’épuisement et d’effort, et réussir à atteindre le bout d’elle-même. Une histoire poignante et humaine, où la marche se fait rédemption.
 
« Dix-sept ans plus tard, devenue une journaliste célèbre, Cheryl Strayed révèle enfin dans un livre revigorant son expérience, cette part d’ombre. Et de lumière. »
Marie-Claire
 
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Guitton
 

 

  • Voyages avec un âne dans les Cévennes, pour une balade des plus agréables

Vous connaissez forcément Robert Louis Stevenson, l’auteur de L’étrange cas du docteur Jekyll et M.Hyde et de L’île au trésor. Mais avant d’écrire ces romans fantastiques, Robert Louis Stevenson était connu pour ses carnets de voyage.

Voyages avec un âne dans les Cévennes est un de ses récits les plus iconiques. Vous vous promènerez avec délice sur les chemins de bergers, au rythme des mots vivaces et poétiques de l’auteur du XIXe siècle. Vous en apprendrez également beaucoup sur les Français et leur pays…du point de vue d’un écossais !

Comme Robert Louis Stevenson le disait lui-même : « Je ne voyage pas pour aller quelque part, mais pour voyager ; je voyage pour le plaisir du voyage. L’important c’est de bouger. »

Voyages avec un âne dans les Cévennes

En septembre 1878, le jeune R. L. Stevenson entreprend de traverser à pieds les Cévennes, seul avec son âne. Pendant douze jours, sur les chemins des bergers, il note les lignes sensuelles et pittoresques de la nature qu’il prend pour refuge. Invitation au voyage, ode à la liberté, ce livre sert d’éclatant prélude à la poésie d’un des plus grands romanciers en devenir.

 

« Voyage avec un âne dans les Cévennes - un des premiers livres, qui ait fait découvrir M. Stevenson aux amoureux du style - abonde en charmantes illustrations de sa tendance à voir le monde comme une bohème non pas vraiment raffinée, mais glorifiée et pacifiée. » Henry James

 

Le nature writing comme cri d’alerte

  • L’Arbre-monde, une éco-fiction au milieu des arbres

Richard Powers a reçu le prix Pulitzer de la fiction en 2019 pour L’Arbre-monde. Son projet d’origine était d’écrire un roman dans lequel les héros seraient des arbres.

Finalement, les neuf personnages que vous rencontrerez dans L’Arbre-monde sont bien humains. Mais chacun est lié à une essence différente d’arbre : le châtaignier, le saule, le séquoia… Ainsi, chaque arbre détient une personnalité propre, produisant un nature writing du plus bel éclat.

C’est en réaction au discours anti-écologiste du président Donald Trump en 2018 que Richard Powers a décidé de publier son éco-fiction plus tôt que prévu. Et vous, quel est votre arbre préféré ?

L'arbre-monde
Dans ce nouveau roman, Richard Powers embrasse un sujet aussi vaste que le monde : celui de la nature et de nos liens avec elle. Les destins des protagonistes de ce récit, un psychologue, un étudiant, un concepteur de jeux électroniques, un photographe amateur, une botaniste visionnaire, s’entrelacent autour de ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres. Au fil d’une éco-fiction aux dimensions symphoniques, avec au centre du récit un séquoia menacé de destruction, Richard Powers explore ici le drame écologique et notre lente noyade dans le cyber-world, et nous rappelle que sans la nature notre culture n’est que ruine de l’âme.

Retrouvez tous les livres de Richard Powers.

Bonne balade !

10/18
10/18
Lisez inspiré

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    10/18

    Les livres 10/18 à lire au coin du feu cet hiver

    L'hiver bat son plein, et avec lui les journées plus courtes, le froid, etc...

    Cela nous donne surtout envie de lire un bon livre au coin du feu sous un plaid.

    Pour lutter contre une potentielle déprime hivernale et vous créer une ambiance cocooning depuis chez vous, nous vous proposons une sélection de livres 10/18 aussi doux qu'un chocolat chaud dégusté au coin du feu.

    Lire l'article