Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714479860
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Jolis Jolis Monstres

Collection : Belfond Pointillés
Date de parution : 29/08/2019
"Je m'appelle James et je suis exquise..."
Découvrez le grand roman des drag-queens.
Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter.
Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme.
Les plus jolis monstres du monde.
 

Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle...
Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter.
Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme.
Les plus jolis monstres du monde.
 

Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle des club kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l’humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé.
 
Sur trois décennies, Jolis jolis monstres aborde avec finesse et fantaisie la culture drag, le voguing et la scène ballroom dans un grand théâtre du genre et de l’identité. Au cœur d’une Amérique toujours plus fermée et idéologique, ce roman tendre mais bruyant est une ode à la beauté, à la fête et à la différence. Une prise de parole essentielle.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714479860
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

" Pour son quatrième roman, Julien Dufresne-Lamy déroule avec finesse et fantaisie un demi-siècle de ce mouvement d'émancipation. C'est écrit à la mode " drag " : enjoué et cruel, corrosif et léger, cocktail détonnant de beauté (magie du transformisme) et de laideur (de l'intolérance). Un rappel formidable alors qu'une vague sectaire remonte aux Etats-Unis (et pas que). "
Jacques Lindecker / L'Alsace

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • struffieux Posté le 8 Novembre 2020
    Un roman qui illustre parfaitement une époque et un milieu qui m'était totalement inconnu. Parfois un peu ardu à suivre tant les codes me sont inconnus, mais un beau compte rendu d'une vie que le sida a fait brutalement passé de l'insouciance au cauchemar pour toute cette communauté.
  • nineentreleslignes Posté le 7 Novembre 2020
    Une conversation de bar. James d’âge mur et Victor petite frappe en rédemption. L’un a raccroché son drag, l’autre en rêve…ainsi commence l’amitié qui va lier Lady Prudence/James à Victor… Mia quand il aura parcouru le chemin nécessaire pour franchir la voie que Lady Prudence va lui ouvrir ! New York années 70/80, Lady Prudence nous entraine dans son tourbillon, lorsqu’elle était la plus belle des drags, ses amitiés, ses amours, ses difficultés à vivre pleinement cette vie que la société condamne parce que pas vraiment homme pas complètement femme, monstre. La magie de la nuit, la magie des costumes, des perruques, du maquillage, la transformation, homme le jour, femme la nuit, monstre parmi les monstres. Sur les pas de lady Prudence, on rencontre ceux qui ont fait l’upper east side, Keith Haring, Madonna, Warhol, Basquiat, Ru Paul et les Drag Queens de l’Xtravaganza. La nuit est folle, les spectacles époustouflants, la fête grandiose, les nuits font oublier la misère et les taudis qu’il faut endurer le jour, parce que cette vie coute cher et parce que ça gagne peu une drag queen ! Et avec la musique, la drogue, l’alcool, le sexe, s’invite ce mal que l’on n’attendait pas : le... Une conversation de bar. James d’âge mur et Victor petite frappe en rédemption. L’un a raccroché son drag, l’autre en rêve…ainsi commence l’amitié qui va lier Lady Prudence/James à Victor… Mia quand il aura parcouru le chemin nécessaire pour franchir la voie que Lady Prudence va lui ouvrir ! New York années 70/80, Lady Prudence nous entraine dans son tourbillon, lorsqu’elle était la plus belle des drags, ses amitiés, ses amours, ses difficultés à vivre pleinement cette vie que la société condamne parce que pas vraiment homme pas complètement femme, monstre. La magie de la nuit, la magie des costumes, des perruques, du maquillage, la transformation, homme le jour, femme la nuit, monstre parmi les monstres. Sur les pas de lady Prudence, on rencontre ceux qui ont fait l’upper east side, Keith Haring, Madonna, Warhol, Basquiat, Ru Paul et les Drag Queens de l’Xtravaganza. La nuit est folle, les spectacles époustouflants, la fête grandiose, les nuits font oublier la misère et les taudis qu’il faut endurer le jour, parce que cette vie coute cher et parce que ça gagne peu une drag queen ! Et avec la musique, la drogue, l’alcool, le sexe, s’invite ce mal que l’on n’attendait pas : le Sida, cette maladie, cette sournoise qui va emporter, en peu de temps sans concession au hasard des rencontres et des étreintes. Lady Prudence, survivante mais rongée par ces fantômes, quitte New York pour un ranch du Colorado. Elle redevient James. Mi- témoignage, mi- roman, ce magnifique livre est un éloge à la différence. Un livre généreux qui aborde la liberté, le plaisir et surtout le libre-arbitre. Il y a de l’amour et du désespoir aussi, assumer un corps qui ne nous appartient pas, les regards et la violence des homophobes, des esprits trop étroits et de la société qui donnent si peu de place aux minorités. Souffrance et solitude Je ressors émue et fascinée de cette lecture, j’ai appris tant de choses dans ce voyage au pays des Drags Queens, ces jolis, jolis artistes et quand mes pas me ramèneront Rue des Martyrs, je ne manquerai pas de pousser la porte du Cabaret de Madame Arthur ! Merci JLD pour cette immersion en terre inconnue, pour cette fenêtre sur un monde à deux pas de chez nous ! Un monde qui fait partie du nôtre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Olivia-A Posté le 3 Novembre 2020
    Il est des livres qui ne déçoivent pas, quel que soit le niveau d’attentes qu’on puisse avoir vis-à-vis d’eux. Celui-ci en fait partie. Retraçant l’histoire du mouvement drag queen de son émergence en marge de la société américaine dans les années 1980 à son affichage sur le petit écran dans les années 2000 avec la RuPaul Drag Race, en passant par les années noires de propagation du sida dans les rangs des drag homosexuels, Jolis jolis monstres offre une plongée dans un monde méconnu et fascinant. A travers les récits de James et Victor, c’est tout un état d’esprit qui transparaît, une volonté de vivre en ayant la liberté d’être ce qu’on veut, une soif de communauté et d’appartenance, une envie de transformer une réalité morose en un bal de beauté et de sensualité. Même si j’ai préféré la première partie la richesse historique et le foisonnement du récit de Lady Prudence, la seconde partie m’a appris énormément sur le milieu des drags. Avec le personnage de Victor, Julien Dufresne-Lamy déconstruit les stéréotypes que nous pouvions avoir suite à notre rencontre avec Lady Prudence. Il nous montre qu’être drag est avant tout une manière de s’émanciper, de devenir quelqu’un d’autre et... Il est des livres qui ne déçoivent pas, quel que soit le niveau d’attentes qu’on puisse avoir vis-à-vis d’eux. Celui-ci en fait partie. Retraçant l’histoire du mouvement drag queen de son émergence en marge de la société américaine dans les années 1980 à son affichage sur le petit écran dans les années 2000 avec la RuPaul Drag Race, en passant par les années noires de propagation du sida dans les rangs des drag homosexuels, Jolis jolis monstres offre une plongée dans un monde méconnu et fascinant. A travers les récits de James et Victor, c’est tout un état d’esprit qui transparaît, une volonté de vivre en ayant la liberté d’être ce qu’on veut, une soif de communauté et d’appartenance, une envie de transformer une réalité morose en un bal de beauté et de sensualité. Même si j’ai préféré la première partie la richesse historique et le foisonnement du récit de Lady Prudence, la seconde partie m’a appris énormément sur le milieu des drags. Avec le personnage de Victor, Julien Dufresne-Lamy déconstruit les stéréotypes que nous pouvions avoir suite à notre rencontre avec Lady Prudence. Il nous montre qu’être drag est avant tout une manière de s’émanciper, de devenir quelqu’un d’autre et de réaliser ses rêves, ce n’est pas réservé aux hommes homosexuels et, si certaines drag finissent par devenir des femmes, la majorité valorise sa dualité, cherchant à garder cet alter-ego mystique et puissant qu’ils ont un jour créé pour apporter un peu de paillettes dans leur vie, tout en restant eux-mêmes par ailleurs. A la lecture de ce roman, j’ai été totalement envoûtée par la plume de Julien Dufresne-Lamy, qui m’a fait pleurer, rire et danser parfois, tout en me donnant furieusement envie de continuer mon exploration de ce monde fascinant où la réalité n’a pas de prise. Une lecture indispensable, notamment en cette période, pour garder foi en notre capacité à enchanter notre quotidien, qui que nous soyons.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lesleoneries Posté le 3 Novembre 2020
    «#8201;Nous sommes un secret enfermé dans une boîte qu'il ne faut surtout pas ouvrir#8201;». Une fois cette boîte ouverte, vous voilà embarqué.e dans 3 décennies d’exploration de culture drag-queen et voguing. Outre RuPaul, Madonna, Björk, Keith Haring, Andy Warhol ou David Bowie, vous ferez surtout la connaissance des deux narrateurs (les seuls personnages fictifs de ce roman) : Lady Prudence et Victor. Lady Prudence, “James” de naissance, afro-américain de 60 ans, a été l’une des plus belles figures drag’ de New-York avant de se retirer de la scène. Victor quant à lui ne connaît absolument rien à ce milieu : ancien “bad boy” et membre de gang, il est aujourd’hui marié et père d’une petite fille. Jusqu’au jour où sa vie va, vous vous en doutez, prendre un tournant inattendu... C’est l’histoire de ces chemins respectifs qui vous est racontée, sorte de roman d’apprentissage aux mille et unes couleurs, véritable hymne à la différence et à la tolérance. Notre coeur se serre face à la difficulté d’oser être soi, face aux comptes que l’on peut tenir avec soi-même : vaut-il mieux se mentir et être malheureux.se ou risquer de perdre sa famille ? Des questions qui résonnent tellement aujourd’hui. D’une écriture nerveuse,... «#8201;Nous sommes un secret enfermé dans une boîte qu'il ne faut surtout pas ouvrir#8201;». Une fois cette boîte ouverte, vous voilà embarqué.e dans 3 décennies d’exploration de culture drag-queen et voguing. Outre RuPaul, Madonna, Björk, Keith Haring, Andy Warhol ou David Bowie, vous ferez surtout la connaissance des deux narrateurs (les seuls personnages fictifs de ce roman) : Lady Prudence et Victor. Lady Prudence, “James” de naissance, afro-américain de 60 ans, a été l’une des plus belles figures drag’ de New-York avant de se retirer de la scène. Victor quant à lui ne connaît absolument rien à ce milieu : ancien “bad boy” et membre de gang, il est aujourd’hui marié et père d’une petite fille. Jusqu’au jour où sa vie va, vous vous en doutez, prendre un tournant inattendu... C’est l’histoire de ces chemins respectifs qui vous est racontée, sorte de roman d’apprentissage aux mille et unes couleurs, véritable hymne à la différence et à la tolérance. Notre coeur se serre face à la difficulté d’oser être soi, face aux comptes que l’on peut tenir avec soi-même : vaut-il mieux se mentir et être malheureux.se ou risquer de perdre sa famille ? Des questions qui résonnent tellement aujourd’hui. D’une écriture nerveuse, l’auteur nous parle d’homophobie, de haine, du sida qui s’invite à la fête et effraie tout le monde, mais aussi d’acceptation, de solidarité et d’amour. Une pépite extrêmement bien documentée, accessible à tous.tes et monstrueusement attachante !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesLecturesdHatchi Posté le 21 Octobre 2020
    Je tiens à remercier de tout mon cœur les éditions Harper Collins et Babelio pour cette lecture riche en émotions. Qu’ils sont jolis ces monstres un peu bizarres. Enfin monstres…c’est que certains pensent. James est un de ces monstres à talons et à robe en sequin. James une drag queen. De celles qui vous font tourner la tête. De celles qui vous hypnotisent par leur talent. Il y a James, mais il y a aussi Ru Paul et les autres. Et puis il y a le petit nouveau : Victor. La culture Drag, c’est un mode de vie. C’est ce qui a permis de sauver tout un tas de personnes. La culture Drag, c’est un tout. On suit James dans ses premières années de Drag Queen. Il est complètement paumé. Il ne sait pas ce qu’il veut réellement être, ni qui il est vraiment. Le chemin va être long, mais il va en valoir la chandelle. Il y a ces rencontres, il y a ces instants où le temps s’arrête, il y a ce moment où tout n’est plus que paillettes et joie. James en a vu de toutes les couleurs. Il a appris à chanter, danser, voguer, coudre, se... Je tiens à remercier de tout mon cœur les éditions Harper Collins et Babelio pour cette lecture riche en émotions. Qu’ils sont jolis ces monstres un peu bizarres. Enfin monstres…c’est que certains pensent. James est un de ces monstres à talons et à robe en sequin. James une drag queen. De celles qui vous font tourner la tête. De celles qui vous hypnotisent par leur talent. Il y a James, mais il y a aussi Ru Paul et les autres. Et puis il y a le petit nouveau : Victor. La culture Drag, c’est un mode de vie. C’est ce qui a permis de sauver tout un tas de personnes. La culture Drag, c’est un tout. On suit James dans ses premières années de Drag Queen. Il est complètement paumé. Il ne sait pas ce qu’il veut réellement être, ni qui il est vraiment. Le chemin va être long, mais il va en valoir la chandelle. Il y a ces rencontres, il y a ces instants où le temps s’arrête, il y a ce moment où tout n’est plus que paillettes et joie. James en a vu de toutes les couleurs. Il a appris à chanter, danser, voguer, coudre, se maquiller. Etre Drag, c’est être multi-tâche. Etre Drag, c’est se sentir vivant. Etre Drag, c’est être unique. « Nous sommes un pays fou dans la doublure du monde. Bric-à-brac de bric et broc, clandestins, cachés dans les replis des consciences. Nous devons montrer nos nuances, nos ratures, nos erreurs de la nature. Nous sommes une chose et une autre, tout et son contraire, nous sommes la perfection et ses défauts. » Et puis, les années passent et il y a ce petit nouveau : Victor. Victor est un gars complètement paumé dans la vie. Il ne sait plus qui il est. Il a vécu des choses. Pas jolies, pas encourageantes, pas enivrantes. Et il y a ce moment de prise de conscience. Pour survivre, Victor doit partir et changer du tout au tout. Alors Victor découvre le monde des Drag. Il devient le petit protéger de James. Ensemble, ils vont en vivre des aventures. Ils vont rires, pleurer, s’enivrer de cette ambiance si spéciale qu’est le monde des Drag. C’est le début d’une grande histoire pour Victor et le début d’une grande victoire pour James. Jolis Jolis Monstres est un roman que je n’ai pas pu lâcher du début à la fin. Le genre de roman qui m’a fait pleurer, rire, mourir. Un roman qui m’a donné envie d’encore plus croire en mes rêves. James, a sa façon à lui de montrer que la vie vaut la peine d’être vécue. En rencontrant Victor, il a cette seconde jeunesse qui revient au galop. Les deux personnages ont une histoire bien à eux et c’est c qui m’a fait aimer l’histoire de tout mon cœur. Jolis Jolis Monstres est un roman poignant, prenant et enivrant à mettre entre toutes les mains.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !