Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266310093
Code sériel : 17621
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Du haut d'un brin d'herbe, on voit bien la Terre

Date de parution : 04/06/2020
À quoi ça rime, tout ça ? Arthur Darrobat, la trentaine, chimiste, voulait trouver un remède à la maladie d’Alzheimer. Vivre le grand amour avec Sophie. Bref : réussir sa vie. Le voilà désormais démissionnaire et célibataire, avec pour seule compagne la chatte laissée par son ex – une siamoise... À quoi ça rime, tout ça ? Arthur Darrobat, la trentaine, chimiste, voulait trouver un remède à la maladie d’Alzheimer. Vivre le grand amour avec Sophie. Bref : réussir sa vie. Le voilà désormais démissionnaire et célibataire, avec pour seule compagne la chatte laissée par son ex – une siamoise tout en griffes qui le déteste, et réciproquement… Que faire, maintenant ? Et pourquoi ? Le Parisien s’installe alors à la campagne – pays du temps long où règnent les abeilles, les menus tracas, le bruit du vent. Du haut de son brin d’herbe, trouvera-t-il enfin ce sens qui manque à sa vie ?

INÉDIT
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266310093
Code sériel : 17621
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Klergau Posté le 10 Septembre 2020
    Petit roman sympa aux allures habituelles. Une rupture amoureuse et une perte d’emploi amènent Arthur à s’exiler à la campagne avec un chat abandonné par son amoureuse. Qu’adviendra-t-il de lui et du chat ? Antoine Paje mène bien sa barque et nous intéresse, mais ce roman divertit et fait place à l’humain plus qu’il n’émeut. J’ai tout de même passé un bon moment. À lire un jour de grisaille.
  • josette-costeux Posté le 7 Septembre 2020
    Une lecture très agréable qui, tout à tout, prend la forme d'une fable écologique et d 'un conte moderne. J'ai passé un excellent moment avec ces personnages. Seul petit bémol, certains passages un peu trop théoriques ou donneurs de leçons. Coup de coeur pour ce village dans lequel il fait bon vivre !
  • pyrouette Posté le 16 Août 2020
    Arthur accompagne son père vers sa dernière demeure. Ils ne sont que deux. Lui, son fils et la voisine. Ces dernières années ont été difficiles car son père souffrait de la maladie d'alzheimer. Arthur se jure de mettre son métier de chimiste à profit pour enrayer cette maladie. Quelques années plus tard, Arthur vit avec Sophie et sa siamoise Baby qu’il n’aime pas. Une vie calme entre son travail et sa compagne. Puis, tout s’enraye, son métier ne le passionne plus et Sophie le quitte en lui laissant le chat. Il se met à boire, négocie une prime pour quitter son boulot et décide de changer de vie. Il vend son appartement parisien et s’achète une belle maison, du moins le pense-t-il, à la campagne, vers Chartres. En déménageant il pense abandonner Baby dans un refuge, le fait, mais revient la chercher, il ne peut commencer sa nouvelle vie par une action si négative. Arthur le parisien doit apprendre à composer avec le temps qui n’est pas le même à la campagne. Adieu réseau correct pour le téléphone portable qui de toute façon ne lui sert à rien pour changer une bouteille de gaz ou réparer la chaudière. Arthur apprend le... Arthur accompagne son père vers sa dernière demeure. Ils ne sont que deux. Lui, son fils et la voisine. Ces dernières années ont été difficiles car son père souffrait de la maladie d'alzheimer. Arthur se jure de mettre son métier de chimiste à profit pour enrayer cette maladie. Quelques années plus tard, Arthur vit avec Sophie et sa siamoise Baby qu’il n’aime pas. Une vie calme entre son travail et sa compagne. Puis, tout s’enraye, son métier ne le passionne plus et Sophie le quitte en lui laissant le chat. Il se met à boire, négocie une prime pour quitter son boulot et décide de changer de vie. Il vend son appartement parisien et s’achète une belle maison, du moins le pense-t-il, à la campagne, vers Chartres. En déménageant il pense abandonner Baby dans un refuge, le fait, mais revient la chercher, il ne peut commencer sa nouvelle vie par une action si négative. Arthur le parisien doit apprendre à composer avec le temps qui n’est pas le même à la campagne. Adieu réseau correct pour le téléphone portable qui de toute façon ne lui sert à rien pour changer une bouteille de gaz ou réparer la chaudière. Arthur apprend le temps long, celui qui sert à réfléchir, à penser ses projets. La patronne du bar de son nouveau village l’aide dans sa nouvelle vie en lui donnant des conseils et lui présentant les bonnes personnes, sauf une : sa voisine, maire du village et vétérinaire. La seule chose qu’ils partagent c’est une aversion réciproque. Baby se fait à sa nouvelle vie et fugue pour aller voir son vieux copain le chien chez la voisine ce qui ne plait pas du tout à Arthur. Et puis il y a le vol des abeilles dans le village. L’histoire est simple et savoureuse. Le style de l’auteur léger même s’il nous fait réfléchir sur deux thèmes : les petits bonheurs qu’il faut savoir savourer quand tout va mal et l’apprentissage de la vie à la campagne. J’ai choisi ce livre pour le titre si poétique et la couverture. Je n’ai pas été déçue. Je me suis coupée de mon quotidien et ça c’est vraiment bien.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laurany Posté le 10 Juillet 2020
    Un de ces romans réalistes qui met du baume au cœur. Déjà, la première de couverture est inspirante et rafraichissante avec ses couleurs végétales. Avec ce chat, cette abeille, ces brins d'herbe, cette branche de cerisiers et ce joli titre, cela nous invite à nous plonger dans l'ouvrage. La structure de l'histoire tentre dans un schéma assez ordinaire : Arthur semble vivre une vie riche auprès de Sophie, sa compagne, et le chat de cette dernière, qu'il ne porte pas dans son cœur mais qu'il a accepté. Du jour au lendemain, tout ce semblant d'équilibre bascule. Comme souvent, les basculements professionnels ou relationnels amènent les remises en question, les interrogations et un vrai retour vers soi. C'est ce que vit Arthur et ce qui l'amène à vraiment se demander ce qu'il souhaite dans la vie. Il déménage alors à la campagne où il redécouvre une certaine humilité et un état d'enfant en apprentissage. Il n'a pas honte de ne pas savoir ( que ce soit ce qui concerne la rénovation d'une pièce à vivre, l'entretien d'un jardin ou la découverte du monde de l'apiculture...). J'ose dire que l'histoire n'a rien de vraiment originale, beaucoup d'auteurs offrent l'histoire d'un personnage qui... Un de ces romans réalistes qui met du baume au cœur. Déjà, la première de couverture est inspirante et rafraichissante avec ses couleurs végétales. Avec ce chat, cette abeille, ces brins d'herbe, cette branche de cerisiers et ce joli titre, cela nous invite à nous plonger dans l'ouvrage. La structure de l'histoire tentre dans un schéma assez ordinaire : Arthur semble vivre une vie riche auprès de Sophie, sa compagne, et le chat de cette dernière, qu'il ne porte pas dans son cœur mais qu'il a accepté. Du jour au lendemain, tout ce semblant d'équilibre bascule. Comme souvent, les basculements professionnels ou relationnels amènent les remises en question, les interrogations et un vrai retour vers soi. C'est ce que vit Arthur et ce qui l'amène à vraiment se demander ce qu'il souhaite dans la vie. Il déménage alors à la campagne où il redécouvre une certaine humilité et un état d'enfant en apprentissage. Il n'a pas honte de ne pas savoir ( que ce soit ce qui concerne la rénovation d'une pièce à vivre, l'entretien d'un jardin ou la découverte du monde de l'apiculture...). J'ose dire que l'histoire n'a rien de vraiment originale, beaucoup d'auteurs offrent l'histoire d'un personnage qui rencontre un obstacle pour ensuite découvrir ses forces, ses envies, sa capacité d'adaptation. Par ailleurs, les romans du genre " feel good" que j'ai lu ces dernières années ont parfois tendance à séduire davantage les femmes que les hommes. Ici, le personnage d'Arthur peut parler à toutes les sensibilités. Au niveau des thèmes, ce roman parlera aux amoureux de la nature, d'un retour à l'essentiel, des abeilles, de la notion de temps qui passe mais aussi aux personnes qui ont vécu l'aventure d'une rénovation d'une maison. Bref, j'ai passé un très bon moment avec ce roman. J'ai apprécié l'épilogue de l'auteur qui partage ses propres ressentis vis à vis des péripéties du personnage d'Arthur. On perçoit de quelle façon son personnage d'Arthur s'inspire de sa propre expérience. Aux personnes qui ont apprécié la plume et l'état d'esprit d'Antoine Paje, je recommande " Conversation avec mon chat " de Jauregui ou les œuvres de Virginie Grimaldi. Je remercie les éditions pocket, Babelio pour m'avoir permis de découvrir cet auteur lors d'une masse critique. Je vais prendre plaisir à decouvrir d'autres ouvrages d'Antoine Paje.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ChaChou14 Posté le 8 Juillet 2020
    Antoine PAJE est un auteur que je ne connaissais pas et que j'ai découvert dans le cadre d'une Masse Critique Privilégiée, dont je remercie Babelio et les éditions Pocket. Dans ce roman "Du haut d'un brin d'herbe, on voit bien la Terre", on suit Arthur Darrobat qui se retrouve du jour au lendemain démissionnaire et célibataire. Dans la vie, des tournants peuvent nous fragiliser et un choix s'impose : rebondir et aller de l'avant. Même si ce choix implique de faire un virage à quatre-vingt-dix degrés. Ce roman aborde un thème très important et souvent oublié dans notre société contemporaine : l'humain imparfait. L'auteur aborde donc des sujets comme les maladies, les ruptures amoureuses ou encore les bienfaits de vivre en milieu rural, un milieu qui n'est pas fait pour tout le monde. La couverture du livre a un lien avec l'histoire. Elle est belle tout en apportant un côté poétique avec le chat, l'abeille, l'herbe, les fleurs... Ce qu'on apprécie également ? Le roman est très bien documenté notamment sur les animaux et la nature. Ce roman nous rappelle une morale essentielle qu'on a tendance à oublier : le bonheur se trouve dans les petits plaisirs de la vie... Antoine PAJE est un auteur que je ne connaissais pas et que j'ai découvert dans le cadre d'une Masse Critique Privilégiée, dont je remercie Babelio et les éditions Pocket. Dans ce roman "Du haut d'un brin d'herbe, on voit bien la Terre", on suit Arthur Darrobat qui se retrouve du jour au lendemain démissionnaire et célibataire. Dans la vie, des tournants peuvent nous fragiliser et un choix s'impose : rebondir et aller de l'avant. Même si ce choix implique de faire un virage à quatre-vingt-dix degrés. Ce roman aborde un thème très important et souvent oublié dans notre société contemporaine : l'humain imparfait. L'auteur aborde donc des sujets comme les maladies, les ruptures amoureuses ou encore les bienfaits de vivre en milieu rural, un milieu qui n'est pas fait pour tout le monde. La couverture du livre a un lien avec l'histoire. Elle est belle tout en apportant un côté poétique avec le chat, l'abeille, l'herbe, les fleurs... Ce qu'on apprécie également ? Le roman est très bien documenté notamment sur les animaux et la nature. Ce roman nous rappelle une morale essentielle qu'on a tendance à oublier : le bonheur se trouve dans les petits plaisirs de la vie et il faut apprendre à les savourer. Je vous recommande ce roman qui fait du bien au moral !
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !