Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266227384
Code sériel : 15177
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 704
Format : 108 x 177 mm

Cet instant-là

Bernard Cohen (traduit par)
Date de parution : 03/01/2013

Écrivain new-yorkais, Thomas Neesbitt, reçoit à quelques jours d’intervalle deux courriers qui le replongent dans son passé : les papiers de son divorce après vingt ans de mariage, puis le journal de son premier amour.
1984. Parti à Berlin pour écrire, Thomas arrondit ses fins de mois en travaillant pour Radio...

Écrivain new-yorkais, Thomas Neesbitt, reçoit à quelques jours d’intervalle deux courriers qui le replongent dans son passé : les papiers de son divorce après vingt ans de mariage, puis le journal de son premier amour.
1984. Parti à Berlin pour écrire, Thomas arrondit ses fins de mois en travaillant pour Radio Liberty. Il rencontre alors Petra, sa traductrice. Entre eux, naît une passion dévorante. Peu à peu, Petra lui confie son histoire et le récit de son passage à l’Ouest. Thomas est bouleversé. Rien désormais ne semble pouvoir séparer les deux amants...

« Quel diable d'écrivain ! Douglas Kennedy sait depuis longtemps tenir son lecteur en haleine. Avec Cet instant-là, il franchit encore une marche vers l'Olympe des romanciers. »
François Busnel – L'Express

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266227384
Code sériel : 15177
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 704
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Quel diable d'écrivain ! Douglas Kennedy sait depuis longtemps tenir son lecteur en haleine. Ses thrillers psychologiques sont d'habiles machines à suspense. Avec Cet instant-là, il franchit encore une marche vers l'Olympe des romanciers. » François Busnel - L'Express
« Pour séduire son public, Kennedy utilise des ruses dignes de la Stasi. Pas besoin de nous torturer pour qu'on avoue avoir dévoré son pavé d'une traite fébrile. » Eric Neuhoff - Le Figaro Littéraire
« Dépeinte avec force et justesse, cette histoire revisite l'atmosphère plombée de la guerre froide, les souffrances des intellectuels d'Allemagne de l'Est... » François Vey - Le Parisien

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marianne59150 Posté le 26 Septembre 2021
    Comment vous donner envie de le lire sans tout vous dévoiler. C est un livre romantique, historique, philosophique. Un livre qui a lieu à Berlin en 1984. Le titre est parfaitement adapté : cet instant là Douglas Kennedy nous dit magnifiquement que la vie est une succession de moments et qu' ils peuvent se transformer en regrets. La phrase du livre qui résume le mieux le livre : "l instant était la, il est passé. J y pense toujours et je pleure " Ce que j adore:1. l écrivain raconte comment le principal personnage ,écrivain lui aussi ,écrit son livre. On a l impression de voir un jeu de poupées russes qui s emboîtent. 2. Les rebondissements tombent toujours a points nommés Une toute petite déception : je n ai pas été surprise. J ai vu venir le truc. Impossible d être plus claire sinon je vous devoilerai l'intrigue Corinne Clement. Il faut absolument que je te passe ce livre.
  • cpw Posté le 21 Août 2021
    Je l'ai ouvert et je ne pouvais plus le lâcher ! c'est brillantissime, documenté, pour peu que l'on connaisse Berlin, c'est passionnant. Bon, le grand amour fou est un peu "longuet " Monsieur Kennedy, vous pouviez "un peu" abrégé, on avait compris, c'était le coup de foudre, l'Amour qu'on ne rencontre qu'une fois ou qu'on ne rencontre pas, l'éblouissement complet . C'est dense, érudit et parfois désespérant sur la nature humaine ! "et le cirque continue sa route, changeant son chapiteau de place" la répétition de l'histoire racontée par Petra m'a un peu pesé mais on comprend son insistance au vu des faits qui s'ensuivent.
  • JM27773 Posté le 27 Juillet 2021
    Le résumé annonce ceci : " À la fois drame psychologique, roman d'idées, roman d'espionnage mais surtout histoire d'amour aussi tragique que passionnée..." Et c'est vrai ! Cet ouvrage est très plaisant à lire et l'ambiance, l'esprit, la privation de liberté, la délation érigée en art de vivre des ex pays de l'Est sont magistralement rendus. Mais que de longueurs... Déjà, la narration très détaillée de Thomas - un des protagonistes semble parfois inutilement allongée mais quand on découvre ensuite que tous les événements sont ensuite racontés par Petra... Ça fait beaucoup ! Certes, disposer des deux points de vue présente un réel plus surtout au vu des différences culturelles entre les deux personnages... Mais quand il s'agit de décrire une cigarette ou un plat de pâtes... Surtout que la bête pèse tout même presque 700 pages. Hormis ces (pénalisantes) longueurs, le roman est agréable est addictif à certains moments. Il a aussi le mérite de nous rappeler que cette aberration appelée le Mur a réellement existé...
  • jaleprince Posté le 2 Juillet 2021
    Quel drame. Bravo pour ce merveilleux roman sur l'amour, la trahison et la stupidité. J'ai adoré. Je ne connais pas Berlin mais ce livre donne envie d'aller découvrir cette ville et de se plonger dans les vestiges d'un passé récent bien triste.
  • Livrepassion16 Posté le 8 Mai 2021
    Le début est un peu lent. J'ai eu du mal à m'intéresser à la vie de Thomas mais dès la deuxième partie, qui se passe à Berlin dans les années 1980 , je n'ai plus lâché le livre. Douglas Kennedy a su décrire les relations plus que tendues entre Berlin Est et Berlin Ouest avant la chute du mur. Je ne sais pas si les faits sont exacts mais s'ils le sont, les évènements qui se passent sont vraiment horribles. Les allemands de l'Est avaient une vie difficile, on se croirait dans les années 40. Tout le monde était surveillé, la peur régnait , et même un transfuge passé à l'Ouest n'était pas tranquille. L'histoire d'amour est très belle. Trop belle pour durer malheureusement. Thomas restera marqué à vie par cet instant qu'il n'a pas su gérer.
Toute l'actualité de Douglas Kennedy
Suivez votre auteur préféré au fil de ses nouveaux romans.