En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Victor HUGO

        Biographie de Victor HUGO

        Victor HUGO
        Né le 26 février 1802 à Besançon en France et décédé le 22 mai 1885 à Paris, Victor HUGO est un poète, dramaturge, prosateur, dessinateur et écrivain romantique français. Benjamin d’une famille de trois enfants, il séjourne parfois durant son enfance à Naples et en Espagne, lorsqu’il n’est pas à Paris. En 1813, il s’installe définitivement dans la capitale avec sa mère, séparée de son mari. Puis, en 1815, il entre avec son frère à la pension Cordier. C’est à cette époque qu’il commence à s’intéresser à la poésie. Autodidacte, il apprend rapidement et est encouragé par sa famille ainsi que par un jeune maître d’études de la pension où il se trouve, qui relit et corrige ses écrits. Victor HUGO est ambitieux : il participe en 1817 à un concours de poésie organisé par l’Académie française. Il manque de le gagner mais reçoit une simple mention, l’Académie pensant à un canular en raison de son jeune âge. Ses participations ultérieures se solderont elles aussi par des échecs, mais Victor HUGO remportera de nombreux autres concours renommés entre 1819 et 1820.

        Fort de ses succès, Victor HUGO décide de se dédier entièrement à la littérature plutôt qu’aux mathématiques, pour lesquels il se montre pourtant tout aussi doué. Il fonde avec ses frères la revue Le Conservateur littéraire et publie en 1821 son premier recueil de poèmes : Odes. 1 500 exemplaires sont vendus en quatre mois ; un succès qui lui vaut d’être remarqué par le roi Louis XVIII qui lui offre en conséquence une pension annuelle de mille francs, complétée par une autre de deux milles francs suite à la publication de Han d’Island. Entre 1827 et 1830, Victor HUGO participe aux réunions du Cénacle à la bibliothèque de l’Arsenal, qui nourrissent son romantisme. Sa pièce Cromwell (1827) pose d’ailleurs les bases de son drame romantique tout en s’opposant aux conventions classiques.

        Entre 1826 et 1837, Victor HUGO et sa famille logent souvent au Château des Roches à Bièvres, où ils rencontrent de grands noms de la littérature comme Chateaubriand. Victor HUGO rédige durant cette période plusieurs recueils de poésie ainsi qu’un plaidoyer contre la peine de mort, Le Dernier Jour d’un condamné, et le fameux roman Notre-Dame de Paris ; quelques exceptions, donc, à ses publications de l’époque qui se concentrent sur le théâtre. Il publie ainsi de nombreuses pièces de théâtre entre 1830 et 1843. Certaines sont interdites à leurs débuts, mais la plupart remportent un véritable succès. Cela permet à Victor HUGO d’intégrer l’Académie française le 7 janvier 1841, après avoir longuement bataillé contre les opposants au romantisme qui lui font face. Cette prolifique production théâtrale prend brutalement fin avec la mort tragique de Léopoldine, la fille de Victor HUGO, dans un naufrage, qui laissera l’écrivain abattu.

        Il faudra attendre son exil suite au coup d’État de Napoléon III pour que Victor HUGO renoue avec l’inspiration. Tout d’abord royaliste, l’écrivain se prend peu à peu d’intérêt pour la démocratie. Le 25 février 1848, il est ainsi nommé maire du 8e arrondissement de Paris puis, le 4 juin, député de la IIe République. Dans le cadre de ce poste, il devient commissaire lors des émeutes ouvrières de juin 1848 et se retrouve chargé de mener la répression ; une répression sanglante qu’il désapprouvera par la suite. En août de la même année, il fonde le journal L’Événement mais se heurte à des lois répressives contre la presse qui tiennent de la censure. Déçu par les autorités en place, il soutient un temps la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte, élu président de la République en décembre 1848. Malheureusement, l’homme est renversé par le coup d’État du 2 décembre 1851 fomenté par Napoléon III. Victor HUGO participe à la résistance, mais c’est un échec. Craignant pour sa vie, il s’exile alors à Bruxelles, d’où il condamne le coup d’État de Napoléon III par le biais de différentes œuvres critiques et d’où il écrit des chefs-d’œuvre comme Les Misérables.

        Bien que gracié en 1859, Victor HUGO refuse de retourner en France avant 1870, date de la défaite de l’armée française à Sédan. Accueilli triomphalement à Paris, il participe à la défense de la ville assiégée puis, le 8 février 1871, est élu à l’Assemblée nationale, dont il démissionnera toutefois un mois après. En mars toujours, la Commune éclate. Victor HUGO désapprouve l’événement et se retrouve expulsé de Belgique où il séjournait à ce moment. Après de courts séjours dans d’autres pays, il retourne en France en 1871, où il est battu aux élections. Il s’adonne de nouveau à l’écriture avec le roman Quatrevingt-treize puis se consacre à l’éducation de ses petits-enfants. Le 30 janvier 1876, l’écrivain est élu sénateur. Défendant la propriété littéraire, il milite également pour la création du domaine public.

        En 1878, Victor HUGO fait un malaise. Il se voit forcer de se retirer pour se reposer, marquant alors la fin de son activité d’écriture, bien que des ouvrages continuent à paraître sous son nom ; il s’agit en réalité d’œuvres datant des années 1850-1870. Son état de santé se dégrade petit à petit jusqu’à ce qu’une congestion pulmonaire l’emporte le 22 mai 1885. Même si l’homme souhaitait des funérailles modestes, sa dépouille sera finalement conduite au Panthéon. Ses obsèques rassembleront d’après les dires près de deux millions de personnes, attestant du fait que Victor HUGO est bien l’écrivain le plus populaire de son temps et une figure majeure de la littérature française, ayant notamment participé au renouvellement de la poésie et du théâtre français.

        Cent poèmes de Victor Hugo

        Victor HUGO
        Disponible le 27 Septembre 2018

        Ces Cent poèmes de Victor Hugo, réunis par Albine Novarino-Pothier et Béatrice Mandopoulos, sont illustrés de photos d'aujourd'hui (Michel Maïofiss).  Ils sont l'essence de la poésie et l'essence même de la vie, "la vraie, la seule qui vaille d'être vécue"...

        "Au-delà de nos souvenirs d'enfance: Jeanne était au pain sec dans le cabinet noir... Oh ! combien de marins, combien de capitaines... nous avons ardemment souhaité qu'au fil des pages revive l'homme dont les poèmes sont le miroir des émotions sur toute la gamme des sentiments qu'il vécut : des premiers émois amoureux dans une Espagne vibrante de sensualité aux larmes...

        Découvrir le livre
        Découvrir le livre