Lisez! icon: Search engine
Circé
Christine Auché (traduit par)
Date de parution : 02/05/2019
Éditeurs :
Pocket

Circé

Christine Auché (traduit par)
Date de parution : 02/05/2019
Fruit des amours d’un dieu et d’une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l’Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu’elle aime changer... Fruit des amours d’un dieu et d’une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l’Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu’elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu’elle est sensible. En l’exilant sur une île déserte, comme le fut jadis... Fruit des amours d’un dieu et d’une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l’Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu’elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu’elle est sensible. En l’exilant sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée pour avoir trop aimé les hommes, ses pairs ne lui ont-ils pas plutôt rendu service ? Là, l’immortelle peut choisir qui elle est. Demi-déesse, certes, mais femme avant tout. Puissante, libre, amoureuse…

« Un charme absolument envoûtant. » Le Monde des Livres
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266278638
Code sériel : 17047
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm
Pocket
EAN : 9782266278638
Code sériel : 17047
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un charme absolument envoûtant. » Le Monde des Livres
« Une relecture contemporaine de l’antiquité, un roman d’aventure merveilleusement féministe. » Ouest France
« Un récit audacieux et subversif, qui fait de la figure féminine la plus tristement célèbre de l'Odyssée un héros à part entière. » The New York Times
« Circé revient en superwoman... Sacrément moderne ! » The Times
« Circé est une farce, un délice de légèreté, un roman qui se lit d’une traite, avec gourmandise. »  The Guardian

« Après le superbe Le Chant d'Achille, Madeline Miller revient nous conter l'histoire de Circé. Cette demi-déesse sorcière prend magnifiquement vie dans ce livre passionnant ! » 
Librairie Maruani (Paris 13e)
« Madeline Miller dépoussière la mythologie grecque avec une écriture moderne et c'est un très grand plaisir de lecture !!! Madeline Miller réussit un portrait de femme magnifique et fait de Circé une héroïne indépendante, libre et courageuse. Comme toutes les figures mythologiques archétypales, beaucoup de femmes pourront se reconnaître en elle. » Librairie Vivement Dimanche (Lyon 4e)
« Rien de nouveau sous le soleil du mythe ? Et pourtant Madeline Miller nous plonge avec délice dans les pages de Circé, femme moderne et insaisissable. C’est classique, c’est actuel, c’est magique ! » Librairie de Paris (Paris 18e)
« Madeline Miller reprend la mythologie grecque du point de vue de Circé et elle nous offre un régal de lecture, entre aventures merveilleuses, tensions psychologiques et finesse de l’écriture. Un plaisir immense ! » Librairie Le Divan (Paris 15e)
« Si vous souhaitez un été envoûtant, enchanteur, mythique : ce roman est fait pour vous ! »
Librairie Mollat (Bordeaux)
 

 
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MrsLulyReadinger 13/01/2023
    La plume de Madeline Miller semble compléter l'Odyssée en donnant la parole à ceux et celles qui ne l'ont pas eue. Je ne parlerai pas de revisite mythologique car j'ai trouvé "Circé" sans fioriture contemporaine et ancré dans cette antiquité grecque aussi bien par ses paysages que par son écriture. J'ai d'abord beaucoup aimé l'évolution du personnage. Circé passe de nymphe docile en quête de reconnaissance parentale à une sorcière qui aspire à la tranquillité, en passant par la Déesse de l'île. Cela rend la lecture très introspective car l'évolution de Circé se fait par son expérience, ses rencontres et ses nouvelles ambitions. Jamais elle ne cherche la puissance et le pouvoir, mais tout au fil des pages, elle cherche à se trouver pleinement. Si au début j'ai trouvé Circé très différente des autres nymphes et déesses, c'est parce qu'elle se voit ainsi. Un côté pick me girl que nous avons peut-être tous au fond de nous à ne pas vouloir être comme les autres. Toutefois, le raisonnement s'assagit. Avec le temps, Circé pose un regard éclairé sur la réalité des femmes immortelles. Elles restent soumises à leur père, leur mari ou leur frère. Elles doivent manigancer pour se faire bien... La plume de Madeline Miller semble compléter l'Odyssée en donnant la parole à ceux et celles qui ne l'ont pas eue. Je ne parlerai pas de revisite mythologique car j'ai trouvé "Circé" sans fioriture contemporaine et ancré dans cette antiquité grecque aussi bien par ses paysages que par son écriture. J'ai d'abord beaucoup aimé l'évolution du personnage. Circé passe de nymphe docile en quête de reconnaissance parentale à une sorcière qui aspire à la tranquillité, en passant par la Déesse de l'île. Cela rend la lecture très introspective car l'évolution de Circé se fait par son expérience, ses rencontres et ses nouvelles ambitions. Jamais elle ne cherche la puissance et le pouvoir, mais tout au fil des pages, elle cherche à se trouver pleinement. Si au début j'ai trouvé Circé très différente des autres nymphes et déesses, c'est parce qu'elle se voit ainsi. Un côté pick me girl que nous avons peut-être tous au fond de nous à ne pas vouloir être comme les autres. Toutefois, le raisonnement s'assagit. Avec le temps, Circé pose un regard éclairé sur la réalité des femmes immortelles. Elles restent soumises à leur père, leur mari ou leur frère. Elles doivent manigancer pour se faire bien voir ou agir avec discrétion. Circé rappelle que sa chance et sa différence tiennent du fait qu'elle est la fille de Hélios et qu'elle détient des pouvoirs encore jamais vus, mais que dans les faits toutes rêvent et agissent en espérant plus de pouvoir, de reconnaissance ou de liberté. Bien que très contemplative, j'ai aimé cette lecture avec ses petites scènes du quotidien. L'apprentissage du travail, découvrir chaque détail de la nature et la complexité des relations humaines. La découverte de la maternité et de la parentalité était douce-amère. Ce sentiment de devoir, de culpabilité et d'arrêt dans le temps. Pourtant, cette lecture brasse de grands mythes comme Scylla et Charybde, le Minotaure, Jason et la Toison d'Or, le passage d'Ulysse, le supplice de Prométhée, l'avarice de Ménélas, etc. C'est un point de vue original que Madeline Miller prend dans cette écriture du quotidien là où elle aurait pu encenser Circé et sa puissance à travers les mythes. En lieu et place, nous avons une protagoniste terriblement humaine qui calme la grandiosité des textes anciens sur les héros, ces hommes ayant eu la préférence des Dieux mais qui ne sont que des gouttes dans un océan. Pour autant, l'autrice ne contredit pas Homère, mais rappelle qui sont ceux qui écrivent l'histoire et dans quel but. Circé n'a pas l'ambition d'être reconnue pour ce qu'elle n'est pas. Éloignée des Dieux, elle ne se sent pas à sa place parmi eux. Si elle rêvait à une époque de leur ravissement, elle comprend que les dieux jouent et que les autres trinquent. La fin m'a surprise. Il ne s'agissait pas de celle que je connaissais, mais correspond bien mieux au fond à l'écriture de ce roman. Nous trouvons une Circé qui s'affirme, décide et se connait désormais. J'en retiens une morale. Circé a mis des siècles pour se connaître, pour poser ses limites et choisir par elle-même. Une ou deux vies ne suffisent pas. La vie est fait de ce que l'on en fait et vivre pour la complaisance des autres ne nous fera pas vivre. On peut être heureux en cherchant le calme et la stabilité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • julicae 13/01/2023
    Comment laisser un avis objectif sur cette petite merveille...? Circé. Cette femme issue du milieu divin et pourtant tellement humaine. La vie ne lui épargnera rien, les dieux et les mortels non plus. Elle encaisse, tombe, se relève, et pourtant elle devient plus forte à chaque fois . J'ai aimé ce personnage de femme, de mère, d'amante, qui malgré son statut de déesse va vivre une vie humaine dans toute sa splendeur, avec ses joies, ses peines, ses coups durs et tout le reste. J'ai aimé me replonger dans la mythologie et retrouver tous ces personnages emblématiques que je comprends mieux maintenant : les héros, les dieux, les Titans, les monstres, les demi-dieux, les nymphes...Tant de détails que je n'avais pas compris (ou découverts !) lors de ma lecture de l'Odyssée au collège. Aujourd'hui tout est clair. Très clair. Surtout à propos d'Ulysse. Je ne veux surtout pas spoiler, mais l'autrice a écrit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas ! ;-) C'est malin et très humain. J'adore. Bon, dois-je poursuivre cette apologie ou bien avez-vous déjà couru chez votre libraire pour vous procurer la merveille ? Rassurez vous, le livre peut sembler imposant, mais il se lit avec une facilité déconcertante. Un... Comment laisser un avis objectif sur cette petite merveille...? Circé. Cette femme issue du milieu divin et pourtant tellement humaine. La vie ne lui épargnera rien, les dieux et les mortels non plus. Elle encaisse, tombe, se relève, et pourtant elle devient plus forte à chaque fois . J'ai aimé ce personnage de femme, de mère, d'amante, qui malgré son statut de déesse va vivre une vie humaine dans toute sa splendeur, avec ses joies, ses peines, ses coups durs et tout le reste. J'ai aimé me replonger dans la mythologie et retrouver tous ces personnages emblématiques que je comprends mieux maintenant : les héros, les dieux, les Titans, les monstres, les demi-dieux, les nymphes...Tant de détails que je n'avais pas compris (ou découverts !) lors de ma lecture de l'Odyssée au collège. Aujourd'hui tout est clair. Très clair. Surtout à propos d'Ulysse. Je ne veux surtout pas spoiler, mais l'autrice a écrit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas ! ;-) C'est malin et très humain. J'adore. Bon, dois-je poursuivre cette apologie ou bien avez-vous déjà couru chez votre libraire pour vous procurer la merveille ? Rassurez vous, le livre peut sembler imposant, mais il se lit avec une facilité déconcertante. Un vrai page-turner. L'histoire est captivante, elle évolue constamment, avec ses personnages, dans un univers baigné de magie, de divinités et d'aventures. Pour moi, ce fut donc un vrai, un énorme coup de cœur pour ce début d'année 2023.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lunyx 13/01/2023
    J'avais commencé ce roman et je ne sais pas pourquoi je m'était arrêté, j'ai donc décidé de reprendre l'histoire. Qu'elle mauvaise idée... Devoir quitter circé, sa vie et les personnages qui l'entoure au grès de sa vie, je suis dépité. L'histoire m'a happé et l'évolution de Circé m'a beaucoup plus. Le livre est comme elle, il y a un certain manque d'émotion au début ce qui à mes yeux représentent ce qu'elle est : une déesse. Elle ne peut pas se permettre d'être faible, elle va évoluer au grès de ses péripétie et l'écriture va évoluer avec elle. Circé doit faire face à un monde mysogine, traverser maintes obstacle afin d'espérer une vie tranquille, après les dieux elle découvre les hommes, sont-ils pire ou meilleurs ? A travers ses yeux on revit certains mythe, une vision différentes des choses qui m'a énormément plus sachant qu'elle n'est pas la déesse la plus évoqué dans les mythes. Les dieux de l'Olympe n'ont jamais été aussi humains dans leurs qualités comme leurs travers dans ce récit.
  • FleurdesPois 12/01/2023
    Une merveille de roman. Une écriture fascinante et hypnotique. Une plongée délicieuse dans les méandres de la mythologie grecque, ses tours, ses merveilles et ses cruautés. Un personnage assez largement méconnu. Bref, j'ai savouré chacune des lignes de cette lecture. Un bonheur que je revivrai avec plaisir.
  • IsaPernot 12/01/2023
    Permettez-moi de commencer cette chronique par une petite digression. Avant de vous parler de Circé j’aimerais vous parler du roi Arthur. (Ne vous inquiétez pas, vous allez vite comprendre.) J’ai découvert le mythe arthurien par le biais de sa réécriture féministe, Les Dames du Lac de Marion Zimmer Bradley. Si cette autrice a aujourd’hui triste réputation, et pour cause, elle m’a néanmoins permis de comprendre, alors que je n’avais que 11 ans, à quel point la figure féminine a pu être diabolisée dans la littérature. En réhabilitant la fée Morgane, qui reste l’une de mes héroïnes préférées de tous les temps, elle m’a fait prendre conscience de l’existence du patriarcat. Je ne peux donc qu’avoir un immense coup de cœur pour ce Circé qui fait la même chose avec l’un des personnages les plus décriés de la mythologie grecque. En refermant ce roman, j’ai eu envie de me plonger directement dans le Sorcières de Mona Chollet qui m’apparaissait comme une suite logique de cette lecture. C’est d’ailleurs ce qui m’a permis de mesurer à quel point j’ai aimé Circé. Quand on se rend compte combien la haine et les violences envers les femmes ont été encouragées et systématisées depuis le 15ème siècle,... Permettez-moi de commencer cette chronique par une petite digression. Avant de vous parler de Circé j’aimerais vous parler du roi Arthur. (Ne vous inquiétez pas, vous allez vite comprendre.) J’ai découvert le mythe arthurien par le biais de sa réécriture féministe, Les Dames du Lac de Marion Zimmer Bradley. Si cette autrice a aujourd’hui triste réputation, et pour cause, elle m’a néanmoins permis de comprendre, alors que je n’avais que 11 ans, à quel point la figure féminine a pu être diabolisée dans la littérature. En réhabilitant la fée Morgane, qui reste l’une de mes héroïnes préférées de tous les temps, elle m’a fait prendre conscience de l’existence du patriarcat. Je ne peux donc qu’avoir un immense coup de cœur pour ce Circé qui fait la même chose avec l’un des personnages les plus décriés de la mythologie grecque. En refermant ce roman, j’ai eu envie de me plonger directement dans le Sorcières de Mona Chollet qui m’apparaissait comme une suite logique de cette lecture. C’est d’ailleurs ce qui m’a permis de mesurer à quel point j’ai aimé Circé. Quand on se rend compte combien la haine et les violences envers les femmes ont été encouragées et systématisées depuis le 15ème siècle, on se dit qu’il est grand temps en effet de réhabiliter ces grandes figures féminines dont on a voulu nous faire croire qu’elles étaient mauvaises. Circé n’est pas mauvaise. Elle est curieuse, têtue, impulsive par moments et trop crédule parfois (ce qui va lui coûter cher), mais elle n’est pas là pour faire le mal, bien au contraire. Sacrifiée sur l’autel de la paix qu’il faut à tout prix préserver entre les Titans et les dieux de l’Olympe, elle va se forger, malgré l’exil, une existence qui lui ressemble et qui la comble. Au passage, parce que l’éternité est longue, les humains voyageurs et les dieux fantasques, elle va faire de nombreuses rencontres, pas toujours très heureuses, qui vont lui permettre d’infléchir son destin. Même si j’avais très envie de le lire, je me méfiais un peu de ce Circé car l’argument féministe, s’il peut porter une histoire, n’est pas pour autant un gage de réussite. Et si j’ai dévoré de nombreux récits sur la mythologie grecque quand j’étais ado, j’ai vite arrêté d’en lire à cause du style parfois pompeux et manquant souvent de profondeur. Les mythes eux-mêmes me fascinaient, la manière de les raconter beaucoup moins. Or, Madeline Miller revisite ces mythes par le biais d’une écriture moderne qui m’a beaucoup plu. Vous l’aurez compris, Circé est un grand roman et mon premier coup de cœur de l’année !
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !