Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782714457332
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Le lys de Brooklyn
Maurice Beerblock (traduit par)
Collection : Belfond Vintage
Date de parution : 20/03/2014
Éditeurs :
Belfond
En savoir plus

Le lys de Brooklyn

Maurice Beerblock (traduit par)
Collection : Belfond Vintage
Date de parution : 20/03/2014

Un classique de la littérature américaine, roman d’apprentissage sur les jeunes années de Francie Nolan, fillette sensible, assoiffée de culture et de livres, dans le quartier misérable de Williamsburg au début du XXe siècle.

« Mon Dieu, faites que je sois quelque chose, à chaque instant de chacune des heures de ma vie. Faites que je sois gaie ; faites que je sois triste ; que j’aie... « Mon Dieu, faites que je sois quelque chose, à chaque instant de chacune des heures de ma vie. Faites que je sois gaie ; faites que je sois triste ; que j’aie froid, ou chaud ; que j’aie faim… ou trop à manger ; que je sois en haillons, ou mise avec élégance ; que... « Mon Dieu, faites que je sois quelque chose, à chaque instant de chacune des heures de ma vie. Faites que je sois gaie ; faites que je sois triste ; que j’aie froid, ou chaud ; que j’aie faim… ou trop à manger ; que je sois en haillons, ou mise avec élégance ; que je sois sincère ou perfide ; loyale ou menteuse ; digne d’estime ou pécheresse. Mais faites que je sois quelque chose, à chaque instant ! Et, quand je dors, faites que je ne cesse de rêver, afin que le moindre petit morceau de mon existence ne soit perdu ! »
 
Succès phénoménal jamais démenti depuis sa parution en 1943, un mythe de la littérature américaine, adapté au cinéma par Elia Kazan. Un superbe roman d’apprentissage sur les jeunes années de Francie Nolan, fillette sensible, assoiffée de culture et de livres, dans le quartier misérable de Brooklyn au début du xxe siècle. Un coup de cœur d’une fraîcheur et d’une imagination extraordinaires, un livre-culte publié en France en 1946 et inexplicablement jamais réédité depuis, une redécouverte indispensable.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714457332
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Belfond
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Edouard22 21/06/2022
    Betty Smith nous raconte en 1943 son enfance pauvre, très pauvre, à Williamsburg, quartier de Brooklyn, dans les années 1900-1910, à travers Francie Nolan qu'elle met en scène pour la représenter, fille de Johnny Nolan, chanteur de bistrot porté sur la boisson, et de Katie, sa mère, femme de ménage. C'est un roman d'apprentissage de la vie, bien sûr, vue par les yeux d'une petite, puis d'une jeune fille, modeste mais intelligente, dont on partage les pensées et émotions, joies et peines, rendues avec beaucoup de finesse et de justesse. Ce qui frappe en particulier c'est l'aptitude de Betty Smith / Francie à voir et à restituer les côtés positifs et même beaux dans ces vies laborieuses et miséreuses. Et justement Mlle Gardner, la professeure d'anglais, pleine de bonne intentions mais imprégnée de l'idée très libérale que les pauvres, les affamés et les ivrognes sont entièrement responsables de leur état et que la société n'a pas à leur venir en aide, expliquait à Francie, au grand désespoir de cette dernière, qu'il n'y avait rien de bon ni de beau à écrire sur les vies des personnes dans ces situations, et qu'il ne pouvait en résulter que... Betty Smith nous raconte en 1943 son enfance pauvre, très pauvre, à Williamsburg, quartier de Brooklyn, dans les années 1900-1910, à travers Francie Nolan qu'elle met en scène pour la représenter, fille de Johnny Nolan, chanteur de bistrot porté sur la boisson, et de Katie, sa mère, femme de ménage. C'est un roman d'apprentissage de la vie, bien sûr, vue par les yeux d'une petite, puis d'une jeune fille, modeste mais intelligente, dont on partage les pensées et émotions, joies et peines, rendues avec beaucoup de finesse et de justesse. Ce qui frappe en particulier c'est l'aptitude de Betty Smith / Francie à voir et à restituer les côtés positifs et même beaux dans ces vies laborieuses et miséreuses. Et justement Mlle Gardner, la professeure d'anglais, pleine de bonne intentions mais imprégnée de l'idée très libérale que les pauvres, les affamés et les ivrognes sont entièrement responsables de leur état et que la société n'a pas à leur venir en aide, expliquait à Francie, au grand désespoir de cette dernière, qu'il n'y avait rien de bon ni de beau à écrire sur les vies des personnes dans ces situations, et qu'il ne pouvait en résulter que de la laideur. Ce dialogue entre le professeur et son élève de 14 ans, où cette dernière n'a pas pu faire valoir ses arguments, constitue en une ou deux pages l'argument de ce si beau livre. En effet c'est par ce dernier que Betty Smith / Francie répond en nous démontrant de façon éclatante qu'il n'est est rien, et que l'on pouvait évoquer la vie de ces personnes pauvres, affamées ou ivrognes avec émotion, bonheur et esthétique, et qu'il y avait souvent, presque toujours même, des moments de grâce, de beauté pure et de nobles sentiments dans ces personnes et leurs vies. La littérature américaine (sans parler de Victor Hugo ou de Charles Dickens) est d'ailleurs pleine de ces vies de misère et de galère, la plupart du temps beucoup plus intéressantes et humaines que celles des occupants du haut de la pyramide sociale. La parallèle me vient bien sûr à l'esprit entre Jeannette Walls, qui raconte son enfance miséreuse dans "Le Château de verre", et Betty Smith / Francie dans ce Lys de Brooklyn, pour préférer de loin ce dernier car on y voit les côtés positifs, attachants et beaux des parents de Francie, contrairement aux parents de Jeannette Walls, constamment antipathiques et, dirait-on, sans beauté morale en dehors de quelques paroles affectueuses à leurs enfants, contredites par leurs actions. Jeannette Walls nous fournit une sorte de contre exemple par rapport à betty Smith. Un très beau livre qui a bénéficié d'un très grands succès bien mérité, et service par l'excellente traduction de Maurice Beerblock. À recommnader chaleureusement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Metamath 21/05/2022
    L'histoire se situe dans un New York des années 1910-1915 dans un des quartiers pauvres de cette époque qu'est Brooklyn. Ce roman relate la vie d'une petite fille qui habite ce quartier avec sa famille et les conditions précaires dans laquelle ils vivent. Nous pouvons voir notre protagoniste grandir au fil des pages passant d'événements heureux aux plus fatalistes. C'est un bon roman tranche de vie à lire quand cette époque vous intéresse.
  • Rebus 06/02/2022
    Coup de coeur absolu. Début du XXe siècle, New-York, quartier de Brooklyn. Francie Nolan vit avec sa famille dans le quartier très pauvre de Williamsburg. On n'y mange pas tous les jours à sa faim, mais la solidarité, l'amour, le rêve et l'imagination apportent joie et douceur à cette existence rude et parfois injuste. Sans oublier l'instruction et l'éducation qui seront les seuls moyens pour notre héroïne d'accéder à une vie meilleure. Betty Smith nous livre avec ce roman une chronique précieuse et largement autobiographique. J'ai adoré sa plume délicate, son ton juste, émouvant, drôle. J'ai adoré ses personnages, profonds, attachants et atypiques : la mère Katie, la tante Sissi, le père Johnny, le frère Neeley... Francie est un personnage qui marque, on partage ses angoisses, ses joies, ses réflexions sur le monde, son regard intelligent et lucide. Et ses rêves. Un roman d'apprentissage intelligent et émouvant.
  • Jangelis 13/10/2021
    Ce roman est fascinant. Je comprends qu'il ait traversé les lustres, les décennies et le siècle ! A la fois La description minutieuse d'un monde à jamais révolu, la vie à New York pour les plus pauvres au début du siècle passé. Et des réflexions profondes sur le sens de la vie, sur ce qu'est l'éducation aussi. Le tout dans un texte qui se dévore, jamais lassant, toujours passionnant. Je l'ai dévoré, et me sens un peu orpheline après avoir dû le refermer ! Tout m'a intéressé, aussi bien ce dont je n'avais pas la moindre idée, que ce qui m'a ramené à des souvenirs de mon enfance, même s'il se déroule bien avant ma naissance, Francie étant de la génération de mes parents. Les boulettes de ma mère, si délicieuses, et dont je n' ai jamais eu l'idée de demander la recette, les boutiques, même si je n'habitais pas vraiment en ville, le moulin à café dont on tournait la manivelle dans la cuisine, les réminiscences du confessionnal, la petite grille qui s'ouvre... Et aussi l'apprentissage de la dactylo "au toucher" (ma soeur au sortir de ses cours m'enseignait cela sur sa petite Olivetti portative !) 1912, Williamburg, quartier déshérité de Brooklyn. Francie à onze... Ce roman est fascinant. Je comprends qu'il ait traversé les lustres, les décennies et le siècle ! A la fois La description minutieuse d'un monde à jamais révolu, la vie à New York pour les plus pauvres au début du siècle passé. Et des réflexions profondes sur le sens de la vie, sur ce qu'est l'éducation aussi. Le tout dans un texte qui se dévore, jamais lassant, toujours passionnant. Je l'ai dévoré, et me sens un peu orpheline après avoir dû le refermer ! Tout m'a intéressé, aussi bien ce dont je n'avais pas la moindre idée, que ce qui m'a ramené à des souvenirs de mon enfance, même s'il se déroule bien avant ma naissance, Francie étant de la génération de mes parents. Les boulettes de ma mère, si délicieuses, et dont je n' ai jamais eu l'idée de demander la recette, les boutiques, même si je n'habitais pas vraiment en ville, le moulin à café dont on tournait la manivelle dans la cuisine, les réminiscences du confessionnal, la petite grille qui s'ouvre... Et aussi l'apprentissage de la dactylo "au toucher" (ma soeur au sortir de ses cours m'enseignait cela sur sa petite Olivetti portative !) 1912, Williamburg, quartier déshérité de Brooklyn. Francie à onze ans, un petit frère de dix, une mère qui s'épuise au travail, aimant ses enfants mais dure à la tâche, dure avec elle-même et avec les autres ; un père artiste, éternel adolescent qu'elle adore même s'il assume difficilement son rôle paternel. Nous allons suivre sa vie jusqu'à son entrée dans l'âge adulte, une vie faite de petits plaisirs, de grandes peines et de beaucoup de difficultés financières. Une vie étonnamment rythmée par la lecture de Shakespeare et de la Bible, en intégralité et on reprend au début !! Des personnages forts, une vie de petits riens et de difficultés, mais sans jamais baisser la tête. Une vie où on compte chaque sou, mais où on admet que gaspiller (un peu) fait aussi partie des petits plaisirs. Je n'en dirai pas plus parce que si je commence à raconter, je vais vous en écrire des pages, envie de parler plus longuement de Francie, de Sissy, de l'oncle détesté par le cheval, de Johnny, de la grand-mère venue d'Autriche... Prévoyez une période où vous avez du temps devant vous, et dégustez ces sept-cents pages. Un vrai coup de coeur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • passionlectrice 10/05/2021
    Publié en 1943 aux Etats-Unis, ce roman autobiographique devient une oeuvre culte de Betty Smith. Nous suivons le quotidien de Francie et sa famille dans le quartier de Williamsburg à Brooklyn. La jeune fille veut écrire et se passionne pour les livres. Pour vivre, il faut conjuguer avec la débrouille et le travail pour apporter de quoi manger. Chaque jour, il faut faire preuve de courage, de résignation et surtout d'espoir. Ce roman bouleversant offre une leçon de vie, celle de ne pas renoncer et de croire en ses rêves. L'écriture de Betty Smith est très profonde, son émotion personnelle reflète dans l'histoire de Francie, si proche de la sienne.
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.