Lisez! icon: Search engine
Apeirogon
Clément Baude (traduit par)
Date de parution : 19/08/2021
Éditeurs :
10/18
En savoir plus

Apeirogon

Clément Baude (traduit par)
Date de parution : 19/08/2021
Colum McCann revient avec une œuvre atypique au cœur d’une tragédie infinie : le conflit israélo-palestinien. 
Apeirogon, n.m. :
figure géométrique au nombre infini de côtés.
 
Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien,...
Apeirogon, n.m. :
figure géométrique au nombre infini de côtés.
 
Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille dans le conflit. Abir...
Apeirogon, n.m. :
figure géométrique au nombre infini de côtés.
 
Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille dans le conflit. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l’envie de sauver des vies.
Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.

Afin de restituer cette tragédie immense, ce conflit infini, et de rendre hommage à l’histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une œuvre totale à la forme inédite.

« C'est si beau qu'on en sort transformé. » Elle
« Monumental. McCann réussit encore à nous éblouir. » Le Monde des Livres 
« Ce roman vous fait beaucoup de bien et vous ébranle complètement. Ce paradoxe est le signe des grands livres. » Le Soir
« Nous voici ébahis devant ce livre tourbillonnant, ce roman où la forme et la fonds s’unissent de manière exceptionnelle. »  Télérama


Traduit de l’anglais (Irlande) par Clément Baude
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264078124
Code sériel : 5720
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm
10/18
En savoir plus
EAN : 9782264078124
Code sériel : 5720
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 648
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un roman extraordinaire… Colum McCann a trouvé la forme et la voix pour dire la plus complexe des histoires avec en son cœur, puissamment, une amitié inattendue entre deux hommes. »
Kamila Shamsie / Kamila Shamsie, auteure de "Embrasements" et "Là où commencent et s’achèvent les voyages"

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • anaiskh 21/04/2024
    Cela faisait plusieurs années que ce livre traînait dans ma PÀL. Je me souviens du jour précis où il l'a rejointe d'ailleurs... J'étais en région parisienne pour le week-end, j'étais entrée dans une librairie inconnue pour y acheter l'un de mes derniers coups de cœur (Luc Lang) à offrir à mon hébergeante. J'en profitais pour flâner et glaner quelques recommandations auprès du libraire. Parmi lesquelles le dernier Colson Whitehead (bijou !), et cet ouvrage donc. Pour lequel je n'ai pas trouvé l'élan avant, avant... Avant la récente et énième ré-intensification du conflit israélo-palestinien, avant la parution du dernier coécrit de Colum McCann. Alignement des planètes et de mes intérêts littéraires, je me suis donc lancée... J'y ai plongé, à corps et cœur perdus. J'ai découvert une prose magnifique, un exercice de style qui ne s'y restreint pas. Un hommage à la paix, à l'intelligence des hommes avec un petit h mais qui sont grands par leur justesse, par leur amour, par leur capacité à vivre et à agir de façon inconditionnelle, au-delà et en dépit des émotions. Une trame pointilliste, qui dessine admirablement le paysage complexe de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants. Une leçon de vie, pour se prémunir de tout jugement hâtif, de tout raisonnement à l'emporte-pièce, de toute conclusion manichéenne. Ah si, une seule : les principales victimes sont simplement des êtres humains.Cela faisait plusieurs années que ce livre traînait dans ma PÀL. Je me souviens du jour précis où il l'a rejointe d'ailleurs... J'étais en région parisienne pour le week-end, j'étais entrée dans une librairie inconnue pour y acheter l'un de mes derniers coups de cœur (Luc Lang) à offrir à mon hébergeante. J'en profitais pour flâner et glaner quelques recommandations auprès du libraire. Parmi lesquelles le dernier Colson Whitehead (bijou !), et cet ouvrage donc. Pour lequel je n'ai pas trouvé l'élan avant, avant... Avant la récente et énième ré-intensification du conflit israélo-palestinien, avant la parution du dernier coécrit de Colum McCann. Alignement des planètes et de mes intérêts littéraires, je me suis donc lancée... J'y ai plongé, à corps et cœur perdus. J'ai découvert une prose magnifique, un exercice de style qui ne s'y restreint pas. Un hommage à la paix, à l'intelligence des hommes avec un petit h mais qui sont grands par leur justesse, par leur amour, par leur capacité à vivre et à agir de façon inconditionnelle, au-delà et en dépit des émotions. Une trame pointilliste, qui dessine admirablement le paysage complexe de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants. Une leçon de vie, pour...
    Lire la suite
    En lire moins
  • MarieLywood 13/04/2024
    Je suis impressionnée par les qualités d’écriture de ce roman. C’est le premier livre que je lis de cet auteur et je n’ai jamais rien lu de tel. Cette lecture est une expérience à part entière. L’auteur nous propose un récit à la frontière entre la fiction et le documentaire. C’est l’histoire de deux familles, une israélienne et une palestinienne dans lesquelles nous suivons plus particulièrement la vie des pères Rami et Bassam. Le conflit israélo-palestinien constitue la toile de fond du récit. On pourrait croire que tout oppose ces familles mais la perte d’une fille encore enfant dans chacune d’elle va les rapprocher. Les deux familles ne vont pas chercher à se venger comme on pourrait s’y attendre mais les pères vont s’engager ensemble pour tenter de faire changer les choses en racontant ensemble leur histoire. La narration n’est pas linéaire, elle fait constamment des aller-retours entre les différents temps du récit. A cela il faut ajouter les nombreuses informations scientifiques, historiques, religieuses… qui ont toujours un lien plus ou moins proche avec ce qui est raconté. Pas toujours facile de s’y retrouver dans ces 1001 parties dans lesquelles le livre est coupé. On peut même avoir l’impression que l’auteur s’est prêté à un exercice de style que j’ai trouvé très bien réussi mais qui demande un effort intellectuel. On est clairement pas ici dans une lecture détente. Mais il faut aussi des livres comme celui-ci qui nous rappellent la complexité de la situation entre Israël et Palestine et la multiplicité des angles et points de vue avec lesquels on peut l’aborder. L’auteur n’est là ni pour juger ni pour prendre parti pour un des deux camps mais bien pour rappeler l’importance de la parole et du témoignage pour éduquer et porter un message de paix.Je suis impressionnée par les qualités d’écriture de ce roman. C’est le premier livre que je lis de cet auteur et je n’ai jamais rien lu de tel. Cette lecture est une expérience à part entière. L’auteur nous propose un récit à la frontière entre la fiction et le documentaire. C’est l’histoire de deux familles, une israélienne et une palestinienne dans lesquelles nous suivons plus particulièrement la vie des pères Rami et Bassam. Le conflit israélo-palestinien constitue la toile de fond du récit. On pourrait croire que tout oppose ces familles mais la perte d’une fille encore enfant dans chacune d’elle va les rapprocher. Les deux familles ne vont pas chercher à se venger comme on pourrait s’y attendre mais les pères vont s’engager ensemble pour tenter de faire changer les choses en racontant ensemble leur histoire. La narration n’est pas linéaire, elle fait constamment des aller-retours entre les différents temps du récit. A cela il faut ajouter les nombreuses informations scientifiques, historiques, religieuses… qui ont toujours un lien plus ou moins proche avec ce qui est raconté. Pas toujours facile de s’y retrouver dans ces 1001 parties dans lesquelles le livre est coupé. On peut même avoir l’impression que l’auteur...
    Lire la suite
    En lire moins
  • EliBabal 08/04/2024
    Très intéressant de se plonger dans le quotidien des familles vivant au cœur de cette guerre... Cela reste neanmoins compliqué quand même de réaliser, de matérialiser, de se situer dans ce conflit. La structure n'aide pas vraiment, passant d'une famille à l'autre, d'un côté ou de l'autre de la frontière, dans le passé ou le présent.
  • chboun 06/03/2024
    Cette biographie romancée raconte la vie de deux pères de deux nationalités différentes ayant perdus leurs jeunes filles qui se retrouvent pour échanger et témoigner. Ce livre est puissant, violent comme la réalité de ces pays, Israël et Palestine, mais remplit de poésie aussi. Le style particulier, en petits chapitres, permet de changer de sujet rapidement, de diffuser la violence, la douleur et de respirer avec l'auteur et les protagonistes. Un livre fort.
  • sweetie 27/02/2024
    2016 : un homme sur sa moto est en route vers un rendez-vous dont il ne sait quoi attendre ni espérer. Sa fille Smadar, treize ans, a été tuée en 1997 lors d’un attentat-suicide, sur une rue fréquentée de sa ville. Malheureusement fréquent en Israël. Un autre homme a vécu la même chose que lui. Il est Palestinien et a perdu en 2007 sa fille Abir, dix ans, atteinte par un tir de balle en caoutchouc derrière le crâne. Les deux vont se rencontrer au cours de cette réunion des Combattants pour la paix, des parents endeuillés des deux côtés du mur, Arabes et Juifs unis dans un seul but : apprendre à connaître l’autre et amorcer le dialogue. Comme sur cet autocollant apposé sur la moto de Rami « Ça ne s’arrêtera pas tant que nous ne discuterons pas. » C’est un livre admirable que je viens de terminer. Construit de plusieurs courts chapitres dont la numérotation bascule à son mitan, Apeirogon aborde de multiples sujets, phénomènes et faits historiques qui tournent en orbite autour du thème principal, celui de l’amitié improbable entre Rami l’Israélien et Bassam le Palestinien. J’ignorais, avant d’ouvrir cet ouvrage, de quoi il y serait question, car j’aborde toujours toute nouvelle publication de Colum McCann les yeux fermés. Cet auteur réinvente sans relâche son travail d’écriture, le peaufinant sans cesse et dans ce récit, il atteint des sommets dans la forme et dans le fond. Brûlant d’actualité, Apeirogon, devrait être lu par tous, inexperts et initiés confondus. 2016 : un homme sur sa moto est en route vers un rendez-vous dont il ne sait quoi attendre ni espérer. Sa fille Smadar, treize ans, a été tuée en 1997 lors d’un attentat-suicide, sur une rue fréquentée de sa ville. Malheureusement fréquent en Israël. Un autre homme a vécu la même chose que lui. Il est Palestinien et a perdu en 2007 sa fille Abir, dix ans, atteinte par un tir de balle en caoutchouc derrière le crâne. Les deux vont se rencontrer au cours de cette réunion des Combattants pour la paix, des parents endeuillés des deux côtés du mur, Arabes et Juifs unis dans un seul but : apprendre à connaître l’autre et amorcer le dialogue. Comme sur cet autocollant apposé sur la moto de Rami « Ça ne s’arrêtera pas tant que nous ne discuterons pas. » C’est un livre admirable que je viens de terminer. Construit de plusieurs courts chapitres dont la numérotation bascule à son mitan, Apeirogon aborde de multiples sujets, phénomènes et faits historiques qui tournent en orbite autour du thème principal, celui de l’amitié improbable entre Rami l’Israélien et Bassam le Palestinien. J’ignorais, avant d’ouvrir cet...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !