Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782355221040
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Tentative d'évasion (fiscale)

,

Collection : ZONES
Date de parution : 08/09/2015
Même un ministre du Budget peut frauder le fisc ! Comment est-ce possible ?
Deux sociologues ont décidé d’aller voir par eux-mêmes comment l’on extrade aujourd’hui les petites, mais surtout les grandes fortunes. Suisse, Luxembourg, paradis fiscaux, sociétés écrans, montages financiers, cette enquête de terrain, ludique et argumentée permetde comprendre les rouages de l’évasion fiscale et ses enjeux politiques. En effet, la clé du coffre est sans doute cachée du côté de Bercy ...
Comment planquer son magot ? Inspirés par les récents exemples de Jérôme Cahuzac et de Liliane Bettencourt, deux sociologies décident à leur tour d’extrader leur maigre fortune. Un jeu de rôle commence, qui va les mener au cœur du système de l’évasion fiscale.
Cette tentative d’évasion les conduit d’abord en Suisse, où...
Comment planquer son magot ? Inspirés par les récents exemples de Jérôme Cahuzac et de Liliane Bettencourt, deux sociologies décident à leur tour d’extrader leur maigre fortune. Un jeu de rôle commence, qui va les mener au cœur du système de l’évasion fiscale.
Cette tentative d’évasion les conduit d’abord en Suisse, où ils se livrent à une observation in vivo du petit monde doré des exilés fiscaux. De banques en trusts, ils expliquent au passage comment les milliards fugitifs s’abritent derrière un maquis touffu de montages financiers.
Mais si la grande évasion fiscale finit sa course sous les palmiers ou au pied de grands sommets enneigés, elle s’organise en réalité beaucoup plus près de chez nous. Où l’on découvre, de retour en France, les petits arrangements entre amis qui se trament sous la houlette de Bercy…
Au-delà des scandales qui font la une, voilà une enquête vivante et accessible permettant de comprendre les rouages de l’évasion fiscale et ses enjeux politiques. Une investigation éclairante dont l’objectif est de battre en brèche le pouvoir symbolique lié à l’opacité de la spéculation financière, à la cupidité et au cynisme des plus riches mobilisés pour accumuler toujours plus d’argent.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355221040
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

Les paradis fiscaux sont à la mode. Documentaires, livres et articles se succèdent ces dernières années. Et c'est tant mieux : multiplier les projecteurs est l'un des outils à disposition pour remettre en cause ces zones d'opacité au service des plus puissants. Nos deux sociologues, spécialistes du gotha, sont donc allés faire un petit tour en Suisse, au Luxembourg et à Bercy pour agrémenter leur énorme travail de synthèse des informations accumulées ces derniers temps sur le sujet. On y retrouve toutes les affaires du moment, la dénonciation du rôle des banques, des professionnels du droit et du chiffre, du verrou de Bercy, etc. Mais l'ouvrage est surtout l'occasion pour les auteurs de décrypter combien les paradis fiscaux "sont un instrument utilisé par une classe sociale mobilisée pour un énorme hold-up". Le petit monde de l'offre et de la demande de services d'opacité fiscale est oligarchique, il fonctionne sur l'entre-soi, le capital symbolique, un sentiment de puissance et d'impunité. On comprend combien il faut une large et durable mobilisation politique, administrative, judiciaire, citoyenne, etc., pour entamer ces comportements antidémocratiques. Dans leur style habituel, pédagogique et militant, les deux auteurs y contribuent.
Christian Chavagneux / Alternatives économiques

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CineKino Posté le 30 Octobre 2020
    Je retrouve une nouvelle fois ce couple de sociologues, dont on a du mal à suivre tous leurs ouvrages tant ils sont prolifiques telle une Amélie Nothomb de la sociologie. Les Pinçon-Charlot, toujours passionnés par les riches, s'intéressent à l'habitude que ces derniers ont prise de dissimuler de l'argent et de chercher à payer moins d'impôt. Ce que certains qualifieront d'optimisation fiscale, mais qui au final relève de la fraude fiscale, même si les banquiers et autres spécialistes impliqués dans ces trafics savent jouer avec les limites du droit fiscal. Toujours dans leur style de reporters de terrain, d'analystes et de commentateurs militants, les Pinçon-Charlot nous emmènent à leurs côtés dans un voyage très vivant en Suisse et au Luxembourg, mais aussi à Bercy (parfois encore plus verrouillé que ces pays), et nous font croiser pas mal de personnalités (dévoilées notamment par les fuites de documents grâce à des lanceurs d'alerte comme pour les affaires HSBC et Panama) qui en prennent pour leur grade. Avec ce gros travail de recherche et de suivi de l'actualité, ils nous permettent de ne pas oublier tous ces cas et de comprendre un peu comment tout ça fonctionne. J'ai notamment découvert les dessous des ports francs... Je retrouve une nouvelle fois ce couple de sociologues, dont on a du mal à suivre tous leurs ouvrages tant ils sont prolifiques telle une Amélie Nothomb de la sociologie. Les Pinçon-Charlot, toujours passionnés par les riches, s'intéressent à l'habitude que ces derniers ont prise de dissimuler de l'argent et de chercher à payer moins d'impôt. Ce que certains qualifieront d'optimisation fiscale, mais qui au final relève de la fraude fiscale, même si les banquiers et autres spécialistes impliqués dans ces trafics savent jouer avec les limites du droit fiscal. Toujours dans leur style de reporters de terrain, d'analystes et de commentateurs militants, les Pinçon-Charlot nous emmènent à leurs côtés dans un voyage très vivant en Suisse et au Luxembourg, mais aussi à Bercy (parfois encore plus verrouillé que ces pays), et nous font croiser pas mal de personnalités (dévoilées notamment par les fuites de documents grâce à des lanceurs d'alerte comme pour les affaires HSBC et Panama) qui en prennent pour leur grade. Avec ce gros travail de recherche et de suivi de l'actualité, ils nous permettent de ne pas oublier tous ces cas et de comprendre un peu comment tout ça fonctionne. J'ai notamment découvert les dessous des ports francs (juste après avoir appris leur existence la veille en voyant "Tenet" au cinéma !). Ces entrepôts hors des lois, construits spécialement pour que les riches viennent en jet privé stocker des œuvres d'art ou autres produits luxueux de façon discrète, sont aussi un moyen de blanchir l'argent sale grâce aux dates de prescription : une œuvre volée placée 15 ans peut ensuite ressortir en toute impunité. Impunité, c'est finalement le mot phare de ce livre tant il est difficile de sanctionner toutes ces pratiques, les politiques de ces dernières années leur permettant une amnistie en payant juste une petite pénalité, et encore. Je devrais arrêter de lire ce genre de livres, tellement c'est écœurant de découvrir ces pratiques de clan, considérées comme normales pour les riches et qui perdurent malgré quelques – timides – tentatives de contrôle politique. Mais ce ''toujours plus'' des riches a en même temps quelque chose de fascinant, et je comprends la passion de nos sociologues pour ce sujet décidément sans fin, que je remercie de m'enrichir… culturellement à défaut de m'enrichir financièrement !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marti94 Posté le 17 Août 2016
    Avec cette « Tentative d'évasion (fiscale) » le couple de sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon font une nouvelle fois leur job et c’est très bien pour nous. Ils nous proposent une enquête sociologique au cœur des paradis fiscaux de la haute finance et des grandes fortunes. Pour cela, ils nous emmènent en Suisse, au Luxembourg ou encore à Bercy. Non seulement ils dénoncent les faits mais, ce qui est plus grave, leur banalisation et surtout l’impunité et le sentiment de puissance que donne l’argent. Les faits, ce sont, chaque année, entre 60 et 80 milliards d’euros qui ne rentrent pas dans les caisses de l’État, selon le syndicat Solidaires Finances publiques. De quoi payer les intérêts annuels de la dette et résorber le « trou » de la Sécurité sociale. Cette fraude si importante est pourtant organisée par et pour les nantis. Car le pouvoir économique et social permet l’accumulation éhontée de richesses par la dispense, pour la classe dominante, de payer des impôts proportionnels à l’immensité de leurs richesses. L’incursion des deux sociologues au ministère des finances à Bercy leurs permet de décrire son fonctionnement et les limites de l'intervention des fonctionnaires face à la fraude fiscale des nantis, en raison d'un... Avec cette « Tentative d'évasion (fiscale) » le couple de sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon font une nouvelle fois leur job et c’est très bien pour nous. Ils nous proposent une enquête sociologique au cœur des paradis fiscaux de la haute finance et des grandes fortunes. Pour cela, ils nous emmènent en Suisse, au Luxembourg ou encore à Bercy. Non seulement ils dénoncent les faits mais, ce qui est plus grave, leur banalisation et surtout l’impunité et le sentiment de puissance que donne l’argent. Les faits, ce sont, chaque année, entre 60 et 80 milliards d’euros qui ne rentrent pas dans les caisses de l’État, selon le syndicat Solidaires Finances publiques. De quoi payer les intérêts annuels de la dette et résorber le « trou » de la Sécurité sociale. Cette fraude si importante est pourtant organisée par et pour les nantis. Car le pouvoir économique et social permet l’accumulation éhontée de richesses par la dispense, pour la classe dominante, de payer des impôts proportionnels à l’immensité de leurs richesses. L’incursion des deux sociologues au ministère des finances à Bercy leurs permet de décrire son fonctionnement et les limites de l'intervention des fonctionnaires face à la fraude fiscale des nantis, en raison d'un pouvoir politique qui peut être complice de petits arrangements entre amis. Alors quand les décideurs sont juges et parties ça donne des situations scandaleuses. C’est ce que l’on appelle la délinquance en col blanc et certains mériteraient vraiment la prison. En tout cas, il n'y a pas autant d'indulgence pour les pauvres qui fraude. Alors pour un pays qui se réclame d’une « République irréprochable » ça fait froid dans le dos. Lu en août 2016
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER ZONES
Et rentrez dans la communauté des lecteurs de Zones !