Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264066794
Code sériel : 5057
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Blackout Baby

Collection : Grands Détectives
Date de parution : 07/04/2016
Une enquête inspirée de faits et de personnages réels sur les traces d’un tueur caché dans l'ombre du Blitz, surnommé le "Blackout Ripper"
Londres, 1942. Profitant du couvre-feu, un tueur hante les rues de la ville. En quelques jours, il assassine et mutile quatre femmes. Son modus operandi interpelle Scotland Yard et la presse, qui le surnomme aussitôt le Blackout Ripper. Les messages qu'il laisse sur les scènes de crime imposent bientôt aux... Londres, 1942. Profitant du couvre-feu, un tueur hante les rues de la ville. En quelques jours, il assassine et mutile quatre femmes. Son modus operandi interpelle Scotland Yard et la presse, qui le surnomme aussitôt le Blackout Ripper. Les messages qu'il laisse sur les scènes de crime imposent bientôt aux enquêteurs une piste inquiétante : le criminel semble s'inspirer des leçons du mage noir Aleister Crowley et de son manuscrit démoniaque, Le Livre de la Loi. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264066794
Code sériel : 5057
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Wyoming Posté le 27 Avril 2020
    Plusieurs centres d'intérêts dans cette histoire qui se déroule en plein Blitz au coeur de Londres, ville très éprouvée par les bombardements des nazis. D'abord les faits historiques : la guerre et le quotidien incertain des londoniens, les courses vers les abris, les hôpitaux débordés par le nombre des blessés. Mais aussi, un tueur sanguinaire, ayant réellement existé, qui choisit de profiter du couvre-feu pour remplir la mission dont il s'est investi, égorger des femmes, presque quotidiennement, pour tenter d'atteindre un objectif de destruction encore plus infâme, le massacre des enfants. Est-il inspiré par l'ombre de Jack l'Eventreur ou seulement par un livre mystique d'un théoricien du mal? Ensuite, le roman proprement dit qui s'insère dans ce contexte historique, transformé par l'auteur pour lui donner encore plus de dimension où le mal côtoie le bien, mais lequel des deux triomphera et à quel prix? La caractéristique principale de ce texte m'a semblé être la construction de sa progression qui alterne brillamment le suivi du meurtrier, les errements de la police, les scènes de guerre, et, petit à petit, l'intervention de plus en plus présente d'une infirmière, Amelia Pritlowe, la véritable héroïne de ce roman, torturée par mille démons ancrés dans son passé,... Plusieurs centres d'intérêts dans cette histoire qui se déroule en plein Blitz au coeur de Londres, ville très éprouvée par les bombardements des nazis. D'abord les faits historiques : la guerre et le quotidien incertain des londoniens, les courses vers les abris, les hôpitaux débordés par le nombre des blessés. Mais aussi, un tueur sanguinaire, ayant réellement existé, qui choisit de profiter du couvre-feu pour remplir la mission dont il s'est investi, égorger des femmes, presque quotidiennement, pour tenter d'atteindre un objectif de destruction encore plus infâme, le massacre des enfants. Est-il inspiré par l'ombre de Jack l'Eventreur ou seulement par un livre mystique d'un théoricien du mal? Ensuite, le roman proprement dit qui s'insère dans ce contexte historique, transformé par l'auteur pour lui donner encore plus de dimension où le mal côtoie le bien, mais lequel des deux triomphera et à quel prix? La caractéristique principale de ce texte m'a semblé être la construction de sa progression qui alterne brillamment le suivi du meurtrier, les errements de la police, les scènes de guerre, et, petit à petit, l'intervention de plus en plus présente d'une infirmière, Amelia Pritlowe, la véritable héroïne de ce roman, torturée par mille démons ancrés dans son passé, qui va atteindre un extraordinaire dépassement de soi pour combattre sur tous les fronts. La part laissée à l'enfance n'est pas à négliger avec des portraits de gamins blessés physiquement et moralement qui gardent le sens de l'humour et de l'analyse appartenant à cet âge. Le climat que l'on peut imaginer du Londres de 1940 est magistralement instauré avec des descriptions où les briques des cheminées, les eaux grasses des canaux, les immeubles en ruines sont éclairés par des ciels obscurs dans lesquels les nuages de la guerre semblent être les annonciateurs d'autres calamités comme l'horreur des crimes commis. Il manque peut-être une touche sur les ressentis de la population; était-elle informée des actes du tueur? Ou bien avait-elle assez à se soucier de sa survie sous les bombardements? Ce blackout est donc un bon polar noir dans un contexte historique parfaitement mis en scène.
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 1 Novembre 2019
    Londres 1942 : profitant du couvre-feu, un tueur hante les rues de la ville. En quelques jours, il assassine et mutile quatre femmes. Son modus operandi interpelle Scotland Yard et la presse, qui le surnomme aussitôt le Black Ripper. J'ai découvert Michel Moati avec son premier roman, Retour à Whitechapel , un roman mi-policier mi-historique autour de Jack l'Éventreur. Dans ce polar, l'auteur tente de donner une réponse à l'énigme qu'est Jack l'Eventreur depuis le fin de 19e siècle. Il y expose sa thèse qui se tient et qui est passionnante.  Le mieux c'est que je vous fasse très vite une petite présentation de ce roman. Ici avec Blackout baby, il récidive et nous propose une nouvelle fiction tiré d'un fait divers. Durant l'hiver 1942, pendant le blackout londonien, un tueur fou assassine impunément. Très vite en le surnomme Blitz Ripper  Et pour raconter cette histoire Michel Moati fait appelle une nouvelle fois à Amelia Pritlowe . Cette infirmière que nous avions rencontrée dans Retour à Whitechapel. Il lui adjoint un flic à le retraite, Walter Dew , un vieux de la veille ayant déjà enquêter à l'époque sur les meurtres du Ripper . Il vont se lancer sur les traces d'un assassin nyctalope particulièrement retord. Un tueur de prostitué. Un homme... Londres 1942 : profitant du couvre-feu, un tueur hante les rues de la ville. En quelques jours, il assassine et mutile quatre femmes. Son modus operandi interpelle Scotland Yard et la presse, qui le surnomme aussitôt le Black Ripper. J'ai découvert Michel Moati avec son premier roman, Retour à Whitechapel , un roman mi-policier mi-historique autour de Jack l'Éventreur. Dans ce polar, l'auteur tente de donner une réponse à l'énigme qu'est Jack l'Eventreur depuis le fin de 19e siècle. Il y expose sa thèse qui se tient et qui est passionnante.  Le mieux c'est que je vous fasse très vite une petite présentation de ce roman. Ici avec Blackout baby, il récidive et nous propose une nouvelle fiction tiré d'un fait divers. Durant l'hiver 1942, pendant le blackout londonien, un tueur fou assassine impunément. Très vite en le surnomme Blitz Ripper  Et pour raconter cette histoire Michel Moati fait appelle une nouvelle fois à Amelia Pritlowe . Cette infirmière que nous avions rencontrée dans Retour à Whitechapel. Il lui adjoint un flic à le retraite, Walter Dew , un vieux de la veille ayant déjà enquêter à l'époque sur les meurtres du Ripper . Il vont se lancer sur les traces d'un assassin nyctalope particulièrement retord. Un tueur de prostitué. Un homme particulièrement charmant qui les séduit et ensuite les mutile et les tue. Il profite de la confusion qui règne dans Londres durant l'hiver 42. Nous sommes en plein Blitz, Londres et à feu et à sang. Les bombardements sont intensifs. La population est choqué. Les enfants vont être évacués et envoyés à la campagne. C'est cette ambiance si particulière que va merveilleusement restituer Michel Moati. Une capitale britannique sombre, aux ruelles ravagés et partiellement détruite. La tension est quotidienne pour les londoniens qui vivent sous les bombes. L'avenir est incertain. L'atmosphère est étouffante, pesante. Les description de l'auteur nous la restitue avec précision, on y est, on la visualise. A l'instant de notre tueur en série, Gordon Frederick Cummins, notre vision va devenir , mésopique, photopique voire scotopique.  Toute l'histoire va s'éclairer de noir et de blanc pour apporter encore plus de magie à ce décor. C'est bluffant et avec ce nouveau roman , Michel Moatti confirme tout son talent. Et promis je vous reviens très vite vous parlez de Retour à Whitechapel Ah oui, surtout , ne pas manquer, les notes de l’auteur à la fin de l’ouvrage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LaurenaLJ Posté le 7 Août 2019
    Je ne suis pas complètement convaincue par ce récit... Si j'ai adoré le décor et tout l'apport historique de l'auteur, mais j'ai eu beaucoup plus de mal avec l'intrigue en elle-même. J'ai trouvé que ce roman manquait cruellement d'action, alors que je me suis ennuyée à de nombreux moments, et qu'en plus de cela la fin est plus que prévisible. Une lecture en demi-teinte pour ma part!
  • LectureChronique Posté le 14 Juillet 2019
    A peine sorti du Blackout londonien que je vous y replonge illico ! Mais cette fois ci, l'histoire est différente et pas des moindres puisqu'il s'agit pour l'ancien flic Dew et l'infirmière Amélia Pritlowe d'enquêter sur des meurtres en cascade de plusieurs femmes. Alors que vient faire une infirmière là-dedans me direz-vous ? Tout simplement parce que ce fut la fille de la dernière victime du célèbre Jack l'éventreur, qu'elle connait trop bien le profil type de cet assassin qu'elle a cherché à arrêter et Dew, exerçant comme privé, va se servir de ses connaissances en la matière pour son enquête. Au début réticente de se replonger dans ce genre d'affaire, elle va finalement accepter d'aider le détective afin d'appréhender ce sérial killer, surtout quand elle apprendra que des enfants sont visés. Cette affaire va également lui permettre de tracer un trait définitif à ce passé qui assombrissait sa vie jusque là. C'est un bon polar que nous présente l'auteur déjà par l'exactitude et la véracité de certains faits historiques mais également parce que dès les premières pages nous connaissons le tueur, Gordon Cummings, qui a réellement existé, et que nous suivons dans ses meurtres. L'homme en question s'en prend à des femmes dès... A peine sorti du Blackout londonien que je vous y replonge illico ! Mais cette fois ci, l'histoire est différente et pas des moindres puisqu'il s'agit pour l'ancien flic Dew et l'infirmière Amélia Pritlowe d'enquêter sur des meurtres en cascade de plusieurs femmes. Alors que vient faire une infirmière là-dedans me direz-vous ? Tout simplement parce que ce fut la fille de la dernière victime du célèbre Jack l'éventreur, qu'elle connait trop bien le profil type de cet assassin qu'elle a cherché à arrêter et Dew, exerçant comme privé, va se servir de ses connaissances en la matière pour son enquête. Au début réticente de se replonger dans ce genre d'affaire, elle va finalement accepter d'aider le détective afin d'appréhender ce sérial killer, surtout quand elle apprendra que des enfants sont visés. Cette affaire va également lui permettre de tracer un trait définitif à ce passé qui assombrissait sa vie jusque là. C'est un bon polar que nous présente l'auteur déjà par l'exactitude et la véracité de certains faits historiques mais également parce que dès les premières pages nous connaissons le tueur, Gordon Cummings, qui a réellement existé, et que nous suivons dans ses meurtres. L'homme en question s'en prend à des femmes dès l'apparition du couvre-feu lors des bombardements. L'auteur fait évoluer favorablement ses personnages dans cette ambiance sombre et nostalgique. Il nous montre que la vie ne s'arrête pas avec la guerre et qu'elle engendre une peur constante et grandissante de la part de ses habitants. La fiction se confond avec la réalité et reussi à nous transporter dans une histoire cohérente et saisissante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cascadencre Posté le 22 Mars 2018
    Blackout Baby est le genre de roman avec lequel j'aime prendre mon temps. Je décortique l'intrigue, le passé des personnages, leur mentalité mais également le contexte historique. Car c'est ici que ce polar prend tout son intérêt : c'est une mine d'or d'informations culturelles et historiques. On en apprend énormément sur le Blackout et le Blitz que subit Londres durant la seconde guerre mondiale. Et c'est très intéressant ! On comprend mieux le passé lourd que porte la capitale anglaise et c'est avec plaisir qu'on se plonge dans un vieux Londres recélant de mystères. Au cours de la lecture, on suit différents points de vue qui sont tous aussi importants. Amélia, protagoniste du roman, est une infirmière absorbée par son métier en temps de guerre et de bombardements intensifs. C'est notamment de son point de vue que l'on suit le déroulement de l'enquête. Mais l'auteur nous offre aussi l'opportunité de nous mettre dans la peau du monstre de l'histoire : Gordon Cummis, autrement nommé le Blackout Ripper. Dans les thrillers comme Blackout Baby, je trouve toujours très intéressant de s'immerger dans l'esprit du meurtrier et d'apercevoir un bout de sa psychologie. Car voici l'autre point à mentionner : le livre s'inspire d'une... Blackout Baby est le genre de roman avec lequel j'aime prendre mon temps. Je décortique l'intrigue, le passé des personnages, leur mentalité mais également le contexte historique. Car c'est ici que ce polar prend tout son intérêt : c'est une mine d'or d'informations culturelles et historiques. On en apprend énormément sur le Blackout et le Blitz que subit Londres durant la seconde guerre mondiale. Et c'est très intéressant ! On comprend mieux le passé lourd que porte la capitale anglaise et c'est avec plaisir qu'on se plonge dans un vieux Londres recélant de mystères. Au cours de la lecture, on suit différents points de vue qui sont tous aussi importants. Amélia, protagoniste du roman, est une infirmière absorbée par son métier en temps de guerre et de bombardements intensifs. C'est notamment de son point de vue que l'on suit le déroulement de l'enquête. Mais l'auteur nous offre aussi l'opportunité de nous mettre dans la peau du monstre de l'histoire : Gordon Cummis, autrement nommé le Blackout Ripper. Dans les thrillers comme Blackout Baby, je trouve toujours très intéressant de s'immerger dans l'esprit du meurtrier et d'apercevoir un bout de sa psychologie. Car voici l'autre point à mentionner : le livre s'inspire d'une histoire vraie. Oui, Gordon Cummis a bel et bien existé. Ce serial killer londonien s'est acharné sur de trop nombreuses femmes, profitant de l'ombre du blackout comme nous l'explique Michel Moatti. Et même si certains évènements sont romancés, la trame est totalement fidèle à la sanglante vérité historique. Bon, assez parlé Histoire, parlons maintenant littérature ! Le style d'écriture de l'auteur est un style que j'affectionne tout particulièrement. Le langage employé est légèrement soutenu dû aux personnages présentés et à l'époque. Quelques descriptions et des tournures de phrases parfois complexes : personnellement la plume de l'auteur ne m'a pas dérangée et je la qualifierai même d'agréable ! Autre aspect du livre qui m'a conquise : sa fin. Je me plains souvent des dénouements trop rapides et pas assez travaillés que la plupart des romans adopte. Mais pour une fois, je n'ai rien à redire ! L'intrigue est rythmée de la première à la dernière phrase. Quant à la fin, elle se joue sur plusieurs chapitres , ce qui laisse le temps au lecteur de comprendre ce qui se passe sous ses yeux et de dire au revoir aux personnages. Cependant, si j'avais à énoncer un point négatif ce serait probablement ceci : je n'ai pas trouvé les personnages attachants (si ce n'est Amélia). Blackout Baby n'est pas un polar dans lequel on se plonge pour s'évader. Mais c'est un livre qui nous offre une belle plume et une intrigue très bien ficelée. Un excellente lecture à l'ambiance sombre que je conseille à tous les adeptes du genre !
    Lire la suite
    En lire moins
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.