Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221140826
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La Conjuration des imbéciles

Jean-Pierre CARASSO (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 23/05/2019

Par ce seul livre posthume, John Kennedy Toole gagna une place à part, et une des premières, dans la littérature américaine contemporaine : il reçut le prix Pulitzer en 1981 pour ce roman tumultueux - gargantuesque tragicomédie située dans l'ambiance grouillante des bas quartiers de La Nouvelle-Orléans.
Lors de sa publication...

Par ce seul livre posthume, John Kennedy Toole gagna une place à part, et une des premières, dans la littérature américaine contemporaine : il reçut le prix Pulitzer en 1981 pour ce roman tumultueux - gargantuesque tragicomédie située dans l'ambiance grouillante des bas quartiers de La Nouvelle-Orléans.
Lors de sa publication en France, la même année, l'accueil fut tout aussi enthousiaste, et ce roman-phénomène fit écrire à Jean Clémentin, dans Le Canard enchaîné, les lignes suivantes, toujours d'actualité :
« Un ouvrage de génie comme il n'en paraît pas beaucoup par siècle... Il faudrait des colonnes entières pour détailler les cruautés, les trouvailles, la verve épicolyrique, la puissance de cet ouvrage.
Cette audace, son auteur l'a payée au prix fort : déprimé de ne pas trouver d'éditeur, il s'est suicidé en 1969, à trente et un ans. Onze ans après, sa mère, remuant ciel et terre, réussit à trouver une minuscule maison d'édition, en Louisiane... Alors seulement les " grands " éditeurs et l'establishment intellectuel américain le découvrirent et s'en emparèrent, lui donnant, pour faire bonne mesure, le plus grand prix littéraire des États-Unis et ajoutant ainsi, par leur aveuglement premier et leur emballement final, un chapitre très significatif, une démonstration en quelque sorte, à La Conjuration des imbéciles. »

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221140826
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • oliviersavignat Posté le 7 Mai 2020
    Voilà, on a tourné la dernière page d'un grand livre et fatalement, un sentiment de vide, de perte se fait. Comme si l'acte de lecture maintenait un cordon ombilical entre le livre et nous, et que, en le terminant, on coupait ce lien en s'apprêtant à vivre un petit deuil. Alors c'est l'heure de dire au revoir à Ignatius, à son anneau pylorique capricieux, à ses imprécations paranoïdes à l'encontre de la terre entière (et surtout de sa mère!), à ses projets dignes du roi des sociopathes et surtout à son langage anachronique, ampoulé et réactionnaire qui nous fait hurler de rire et aussi bien souvent nous inquiète. Sur le rapport mère-fils et individu inadapté-société, on a guère fait mieux.
  • CARLHAL9000 Posté le 8 Mars 2020
    Déjanté, subversif, jouissif, inclassable.
  • veryclint Posté le 7 Mars 2020
    Un extraterrestre ce Ignatius j reilly. Bon livre. Un peu bizarre cet histoire.
  • memoiresdelivres Posté le 16 Février 2020
    Ignatius Reilly a tout pour plaire, il est irascible, paresseux, arrogant, colérique, odieux et disgracieux. A plus de trente ans, il vit toujours avec sa mère à la Nouvelle Orléans et passe la moitié de ses journées vautré sur son lit. Son égo surdimensionné lui donne la certitude de son talent d'écrivain, il noircit d'innombrables carnets où il dépeint la stupidité de ses congénères. Ignatius entretient également des correspondances véhémentes avec son unique amie : Myrna Minkoff, une jeune femme extravagante et déjantée. Enlisé avec sa mère dans une situation financière précaire, un accident de la route va alourdir leur dette et le contraindre à travailler. Ces tentatives pour chercher un emploi se soldent par des frasques successives. Il parvient finalement à trouver un travail dans une petite entreprise : "Pantalons Levy".  A cette occasion, il fera la connaissance de personnages burlesques et loufoques. Dans ce roman culte de la littérature américaine, John Kennedy Toole dresse le portrait d'un homme intelligent mais profondément névrosé et asocial. Ses rapports à autrui sont chaotiques. Imbuvable, il engendre la désolation autour de lui et met chaque jour les nerfs de sa mère à rude épreuve. Avec une plume pleine d'humour, John Kennedy Toole dépeint des personnages excentriques tous plus... Ignatius Reilly a tout pour plaire, il est irascible, paresseux, arrogant, colérique, odieux et disgracieux. A plus de trente ans, il vit toujours avec sa mère à la Nouvelle Orléans et passe la moitié de ses journées vautré sur son lit. Son égo surdimensionné lui donne la certitude de son talent d'écrivain, il noircit d'innombrables carnets où il dépeint la stupidité de ses congénères. Ignatius entretient également des correspondances véhémentes avec son unique amie : Myrna Minkoff, une jeune femme extravagante et déjantée. Enlisé avec sa mère dans une situation financière précaire, un accident de la route va alourdir leur dette et le contraindre à travailler. Ces tentatives pour chercher un emploi se soldent par des frasques successives. Il parvient finalement à trouver un travail dans une petite entreprise : "Pantalons Levy".  A cette occasion, il fera la connaissance de personnages burlesques et loufoques. Dans ce roman culte de la littérature américaine, John Kennedy Toole dresse le portrait d'un homme intelligent mais profondément névrosé et asocial. Ses rapports à autrui sont chaotiques. Imbuvable, il engendre la désolation autour de lui et met chaque jour les nerfs de sa mère à rude épreuve. Avec une plume pleine d'humour, John Kennedy Toole dépeint des personnages excentriques tous plus drôles les uns que les autres et nous emporte facilement dans son univers truculent. Ignatius, cet anti-héros grotesque a fait de ce livre, un roman indiscutablement inclassable. J'ai été charmée et j'ai incontestablement ri face à l'originalité de ce livre. Ignatius est unique mais demeure antipathique et agaçant durant tout le roman et n'a pas réussi à me toucher en plein coeur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BourbonBap Posté le 5 Février 2020
    Dans ce roman nous suivons un personnage atypique de part son arrogance, son égocentrisme, son côté manipulateur et ses réflexions sur la société contemporaine. On partage sa vie sur une courte période entre humour et malaise, difficile de bien se situer. Après avoir bien accroché à la première moitié du roman, je me suis ennuyé dans la deuxième. L'intrigue se fait attendre malgré beaucoup de personnages autour du héros.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.