En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Dites aux loups que je suis chez moi

        10/18
        EAN : 9782264067463
        Code sériel : 5091
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 504
        Format : 108 x 177 mm
        Dites aux loups que je suis chez moi

        Marie-Axelle de LA ROCHEFOUCAULD (Traducteur)
        Date de parution : 02/06/2016
        Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu’ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d’art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli... Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu’ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d’art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu’on n’évoque qu’à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d’amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l’ami de Finn. Confrontée à l’incompréhension de son entourage, et à la réalité d’une maladie encore honteuse, June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264067463
        Code sériel : 5091
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 504
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        8.80 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • leamira Posté le 5 Avril 2018
          Un roman comme aucun autre! Il se savoure petit à petit et laisse un souvenir indélébile. La vision du sida dans les années 80 est tellement différente de la notre et ce récit est tellement poignant! A découvrir absolument si vous n'avez pas de mal avec les romans "lents".
        • AnneNY Posté le 22 Mars 2018
          Je ne vais pas tourner autour du pot, j’ai A-D-O-R-E ! Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu un coup de cœur. Dites aux loups que je suis chez moi est un magnifique roman d’apprentissage. On y trouve mensonges, trahison, non-dits, regrets, secrets ….. Bizarrement il m’est difficile d’écrire quelque chose sur ce roman, tout ce que je peux dire c’est que j’ai pleuré à la fin (et un peu tout le long du livre selon les passages).
        • Bruidelo Posté le 15 Mars 2018
          Un petit roman sans prétention mais prenant et touchant, qui offre ce doux plaisir de pouvoir s’attacher aux personnages, de s’y projeter, de se glisser dans leurs sentiments et émotions. June, la narratrice, n’aime pas les fêtes, les groupes, elle préfère se promener seule dans les bois en s’imaginant vivre au Moyen Âge, se cherche des refuges, des bulles, et tisse une relation particulière, clandestine, de plus en plus affectueuse avec celui que sa famille désigne comme l’assassin de son oncle, qu’elle adorait, mort du sida. Un joli livre qui parle avec justesse et sensibilité du sida dans les années 80, du deuil, de l’adolescence, des relations familiales et humaines.
        • dannso Posté le 25 Février 2018
          Bouleversant. L'ecriture est magnifique.
        • Aline1102 Posté le 15 Février 2018
          "Tell the Wolves I'm Home" est le meilleur roman que j'aie lu depuis "A Little Life", d'Hanya Yanagihara. Ce qui n'est pas peu dire, puisque ce dernier a été mon énorme coup de coeur de 2017. Dans ce roman jeunesse, nous suivons l'histoire de June Elbus, une jeune ado de 14 ans dont l'oncle vient de mourir du SIDA. L'intrigue se déroule dans l'Amérique du milieu des années 80, et la maladie en question (tout comme l'homosexualité, d'ailleurs) est encore un tabou que l'on n'évoque qu'à demi-mot, voire pas du tout. La vie de June est donc pleine de non-dits : on ne parle presque pas de la maladie de son oncle, et surtout pas de son compagnon, Toby, accusé par toute la famille Elbus d'avoir refilé le SIDA à Finn (l'oncle de June). Or, on sent tout de suite que June a besoin de parler et de savoir exactement ce qu'il se passe dans sa famille. En fait, on peut dire que la famille Elbus est assez dysfonctionnelle. Les parents, tous deux comptables, se consacrent entièrement à leur travail et sont rarement à la maison. Et Greta, la soeur aînée de June, est une véritable peste : jalouse et ne supportant... "Tell the Wolves I'm Home" est le meilleur roman que j'aie lu depuis "A Little Life", d'Hanya Yanagihara. Ce qui n'est pas peu dire, puisque ce dernier a été mon énorme coup de coeur de 2017. Dans ce roman jeunesse, nous suivons l'histoire de June Elbus, une jeune ado de 14 ans dont l'oncle vient de mourir du SIDA. L'intrigue se déroule dans l'Amérique du milieu des années 80, et la maladie en question (tout comme l'homosexualité, d'ailleurs) est encore un tabou que l'on n'évoque qu'à demi-mot, voire pas du tout. La vie de June est donc pleine de non-dits : on ne parle presque pas de la maladie de son oncle, et surtout pas de son compagnon, Toby, accusé par toute la famille Elbus d'avoir refilé le SIDA à Finn (l'oncle de June). Or, on sent tout de suite que June a besoin de parler et de savoir exactement ce qu'il se passe dans sa famille. En fait, on peut dire que la famille Elbus est assez dysfonctionnelle. Les parents, tous deux comptables, se consacrent entièrement à leur travail et sont rarement à la maison. Et Greta, la soeur aînée de June, est une véritable peste : jalouse et ne supportant pas la pression que sa mère lui inflige (Greta doit réussir pour que maman Danni soit fière d'elle --> vous voyez le tableau), elle se venge sur sa petite soeur. De ce fait, lorsque Toby décide de prendre contact avec June, cette dernière décide de braver tous les interdits et de le rencontrer. Avec Toby, June a l'impression de retrouver un peu de Finn et, même si la relation avec le compagnon de son oncle n'est pas toujours facile (là aussi il y a des tensions et de la jalousie qui s'immiscent), on voit se développer une belle histoire d'amitié. Auprès de Toby, June va en apprendre plus sur son oncle, mais aussi sur sa famille et sur elle-même. Certaines vérités, cachées depuis des années, vont refaire surface, non sans mal. Et tout cela va faire grandir June, qui évolue sous nos yeux. J'ai adoré la plupart des personnages de ce roman (sauf Greta et sa mère, qui étaient insupportables), mais mes deux préférés sont les héros de l'histoire : June et Toby. Ce dernier est totalement loufoque mais, finalement, on se rend compte qu'il y a une certaine logique dans sa folie. June, quant à elle, semble d'abord très jeune pour son âge : elle se déguise et fait semblant d'être une jeune fille du Moyen âge (période de l'histoire qu'elle affectionne tout particulièrement) perdue dans les années 80. Mais, bien vite, les difficultés et les responsabilités vont la faire grandir et évoluer, jusqu'à finalement lui faire adopter certains comportements d'adultes (puisque June finit par prendre Toby en charge). L'histoire d'amitié (presque d'amour) qui se met lentement en place sous nos yeux est vraiment bien écrite par l'auteure et on y croit de bout en bout. June ne se jette pas immédiatement au cou de Toby parce qu'il était le compagnon de son oncle adoré : elle se méfie, ne lui fait pas tout de suite confiance et ne se livre pas. Toby, de son côté, semble mal à l'aise. C'est seulement petit à petit que ces deux-là vont s'apprivoiser mutuellement, à travers les souvenirs qu'ils gardent de Finn. "Tell the Wolves I'm Home" est un roman triste et mélancolique, mais aussi optimiste. Il nous apprend que tout est possible et que l'on peut toujours évoluer si on en a le courage. Et il nous parle d'amitié, d'amour et d'art. Que demander de plus ? P.S. : n'hésitez pas à le lire en V.O. le niveau de langue n'est pas insurmontable et l'original est bien plus fluide que sa traduction.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        Roman d’apprentissage intense et bouleversant, mais aussi chronique d’une époque à travers les yeux d’une adolescente, Dites aux loups que je suis chez moi est un livre dont on se souvient. À la fois sensible et obsédant, cruel et émouvant.
        Nathalie Seghair / Librairie Kléber
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com