En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La route au tabac

        Belfond
        EAN : 9782714475886
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : DRM Adobe
        La route au tabac

        Maurice-Edgar COINDREAU (Traducteur)
        Collection : Belfond Vintage
        Date de parution : 02/11/2017
        Vendue à plus de trois millions d’exemplaires, traduite en une quinzaine de langues, portée à l’écran par John Ford en 1941, pièce de théâtre à succès, La Route au tabac est le plus grand triomphe d’Erskine Caldwell.
         Dans ce roman paru en 1932 aux États-Unis et en 1947 chez Gallimard, l’auteur, fidèle à sa tradition, dépeint le Sud des petits Blancs dans sa réalité la plus crue, et nous livre la radiographie d’une époque, celle de la Grande Dépression, où la faim détruit corps et esprits.
        Vendue à plus de trois millions d’exemplaires, traduite en une quinzaine de langues, portée à l’écran par John Ford en 1941, pièce de théâtre à succès, La Route au tabac est le plus grand triomphe d’Erskine Caldwell.
         Dans ce roman paru en 1932 aux États-Unis et en 1947 chez Gallimard, l’auteur,...
        Vendue à plus de trois millions d’exemplaires, traduite en une quinzaine de langues, portée à l’écran par John Ford en 1941, pièce de théâtre à succès, La Route au tabac est le plus grand triomphe d’Erskine Caldwell.
         Dans ce roman paru en 1932 aux États-Unis et en 1947 chez Gallimard, l’auteur, fidèle à sa tradition, dépeint le Sud des petits Blancs dans sa réalité la plus crue, et nous livre la radiographie d’une époque, celle de la Grande Dépression, où la faim détruit corps et esprits.
        Un immense classique de la littérature américaine à redécouvrir.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714475886
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : DRM Adobe
        Belfond
        11.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • stcyr04 Posté le 10 Mars 2018
          Nous sommes en Georgie où l'on partage le quotidien d'une famille de métayers dans le coton, sans emploi, des culs-terreux qui tire le diable par la queue. Jeeter, le père, est un être fainéant, procrastinateur et obtus, sa femme Ada, mère pondeuse, a mis au monde dix-sept enfants dispersés aux alentours comme une volée d'oiseaux, morts ou disparus. Ellie est affligée d'un bec de lièvre, Pearl a douze ans, déjà mariée et ne parle guère plus qu'une muette, ne semblant pas disposée à consommer son mariage.Le fils Dude, idiot, passe son temps à lancé bêtement une balle de baseball contre les murs disjoints de la bicoque familiale. Quand à la grand-mère, une bouche de plus à nourrir, elle n'est guère bonne qu'à ramasser du bois mort. Joli tableaux. Caldwell illustre la désertification des campagnes pendant la Grande Dépression au profit des villes et de leurs industries. Le ton et l'histoire prête néanmoins à sourire tant cette famille du Sud est arriérée et caricaturale. Le livre connu un vif succès adapté au théâtre et au cinéma par John Ford. Ce n'est pas du Faulkner, mais çà reste sympathique.
        • livresetbonheurs Posté le 22 Janvier 2018
          Je n’ai découvert qu’assez récemment cette collection « Vintage » chez Belfond, collection qui existe pourtant depuis 5 ans ! Et que de pépites à y découvrir ! J’y pioche toujours avec impatience et curiosité. Certains diront que ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains. En effet, il y a beaucoup de sordide, de cruauté et cette misère avec un grand M où chaque jour l’homme peut mourir de faim à tout moment. C’est l’amérique rurale, très très rurale, de la fin des années 20, au tout début de la Dépression. Les Lester sont en aussi piteux état que leur ferme. Leur vie n’est plus qu’un champ de ruines et de lambeaux et ils sont prêts à tout pour avoir une chance de se réveiller un matin de plus. D’une écriture féroce et sans concession, Caldwell le méconnu nous plonge, tête la première, dans le pire et arrive même à nous faire rire, par moments. Alors si vous avez envie d’être dérangé, bousculé, si vous n’avez pas peur d’être choqué, lisez-le ! Un roman unique !
        • Jazzynewyork Posté le 18 Janvier 2018
          " La maison, qui se composait de trois pièces, reposait en équilibre sur des piles de minces pierres à chaux qu'on avait placées aux quatre coins. Les pierres avaient été posées les unes sur les autres, les poutres et la maison clouées toutes ensemble. L'aisance et la simplicité apparaissaient aujourd'hui clairement. Le centre de la cabane s'était affaissé au-dessous des seuils ; (...) La plupart des planches avaient pourri, et, à chaque coup de vent, on en trouvait des morceaux dans toute la cour. "#8233;#8233; La maison, ou du moins ce qu'il en reste, se trouve sur la route du tabac en Géorgie. Elle appartient aux Lester, une famille ravagée par la faim et la misère.#8233; " Sa blouse et sa jupe avaient été mises en loques par la bruyère et les pousses de chêne, dans les fourrés où elle récoltait son bois mort pour le feu, et jamais on ne lui avait acheté de vêtements neufs. À la voir sautiller parmi les ajoncs roux, on l'aurait prise, avec ses haillons noirs, pour quelque vieil épouvantail. " #8233;#8233; C'est vraiment la dèche y'a pas à dire, et faut supporter tout ça le ventre vide. Alors quand Lov Basey, s'en retourne chez lui avec... " La maison, qui se composait de trois pièces, reposait en équilibre sur des piles de minces pierres à chaux qu'on avait placées aux quatre coins. Les pierres avaient été posées les unes sur les autres, les poutres et la maison clouées toutes ensemble. L'aisance et la simplicité apparaissaient aujourd'hui clairement. Le centre de la cabane s'était affaissé au-dessous des seuils ; (...) La plupart des planches avaient pourri, et, à chaque coup de vent, on en trouvait des morceaux dans toute la cour. "#8233;#8233; La maison, ou du moins ce qu'il en reste, se trouve sur la route du tabac en Géorgie. Elle appartient aux Lester, une famille ravagée par la faim et la misère.#8233; " Sa blouse et sa jupe avaient été mises en loques par la bruyère et les pousses de chêne, dans les fourrés où elle récoltait son bois mort pour le feu, et jamais on ne lui avait acheté de vêtements neufs. À la voir sautiller parmi les ajoncs roux, on l'aurait prise, avec ses haillons noirs, pour quelque vieil épouvantail. " #8233;#8233; C'est vraiment la dèche y'a pas à dire, et faut supporter tout ça le ventre vide. Alors quand Lov Basey, s'en retourne chez lui avec un sac de navet sur le dos, en passant non loin de chez les Lester, les estomacs s'affolent et les rêves de repas frugaux font saliver l'ensemble de la famille. Ils feraient n'importe quoi pour y goûter ... #8233;" Du reste, où c'est-il que tu les a trouvé ces navets, Lov ? On pourrait peut-être faire un petit arrangement tous les deux. J'ai toujours été honnête avec toi. Tu devrais me les donner, vu que j'en ai pas. " #8233;#8233; S'en suit une scène absolument mémorable, décrite avec un humour décapant qui restera présent tout au long du récit malgré toute la noirceur qui se dégage de l'histoire.#8233;Erskine Caldwell, un auteur américain que je découvre à travers ce magnifique roman, nous livre la radiographie d'une époque, celle de la grande dépression, où la faim détruit autant le corps que l'esprit. Un combat quotidien que vécurent des milliers de famille dans les coins reculés de l'Amérique. #8233;#8233;#8233;L'auteur décrit de manière assez crue , la vie des petits blancs du Sud de la Géorgie, sans porter de jugement. #8233;" (..) la crainte de n'avoir même pas un vêtement convenable dans lequel on pût l'enterrer. Il vivait dans une horreur croissante de mourir en salopette. " #8233;#8233;#8233; La route du tabac est un immense classique de la littérature américaine , paru en 1932 aux États-Unis et en 1947 Chez Gallimard, réédité chez Belfond pour le plus grand bonheur des retardataires comme moi. Mais comme on dit : Mieux vaut tard que jamais. #8233;Un roman de 200 pages d'une force incroyable, puissant et pour moi inoubliable. Une rencontre absolument phénoménale, une plume talentueuse qui rejoint entre autre Steinbeck, des écrivains capables de mettre de la lumière dans la plus sombre réalité. #8233;#8233; " Dieu a peut-être bien voulu que les choses soient ainsi, dit Jeeter. Il en sait peut-être plus long que nous autres, mortels. Dieu est un vieux malin. On peut pas le rouler , Lui ! (...) Il m'a mis ici, et Il ne m'a jamais dit de m'en aller vivre ailleurs. " #8233; Un auteur et un roman que je conseille vivement à tous les amoureux de la littérature américaine d'une part et à tous les fans du rural noir. #8233;À déguster sans modération.#8233;#8233;
          Lire la suite
          En lire moins
        • coquinnette1974 Posté le 3 Janvier 2018
          Merci à Belfond et net galley de m'avoir permis de découvrir La route au tabac de Erskine Caldwell. Ce roman fait partie de la collection Vintage, qui nous permet de découvrir ou redécouvrir des romans oubliés. J'aime beaucoup cette collection, et je suis ravie d'avoir pu découvrir La route au tabac. Ce n'est pas un roman gai, c'est le moins qu'on puisse dire, mais je l'ai beaucoup apprécié. Nous sommes dans le sud des Etats-Unis, dans les années 20, où la crise frappe les gens de plein fouet. J'ai découvert le fermier Jeeter Lester et sa famille : Ada, sa femme, malade ; la grand-mère ; la fille nymphomane au bec de lièvre, sans oublier le fils Dude et la petite sœur âgée de douze ans, déjà mariée au voisin. Cette Amérique rurale est dépeinte de façon cruelle, c'est dur mais j'ai trouvé ce roman vraiment captivant. Difficile de dire si je l'ai aimé, il m'a parfois mis mal à l'aise, il m'a parfois dérangé, mais c'est sur que je ne l'oublierait pas de sitôt. C'est un bon roman, et je vais lui mettre quatre étoiles.
        • Leya-niess Posté le 23 Décembre 2017
          En Georgie, pendant la Grande Dépression, les aventures de la famille Lester sur la route au tabac, ravagée par la faim et la misère… Lov Bensey, un sac de navets sur le dos, s’en retournait chez lui. Il avançait péniblement sur la route au tabac, les pieds dans l’épaisse couche de sable blanc où les pluies avaient creusé de profondes ornières. Ce sac de navets lui avait coûté bien de la peine. Il fallait longtemps pour aller à Fuller et en revenir, et le trajet était fatigant. La veille, Lov avait entendu dire qu’un homme y vendait des navets d’hiver à cinquante cents le boisseau. Et il était parti de bon matin, avec un demi-dollar en poche, pour en acheter. Il avait déjà fait sept milles et demi, et il en avait encore un et demi à faire avant d’arriver au dépôt de charbon où il habitait. Debout dans la cour, quatre ou cinq membres de la famille Lester regardèrent Lov qui, s’arrêtant devant la maison, posait son sac par terre. Ils surveillaient Lov depuis la minute où ils l’avaient aperçu, une heure plus tôt, sur la dune, à deux milles de chez eux. Et maintenant qu’il se trouvait à leur portée,... En Georgie, pendant la Grande Dépression, les aventures de la famille Lester sur la route au tabac, ravagée par la faim et la misère… Lov Bensey, un sac de navets sur le dos, s’en retournait chez lui. Il avançait péniblement sur la route au tabac, les pieds dans l’épaisse couche de sable blanc où les pluies avaient creusé de profondes ornières. Ce sac de navets lui avait coûté bien de la peine. Il fallait longtemps pour aller à Fuller et en revenir, et le trajet était fatigant. La veille, Lov avait entendu dire qu’un homme y vendait des navets d’hiver à cinquante cents le boisseau. Et il était parti de bon matin, avec un demi-dollar en poche, pour en acheter. Il avait déjà fait sept milles et demi, et il en avait encore un et demi à faire avant d’arriver au dépôt de charbon où il habitait. Debout dans la cour, quatre ou cinq membres de la famille Lester regardèrent Lov qui, s’arrêtant devant la maison, posait son sac par terre. Ils surveillaient Lov depuis la minute où ils l’avaient aperçu, une heure plus tôt, sur la dune, à deux milles de chez eux. Et maintenant qu’il se trouvait à leur portée, ils allaient l’empêcher de porter ses navets plus loin. On me dit: classique de la littérature américaine? Et je dis: oui, tout de suite – surtout en voyant que je ne l’ai pas lu, que John Ford en a fait une adaptation au cinéma en 1941. Caldwell, on le connaît peu par ici et si on le lit, c’est pour: « Le petit Arpent du bon Dieu ». Ici, on retrouve des personnages jetés dans la tourmente de la Grande Dépression. Les raisins de la colère et Des souris et des hommes ne sont jamais loin. La misère est omniprésente de même que le drame; pourtant, le comique est toujours sous-jacent (répétition des situations). C’est un roman étonnant, à lire, vraiment.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « …Une indéniable grandeur »
        Marcel Thiébaut
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com