Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266310093
Code sériel : 17621
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Du haut d'un brin d'herbe, on voit bien la Terre

Date de parution : 04/06/2020
À quoi ça rime, tout ça ? Arthur Darrobat, la trentaine, chimiste, voulait trouver un remède à la maladie d’Alzheimer. Vivre le grand amour avec Sophie. Bref : réussir sa vie. Le voilà désormais démissionnaire et célibataire, avec pour seule compagne la chatte laissée par son ex – une siamoise... À quoi ça rime, tout ça ? Arthur Darrobat, la trentaine, chimiste, voulait trouver un remède à la maladie d’Alzheimer. Vivre le grand amour avec Sophie. Bref : réussir sa vie. Le voilà désormais démissionnaire et célibataire, avec pour seule compagne la chatte laissée par son ex – une siamoise tout en griffes qui le déteste, et réciproquement… Que faire, maintenant ? Et pourquoi ? Le Parisien s’installe alors à la campagne – pays du temps long où règnent les abeilles, les menus tracas, le bruit du vent. Du haut de son brin d’herbe, trouvera-t-il enfin ce sens qui manque à sa vie ?

INÉDIT
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266310093
Code sériel : 17621
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Laurany Posté le 10 Juillet 2020
    Un de ces romans réalistes qui met du baume au cœur. Déjà, la première de couverture est inspirante et rafraichissante avec ses couleurs végétales. Avec ce chat, cette abeille, ces brins d'herbe, cette branche de cerisiers et ce joli titre, cela nous invite à nous plonger dans l'ouvrage. La structure de l'histoire tentre dans un schéma assez ordinaire : Arthur semble vivre une vie riche auprès de Sophie, sa compagne, et le chat de cette dernière, qu'il ne porte pas dans son cœur mais qu'il a accepté. Du jour au lendemain, tout ce semblant d'équilibre bascule. Comme souvent, les basculements professionnels ou relationnels amènent les remises en question, les interrogations et un vrai retour vers soi. C'est ce que vit Arthur et ce qui l'amène à vraiment se demander ce qu'il souhaite dans la vie. Il déménage alors à la campagne où il redécouvre une certaine humilité et un état d'enfant en apprentissage. Il n'a pas honte de ne pas savoir ( que ce soit ce qui concerne la rénovation d'une pièce à vivre, l'entretien d'un jardin ou la découverte du monde de l'apiculture...). J'ose dire que l'histoire n'a rien de vraiment originale, beaucoup d'auteurs offrent l'histoire d'un personnage qui... Un de ces romans réalistes qui met du baume au cœur. Déjà, la première de couverture est inspirante et rafraichissante avec ses couleurs végétales. Avec ce chat, cette abeille, ces brins d'herbe, cette branche de cerisiers et ce joli titre, cela nous invite à nous plonger dans l'ouvrage. La structure de l'histoire tentre dans un schéma assez ordinaire : Arthur semble vivre une vie riche auprès de Sophie, sa compagne, et le chat de cette dernière, qu'il ne porte pas dans son cœur mais qu'il a accepté. Du jour au lendemain, tout ce semblant d'équilibre bascule. Comme souvent, les basculements professionnels ou relationnels amènent les remises en question, les interrogations et un vrai retour vers soi. C'est ce que vit Arthur et ce qui l'amène à vraiment se demander ce qu'il souhaite dans la vie. Il déménage alors à la campagne où il redécouvre une certaine humilité et un état d'enfant en apprentissage. Il n'a pas honte de ne pas savoir ( que ce soit ce qui concerne la rénovation d'une pièce à vivre, l'entretien d'un jardin ou la découverte du monde de l'apiculture...). J'ose dire que l'histoire n'a rien de vraiment originale, beaucoup d'auteurs offrent l'histoire d'un personnage qui rencontre un obstacle pour ensuite découvrir ses forces, ses envies, sa capacité d'adaptation. Par ailleurs, les romans du genre " feel good" que j'ai lu ces dernières années ont parfois tendance à séduire davantage les femmes que les hommes. Ici, le personnage d'Arthur peut parler à toutes les sensibilités. Au niveau des thèmes, ce roman parlera aux amoureux de la nature, d'un retour à l'essentiel, des abeilles, de la notion de temps qui passe mais aussi aux personnes qui ont vécu l'aventure d'une rénovation d'une maison. Bref, j'ai passé un très bon moment avec ce roman. J'ai apprécié l'épilogue de l'auteur qui partage ses propres ressentis vis à vis des péripéties du personnage d'Arthur. On perçoit de quelle façon son personnage d'Arthur s'inspire de sa propre expérience. Aux personnes qui ont apprécié la plume et l'état d'esprit d'Antoine Paje, je recommande " Conversation avec mon chat " de Jauregui ou les œuvres de Virginie Grimaldi. Je remercie les éditions pocket, Babelio pour m'avoir permis de découvrir cet auteur lors d'une masse critique. Je vais prendre plaisir à decouvrir d'autres ouvrages d'Antoine Paje.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ChaChou14 Posté le 8 Juillet 2020
    Antoine PAJE est un auteur que je ne connaissais pas et que j'ai découvert dans le cadre d'une Masse Critique Privilégiée, dont je remercie Babelio et les éditions Pocket. Dans ce roman "Du haut d'un brin d'herbe, on voit bien la Terre", on suit Arthur Darrobat qui se retrouve du jour au lendemain démissionnaire et célibataire. Dans la vie, des tournants peuvent nous fragiliser et un choix s'impose : rebondir et aller de l'avant. Même si ce choix implique de faire un virage à quatre-vingt-dix degrés. Ce roman aborde un thème très important et souvent oublié dans notre société contemporaine : l'humain imparfait. L'auteur aborde donc des sujets comme les maladies, les ruptures amoureuses ou encore les bienfaits de vivre en milieu rural, un milieu qui n'est pas fait pour tout le monde. La couverture du livre a un lien avec l'histoire. Elle est belle tout en apportant un côté poétique avec le chat, l'abeille, l'herbe, les fleurs... Ce qu'on apprécie également ? Le roman est très bien documenté notamment sur les animaux et la nature. Ce roman nous rappelle une morale essentielle qu'on a tendance à oublier : le bonheur se trouve dans les petits plaisirs de la vie... Antoine PAJE est un auteur que je ne connaissais pas et que j'ai découvert dans le cadre d'une Masse Critique Privilégiée, dont je remercie Babelio et les éditions Pocket. Dans ce roman "Du haut d'un brin d'herbe, on voit bien la Terre", on suit Arthur Darrobat qui se retrouve du jour au lendemain démissionnaire et célibataire. Dans la vie, des tournants peuvent nous fragiliser et un choix s'impose : rebondir et aller de l'avant. Même si ce choix implique de faire un virage à quatre-vingt-dix degrés. Ce roman aborde un thème très important et souvent oublié dans notre société contemporaine : l'humain imparfait. L'auteur aborde donc des sujets comme les maladies, les ruptures amoureuses ou encore les bienfaits de vivre en milieu rural, un milieu qui n'est pas fait pour tout le monde. La couverture du livre a un lien avec l'histoire. Elle est belle tout en apportant un côté poétique avec le chat, l'abeille, l'herbe, les fleurs... Ce qu'on apprécie également ? Le roman est très bien documenté notamment sur les animaux et la nature. Ce roman nous rappelle une morale essentielle qu'on a tendance à oublier : le bonheur se trouve dans les petits plaisirs de la vie et il faut apprendre à les savourer. Je vous recommande ce roman qui fait du bien au moral !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sevanna Posté le 5 Juillet 2020
    Une lecture agréable et fluide. Dans ce roman, on suit Arthur, chimiste, qui va quitter son travail et la région parisienne pour s’installer à la campagne afin de se reconstruire. Il va alors apprendre a réfléchir à ce qu’il souhaite vraiment faire de sa vie, avec notamment, l’aide de sa voisine apicultrice. On apprend à la fin du livre que l’auteur a puisé dans ces expériences personnelles pour écrire ce récit. Ce livre est donc une belle leçon à retenir sur la nature, les abeilles, mais surtout sur le changement de vie. L’écriture est parfois un peu philosophique mais en même temps très fraîche. Aussi, j’ai bien aimé les citations en début de chapitre qui donnet un avant goût de ce qu’on va découvrir. En résumé, une lecture douce qui fait du bien !
  • Marie-Nel Posté le 4 Juillet 2020
    Lorsque Charlotte Guéna, que je remercie, de Babelio m'a proposé une masse critique privilégiée consistant à découvrir ce roman de Antoine Paje, je n'ai pas longtemps résisté. Je suis tombée tout de suite sous le charme de la couverture avec ses couleurs pastels, le chat avec son regard si bleu, qui regarde une abeille. Tous les symboles du titre sont présents. J'ai tout de suite aimé le titre, j'aime beaucoup ces titres de romans qui à eux seuls racontent une histoire. Cela laisse présager généralement de belles réflexions sur la vie. Je ne connaissais pas du tout Antoine Paje avant de commencer cette lecture. En parcourant sa bibliographie, je me suis rendue compte qu'il avait écrit d'autres romans avec des titres tous aussi captivants et qui me donnent très envie de lire. Mais pour l'instant, parlons de ce roman-ci. Il s'est lu très rapidement, en une journée, il était fini. Bon, il fait tout juste 200 pages au format poche, donc c'est sûr que ça va vite aussi. Mais j'ai parfois eu des livres avec le même nombre de pages qui ont été très ardus et où j'ai mis du temps à les lire. Ici, on rentre dans la vie d'Arthur... Lorsque Charlotte Guéna, que je remercie, de Babelio m'a proposé une masse critique privilégiée consistant à découvrir ce roman de Antoine Paje, je n'ai pas longtemps résisté. Je suis tombée tout de suite sous le charme de la couverture avec ses couleurs pastels, le chat avec son regard si bleu, qui regarde une abeille. Tous les symboles du titre sont présents. J'ai tout de suite aimé le titre, j'aime beaucoup ces titres de romans qui à eux seuls racontent une histoire. Cela laisse présager généralement de belles réflexions sur la vie. Je ne connaissais pas du tout Antoine Paje avant de commencer cette lecture. En parcourant sa bibliographie, je me suis rendue compte qu'il avait écrit d'autres romans avec des titres tous aussi captivants et qui me donnent très envie de lire. Mais pour l'instant, parlons de ce roman-ci. Il s'est lu très rapidement, en une journée, il était fini. Bon, il fait tout juste 200 pages au format poche, donc c'est sûr que ça va vite aussi. Mais j'ai parfois eu des livres avec le même nombre de pages qui ont été très ardus et où j'ai mis du temps à les lire. Ici, on rentre dans la vie d'Arthur dès les premières pages et on n'a pas envie de le quitter avant de savoir comment tout va se terminer pour lui. Arthur est chimiste, une trentaine d'années, il vit à Paris. Suite à la mort de son père atteint de la maladie d'Alzheimer, il trouve un travail dans un grand laboratoire pour chercher un remède contre cette terrible maladie. Il vit en couple avec Sophie. Sa vie est réglée, minutée. Plusieurs grains de sable vont venir enrayer la machine. Sophie va le laisser tomber pour un autre homme pour lequel elle a eu un coup de foudre, elle lui laisse son chat, et il va perdre son boulot, ses résultats n'étant pas assez satisfaisants. Du jour au lendemain, c'est le bouleversement total dans la vie d'Arthur. Il profite alors de cette situation pour changer radicalement de vie. Il quitte Paris pour s'installer dans un village près de Chartres, il revend son appartement parisien pour une maison où des travaux sont à effectuer. Le changement de vie est radical et total. Le voilà avec des réparations à faire, avec de l'eau qui fuit, une bouteille de gaz à changer, du réseau internet qui fluctue. Il ne connaissait pas tout ça lorsqu'il était à Paris. Il va aussi se rendre compte que les échanges avec les personnes sont tout à fait différentes, il essaie de s'intégrer le plus possible à la vie du village, en fréquentant le bar ou en allant chercher son pain à la boulangerie. Il va nouer de belles relations avec un vieil homme réparateur d'horloges. Bref, sa vie va changer du tout au tout, pour son plus grand bien. Il va découvrir la nature, tout un monde qu'il n'avait jamais vu dans sa vie de citadin. On va ainsi voir émerger un nouvel Arthur, avec des préceptes de vie plus naturels, avec un rythme de vie plus sain, avec également de nouvelles visions sur la vie. J'ai beaucoup aimé suivre les changements d'Arthur. On connait tous ces citadins obnubilés par leur « métro-boulot-dodo », qui ne regardent plus la nature, un vol de papillon ou une abeille qui butine une fleur. Tout cela, même, les dérange. L'évolution d'Arthur est intéressante à suivre. Lui qui ne fréquentait personne et s'enfermait dans son appartement parisien, le voilà qu'il noue des relations avec les habitants du village. Il va vite se rendre compte qu'il n'a pas besoin de réseaux sociaux pour vivre pleinement, et que les meilleures relations sociales sont celles que l'on vit dans la vraie vie. Quelque part, il faut du courage pour faire ce qu'Arthur a fait, il faut prendre l'habitude d'avoir une voiture, de faire de plus grands déplacements lorsqu'on a besoin de quelque chose. La vie est totalement différente. Je ne suis pas là pour juger laquelle est la mieux, elles ont toutes deux des avantages et des inconvénients. L'histoire d'Arthur nous enseigne surtout qu'il faut profiter de chaque petit bonheur que la vie peut nous donner. Il faut être attentif, et savoir apprécier les choses simples de la vie, et ce peut être tout simplement s'asseoir dehors et regarder la nature. Antoine Paje véhicule plein de messages comme cela à travers l'histoire de son personnage principal. Ce n'est pas un plaidoyer pour la vie à la campagne, c'est un plaidoyer pour le bonheur et l'appréciation des choses simples. Il est sûrement possible d'apprécier des moments dans une ville si on sait les reconnaître et les vivre pleinement. Je me suis très vite attachée à Arthur, et pourtant, l'auteur utilise un choix narratif qui d'habitude me fait tenir une certaine distance avec les personnages. Il utilise la troisième personne du singulier, je suis d'habitude plus sensible à une narration à la première personne, mais, je dois bien avouer que je me suis sentie tout de même très proche d'Arthur pendant cette lecture. L'auteur décrit très bien les différents sentiments qui traversent son héros, et arrive à tout faire ressentir à son lecteur. J'ai été très émue par ce qui arrive à Arthur ou aux autres personnages, j'ai également bien souvent souri. Impossible de faire autrement face aux situations cocasses dans lesquelles notre héros peut se mettre, surtout au début de son installation dans le village. Il est un peu « empoté » et n'y connait rien des problèmes que peut avoir une maison ancienne. J'ai beaucoup aimé le style d'Antoine Paje. Il n'a pas un ton moralisateur, jamais on ne ressent de jugement dans ce qu'il dit. Il montre tout simplement qu'il est toujours possible de ressentir un peu de bonheur même quand on pense que tout va mal. J'aime beaucoup ce genre de livres qui ne peut que faire réfléchir. Obligatoirement, certaines phrases ou situations ont fait écho en moi. Il fut un temps dans ma vie où je me suis posée certaines questions comme Arthur, j'ai dû également faire un travail sur moi pour apprendre à apprécier les petits instants de plénitude sans ruminer le passé ou avoir peur du futur. C'est un apprentissage, c'est une gymnastique que le cerveau doit apprendre à faire, mais quand il sait, on vit des moments fantastiques. Apprendre à apprécier le temps long, apprendre à s'ennuyer, ce n'est pas donné à tout le monde et ça peut même être très angoissant. Je suis tombée également sous le charme de la plume d'Antoine Paje, sa profondeur dans ses propos tout en gardant une certaine légèreté, la poésie de ses mots, des phrases à relever comme des citations essentielles à lire et à relire. Les chapitres sont courts, rythmés, ils commencent tous par une phrase qui commence par « Quand » et qui résume bien le thème du chapitre. J'ai vraiment passé un excellent moment, je ne me suis pas ennuyée une seconde et j'ai lu ce livre avec beaucoup d'avidité et de passion. J'en ressors enrichie, j'ai appris de nouvelles choses sur les abeilles, les arbres, les horloges, la nature. Je me suis vraiment régalée, et je n'ai qu'une envie maintenant, c'est de me procurer d'autres romans d'Antoine Paje. En plus, dans la collection Pocket, ils rivalisent tous de beauté avec leurs couleurs douces, les titres sont engageants, ils invitent à la rêverie. Bref, je note cet auteur dans ma liste d'auteurs à suivre, je sens que je vais passer d'autres très bons moments avec lui. À noter également l'épilogue qui est un joli clin d'oeil aussi, puisque l'auteur nous raconte sa propre expérience, ses propres changements de vie et du coup, son inspiration pour créer le personnage d'Arthur. Je trouve toujours très intéressant de connaître la genèse d'une histoire, ses sources d'inspiration. Si vous ne connaissez pas Antoine Paje, n'hésitez pas à le découvrir. Je suis pour ma part ravie de l'avoir lu, et je vais continuer de le faire. Je vous recommande sincèrement ce livre, qui vous apportera plein de belles sources d'inspiration pour vous sentir bien dans votre vie et votre tête.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lilibaon Posté le 3 Juillet 2020
    C'est le deuxième roman que je découvre de cet auteur et quelle joie de découvrir une nouvelle fois sa plume simple, délicate et chargée d'émotions. Antoine Paje nous embarque aux côtés d'Arthur Darrobat, chimiste, travaillant ardemment pour découvrir un traitement contre la maladie d'Alzheimer, maladie ayant tuée à petits feux son père tant aimé. Follement amoureux de Sophie et propriétaire de son appartement à Paris, tout semble lui réussir et pourtant... Sans tout vous dévoiler, il va aller de déceptions en déceptions et quittera sa vie urbaine pour s'installer à la campagne et prendre le temps. Prendre le temps pour lui, pour les autres, pour se chercher, se retrouver, découvrir les autres, se rencontrer... mais surtout prendre conscience de la vie et de ses bienfaits quand on prend le temps. Ce roman fait du bien par sa simplicité et son humanisme. Quelques touches d'humour sont disséminées au fil des pages et m'a fait passer un agréable moment. Terminé beaucoup trop vite avec l'amertume de quitter Arthur et ses péripéties ainsi que Baby (clin d'oeil félin, j'adore). Je ne peux que le conseiller. A vous de réfléchir après la lecture à votre signification du titre "Du haut d'un brin d'herbe, on voit bien la Terre"... C'est le deuxième roman que je découvre de cet auteur et quelle joie de découvrir une nouvelle fois sa plume simple, délicate et chargée d'émotions. Antoine Paje nous embarque aux côtés d'Arthur Darrobat, chimiste, travaillant ardemment pour découvrir un traitement contre la maladie d'Alzheimer, maladie ayant tuée à petits feux son père tant aimé. Follement amoureux de Sophie et propriétaire de son appartement à Paris, tout semble lui réussir et pourtant... Sans tout vous dévoiler, il va aller de déceptions en déceptions et quittera sa vie urbaine pour s'installer à la campagne et prendre le temps. Prendre le temps pour lui, pour les autres, pour se chercher, se retrouver, découvrir les autres, se rencontrer... mais surtout prendre conscience de la vie et de ses bienfaits quand on prend le temps. Ce roman fait du bien par sa simplicité et son humanisme. Quelques touches d'humour sont disséminées au fil des pages et m'a fait passer un agréable moment. Terminé beaucoup trop vite avec l'amertume de quitter Arthur et ses péripéties ainsi que Baby (clin d'oeil félin, j'adore). Je ne peux que le conseiller. A vous de réfléchir après la lecture à votre signification du titre "Du haut d'un brin d'herbe, on voit bien la Terre" Merci à Babelio et les Éditions Pocket pour cet envoi dans le cadre d'une masse critique, j'en suis encore plus que ravie :)
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !